Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Et si All things n'était pas leur première nuit ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: [Et si All things n'était pas leur première nuit ?]   Dim 31 Aoû - 3:55

Aucun bruit ne perturbait son sommeil. Elle s'était littéralement effondrée sur le canapé, sombrant aussitôt dans le pays de Morphée. Sa respiration était calme, son air serein. Pendant plusieurs minutes, il était resté là à l'observer. Ayant peur de la réveiller, il finit par se lever et se dirigea vers sa chambre. Les secondes se changèrent en minutes qui elles-mêmes se succédèrent pour donner naissance à des heures. Un silence étonnement reposant pesait sur cet appartement. Elle perdue dans ses rêves, lui dans ses pensées. Ces derniers temps, beaucoup de choses avaient changé. Leur relation s'était transformée, une étape avait été franchie. Du bonheur. Des rires. Des cris. De la joie. Du bonheur, oui. Mais aussi des centaines d'interrogations. Avaient-ils fait le bon choix? Depuis cette nuit-là, ils évitaient d'aborder le sujet, tentant désespérément d'affronter leurs craintes. Parce que terrifiés, ils l'étaient. Au fond d'eux-mêmes, des questions, des peurs, des sentiments enfouis remontaient à la surface. Mais aujourd'hui, tout semblait différent. Aujourd'hui, elle avait pris une décision. Aujourd'hui, tout semblait possible. Elle était restée longtemps à se promener. Juste à regarder les enfants jouer, les couples s'embrasser, les amis s'enlacer, les gens vivre, tout simplement. Elle avait alors pensé à sa propre vie, à ses propres erreurs. Rien n'arrive par hasard, lui avait-on dit une fois. Et c'était vrai, ce n'était pas arrivé par hasard. Ils n'avaient pas vécu cette nuit par hasard. Elle s'était aventurée dans les rues et l'avait finalement retrouvé devant l'hôpital. Était-ce le destin? Probablement. Qui d'autre aurait pu le mettre sur sa route à ce moment-là ? Ils rentrèrent chez lui, une discussion s'en suivit et elle s'endormit finalement. Ses rêves seraient-ils capables de résoudre les problèmes qu'elle n'osait elle-même poser? Peut-être.

Lorsqu'elle ouvrit les paupières, toute notion du temps ou de l'espace avait disparu. Où se trouvait-elle? Quelle heure était-il? Elle tenta de se lever mais se cogna maladroitement contre la table basse. Un juron sortit malencontreusement de sa bouche lorsqu'elle renversa la tasse posée sur la table. Avec un soupir d'exaspération, elle se ressaisit et emprunta le chemin de la chambre de Mulder. D'abord hésitante, elle poussa délicatement la porte. Elle profita du fait qu'il ne l'ait pas vue pour entrer sur la pointe des pieds. Des dizaines de coupures de journaux étaient étalées sur le lit, ce qui retenait toute l'attention de Mulder. Minutieusement, il les découpait, les classait puis jetait le reste. Elle resta debout à l'observer pendant plusieurs minutes. Il se retourna finalement et croisa son regard.

- Scully, tu ne dors pas?
- Plus maintenant.

Elle s'avança dans le but de s'assoir à ses côtés sur le lit. Pendant plusieurs secondes, aucun d'eux ne prit la parole. Lui continuait de découper ses articles, elle focalisait toute son attention sur ses mains.
- Hey Scully, tu savais qu'une femme affirme que son mari est le résultat d'une manipulation génétique et que du coup, il s'est transformé en insecte géant et tisse des toiles un peu partout dans leur maison.
- N'aurait-elle pas un peu trop regardé la télévision?
- Ah, tu veux sûrement parler de Spiderman.
- Je veux dire que les gens passent leur temps à fuir leur vie et à s'inventer des histoires ridicules juste parce que les médias leur lavent le cerveau.
- J'ai déjà tenté de laver le tien mais rien n'y fait.

Un sourire en coin, elle capta son regard.
- Mulder, qu'est-ce que ça veut dire?
- Que tu ne veux jamais croire mes histoires.

Il avait maintenant adopté une attitude qui se voulait enfantine. Une moue de petit garçon se dessina sur son visage et ses paroles semblèrent innocentes.
- Mais si, je veux bien croire... C'est juste que contrairement à toi, Mulder, je ne me jette pas sur la théorie la plus farfelue.
- Farfelue? Plausible, tu veux dire.

Un lueur s'était allumée dans leurs yeux. Ils jouaient et ils le savaient. C'était ce même jeu qu'ils jouaient depuis plus de sept ans maintenant. Il avait un côté rassurant, il leur rappelait que même si la plupart des choses changeaient, certaines restaient intactes.
- Regarde, il y a même une photo de son mari dans l'article. Tu peux vérifier, elle n'est pas truquée.
Il agita la photo devant ses yeux. Elle voulut la prendre pour l'inspecter de plus près mais il s'y refusa. Elle s'approcha encore de lui, mais plus elle avançait, plus il reculait. Elle se s'effondra finalement au-dessus de lui. Ils éclatèrent de rire en même temps et leurs yeux entrèrent en contact. Le bras de Mulder était toujours tendu et pendait désormais à l'extérieur du lit.
- Attention à la photo, Scully...
Elle changea de stratégie et l'embrassa. Au début hésitant, il répondit finalement à son baiser. Au bout de quelques instants, elle s'allongea complètement sur lui et lui arracha la photo des mains. Victorieuse, elle recula de quelques centimètres pour l'inspecter. Pas prêt à se laisser battre si facilement, il la saisit par la taille et lui reprit la photo. Ils étaient maintenant allongés dans les bras l'un de l'autre.
- Je n'ai pas eu le temps de bien regarder mais tu peux voir en deux secondes que la photo est truquée, Mulder.
Incapable de garder son sérieux une seconde de plus, un éclat de rire s'empara de nouveau de lui.
- Bon, d'accord. Peut-être que tu as raison pour celle-là.
- Pas que celle-là, Mulder. Je te parie que...

Ses yeux pétillaient à nouveau. Une idée lui avait traversé l'esprit. Et comme d'habitude, ce genre d'idées n'était jamais bonne pour Scully.
- Tu veux vraiment parier?
- Bien-sûr.
- Si on trouve une vraie photo, tu fais ce que je te demande de faire, d'accord?
- Mulder...

Trop tard, elle avait déjà levé les yeux au ciel. Il ne changerait jamais. Un sourire se dessina toutefois sur ses lèvres. Plus de questions, plus de doutes. Non, pas maintenant. Ils avaient retrouvé un peu de calme. Et si finalement tout était simple? S'il suffisait de s'engager les yeux fermés? Juste avant qu'elle ne s'endorme, il lui avait dit : tous leurs choix menaient à cet instant.
Ses mouvements étaient frénétiques. Les articles volaient à travers la pièce. Il cherchait tant bien que mal une photo qui se voudrait plus réaliste que les autres. Amusée, elle assistait à la scène en silence. Il agita finalement un bout de papier dans les airs.

- J'ai trouvé.
Elle lui ôta l'image des mains et feignit de l'inspecta pendant plusieurs secondes.
- C'est une fausse.
- Tu triches.
- Non, c'est une fausse, je suis désolée, Mulder. Aucune photo n'est vraie ici.
- Bientôt tu vas me dire que le Père Noël n'existe pas.
- Mul...Si tu veux y croire, d'accord.
- D'accord? J'ai gagné alors?

Ses lèvres à peine entrouvertes, il la fit taire à l'aide d'un baiser. D'abord tendre, celui-ci devint de plus en plus sauvage. Leurs bouches commencèrent un ballet frénétique où leurs langues étaient les seuls artistes. A bout de souffle, leurs regards se captèrent. Un mouvement de recul fut nécessaire : ce qu'ils lurent en l'autre les perturba. Passion? Désir? Envie? Un mélange de sensations exquises les fit perdre pied. Elle rejeta la tête en arrière, l'invitant par ce geste à poursuivre son chemin. Sa langue glissa le long de son cou pour finalement prendre possession de son ventre. Il s'y attarda quelque peu, lui arrachant quelques gémissements de plaisir au passage. Chaque parcelle de sa peau fut entièrement recouverte de baisers. Tout d'un coup, leurs gestes augmentèrent, une vague de désir les surprit. Recherche de nouvelles sensations. Encore et encore. C'était plus qu'un désir, ils ressentaient le besoin de se toucher, de se sentir, de ne plus faire qu'un avec l'autre. Besoin, oui. Ses mains cherchaient, ses lèvres exploraient, ses yeux trouvaient. Quand les vêtements devinrent un obstacle à leur découverte, ceux-ci volèrent à travers la pièce. Dans un éclat de rire, leurs bouches se rencontrèrent à nouveau. Leurs mains commencèrent un combat. Leurs corps s'entrechoquèrent. Les minutes s'enchainèrent. Mais peu importe. Peu importe puisque ce moment leur appartenait. Longue était la route du plaisir, alors chaque seconde était savourée comme si elle était la dernière. Lorsque les gémissements se transformèrent en cris, les caresses en spasmes incontrôlés, les baisers en tremblements incontrôlables, ils lâchèrent prise. Le nirvana fut atteint, leurs corps se laissèrent tomber sur le matelas. Un accord silencieux fut scellé : aucune parole ne brisa ce moment. Pas tout de suite, non. Quand le besoin de l'autre se fit de nouveau ressentir, ils se blottirent dans les bras l'un de l'autre. Un nombre incalculable d'émotions les envahissaient : Calme. Sérénité. Paix. Bien-être. Bonheur. Mais pour l'instant, ce fut le sommeil qui les attira à lui. Pour l'instant, ils avaient le droit d'être heureux. Rien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
 
[Et si All things n'était pas leur première nuit ?]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Va-t-il pleuvoir?
» Et si Stitch était un obsédé? (CONTENU POUVANT CHOQUER LES ENFANTS)
» SAL "c'était en décembre" d'AMAP
» Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants
» [DreamWorks] Shrek 4 : Il Était une Fin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: Hélo-
Sauter vers: