Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Révélation Tragique...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Mary*

avatar

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Révélation Tragique...   Mar 11 Nov - 18:09

Révélation Tragique


Mulder se faisait chauffer de l’eau lorsqu’on frappa à la porte :
-Oui ! Qui est-ce ?
-C’est moi ! répondit la voix tremblante de sa partenaire.
Mulder, peu habitué à cette voix de la part de Scully, alla tout de suite ouvrir à celle-ci. La porte fit place à une femme, les larmes aux yeux, le visage crispé par le désespoir, Mulder ne comprenait pas, jamais il n’avait vu sa partenaire dans cet état.
-Scully ?
La jeune femme laissa couler ses larmes qu’elle retenait depuis trop longtemps.
-Dana ? Qu’est ce que tu as ?
Elle baissa la tête, en elle-même elle était surprise que Mulder l’appelle par son prénom, mais elle n’en montra rien. Doucement elle approcha de son partenaire qui la prit tendrement dans ses bras. Ils s’étaient déjà pris dans les bras au par avant, mais jamais elle n’avait ressentit cette force protectrice qui l’enveloppait maintenant. Elle replia ses bras sur elle, et laissa son partenaire la serrer contre lui. Elle abandonna ses larmes qui se mirent à couler sans retenue.
-Dana ? Parle-moi, qu’est ce qu’il y a ?
-Je…mon enlèvement…ils m’ont rendue stérile Mulder… C’est tout ce que ses sanglots lui permirent de dire à son coéquipier.
Mulder sentait qu’elle était épuisée, les jambes de Dana commençaient à fléchir. Alors, doucement, avec tendresse, Fox fit glisser son bras jusqu’aux genoux de Dana tout en gardant l’autre autour de ses épaules. Ainsi il la prit dans ses bras, en la berçant. Elle avait calé sa tête au creux du cou de cet homme qu’elle aimait plus que tout, mais qui l’ignorait. Tranquillement il se tourna sur lui-même puis ferma la porte de son appartement. Il alla dans sa chambre et déposa doucement Dana sur son lit. Il lui caressa le visage avec tendresse et alla dans la cuisine pour lui préparer un verre de lait chaud. Une fois revenu dans la chambre il découvrit sa partenaire plongée dans un sommeil profond, son visage crispé de douleur quelques minutes au par avant était maintenant calme, presque serein. Seules les quelques larmes encore sur ses joues témoignaient du chagrin que Dana avait pu éprouver. Ne pouvant pas la laisser dormir comme cela, elle était encore en manteau, avait encore ses chaussures, il décida de la déshabiller pour la glisser sous les couvertures. Il commença donc à dénuder sa partenaire, la femme qu’il aimait depuis des années sans jamais le lui avouer. Il était ému à l’idée de découvrir son corps, il avait peur aussi, peur qu’en se réveillant elle ne prenne mal le fait qu’il ait prit cette liberté. Doucement, sans jamais la réveiller, il la déshabilla, Dana était maintenant en sous-vêtements. Il alla chercher un haut de ses pyjamas dans son armoire, et couvrir le corps de sa partenaire. Il la reprit alors dans ses bras afin de tirer les couvertures pour glisser le corps endormi de Dana dans son lit. Il la recouvrit pour éviter qu’elle ne prenne froid dans son sommeil.
Une heure avait passé depuis que Mulder avait pris la liberté d’entrer dans l’intimité de sa coéquipière, il en était encore ému, encore retourné. La fatigue commençait à l’assaillir, il était 23h00, et il se questionnait pour savoir s’il devait passer la nuit dans le canapé ou bien se coucher dans son lit aux côtés de Dana. Il fini par se dire qu’il se coucherait dans son lit, afin d’être là si sa partenaire se réveillait et avait besoins d’être rassurée. Il savait pertinemment que cette justification n’était pas la vraie raison de sa décision…
Une fois sorti de sa douche, Fox enfila un boxer, il faisait trop chaud pour mettre un pyjama. Ensuite toujours hésitant mais heureux, il alla se glisser sous les couvertures en prenant soin de ne pas réveiller Dana. Il resta sur le bord du lit pour ne pas la toucher ou la gêner au cas où elle se réveille. Le sommeil le gagna presqu’immédiatement…
L’engourdissement de sa main gauche réveilla Mulder, il ouvrit les yeux, il était 6 heures du matin. La raison de son réveil lui fut vite très claire, durant la nuit, Dana s’était blottie contre lui. Le bras gauche de Mulder était autour des épaules de sa partenaire, lui servant ainsi d’oreiller, tandis que son bras droit enserrait sa taille. Dana avait gardé ses bras à elle repliés contre sa poitrine. Heureux de cette découverte, Fox resserra son étreinte sur la taille et les épaules de la jeune femme, ainsi il rapprocha le corps endormi du sien. Dana bougea alors doucement la tête, le cœur de Mulder se mit à battre la chamade, comment allait-elle réagir en découvrant la situation ?
Doucement, il vit les yeux de sa partenaire s’ouvrir, elle avait la tête contre son torse, baissée, ils étaient face à face. Une fois les yeux ouverts, Dana découvrit qu’elle était lovée au creux des bras de l’homme qu’elle aimait. Elle ne bougea pas, paralysée, elle repensait à son arrivée chez son partenaire hier, puis elle s’était endormie sur le lit une fois qu’il l’y avait déposée. Elle sentait l’étreinte de Mulder autour de sa taille, de ses épaules, puis elle senti le haut de pyjama sur sa peau. Elle comprit alors qu’il l’avait déshabillée, à la fois paniquée et rassurée. Fox la regardait toujours, il ne disait pas un mot, et ce n’était pas utile, depuis toujours leurs regards en disaient long sans qu’ils ne prononcent une parole. Doucement Mulder souffla sur la mèche de cheveux roux qui couvrait le front de sa partenaire. Celle-ci leva les yeux, elle était bien là, elle ne voulait pas que ça finisse. Elle plongea son regard intense, bleu azur, dans le vert pétillant et profond de son partenaire. Elle senti la main posée au milieu de son dos, descendre lentement, avec douceur, arriver au creux de ses reins, passer sur la courbe de sa hanche et lui caresser la cuisse, pour ensuite remonter en passant sous la chemise de pyjama d’homme qu’elle portait. La main puissante de son partenaire alla se posée à plat entre ses omoplates sous son soutien-gorge. Pendant cette allée et venue, Mulder avait attirée le corps de sa partenaire encore plus contre lui, leur jambes étaient à présent mêlées, leurs ventres collés l’un à l’autre. Dana n’avait pas détaché son regard des yeux de cet homme qui l’enveloppait de toute sa tendresse, la seule barrière qui les séparait encore était ses bras à elle, toujours repliés contre sa poitrine. Elle avait peur de bouger, elle ne voulait pas interrompre ce moment qu’elle vivait avec délice. Cela faisait des années qu’elle attendait de pouvoir se blottir contre son partenaire, mais était-ce réellement ce qu’elle attendait ? Est-ce que la révélation d’hier n’avait pas poussé cet homme à un élan de tendresse inhabituel à l’égard d’une simple amie ? Voyant le regard de sa partenaire se perdre dans les méandres de ses pensées intimes, Mulder serra la jeune femme contre lui et lui embrassa le front. Ce bref instant, plein de douceur, ramena Dana à la réalité, mais toujours avec cette peur d’avoir suscité uniquement de la tendresse amicale chez son partenaire. Elle plongea à nouveau ses yeux dans ceux de l’homme qui l’étreignait, et celui-ci lui rendit son regard. Puis doucement elle vit glisser les prunelles vertes le long des lignes de son visage et s’arrêter sur sa bouche avec désir. Avec lenteur, Mulder approcha ses lèvres de celles de la jeune femme d’un geste timide mais déterminé. Dana, elle, laissa le visage séduisant de son coéquipier se rapprocher sans jamais montrer une quelconque réticence. Conforté par cette réponse, Mulder continua à se rapprocher et enfin, les lèvres des deux agents se rencontraient. S’en suivit alors un long et tendre baiser que les deux âmes vécurent avec bonheur. Lorsqu’ils se séparèrent, leurs regards disaient tout le bonheur, criaient tout l’amour qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre. Encore une fois, les mots étaient inutiles, les regards suffisaient…
Dana senti alors la main puissante et affectueuse de son homme ; car à présent elle en était sure, ils s‘appartenaient, s’était SON homme ; passer de son dos à son ventre. Avec ses doigts habiles il commença à déboutonner la chemise de pyjama qui couvrait la jeune femme. Celle-ci se laissa faire tout en passant ses mains fines dans la nuque et la chevelure souple et douce de son partenaire. Mulder arriva au dernier bouton qu’il défit lentement pour écarter les pans de la chemise, cette fois il prit le temps d’admirer le corps de la jeune femme, ce n’était pas comme la veille, cette fois ce moment était partagé. S’en suivit une longue découverte mutuelle de leurs corps respectifs qui aboutit à la consumation entière, douce et totale de leur amour trop longtemps refoulé. Ils s’endormirent dans les bras l’un de l’autre heureux d’avoir enfin avouer ce sentiment qui les liait depuis déjà des années.
Il était midi lorsqu’ils se réveillèrent. Dana était de nouveau blottie contre l’homme qu’elle aimait, elle était heureuse. Elle déposa un tendre baiser sur le torse de Fox avant de sortir du lit, nue, sous le regard amoureux de son partenaire. S’apercevant de l’observation dont elle faisait l’objet, elle prit le drap pour s’en couvrir et alla dans la salle de bain sous les yeux maintenant amusés de Mulder. Elle sortie une demie heure plus tard, une serviette la couvrant jusqu’à mis cuisses, ses cheveux encore humides s’égouttant sur ses épaules. Mulder avait enfilé un jean, il était torse nu et avait amené le petit déjeuner pour le prendre dans le lit avec elle.
Ils prenaient leur petit déjeuner et alors Dana débuta une conversation qui allait être étrange pour tous les deux.
-Mulder…
-Non, Fox !
Elle le regarda, surprise, le regard interrogateur.
-Tu peux m’appeler Fox maintenant !
-Bien dit-elle calmement, Fox…je…ça me fait peur !
-Pourquoi ?
Ils s’expliquèrent alors sur leurs sentiments, ils s’aimaient sans aucun doute. Ils parlèrent longuement de la nuit passée, Dana, très cartésienne et dans les règles, avait peur à cause du bureau qui interdisait une relation entre deux agents. Mulder lui ne s’en inquiétait pas, il l’aimait c’est tout ce qui comptait. Ils décidèrent cependant de ne pas montrer le changement de leur relation au bureau. Cela serait plus simple.
Un mois plus tard, rien n’avait évolué entre les deux agents qui avaient finalement repris leurs habitudes de partenariat dans le travail. Il y avait simplement plus de tendresse entre eux, tendresse exprimée grâce à la connaissance de leurs sentiments réciproques et à cette nuit qu’ils avaient passée ensemble il y a un mois de cela. Ils étaient peinés tous les deux par la distance qui s’était de nouveau installée entre eux, mais aucun ne voulait faire le premier pas.
Un coup du destin se chargea de ce pas à franchir deux semaines plus tard. Mulder était chez lui, en train de lire un rapport d’affaire non classée pour une enquête en cours lorsque quelqu’un tambourina la porte. Interloqué par la violence des coups sur l’entrée de son appartement, Mulder alla ouvrir sans même demander qui était là :
-Scully ?!?!?
Elle était bouleversée, elle avait l’air perdue, ne sachant calmer ses pensées.
-Qu’est ce que tu as ? Il avait l’impression de revivre la soirée qui les avait unis 6 semaines plus tôt.
Elle entra alors telle une furie dans le salon et s’assit sur le canapé. Mulder vint s’assoir à ses côtés et passa une main dans le dos de la jeune femme qui laissa couler ses larmes. Fox ne comprenait pas ce qu’il voyait, car Dana était en larmes mais elle souriait plus qu’il ne l’avait jamais vu sourire. Elle se tourna vers lui, le regard plein d’émotions. Il y percevait un mélange de joie immense, d’incompréhension et de peur. Une fois de plus, le seul fait de la regarder dans les yeux posa la question à sa place, elle lui répondit presqu’honteuse :
-Mulder…heu, Fox… Il était surpris, elle ne l’avait pas appelé par son prénom depuis cette nuit là. Fox, je ne comprends pas ce qu’il m’arrive, je ne l’explique pas non plus, le médecin lui-même y croit à peine.
-Quoi ? Qu’est ce qu’il y a ? C’est ton cancer c’est ça ?
-Non, non ! Je vais bien, parfaitement bien, je veux dire…nous allons bien ! Elle sourit, gênée mais heureuse.
Il mit quelques secondes à comprendre ce qu’elle venait de dire, elle avait dit nous, mais ce n’était pas de leur nous à eux deux qu’elle parlait !
-Dana… il avait le souffle coupé… comment c’est possible ?
-Je ne sais pas, mais c’est réel, je suis enceinte…de toi…c’est notre enfant…elle baissa la tête, elle avait peur de sa réaction, peur qu’il n’accepte pas cette responsabilité. Elle s’empressa alors de rajouter toujours la tête baisser, les larmes aux yeux : je ne te demande rien tu sais je veux juste que tu sois au courant !
Il prit alors le visage de la femme qu’il aimait entre ses mains, la comédie entre eux avait assez durée, ils s’aimaient. D’un tendre geste il passa son index son menton et lui releva le visage afin de pouvoir plonger son regard dans le bleu azur des yeux pleins d’émotion de la jeune femme. Il déposa alors un doux baiser sur ses lèvres et la serra dans ses bras.
-Quand sera la prochaine échographie ?
-Bientôt mais ? Elle se dégagea de l’étreinte de son amour pour le regarder dans les yeux. Alors elle sourit en constatant qu’il était très sérieux.
-Je ne plaisante pas tu sais, je serais là pour toi…pour vous…pour nous…
Alors une dernière larme glissa sur la joue de Dana, elle n’y croyait pas, le bonheur lui souriait enfin, elle allait vivre la plus belle des aventures qu’une femme puisse espérer de vivre et ceci épaulée et aimée par l’homme qui était son âme sœur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Révélation Tragique...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Congélation du café
» [Zweig, Stefan] Révélation inattendue d'un métier
» Révélation : le film
» Conservation et congélation
» congélation mais faut il décongeler avant de broyer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: MaryL-
Sauter vers: