Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 #25 - Shadow of Summer [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Timmy

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 31
Localisation : Dijon (France)
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: #25 - Shadow of Summer [Terminée]   Dim 17 Aoû - 2:44

Shadow of Summer



* Splash *
Une grosse projection d’eau vint l’éclabousser alors qu’étendue sur sa serviette de plage, elle lisait tout en profitant du soleil sur sa peau laiteuse. Elle leva péniblement la tête du roman qu’elle venait juste d’entamer. Elle avait ce livre dans sa bibliothèque depuis des mois déjà mais n’avait jamais eu le temps au part avant de le commencer. Elle réajusta ses lunettes de soleil tout en essayant de mémoriser l’endroit où sa lecture avait du être stoppée. Elle le vit attendre au bord de cette grande piscine creusée à l’arrière de cette maison de cette petite bourgade qu’habitait Maggie Scully. Il la regardait le sourire aux lèvres sans rien dire. Un petit bruit attira son attention. Elle suivit son regard pour voir que sur le haut du plongeoir, Matthew se trouvait prêt à sauter. Lorsque son regard se posa sur lui, il sauta éclaboussant tout autour de lui.

Dana se leva, feintant être énervée et exaspérée d’avoir été mouillée par ses deux énergumènes et se dirigea d’un pas décidé vers ces deux là qui se demandaient si ils devaient avoir peur de sa réaction ou rire de cette situation. Lorsque les deux garçons se retournèrent, elle n’était plus là mais croisèrent le regard inquisiteur et jugeur de Bill.

Plus un bruit.

Chacun sentit soudainement quelque chose leur agripper la cheville et les attirer vers le fond. Matthew étant encore trop petit pour être coulé de la sorte, elle s’assura qu’il ait regagné la surface avant de retourner s’occuper du dernier. Celui-ci ne tarda pas à répliquer, se retournant vigoureusement et l’entrainant à son tour au fond de la piscine.

Ils ressortirent tous les deux d’un bond à la recherche d’air afin de réapprovisionner leur poumon soumis à rudes épreuves. Ils se regardèrent un instant et éclatèrent de rire. Matthew les regarda faire mais ne faisant plus parti de ce jeu de grands, il commença à s’ennuyer et décida de sortir de la piscine sans les en avertir et continuait de les observer de loin : il avait posé sa main sur son ventre qu’eux seuls savaient habité et s’embrassèrent d’un baiser qui en disant plus long que tous mots, se sentant à la fois plus fort que tout et à l’abri du monde et de tous regards extérieurs. Elle savait pertinemment qu’il n’était pas forcément le bienvenu ici mais à cet instant présent, dans son étreinte, elle oubliait tous ses petits tracas se sentant enfin bien.

Bill ouvrit la porte de la cuisine et laissa entrer son fils encore tout dégoulinant et s’écria « A table ! ». Il n’appréciait pas la présence de cet homme dans la vie de sa sœur mais essayait de ne pas trop le montrer comme le lui avaient demandé à tour de rôle sa femme et sa mère, surtout dans ce genre de réunion d’autant plus que c’était Maggie qui l’avait invité. Il avait du s’en accommoder.



* Splash *
D’un sursaut elle sortit de sa rêverie et entendit son fils éclater de rire. William, 7 ans et Matthew son cousin de 8ans son ainé jouaient dans la piscine par cette belle journée d’été. Scully avait pris sa journée pour être au près de son fils, son travail au FBI lui prenait tout son temps en sa compagnie et elle ne pouvait plus l’accepter. Il était temps pour elle de retrouver une vie avec son fils. Elle décida alors de commencer par passer des journées comme ça en famille. William venait de faire une « bombe » depuis le bord de la piscine et avait éclaboussé sa mère. Il riait à gorge déployée fier de la portée de son éclaboussure mais son visage changea quand il vit l’expression du visage de sa mère, malgré son jeune âge il était très intelligent – tout le portrait de son père dirait Scully – et savait que quelque chose chagrinait sa mère. Ayant peur d’avoir fait une bêtise, il sortit de la piscine et vint se faire pardonner en se blottissant contre sa mère. C’est exactement ce genre d’instant qui lui manquait. Ils restèrent tous deux blottis l’un contre l’autre sans parler. Comme pour son père, les mots étaient tout simplement superflus et c’est donc ainsi que William eu la conviction que quelque chose n’allait pas, il n’arrivait pas à comprendre quoi exactement – les grands sont toujours trop compliqués – mais il le savait.

La journée passa et Scully s’ennuyait de plus en plus du père de William qui s’était comme envolé un jour de mai, un lourd dimanche. Elle avait bien tenté de refaire sa vie ou plutôt de faire sa vie, il lui avait fallu près de 3 ans pour considérer les invitations qu’on lui faisait à sortir de temps à autre et c’est Marc qui devint l’homme le plus envié du bureau de Washington DC. Ils vécurent quelque temps ensemble essayant de construire leur vie ensemble mais comme celui-ci le lui a dit en partant « tant que tu seras toujours amoureuse du père de William, tu ne pourras jamais refaire ta vie ». Elle savait qu’il avait pertinemment raison mais ne voulait pas se l’admettre, elle voulait qu’on la croit être une femme forte et intelligente avec une pointe d’humour quand on la connaissait vraiment, enfin c’est ce que lui avait dit un jour son partenaire à l’époque où elle travaillait encore aux affaires non-classées mais à la place de ça, elle avait le sentiment que maintenant tout le monde la voyait comme une mère célibataire qui n’avait pas de vie ou un semblant de vie mais personne pour la remplir.

C’était au moment de cette rupture qu’elle décida de se consacrer non plus seulement à son travail mais d’avantage à son fils qui lui semblait de plus en plus sensible à ses états d’âme. Ils passèrent ainsi un jour par semaine en famille, le plus souvent le dimanche et un jour par semaine juste tous les deux enfin ça elle n’avait pas encore eu le temps de le mettre en place, mais elle en ressentait le besoin au plus profond d’elle-même.



* Splash *
William venait de faire tomber ses jouets dans le bain que sa maman lui préparait et par la même occasion la sortie de sa rêverie. Elle sortit de la salle de bain le laissant jouer, Cela faisait plusieurs jours qu’elle ne se sentait pas au meilleur de sa forme. Etait-ce signe qu’elle devait lever le pied et s’occuper un peu plus d’elle ? Sûrement, car en plus de se sentir vaseuse elle ne s’était rarement sentit aussi épuisée. Elle décida que pour ce soir des pizzas achetées chez Domino’s feraient l’affaire, surtout que son fils en raffolait et reprochait toujours à sa mère de ne jamais en commander. Elle s’assit sur le canapé et alluma la télévision quand elle réalisa que le film avait déjà commencé, elle prit la télécommande pour changer de chaîne et tomba sur Plan 9, c’en était trop. Elle éteignit la télévision.


* Splash *
William venait d’ouvrir sa cannette de jus de fruit pour accompagner sa pizza, ce qui tira Scully de son sommeil. Elle regarda sa montre, 8h30pm. Elle constata que son fils s’était servi à manger et terminait calmement son repas. Elle prit une part de pizza mais ne la termina pas, un haut le cœur la saisit à plusieurs reprises, tellement puissant qu’elle du courir aux toilettes. Elle en ressortit 5 minutes plus tard encore plus barbouillée qu’avant d’y entrer. Elle se força à se redonner constance et se dirigea vers son fils, lui pris la main et l’emmena se coucher.


* Splash *
Mulder et elle s’étaient retrouvés coincés dans un immeuble alors que dehors la tempête faisait rage. Elle avait su dès le début qu’elle n’aurait pas du le suivre sur cette affaire et rester chez elle lire un bon livre ou regarder la télévision après avoir pris un bon bain bien chaud. Mais non, elle avait craqué. Elle commençait même à se demander si Mulder n’était pas au courant de l’effet qu’il avait sur elle et si il n’en jouait pas un peu parfois. Pour couronner le tout Mulder semblait en danger de vie ou de mort alors qu’elle devait aider une femme à mettre son premier enfant au monde.

Tout allait bien !

C’était ce qu’elle essayait de se dire. C’était ce modo qu’elle voulait croire en ce moment même. Quand tout cela sera fini, elle étriperait Mulder de ses propres mains… et comme ça, même si elle ne l’achève pas, elle aura toujours eu l’un de ces moments de complicité qu’elle appréciait tant auprès de lui.


* Splash *
Elle activa la chasse d’eau. Scully se sentait de plus en plus barbouillée. Elle devait se rendre à l’évidence, quelque chose n’allait pas. Et si… ? Non, tout mais pas ça ! Elle ne pouvait pas… Elle ne voulait pas.

Elle décida de prendre sa journée et de rester à la maison à se reposer pendant que son fils était à l’école. C’était certainement une grippe, c’était la période et elle n’avait pas fait cette année son vaccin. Ça lui apprendra à être vigilante.


* Splash *
L'éponge tomba dans l'évier rempli d'eau. Scully faisait la vaisselle suite au repas qui venait d’avoir lieu. Ou plutôt, elle essayait de la faire. C’était sans compter sur l’aide de son compagnon qui lui déposait de tendres baisers à la base de son cou. Elle n’avait jamais pu y résister et Mulder le savait que trop bien. Elle reposa l'assiette qu'elle avait en mains et se retourna pour faire face à son partenaire qui aussitôt en profita pour se saisir de ses lèvres.

William avait eu son biberon et venait d’être langé puis couché. Ils étaient donc tranquilles un moment. Un moment, cela faisait tellement longtemps qu’il n’y en avait plus eu un seul pour eux-deux. Elle n’arrivait même plus vraiment à se souvenir de la dernière fois en date. Avant la naissance de leur fils ? Certainement !

Il l’entraina au salon et l’invita à s’asseoir sur le canapé. C’est alors qu’il commença à lui masser délicatement les épaules. Elle était tendue. La fatigue et le stresse d’être une toute nouvelle maman l’épuisait. Elle se laissait aller sous ses mains à la fois fortes, puissantes, tendres et apaisantes. Afin de continuer son massage, il la fit ensuite s’allonger sur le ventre. Un a un, il sentit ses nerfs se décrisper et sa respiration devenir plus lente et régulière. De plus en plus lente et régulière. Jusqu’à qu’il se rende compte qu’elle venait de s’endormir.


* Splash *
Trempée, elle sortit son pied d’une flaque d’eau. Cela faisait maintenant deux semaines qu’il pleuvait. Deux semaines que Scully essayait de ne faire penser à son fils que Mulder l’avait abandonné. Si il était parti c’était pas de sa faute, ce sont des histoires de grands tout ça.
Elle essayait autant de se convaincre que de le convaincre. Et même si cela semblait fonctionner avec son fils de 5 ans maintenant, cela marchait nettement moins bien pour elle.

Il était parti comme ça. La laissant seule avec leur fils. Biensur, c’était encore une fois elle qui passait pour la méchante. Il était parti et restait aux yeux de leur fils un héro. William ne jurait que par lui. « Papa, il a déjà arrêté plein de méchants », « Papa est très grand et très fort. », « Papa m’a envoyé une carte postale avec un lion dessus », « Papa… ».

Elle avait l’impression de ne pas faire le poids, de ne plus rien valoir, de perdre petit à petit la prunelle de ses yeux. Sa vie s’effritait lentement. Jamais elle n’aurait le courage ou même le cœur de dire à son fils que son papa n’était pas toujours le héro qu’il croyait, que son papa était parti car il préférait son travail à eux, que son papa n’avait jamais vraiment supporté la vie de famille. Non, elle ne voulait pas que son enfant, son tout petit, en vienne à souffrir plus qu’il se devait déjà être le cas de cette situation. Elle devait alors se montrer forte. Laisser présager que tout allait bien, que tout se passerai bien pour tous les deux et que même si ils n’étaient plus trois et bien c’était largement assez pour s’aimer très fort et être heureux. Mais la seule fois de sa vie où elle avait vraiment été à deux et pas seule ou à trois, c’était avec Mulder. Elle avait beaucoup à apprendre sur comment vivre sans lui. Et cela l’effrayait.



A suivre...


Dernière édition par Timmy le Dim 23 Nov - 21:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehouseofdavid.bbconcept.net
Timmy

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 31
Localisation : Dijon (France)
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: #25 - Shadow of Summer [Terminée]   Dim 17 Aoû - 4:01

* Splash *
La canalisation d’eau venait de céder et Mulder n’avait rien pu faire pour l’en empêcher. Au contraire, d’après ce qu’elle avait vu, d’après ce que le petit Ricci avait constaté, il avait plutôt accélérer l’inévitable. Autant parfois il pouvait être très agile de ses mains autant parfois, comme là, il se trouvait très gauche. Mais elle devait se l’avouer, cette faiblesse chez lui la faisait craquer.

Il était mouillé jusqu’aux os et en plein milieu d’une enquête ce qui fait qu’il ne pourrait sans doute pas se changer avant un moment. lle avait froid pour lui et ne pu s’empêcher de sourire en y pensant. C’es à ce moment précis que le planché décida de céder à tous ces asseaux.
Et c’est ainsi que Mulder se retrouva un étage en dessous, nez à nez avec cette personne qu’il cherchait.

Comme réagir face à cette situation ? Il venait de tomber de plusieurs mètres, il y avait un important dégât des eaux chez l’habitante de cet appartement sans compter le dégât matériel du so et elle ne pouvait s’empêcher de se moquer de son ami. Il était plus que charmant dans sa malchance.



* Splash *
Un nouveau jet d’eau la sortie de sa rêverie et lui retira le sourire niais de son visage épuisé. Une canalisation d’eau venait de rendre l’âme dans sa buanderie et personne n’était là pour lui venir en aide. Pas Mulder. Pas Marc. Personne. Elle se sentait seule. Elle craqua. Des larmes de rages firent leurs apparitions dans ses yeux.

C’est ce moment précis que le bébé qui logeait dans son utérus chois pour lui donner un coup. Ce coup, c’était le tout premier qu’il lui donnait. Cela faisait maintenant quelques semaines qu’elle était certaine de son état. Elle en avait parlé à William qui semblait plutôt bien le prendre. Ses paroles résonnèrent encore dans sa tête : « Je pourrai lui apprendre à jouer au base-ball comme papa l’avait fait avec toi ! ».

Oui, les années étaient passées. William n’avait pas revu son père mais Scully avait décidé de continuer à entretenir la mémoire de ce dernier dans l’esprit de leur fils. Et c’est ainsi qu’au long de ses années, Mulder avait été et demeurait toujours le héro de William.

Mais cette fois, c’est elle qui avait bien besoin d’un héro. Elle était seule, avec un fils de 7 ans et une grossesse en préparation. Comment surmontera-t-elle tout cela ? Il fallait encore qu’elle en avertisse Marc. Des gouttes salées vinrent tomber sur le sol baignant déjà. Elle avait coupé l’arrivée d’eau mais n’avait pas pu empêcher ce flot intérieur de ressurgir d’elle.



* Splash *

Une boule de neige vint s’écraser contre la vitre de la fenêtre de leur chambre. Elle se retourna dans le lit. Vide et froid. Des rires se firent entendre à l’extérieur. Ils étaient là, père et fils, emmitouflés dans leurs vêtements de neige à faire une bataille. La neige avait été annoncée mais pas pour ci-tôt. Mais faisait la joie des deux hommes de sa vie. Elle se réjouit à ce tableau que lui offrait la vie. Qu’aurait été sa vie sans eux ?

A cet instant précis, elle se sentit la maman la plus heureuse du monde.

Elle sauta rapidement dans des affaires chaudes et sortie les retrouver. Elle eu juste le temps de mettre un pied dehors que …


* Splash *
Sous le regard de Scully, William jouait dans le parc à sauter dans de flaques d’eau. Elle ne détachait pas ses yeux de son fils, cela lui évitait d’avoir à affronter ceux de Marc alors qu’elle lui annonçait sa grossesse.


* Splash *
Un glaçon tomba dans son verre de jus de fruits.

Marc l’avait convaincu de l’accompagner à cette réunion de vieux amis d’université. C’était peut-être pour eux le moyen de réparer ce qui avait cassé autrefois entre eux et d’offrir ainsi une véritable famille à cet enfant en préparation.

William avait été confié à sa grand-mère pour le week-end et c’est ainsi que Scully s’était retrouvée dans cette grande maison remplie d’amis d’enfance de Marc et de leur "moitié". Elle ne se sentait pas vraiment à sa place. C’est vrai que Marc et elle formait de nouveau un couple depuis plusieurs semaines déjà mais elle avait cet étrange sentiment au fond d’elle-même.

Le bébé n’avait jamais été aussi agité.

La neige ne devait rien faire pour son calme. Même à l’intérieur, au chaud dans le ventre de sa mère, elle pouvait jurer que ce genre de phénomènes météorologique l’affectait.



* Splash *
La bouteille d’eau venait de lui glisser des mains.

Il était là. Comment était-ce possible ? Que faisait-il dans cette réunion d’anciens amis ? Comment devait-elle agir ?

Elle décida de ne rien faire et laisser le temps faire son œuvre. Après tout, il était parti, ce n’est pas elle qui fera le premier pas.
Elle opta pour cette solution de facilité et ainsi ne pourrait pas passer pour la méchante, briseuse d’ambiance.



* Splash *
D’une main maladroite, elle venait de renverser son verre d’eau. Sans même lever les yeux, elle sentit qu’on la fixait du regard. Cela venait d’en face d’elle. Biensur, il avait fallu qu’il soit installé juste en face
d’elle.

Elle était déstabilisée par la situation plus qu’elle ne l’aurait cru et instinctivement, elle porta sa main à son ventre. Ce geste l’avait toujours apaisé et cette fois ne manqua pas à la règle mais Marc qui assistait à la scène depuis la chute du verre vit que quelque chose n’allait pas pour sa compagne. Sa façon de se précipiter à ses côtés n’échappa à personne et alors que sa grossesse était jusque là passée inaperçue tout le monde s’en aperçu en commençant pas les femmes.

Scully ne savait pas où se mettre, le rouge lui monta aux joues. C’est alors qu’elle entendit une voix dire :


- Il ne faut pas rougir de la sorte, c’est beau une femme enceinte.

Elle leva les yeux et même sans cela, elle pouvait certifier que ses paroles étaient celles de Mulder. Elle était troublée, très troublée.

- Oh, non, je ne voulais pas vous mettre mal à l'aise. Ca me rappelle juste des souvenirs...
- Mais je ne suis pas du tout mal à l'aise, je suis fière de cette grossesse. Mais dites-moi, vous avez des enfants vous aussi ?
- Oui, un fils.


Elle ne savait pas comment le prendre. Devait-elle se lever et aller le gifler ? Devait-elle rire de son attitude puéril ? Ou encore devait-elle pleurer comme ses émotions le lui disaient ? Elle décida d’agir autrement, d’entrer dans son jeu :

- Oh, vous avez un fils ! Quel âge a-t-il ?
- Il va avoir 8 ans. Vous devriez le voir, un ange. Toutes mes félicitations pour cet heureux évènement. Vous verrez l’arrivée d’un ange chamboule toute une vie.
- Rho mais on le sait. William, le fils de Dana a déjà fait irruption telle une tornade dans la mienne.


Mulder et Scully se retournèrent subitement en direction de Marc qui jusque là était passé inaperçu. Cette révélation au milieu de réglage de compte, bien que sous entendue, n’était pas le bienvenu. Et Mulder ne le laissa pas continuer plus longtemps.

- Vous avez de la chance d’avoir été alors accepté de la sorte par le petit. Ce n’est pas toujours simple.
- Comment pouvez-vous le savoir ?! Ne vivez-vous pas avec votre fils ? Auriez-vous une photo ?

Le regard de Mulder transpirait cette fois le malaise qui commençait le ronger et la jalousie qui l’animait de plus en plus. Il sortit d'une main malabile une photo de William encore nourisson.
Scully était émue par cette photo de son fils. De leur fils. Elle espérait le prendre au piège et il se trouva que celui-ci se refermait sur elle, sa peine refaisait surface. Et elle... le supporterait-elle ?

Elle n'eu pas le temps d'y réfléchir que Marc répondit à la précédente allusion de Mulder :

- Cela dit, il n'a pas tort, nous sommes comme les doigts de la main et mon fils…
- Ton fils ? Marc ? Depuis quand le considères-tu de la sorte ? Je...


Elle n’aimait pas ce genre d’étendage de linge sal en public. Et là, ils étaient devenus les acteurs principaux de cette nouvelle pièce de quartier. Elle se leva en s’excusant et sortit prendre l’air.


* Splash *

Elle était dehors sous la pluie en train de faire comprendre à son nouveau partenaire que ses théories ne tenaient pas du tout la route Depuis quand les comateux avaient la possibilité de se lever la nuit pour courir dans la foret.

La pluie redoublait d’intensité et au lieu de rentrer s’abriter, elle restait là à lui tenir tête. Cet homme l’agaçait. A vrai dire il faisait plus que ça et c’est ce qui fit qu’elle ne bougea pas de ce cimetière sombre. Il y avait quelque chose chez, ce quelque chose qu’elle n’avait trouvé nul par ailleurs. Aucun homme qu’elle avait connu ne semblait habité par cette envie de trouver la vérité.
Cette ambition, cette fougue, cette volonté. Autant de traits de caractère qui faisait qu’elle ne voulait pas abandonner cette affaire. Ne pas l’abandonner lui. Apprendre à le connaître. Apprendre à briser cette carapace protectrice.



* Splash *
De la neige fondue venait de se détacher du toit. Une main tendre et ferme à la fois sur son épaule la fit sursauter. Elle n’eu pas besoin de se retourner pour savoir de qui il s’agissait :

- Qu’est-ce que tu fais ici ?!
- Ton mari ne semblait pas penser nécessaire de venir voir si tout allait bien et …
- Ce n’est pas mon mari !


Elle sortit cette phrase d’un ton sec. Elle se sentait agresser. Elle se sentait fragilisée. Tout un flot de sentiments remontait en elle. Plus personne ne dit rien pendant un court moment qui leur sembla être une éternité.

- Félicitations pour… tu sais… je suis heureux que tout aille bien dans ta vie !


Elle leva lentement la tête en sa direction pour la première fois depuis qu’il était venu la retrouver dehors. Elle avait le regard humide, la main sur son ventre. Ses paroles l’avaient touchée et elle ne pu que lui adresser un sourire désolée. Désolée de son départ. Désolée de sa réaction. Désolée de l’avoir remplacé ? Son regard parlait pour elle. Pas besoin de mots. Mais il brisa soudainement le silence. Il en ressentait comme le besoin :


- Comment va William ? Il a du drôlement grandir ! Il doit m’en vouloir d’être parti…
- Mulder, tu es son père ! Jamais je n’aurai permis qu’il t’en veuille.
Et même si ça peut me faire mal souvent, tu es son héro. Il sait TOUT de toi. TOUT... tout ce qui m'a toujours plu en toi...


Elle termina sa phrase en un murmure et se leva et descendit les quelques marches de ce perron.


* Splash *
La pluie redoubla d’intensité. Ils étaient maintenant tous les deux trempés et coururent jusqu’à ce petit chalet qu’ils apercevaient au bout du chantier. Ils auraient pu faire marcher arrière et rentrer mais ils avaient besoin de parler. Il déposa sa main en bas de son dos et l’aida à se déplacer jusqu’à cet abris de fortune.

Personne ne semblait s’inquiéter de leur absence.

Ils se regardèrent. Un échange de regard très long. Chacun sondant l’âme de l’autre.



* Splash *

Le savon venait de glisser alors que Scully essayait de le reposer du bout de son pied sur la baignoire. Elle ne voulait pas bouger, profitan ainsi le plus possible de ce moment si paisible dans les bras de Mulder. Des moments d'intimité, ils n'en avaient que très peu. Trop peu.

Ils se racontèrent leur journée passée, lui au bureau à remplir de la paperasse sans intérêt et elle à s'occuper de leur fils. Elle n'avait pas encore repris son emploi et lui s'ennuyait fermement de sa présence. Ils n'avaient pas l'habitude de fonctionner séparer.

La douceur de ce moment était comme un bout de paradis volé. Ils se manquaient mutuellement. Leur attachement s'était encore renforcé depuis la naissance de leur fils. Et même si elle était convaincue que jamais il ne lui viendrait à l'idée de la demander en mariage, ils étaient maintenant unis par le plus beau des liens : un enfant. Leur enfant.

Elle laissa sa tête reposer contre le torse de Mulder qui était allongé dans son dos et partageait le même bain qu'elle. Ses yeux se fermaient lentement dans ce calme, cette séreinitude.

Leur moment à eux ne fut que de courte durée que des larmes de nouveau né vinrent les sortir de leur rêverie. Et sortit Scully du bain.


* Splash *

De l'eau chaude se déversa sur le sachet de thé de Scully. Cette tisane allait lui faire le plus grand bien. Elle n'avait pas eu à le demander qu'il su ce dont elle avait besoin. Tout avait toujours été si facile avec lui. Contrairement à Marc, il devinait ses besoins. Ou plutôt, il la connaissait. Vraiment.

Elle savait que penser comme elle le faisait était dangereux mais son coeur avait toujours été la propriété d'un homme et un seul. Et même lorsqu'elle s'en défendait, même lorsqu'ils se sont rencontrés, même lorsqu'ils se sont séparés. Elle savait que si il revenait...
Mais reviendrait-il ? Se faisait-elle juste des films ou ses sentiments semblaient ... Non, pas possible ?

- Je sais ce que tu penses et... ma réponse est oui. Je ressens toujours quelque chose pour toi... tu es ...



* Splash *

La pluie frappait la fenêtre de la chambre à coucher. Elle était éveilée depuis un moment déjà mais ne trouvait pas le courage de sortir de cet endroit paisible. Son lit était confortable, chaud et... et elle n'était plus seule. La respiration de son amant la berçait. Et alors même que les gesticulations de William qui avait tenu à dormir avec eux l'empêchait de trouver le confort qu'elle aurait eu sans lui, elle se sentait bien. Enfin bien.
Elle se releva un peu, prit appuie sur ses coudes pour s'assurer que de l'autre côté du lit, tout près de la place utilisée par Mulder, sa fille n'était pas sur le point de se réveiller pour réclamer son petit déjeuner. Elle dormait à poings fermés dans son berceau.



~~FIN~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehouseofdavid.bbconcept.net
 
#25 - Shadow of Summer [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Castlevania : Lords of Shadow (PS3, XBOX 360)
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Offre terminée.
» [McFadyen, Cody] Shadow man
» Spa Summer Classic (Historic Meeting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: Timmy-
Sauter vers: