Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Colloque

Aller en bas 
AuteurMessage
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Colloque   Mar 3 Mar - 0:30

Le Directeur du FBI de Californie termina son discours. Mulder écrivit les dernières notes sur son carnet. La matinée se terminait. La centaine d’Agents présents était convié à se rendre au buffet. Boissons et petits fours se trouvaient à leur disposition. Mulder observaient ces différents individus. Mais que faisait il ici ? Colloque des Agents du FBI de tout le pays. De la côte Est à la côte Ouest en passant par le Nord, le Sud et le Centre. Mulder n’était pas le seul de Washington mais ne souhaitait aucunement se mêler aux autres. Trop solitaire pour ça. Et traîner avec des hypocrites n’était pas dans son caractère. Il espérait la voir durant ce séjour de 2 jours. Mais elle ? Un an s’était écoulé depuis le fameux voyage en Arctique. En revenant elle avait décidé de quitter les affaires non classé et de quitter la région. Elle avait besoin de se retrouver, de changer d’air. Il avait eu du mal à l’accepter, à la comprendre. Mais elle avait fuit, presque sans explications. Le minimum. Il savait qu’elle était à Los Angeles. Rien d’autre. Il se dirigeât vers le buffet pour grignoter. Mulder observait autours de lui. Son passe temps favoris dans les endroits inconnus. Mais son regard s’agrippa vite à un autre. Elle était bien là. Comme il l’espérait. Elle l’avait vu mais ne bougea pas. Elle se trouvait en pleine discussion avec d’autres Agents. Elle détourna les yeux et repris la conversation. Quelques minutes plus tard, alors qu’il était en train de regarder dehors, il entendit sa douce voix dans son dos.

- Bonjour Mulder.

Il se retourna, sourire aux lèvres. Sourire qui s’échappa rapidement en la voyant accompagnée.

- Bonjour Scully.
- Je te présente Rick, mon partenaire.

Ils se serrèrent la main poliment. Le fait de le présenter comme partenaire ne lui plaisait pas. Pourquoi s’imaginait il autre chose entre eux en l’espace de quelques secondes ? Elle rayonnait, il devait se l’avouer, il la trouvait magnifique.

- C’est étonnant de te voir ici.

Il ne savait pas comment interpréter cette simple phrase. Certes elle le connaissait mieux que personne et le voir dans ce genre de réunion devait la surprendre mais son ton était froid et elle souriait d’une façon ambiguë. Ils furent interrompus par l’organisateur qui leur demandait de réintégrer l’amphithéâtre pour un autre discours. Un « à plus tard peut être » et Mulder regagna sa place, tout en haut à gauche de la pièce. Il regarda sa montre indiquer 14 heures. L’après midi risquait d’être longue. Très longue. Surtout s’il passait son temps à l’observait sourire et s’amuser avec son « partenaire ». Elle semblait détendue. Heureuse. Il tenta de se concentrer et pensa à son but d’être ici. Il prit note de ce qu’il entendait et regardait patiemment les différents Power Point et Diapositives retransmis sur la toile blanche. A 18 heures ils furent enfin relâchés. Un grand dîner était organisé ce soir. Ils n’avaient pas fait les choses à moitiés. Mulder ne voulait pas y aller mais après tout, manger et boire sur le compte du FBI n’était pas donné tous les jours. Après avoir discuter quelques minutes avec d’autres Agents, il prit la direction de sa chambre. Il s’étonna de voir ce que le gouvernement pouvait faire. Organiser un colloque sur le FBI dans un luxueux hôtel sur la côte Californienne, payant le voyage à tout le personnel. L’ascenseur s’ouvrit sur le couloir du 3ème étage. Sa chambre se trouvait tout au bout et quand, il sortir il eu juste le temps de voir Scully entrer dans une chambre avec ce Rick. En soupirant, il inséra sa carte dans la porte et disparut derrière celle-ci.


20 heures. Mulder était attablé, prêt à dévorer son repas. Il ne pouvait s’empêcher de la chercher du regard parmi ce monde. Mais son attention fut reportée sur la discussion qui venait d’être entamée. La soirée se passa calmement entre éclats de rires et conversation sérieuse sur la gouvernance du pays ou les réels problèmes de sécurité et de terrorisme. Chacun évoquait les enquêtes les plus folles et les plus sérieuses. La grande horloge venait de sonner les 23 heures. Le dîner terminé, il se dirigeât vers le bar pour commander un verre. Il le dégusta tout en parlant à la serveuse. Une nouvelle fois, la voix de Scully résonna à coté de lui.


- Alors ? Qu’as-tu fais pour te retrouver ici ?

Son sourire était plus sincère que tout à l’heure. Ce grand blond qui ne l’avait pas lâché de toute la journée ne se trouvait pas avec elle. Il lui sourit et reporta son attention sur son verre, faisant tourner le liquide doucement.

- Tu n’es pas sans savoir que les affaires non classées ont été fermées et tu me connais assez pour savoir que ce n’est pas ce genre de chose qui m’arrête. Le ton plus froid qu’il ne l’aurait voulu.
- Mulder … Ne prends pas ce ton s’il te plait. Ce n’est pas moi qui n’ai pas répondu aux nombreux appels et messages …

Le ton allait vite monter s’ils ne se retenaient pas. Il ne répondit pas, jouant toujours avec son verre, le regard perdu dans la boisson. Elle se leva du tabouret et serra les dents, mi en colère mi déçue.

- Je ne pensais jamais qu’on en arriverait jusque là … A être des étrangers et à s’ignorer …

Il la regarda partir en direction de l’ascenseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Colloque   Dim 8 Mar - 17:21

Il se dirigeât vers la chambre occupée par Scully, sur le même étage que lui mais à l’opposé. Il frappa. Qu’elle ne fût pas sa surprise quand ce grand blond qui lui servait de partenaire lui ouvrit la porte. Malgré sa surprise, il arriva à articuler et à demander si Scully était disponible.

- Elle est sous la douche.

Rick répondit avec un sourire victorieux et referma la porte. Mulder n’en demanda pas plus et tourna les talons pour rejoindre sa chambre. Il prit une petite bouteille de Whisky dans le mini bar, bu une gorgée et s’assis à la table, ouvrant son carnet et commençant à faire ce que son supérieur lui avait demandé. Depuis quand faisait il ce qu’on lui demandait ? Depuis quand obéissait il aux ordres de la hiérarchie ? Depuis quand était il troublé à ce point en la voyant ? Il fuyait ses pensées en travaillant. Comme toujours. Il savait qu’elle lui manquait mais venait de comprendre que ce n’était pas seulement son amitié. Un bruit sourd le sortit de ses pensées. Il ouvrit la porte et se retrouve nez à nez avec Scully. Surpris, il l’observa. Cheveux humides, un peignoir en coton blanc noué à la taille et pieds nus. Elle se faufila dans la chambre sans en attendre la permission. Il referma la porte doucement.

- Désolée mais je n’ai pas envie d’alimenter les ragots en faisant le pied de grue devant ta porte, surtout dans cette tenue.
- Personne ne t’oblige à venir.
- Si je suis là c’est pour essayer de comprendre certaines choses comme ton comportement par exemple. Dit elle tristement.
- Pourquoi est ce que ça t’intéresse ?
- Si tu penses que ton agressivité me fera partir tu te trompes.
- J’ai toujours rêvé d’avoir un nez un peu moins grand mais je ne souhaite pas que ça soit Rick qui me le réduise en te sachant ici, surtout dans cette tenue … Répondit Mulder sarcastiquement.
- N’inverse pas les rôles Mulder. Je suis partie d’accord, mais je t’ai appelé souvent, je t’ai laissé des messages, jamais tu n’as daigné y répondre ! Tu sais que j’avais besoin de partir quelques temps mais je n’avais pas envie que tu sortes de ma vie mais ton orgueil …

Le ton montait mais il la coupa d’un ton las. Il s’assit sur le bord du lit, la regardant mais baissant la tête aussi rapidement.

- Je t’ai appelé …
- C’est faux.
- Je t’ai appelé, certes peu de fois … Deux pour être précise. J’avais besoin de toi de te parler mais tu avais d’autres préoccupations, j’ai donc renoncé …
- Je … Tu peux être plus clair ?
- Les deux fois je t’ai téléphoné chez toi, le soir après le travail et deux fois un homme m’a répondu … Ce Rick je suppose …
- Et c’est pour ça que tu n’insistes pas ? Deux fois en 13 mois ça te parait suffisant ? Mulder … Je t’accorde que Rick n’aurai pas du décrocher mon téléphone personnel mais le connaissant, je devais être occupée … Mais il ne m’a laissé aucun message …
- Je n’en ai pas laissé …
- Tu aurais du …
- J’ai compris que je t’aurais dérangé dans ta nouvelle vie.
- Solution de faciliter. Tu comprends surtout de travers. On va remettre les choses à plats Mulder et bien que ça ne te regarde pas … Rick n’est que mon partenaire. Il m’a accueilli quand je suis arrivée, m’a fait découvrir la ville, m’a permise de découvrir qu’il y a une vie en dehors du travail …
- Et te permettre de comprendre que tu as passé 5 ans avec un crétin à perdre ton temps …
- Si ça te plait de penser ça libre à toi …

Toujours assis, il prit sa tête entre ses mains et se frotta le visage. Scully s’avança pour se mettre debout face à lui.

- Skinner ne t’as rien dit ?
- Comment ? Je n’ai aucune nouvelle de personne depuis que je suis partie …

Elle s’assit à ses côtés et lui prit les mains dans les siennes, l’invitant à parler de ce qu’il avait sur le cœur.

- Je … Tu es partie, les affaires non classées ont été fermées, j’ai compris la trahison de Diana … J’étais dans une période d’incompréhension, j’avais l’impression que tout s’écroulait autours de moi. Notre partenariat, notre amitié, notre travail, ce travail pour lequel j’ai tout donné, celui pour qui je suis fait et que j’ai mis des années à construire. J’ai juste cette sensation d’avoir échoué à tout point de vue. Diana, Kersh et les autres ne se privent pas de me le faire remarqué et ils ont réussi à m’en persuader.
- Mulder …
- Attend … C’est ce que j’appelle la bonne partie de l’année … Tu m’as appelé souvent, j’ai bien eu tout tes messages mais si tu étais partie c’est que tu souhaitais une nouvelle vie, ou au moins ne plus entendre quelques temps des affaires non classées … Toi tu avais sûrement de nouvelles choses à me raconter mais moi non … Je n’allais que te répéter ce que tu as entendu durant 5 ans à mes cotés … Et je ne voulais pas paraître plus pathétique que je ne l’étais …
- Je voulais prendre de tes nouvelles, savoir que malgré tout ça tu t’accrochais … Tu n’étais pas n’importe qui dans ma vie Mulder et m’évincer de la tienne me fait souffrir plus que ce que tu ne pourrais l’imaginer.
- Quand j’ai voulu t’appeler la première fois, six mois après ton départ, c’était parce qu’il n’y avait que toi qui pouvait m’aider à accepter, à comprendre, et à m’écouter. Ton ami a décroché et je ne m’y attendais tellement pas que je l’ai laissé raccroché sans dire un mot … Pour moi tu refaisais ta vie et la dernière chose à laquelle j’avais pensé c’était que quelqu’un prenne ma place … En tant qu’ami et partenaire … Puis quelques jours plus tard, une autre nouvelle m’a mener à te retéléphoner … Et encore une fois, le même scénario avec un éclat de rire venant de toi qui résonnait au loin … Je ne l’avais jamais entendu … J’ai préféré ne plus recommencer.

Elle tenait toujours ses mains fermement. Il regardait la moquette de la chambre d’hôtel mais elle voyait ses yeux brillaient, menaçant de laisser des larmes s’écouler. D’une voix douce qu’il apprécia, elle posa la question.

- Que s’est il passé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Colloque   Dim 15 Mar - 22:21

- Maman s’est suicidée et j’ai retrouvé Samantha.

Une bombe aurait eu le même effet. Elle n’arrivait pas à assimiler ce qu’il venait de dire. Il l’observait. Elle ouvrait la bouche mais aucun son ne sortait. Il avait oublié à quel point son regard était expressif. Ce regard qui s’embruma de larmes qu’elle essayait tant bien que mal à retenir.

- Ouép. Pendant quelques jours j’avais le même visage, les mêmes expressions …

Il laissa un mince sourire s’afficher. Un sourire empli de tristesse et de mélancolie. Il lui expliqua alors du début à la fin ce qu’il avait traversé. Le pourquoi, le comment, ce qu’il savait, ce qu’il suspecté … Ils ne retenaient plus leurs larmes et elle le prit dans les bras comme un enfant. Il se laissa aller, évacuant tout ce qu’il avait retenu ces derniers mois.

- Je suis désolée … Je … J’aurais du être là …
- Non. Non ne dit pas ça. T’imaginer heureuse m’a aidé à aller mieux.
- Mais je ne le suis pas ! Pas plus qu’a Washigton. Ma famille me manque, mon travail me manque, la neige me manque … Tu me manques … Mais … Mulder ! Tu aurais du insister ! Tu aurais du me rappeler !

Elle se releva et marcha dans la chambre, foulant la moquette de ses pieds nus. Il se leva à son tour mais resta devant le lit. Il attrapa sa main quand elle passa devant lui. Leurs regards se croisèrent. Le temps se suspendit. Il l’attira vers lui et replaça une mèche derrière son oreille. De ces pouces, il lui essuya le visage sans quitter son regard. Elle avait posé ses mains sur ses avant bras et un moment de déjà vu les traversa instantanément.

- Tu me manques aussi …

Sa voix n’était qu’un souffle au creux de son oreille. Elle frissonna et sans réfléchir, colla son bassin contre celui de Mulder laissant ses mains descendre sur ses hanches. Elle frissonna de nouveaux quand elle sentit ses mains s’emmêler dans ses cheveux fraîchement laver, massant son crâne. Elle ferma les yeux et sa tête partie d’elle-même en arrière. Elle ne contrôlait plus rien. Elle ne voulait plus réfléchir. Elle sentait son souffle près de ses lèvres, son nez effleurer le sien. Mais le froid se réinstalla entre eux. Il fit un pas en arrière et butta contre le lit.

- Mulder …

A peine audible, juste un gémissement. Elle fut contrainte de rouvrir les yeux.

- Tu devrais rentrer … Quelqu’un t’attend …
- Mulder, je t’ai dit qu’il n’y avait rien entre nous … Si Rick était dans la pièce avec nous ce n’est pas sur moi qu’il se jetterait …

Leur voix n’était que murmure. Ils souriaient. Pour une fois depuis longtemps ils tombèrent d’accord sur les gestes à adopter et les décisions à prendre. Scully se recolla contre lui et ils commencèrent une danse lascive, appréciant le désir s’instaurer entre eux lentement, prenant son temps. Les jambes de Dana flageolaient. Enfin elle sentit ses lèvres se faire caresser par celles de son ami. Elle les entrouvrit légèrement et ils ne mirent pas longtemps à rendre se baiser fougueux. Leurs mains inversèrent leur rôle. Elle agrippa ses cheveux, comme si elle allait le perdre dans la minute qui arrivait. Elle allait perdre pied comme elle en avait longtemps rêvé avec lui. Rien qu’avec un baiser. Jamais son ventre ne l’avait tiraillé de la sorte. En un mouvement ils se retrouvèrent assis. Lui sur le lit, elle sur lui. Il sentit le souffle de son amie brûler de désir contre son oreille, sa bouche s’amusant avec son lobe. Il en profita pour glisser ses mains sous le peignoir et les posa sur ses fesses l’attirant encore plus à lui. Leur regard se croisa une nouvelle fois et plus aucune timidité n’existait entre eux.


- Et Skinner ?
- Quoi Skinner ? Si tu pouvais éviter de prononcer son nom quand nous sommes … comme ça … Ca me ferait plaisir.
- Tu sais bien que je n’ai d’yeux que pour lui …
- Après ce que tu viens de me faire vivre je n’en doute pas une seconde, dit il amusé.
- Je voulais savoir s’il avait été la pour toi.
- Oui. Il m’a beaucoup aidé …
- Je suis étonnée qu’il ne m’ait pas appelé.
- Ca prouve que c’est une personne de confiance.
- Tu le lui avais interdit ?
- Oui … Ce qui m’étonne c’est que les 3 autres ne l’ai pas fait eux !
- Comment vont-ils ?
- Scully j’aime mes amis mais delà à parler d’eux ici et maintenant … C’est limite. Je fais déjà une exception pour notre cher Walter ne m’en demande pas plus !

Leurs éclats de rire moururent dans un baiser. Mais bien vite la passion laissa place à la séparation. A regret, elle se leva et s’habilla du peu de vêtement qu’elle avait avec elle. IL n’osa pas demander s’ils allaient se revoir très vite. Demain c’était certain mais au milieu de tous ce n’était pas ce qu’il désirait vraiment. Elle non plus ne voulait pas en parler, pas maintenant et puis entre eux, les mots se trouvaient inutiles. Elle posa sa main sur la poignée de la porte et regarda l’heure furtivement. 3H47. Mais elle ne put réfléchir plus longtemps, Mulder la plaqua contre la porte, la souleva et l’embrassa comme si c’était la dernière fois. Puis elle disparut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Colloque   Jeu 19 Mar - 0:54

Le lendemain ne fut pas celui attendu. La journée était chargée pour tout le monde et lui devait faire ce que Kersh lui avait demandé. Dans l’après midi, l’équipe du bureau de Los Angeles s’activa. Il eu juste le temps de la voir partir rapidement, téléphone en main. Une urgence lui indiqua t-on. Il rentra à Washington sans l’avoir revu, sans avoir de nouvelles. Les jours se succédaient et se ressemblaient. Ils se téléphonaient de temps en temps se racontant leurs enquêtes, demandant conseil à l’un et l’autre mais sans reparler de ce qu’ils avaient vécus. Peur de ne pas entendre ce que l’autre voulait ? Aucuns d’eux ne savait et ne voulait faire le premier pas. A quoi bon, un pays entier les séparait. Mais depuis quelques jours, il n’avait plus de nouvelles et il allait vite comprendre pourquoi.


- On ne vous a jamais dit que vous n’étiez pas Superman ?
- Je n’ai jamais cessé de lui dire mais avec Mulder ça rentre et ça sort aussitôt.
- Scully ? Aie … Qu’est ce que … ?
- Skinner m’a appelé.
- Ah … Ben pas si fidèle que ça l’ami ! Mulder et Scully se lancèrent un regard de connivence, sourire aux lèvres.
- Pardon ? Demanda Skinner.
- Il y a beaucoup trop de monde dans cette chambre ! Veuillez sortir s’il vous plait.
- Je suis le Docteur Scully, Mulder est mon patient.
- Bien. Restez mais il a besoin de repos, 3 côtes fêlées et le dos fragile, il doit faire attention.
- Comptez sur moi pour le lui rappelez !

Le médecin sortit de la chambre laissant les deux amis seuls.

- Une petite chose Mulder.
- Oui ?
- Qui est cette brune ?
- Oh … Jalouse ?
- Ne répond pas par une question et tu es mal placé pour me dire ça ! Tu as juste omis de me dire que dans tes deux nouveaux partenaires, il y avait une femme assez jolie et d’après ce que je sais les brunes ne te laisses pas indifférentes …
- Au lieu de dire n’importe quoi dit moi pourquoi tu es là. Tu as une petite mine. Aïouch …
- Tu as mal ?
- Mmmh … Ca va … On a connu pire … Alors, tu m’expliques ou on joue aux devinettes.
- …
- Scully que se passe t-il ?
- Je … Je reviens à Washington …
- Et ? C’est pas une bonne nouvelle ?
- Si … Mais je ne reviens pas aux affaires non classées …
- … Je m’en doute …
- Mulder ce n’est pas une question d’envie …
- Tu n’as pas à te justifier. Je savais qu’un jour ou l’autre tu trouverais un travail qui te plairait, où tu t’épanouirais.
- Ce n’est pas une question de ne pas aimer mon travail tu le sais, le FBI est important pour moi … Enfin il l’était … Maintenant je dois assurer une sécurité … Celle de …
- Scully arrête de tourner autour du pot tu m’inquiètes. Quelle sécurité ? Pourquoi es tu en danger ?
- Mulder, elle sourit, Je ne suis pas en danger … Mais mes priorités ont changé. Je n’assure pas ma sécurité mais … celle de mon enfant …

Mulder la fixait et ne semblait pas comprendre un traître mot de ce que disait son amie. Elle se pinça les lèvres et baissa la tête de peur d’affronter sa réaction.

- … De notre enfant …
- Enfant ? Notre ?
- Je ne sais pas si tu te souviens de ce qu’il s’est passé il y a quelques semaines et je ne sais ce que tu penses vu que nous n’en avons pas discuté mais sache que dans quelques mois il y aura quelqu’un entre nous, et tu sais Mulder …

Elle parlait de plus en plus vite, responsabilités, parents, enfant, avenir ... Il n’entendait rien. Il ne comprenait pas grand-chose. Comment une nuit pouvait faire tout basculer ?

- … Je comprendrais que tu ne veuilles pas faire partie de cette histoire, non je ne comprendrais pas mais je respecterais …

Elle continuait …

- Mulder qu’est ce qui te fais sourire ?
- Je … Je t’imagine avec deux gamins sur le dos.

Elle fronça les sourcils en signe d’incompréhension. Il lui fit signe de s’allonger à coté de lui, dans ce lit d’hôpital. Il tenta de se décaler malgré la douleur. De sa main valide il effleura son ventre par dessus son pull.

- Tu as déjà du mal à me gérer, tu crois que deux comme moi ça va te convenir ?
- Ai-je vraiment le choix ? Elle le taquinait alors que son regard se remplit de larmes.
- Je ne sais pas à quel moment tu as pu croire que je te laisserai seule dans cette aventure … Je vais mettre ça sur le compte des hormones !

Elle laissa les larmes couler sans retenue, heureuse. Il l’embrassa et ils fermèrent les yeux, laissant le sommeil les emporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Colloque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Colloque
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COLLOQUE - Création d'entreprise, 16 février, Evry
» [Colloque] La fiction policière aujourd'hui
» [Colloque] Littérature jeunesse: Adaptation et traduction
» Colloque "Bandes d'enfants" en 2011
» Colloque Cerisy: le western.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: *Luciole*-
Sauter vers: