Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 no titre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: no titre   Lun 31 Mar - 23:39

Mulder c’est moi. Je ne pourrai pas faire l’autopsie comme prévue. Je suis désolée. J’ai confié le dossier à ma collègue. A bientôt.

Il raccrocha et prit la direction de Quantico. Il traversa les couloirs gris et froid et arriva au sous sol. Shannon lui donna les renseignements nécessaires sur l’autopsie qu’elle venait de terminer. Evidement il ne trouva rien de ce qu’il cherchait.

- Le Docteur Scully est absente longtemps ?
- Je ne sais pas.

Cela faisait un an qu’elle était revenue à Quantico exerçant en tant que médecin légiste. Trois ans plutôt elle y avait fait ses études puis une fois l’examen en poche, elle avait suivi l’homme de sa vie en Californie. Enfin ce qu’elle croyait. Leur relation s’était dégradée rapidement et elle avait pris la décision de revenir à Washington. Ville où elle avait rencontré cette personne atypique. Ce personnage à la vie peu commune. Cet agent que tout le monde nommé le martien. Celui qui n’intéressait personne et qui pourtant faisait parler de lui aux coins de chaque couloir. Il y a un an, il était sur une enquête et elle devait autopsier le corps. Mais il ne savait pas que ce médecin légiste allait changer sa vie. Lui éternel solitaire, qui ne pensait qu’à son travail, venait de voir sa conception de la vie s’envoler. Il parcourut la route qu’il avait emprunté une fois. Une seule fois et pourtant il la connaissait comme s’il la faisait tout les jours. Cette fois où elle avait enfin accepté de dîner avec lui. Il n’avait pu s’empêcher de penser qu’elle l’avait fait uniquement pour qu’il lui foute la paix. Soirée où ils avaient pût parler d’autre chose que de cadavres. Etudes, enfances, voyages … Mais elle était distante. Discrètement distante. Il l’avait remarqué mais n’avait posé aucunes questions. Il se demandait souvent pourquoi elle avait accepté alors que quelqu’un d’autre partager sa vie. Et paradoxalement il l’avait sentit si proche de lui. Sur le pas de la porte, il allait l’embrasser, elle le savait, mais au dernier moment elle lui déposa un baiser sur la joue et sans un mot, ferma la porte. On était vendredi, 13h47, soit 3 semaines et 2 jours que cette soirée s’était passée. Il se demanda depuis quand il comptait comme un gamin les jours qui le séparait d’un agréable moment passé. Il aimait la taquiner, l’écouter donner des résultats d’autopsie de sa voix douce, lui recommander de faire attention de sa voix inquiète. Il aimait son parfum naturel et ses cheveux roux éclatant, se perdre dans ses yeux bleus. Elle s’était faite désirer quelques mois en le faisant patienter pour dîner ensemble. Et cette soirée avait été l’une des plus belle qu’il avait pu connaître. Malgré les questions qu’il se posait son but était ne de pas la brusquer. Il attendrait. Il se gara devant l’immeuble et frappa 1 coup sur la porte marron. Puis deux. Son poing allait cogner une troisième fois quand la porte s’ouvrit doucement. Il lui sourit.

- J’ai appris que tu étais absente et je voulais m’assurer que tout allait bien …

Elle referma la porte dans son dos et ils se retrouvèrent tous les deux dans le couloir. Elle avait l’air contrarié et s’aperçut qu’il n’aurait pas du venir. Qui était il pour débarquer sans prévenir ?

- Je suis désolé j’aurais dû appeler. Excuse moi …

Le visage de Scully s’adoucit mais était d’une pâleur inquiétante. Sans réfléchit il posa sa main sur son front brûlant. Sans réfléchir, elle ferma les yeux quelques instants. A part sa mère, qui était la dernière personne à avoir fait ceci ? Personne …

- C’est gentil d’être passé …
- Tu devrais te mettre au chaud.
- Non ça va.

Elle referma son gilet en croisant les bras pour apporter un minimum de chaleur. Une voix masculine vint les interrompre.

- J’ai mal au ventre …

Mulder fixa celui qui venait de prononcer cette phrase d’une voix faible. 1m10 pas plus. Roux avec quelques taches de rousseurs sous les yeux et sur le nez. Des yeux bleus. Le portrait de celle qui se tenait entre les deux hommes. Il était déjà repartit dans le canapé, se tenant le ventre. Scully entra, se mit à genoux et reposa la couette sur lui. Elle lui dégagea le visage, passant ses douces mains dans les cheveux.

- Laisse le médicament faire effet mon chéri.

Quand elle se releva, sa tête tourna et Mulder la rattrapa de justesse. Il l’accompagna dans la cuisine et l’aida à s’assoire. Elle frotta son crâne avec ses mains. Elle senti une couverture se poser sur ses épaules et son dos courbaturé.

- Depuis que nous sommes rentrés de Californie, le moindre virus est pour lui.
- Il a de qui tenir apparemment …
- Je ne suis pas malade. Je suis fatiguée de tout …
- Je ne parlais pas que de ça …

Elle releva la tête et il regretta aussitôt ses paroles. Qui était il pour lui reprocher de lui avoir mentit ? Ils n’étaient pas mariés, elle ne lui devait rien.

- Je suis désolée Mulder …
- Tu n’as pas à t’excuser. Tu ne me dois rien. C’est moi qui m’excuse de m’imposer dans ta vie sachant que tu n’étais pas libre …
- Tu ne t’imposes pas et tu le sais. Je devais le protéger et … moi aussi. Mais maintenant que tu sais … Mulder ça m’insupportait de te mentir, c’est pour ça que ces derniers temps je n’étais pas très … disponible …

Un sanglot rattrapa ses mots. Il s’assit en face d’elle et prit ses mains froides dans les siennes. Il savait qu’elle ne se confiait que rarement, qu’elle n’aimait parler d’elle mais il constatait qu’elle retenait trop de choses. Il voulait l’aider, lui servir d’exutoire.

- Tu sais que tu peux me parler, me faire confiance …

Elle sécha ces larmes, honteuse de pleurer comme une gamine. Son sourire qu’affichait ses lèvres la rassura. Il était la dernière personne à la juger et elle le savait. Apres quelques secondes de silence elle s’exprima.

- Il a beaucoup souffert de ma dernière séparation. Le retour à Washington a été difficile. Il souffre et je ne sais plus comment m’y prendre. J’ai l’impression de tout rater … Je ne voulais pas qu’il s’imagine de nouvelles choses si tu entrais dans sa vie …
- Tu ne parles pas que de ton fils Scully. Tu le sais. Tu t’interdis de vivre pensant que de doute façon toute histoire finira de la même manière.

Il venait de la cerner. Personne n’avait fait ça. Aucun homme. Contrariée, elle n’aurait pourtant pas rêvé mieux. Ses sentiments avec lui se confirmaient et elle fut surprise de s’en faire la réflexion.

- Tu devrais aller te reposer. Je monte la garde.

Elle afficha un sourire gentiment moqueur.

- Je suis peiné de ce sourire mais tu es malade alors je ne t’en tiendrai pas rigueur.

Et sans qu’elle ne puisse dire un mot ou protester qu’elle n’était pas malade, elle se retrouva dans ses bras et il prit la direction de sa chambre. Ses muscles se détendirent peu à peu et elle rêva de s’endormir contre lui. Mais il l’allongea et rabattit les couvertures sur son corps fragile. Juste le temps pour elle de s’endormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: no titre   Ven 4 Avr - 23:19

Alors qu’il faisait la vaisselle, une voix timide se fit entendre.

- Vous êtes qui ?
- Hey salut. Mulder s’essuya les mains et tendit la droite. Moi c’est Mulder. Je travaille avec ta maman. Le petit attrapa la main tendue. Et toi ? Comment tu t’appelles ?
- Jules.
- Salut Jules ! Tu vas mieux ?
- Oui. Où est maman ?
- Elle dort. Tu veux que je te fasse quelque chose à manger ?
- Oh ouiiii !
- Cet enthousiasme fait plaisir !
- Mais j’attends de goûter avant de sauter au plafond.
- Ah ba je vois qu’après le physique tu as aussi l’humour de ta mère ! Je ne vais pas être dépaysé.

Ils rirent et continuèrent à discuter. Jules rigola quand il vit le plat sur la table. Un plat de riz. Seule chose que Mulder savait cuisiner avec les pâtes. Il donna quand même une mention après avoir engloutit son assiette. Jules proposa à Mulder de faire une course de voiture sur sa console. Chose qu’il accepta volontiers.

Scully s’éveilla avec le rire de son fils dans les oreilles. Elle se leva difficilement, s’appuya contre le chambranle de la porte du salon et les observa en silence. En le voyant, assis sur ce fauteuil, elle se rendit compte qu’elle n’avait jamais cessé de penser à lui. Elle s’approcha d’eux et s’installa dans le fauteuil mais à peine assise elle se releva aussitôt et se précipita aux toilettes rendre tout ce que son estomac pouvait contenir. Mulder fit signe à son partenaire de continuer seul. Il s’approcha de l’endroit où se trouvait Scully. Il attendit derrière la porte pour lui laisser un peu d’intimité et lança un timide « ça va ? » sachant pertinemment que non. Après quelques secondes, elle réapparut, pâle, les yeux cernés, transpirante et grelottante. Il passa ses mains dans ses cheveux et l’attira contre lui. Elle se sentit de suite mieux. Ils s’installèrent dans le canapé. Elle posa sa tête sur ses genoux et s’endormit au contact des doigts de son ami courant dans ses cheveux. Jules revint dans le salon et regarda sa maman dormir.

- Je fais la nounou se soir. Tu as besoin de quelque chose ?
- Non merci. On continue ??
- Sa marche.

Il avait remarqué qu’il allait mieux. Le rose lui était revenu sur les joues. La fin d’après midi se passa très bien, entre jeux et devoirs, Jules se coucha vers 20H30 épuisé. Scully dormait dans le canapé. Elle s’était éveillée une fois pour faire un aller retour rapide aux toilettes. Mulder regarda dans les placards de la cuisine et trouva une soupe de légumes. Il la chauffa et l’amena à sa patiente. A regret il la réveilla.

- Tiens, ça te fera du bien. Et voila des médicaments de la pharmacie du coin !
- Merci … Tu n’étais pas obligé.
- Jules avait besoin d’un partenaire de jeux … C’est tout. Dit il d’une voix plate, remarquant le ton froid qu’employé son amie.
- Fais attention … Il s’emballe vite … Je ne veux pas …

Sans un mot il se leva, prit sa veste et ouvrit la porte.

- Mulder ! … Excuse moi …

Sa voix s’étrangla. Il se retourna. Il ne voulait pas, il ne pouvait pas la laisser si faible. Il s’approcha et s’accroupi devant elle.

- Arrête de résister à cette chose que tu ne contrôles pas … pas plus que moi. Et pourtant regarde moi, tout se passe bien ! Je respecte ton choix. Alors soigne toi et fait le point ensuite si tu en as envie. Et laisse moi au moins être ton ami et être la quand tu en as besoin.

Les yeux brillants, elle n’osa affronter son regard, posa son bol de soupe plein sur la table basse et se dirigeât vers la chambre de son fils. Elle revint quelques secondes plus tard. Jules dormait paisiblement. Son visage se crispa et porta sa main sur son ventre. Mulder se leva et couru la soutenir.

- Ce n’est rien, ça va aller.
- Tu es blanche et brûlante. Tu devrais appeler un médecin.
- Je suis médecin Mulder. C’est juste des spasmes. Je n’ai plus rien dans le ventre à force de …

Elle ne pût continuer sa phrase et se rua une nouvelle fois dans la salle de bain. Cette fois il la suivi, lui épongea le front et l’aida à se coucher. Il resta près d’elle toute la nuit, l’aidant à se réchauffer et elle ne se réveilla pas une seule fois.

Quand elle ouvrit les yeux, le soleil se cachait derrière les rideaux. Elle regarda l’heure : 13h39. Elle se rendit compte que ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas aussi bien dormi. La chaleur qu’un être humain dégageait lui manquait. Il lui manquait. Déjà. Elle se leva encore faible. Elle noua son peignoir et traversa l’appartement silencieux. Un morceau de papier se trouvait au centre de la table de la cuisine. Son fils. Elle sourit. Elle remarqua que Mulder ne lui avait rien demandé sur le père de son enfant. Cette personne qui avait décliner toutes responsabilités il y a dix ans. Celui qu’elle avait aimé à l’université et qui avait fuit. C’était la première fois qu’un homme ne la questionnait pas sur ce sujet. Un frisson la parcouru et elle ne sut si c’était à cause de la maladie ou à autre chose.
« Nous sommes partis faire une promenade. Repose toi bien. Je t’aime maman. »
Elle se fit couler un bain chaud et se prépara un thé à la menthe qu’elle dégustera dans la salle de bain. Elle ne tenta d’avaler quelque chose de solide malgré l’appel de son estomac. Elle se surprise à être décontractée sachant son fils avec Mulder. La confiance et l’honnêteté émanaient de lui. Ils firent leur apparition au moment où elle sortait de son bain. Elle mit un pantalon de jogging et un pull à col roulé et les accueilli. Elle embrassa son fils et il entoura ses bras autours de sa taille. Elle posa sa main sur son front.

- J’ai 37° dans mon front. Et je l’ai fais tout seul !
- Je suis fière de toi mon chéri. Tu pourras retourner à l’école demain alors !
- Ouééééééé !

Il se dirigeât dans sa chambre, heureux.

- Depuis quand les enfants sont heureux d’aller à l’école ? Questionna Mulder.

Elle lui sourit et s’essayèrent dans le canapé. Elle couverte d’une couverture, lui d’un simple t-shirt.

- Tu te sens comment ?
- Mieux. Tu ne devrais pas être entrain de travailler ?
- J’ai pris ma journée. Jules n’allait pas rester seul en attendant que la marmotte se réveille et de toute façon ils ont l’habitude de ne pas me voir pendant quelques jours alors une fois de …
- Tu m’as manqué quand je me suis réveillée …

Ses paroles n’étaient qu’un souffle. Venait elle de lui avouer ce qu’il attendait depuis longtemps ? Leur regard s’accorèrent violemment. Mais Jules avait choisi ce moment pour faire irruption et demanda pour faire une partie de foot sur la console. Mulder accepta. Scully se cala entre les deux hommes qui partageait désormais sa vie et s’endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
no titre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» recherche désespérement le titre d'un livre (avis aux bibliothécaires!)
» Titre nuage
» Votre titre démoniaque
» Lecture de groupe #2 : Choix de l'auteur, du titre, etc
» Eleyra (Procédure d'acquisition du titre honorifique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: *Luciole*-
Sauter vers: