Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Retrouvaille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Retrouvaille   Mar 1 Aoû - 18:46

Le printemps touchait à sa fin. Le soleil brillait depuis plusieurs jours sans pour autant être à son maximum. La mer bleu transparente venait se fondre au sable blanc et fin. L’endroit idéal pour se reposer, ne penser à rien. Faire le vide. A leur pose du midi, Dana et Joyce aimaient s’y réfugier. Toutes les deux exerçaient à l’Université de Los Angeles en tant que médecins légistes. Profession destinée à coopérer avec les policiers de la ville. Depuis son exile avec son fils, Dana réapprenait à vivre. Joyce, une amie d’enfance avec qui elle étudiait la médecine, l’avait recueillit dans un triste état. Un soir d’automne, il y a deux ans et demi, un colloque médicale avait eu lieu. Dana s’y était rendu ne sachant à quoi s’attendre. Elle retrouva celle qui avait fait office de confidente pendant des années, avant de partir pour la cote ouest. Une dizaines d’années s’étaient écoulées depuis cette rupture brutale. Mais depuis ces retrouvailles, elles ne se quittaient plus. Assis comme tous les mercredis, face à la mer, sous le parasol, William mangeait sous le regard amusés des deux jeunes femmes. Leur emplois du temps était semblable. Le mercredi étant destiné au repos et à William. Joyce aimait croquer la vie à pleine dents. Elle sortait souvent et ne ressentait pas le besoin de se stabiliser pour le moment. Contrairement à Dana qui était plus posée, plus calme. Mère célibataire obligeant ce mode de vie. Comme toutes les semaines, Joyce tira les cartes. Malgré son coté scientifique, elle croyait en certaines choses ce qui faisait sourire Dana. Cette dernière qui en avait tant vu par son métier, ce montrait tout de même sceptique. Les prévoyances n’ayant que très rarement abouties.
« Tu rencontreras le grand amour aujourd’hui » Lui dit elle en la regardant gravement dans les yeux. Dana éclata de rire.
« Je peux compter sur les doigts d’une main, les semaines où tu ne me l’as pas dit. »
« Rigole … On verra le jour où sa arrivera. »
Dana ne répondit rien, sachant pertinemment qu’elle ne le vivra plus, ce grand amour. Elle demanda à son amie de s’occuper de William pendant qu’elle se reposerait. Mission qu’elle accepta volontiers. Elle fit quelques recommandations à son fils. Agé d’un peu plus de deux ans et demi, Will était un petit garçon agité. L’hyperactivité ne l’avait pas gagné mais il allait régulièrement chez le pédiatre pour se relaxer. Il faisait rarement des nuits complètes depuis sa naissance. Elle ferma les yeux et s’imaginât pour la énième fois ce que serait devenue sa vie avec Mulder à leurs cotés, pour la énième fois elle repensa à ses huit dernières années. Elle s’endormit. Joyce fit quelques pas puis quelques pâtés de sables avec le petit homme. Malgré ses responsabilités, elle ferma les yeux un cours instant. Dana se réveilla en douceur. Ses yeux s’adaptant difficilement à la lumière vive du soleil, elle regarda sa montre. Un peu plus d’une heure qu’elle s‘était assoupie. Elle se redressa sur un coude avant de se lever aussi vite que possible. Elle regarda autour d’elle, Joyce était endormit, William disparut.

Il était assis face à cette étendue bleu clair qu’était l’océan pacifique. Il finissait de rédigeait son article. Article qui allait paraître fin de semaine. Il avait trouvé ce travail depuis peu et il lui convenait parfaitement. Il ferma son carnet de note pour un prendre un autre. Un journal qui le suivait depuis 2 ans et demi. Cahier dans lequel, tous les jours, il écrivait un mot sur ce qu’il faisait, sur ce qu’il pensait et ressentait. Sur son mal être sans la femme qu’il aimait et sans son fils. Il les avait quitté de peur de les mettre en danger ainsi que lui. « Nous étions des âmes sœurs mais nous ne sommes plus que des âmes seules. » Lui c’était certain mais elle ? Avait elle reconstruit sa vie ? Elle le méritait. Il écrivit quelques mots quand une main minuscule se fit sentir sur son épaule dénudée et chaude. Il se retourna et son regard se posa sur le petit être qui lui souriait.
« Papa »

Aux cris affolés de Dana, son amie se réveilla. Elle discerna un regard foudroyant de celle qui se tenait à coté.
« COMMENT AS TU PU ? JE NE PEUX PAS TE FAIRE CONFIANCE !!!?? IL EST SI PETIT … »
Sa voix se brisa mais elle réussit a retenir un sanglot. Elle regarda partout et se retourna vers Joyce qui était figée, le doigt pointant vers l’horizon. Dana se retourna vers la direction indiquée et s’immobilisa aussi vite, incapable de faire un geste face au tableau qui se présentait. Elle aurait voulu courir, crier, pleurer mais ce mélange de sentiments n’y fit rien. Ses paupières clignaient à peine. Il était la : souriant, petit, menu dans les bras de ce grand brun. Un contraste flagrant mais tellement normal. Il s’approcha lentement, le regard immergé dans le sien. Elle tremblait, des frissons envahissaient son corps malgré la température estivale. Une fois à quelques centimétriques l’un de l’autre, elle articula avec difficulté, un nom qu’elle n’avait pas utilisé depuis si longtemps.
« Mulder … »
Elle finit par détourner le regard pour le poser sur son fils. Leur fils. Il avait le sourire aux lèvres et les étoiles dans les yeux comme jamais elle ne l’avait vu
« William ne me refait plus jamais sa !! J’ai eu si peur !! » Elle tenta d’avoir un minimum d’autorité mais face à ce qu’il se passait, sa voix se brisa une nouvelle fois.
« Uiyam trouvé papa »Ces trois mots lui ôtèrent les larmes retenues, lui inondant le visage. Elle s’approchât pour se blottir contre les deux hommes de sa vie. Mulder lui attrapa, de sa main libre, la base de sa nuque et l’attira contre son torse en murmurant un « Scully » remplit d’émotion. Elle senti le bras fragile de son fils s’enrouler autour de son cou.

Après ce moment intense, ils se séparèrent. Ils s’observaient silencieusement. Lui ne portant qu’un short de plage et un sac reposant sur son épaule et elle vêtu d’un maillot deux pièces et d’un paréo assorti au bleu de ses yeux. Tous deux avaient une paire de lunette solaire sur la tête. Il les invita a prendre une verre dans un café de la digue. Dana s’aperçu que son amie les avaient quittés mais ne savait depuis combien de temps. Une fois installés, ils discutèrent durant de longues heures. Parler de se qu’ils avaient fait, de leur chemin parcouru jusque la, de leur vie. Il lui raconta comment il s’était retrouvé à écrire des articles dans le magasine « Paranormal ». Il enquêtait sur des faits inexpliqués et des témoignages qu’il recueillait. Il avait une carte de journaliste qui lui ouvrait beaucoup de portes et portait toujours son arme sur lui, même si c’était moins officiel.
« Je vois que tu as réussi ta reconversion ! »
« Et toi ? Tu es revenue à la médecine mais toujours liée aux enquêtes. Ne me dit pas que tu n’as plus d’arme, je ne te croirais pas. »
« Bien sur que si mais avec lui c’est pas simple. »
Elle désigna son fils d’un mouvement de tête.
« Il est bien sage pour son âge. » Remarqua Mulder. Depuis une heure trente qu’ils étaient assis, William n’avait pas bougé.
« Crois moi c’est bien la première fois. Pas une minute en place, toujours à chercher la où il ne faut pas, à courir partout. Sa ne te rappel personne ? »
« Comment est ce possible ? Je veux dire c’est toi qui l’a élevé. Il te ressemble tellement.»
Il baissa la tête. Comment avaient il pu les laisser ? Question qu’il se posait perpétuellement. Il senti la main de Scully lui relevait le menton.
« Il me ressemble peut être mais son caractère têtu ne vient pas de moi ! Attend de voir sa chambre. » Il la regarda d’un air interrogateur mais elle ne répondit que par un sourire. Il regarda sa montre et s’aperçu de l’heure tardive.
« Je dois partir sur le terrain … Je ne sais pas quand je rentrerai … »
« Je n’ai plus de téléphone pour le moment mais je te donne mon adresse. Passe quand tu veux, sachant que le plus vite seras le mieux … pour lui. »
« Dès que je rentre, je passe. Je te le promet. Prenez soins de vous. »
Il voulu l’embrasser tendrement mais se retient n’ayant pas abordé le sujet « vie privé ». Il lui déposa un baiser sur la joue ainsi que sur celle de William.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Retrouvaille   Mar 1 Aoû - 18:47

Plusieurs jours c’étaient écoulés depuis ce fameux mercredi et pourtant aucunes nouvelles. William était nerveux se qui rendait la vie impossible pour Scully. Elle avait confiance en lui, savait qu’il reviendrait mais quand ? Il lui fallait une réponse. Elle n’était plus à quelques jours près mais les nerfs lui feraient bientôt faux bon. Mulder hantait ces nuits et ces journées. Elle écoutait une chanson de Céline Dion en boucle. Chanson lourde de sens.
« But when I dance
Je t'aime encore


But where are you
So far with no address
How's life for you
Time is my only caress

Je t'aime encore just like in an old fashioned song
And it burns in my soul, anything else seems too long
Oh more and more, it's strong as I can be
Oui je t'aime encore
But you, you cannot hear me. »


Elle récupéra William chez la nourrice et arriva chez elle vers dix huit heure. Elle regarda le calendrier. Mardi. Bientôt une semaine. Elle donna le bain à son fils et lui prépara à manger pendant qu’il jouait dans sa chambre. La sonnette résonna dans l’entrée. Son cœur s’arrêta un cours instant avant de repartir de plus belle. Elle baissa le gaz et s’approcha lentement de la porte. Elle savait que c’était lui. A peine avait elle ouvert la porte, qu’elle se jeta dans les bras de Mulder. Après cette étreinte, elle lui proposa d’enter. Mais elle le voyait hésiter. Comme d’habitude elle devinait ses pensées.
« Je vis seule Mulder. Entre. » Elle lui attrapa la main et s’aperçu qu’il tenait un bouquet de rose rouge dans l’autre.
« Je suis désolé. L’enquête a pris plus de temps … et je voulais être sur que si je revenais se serait pour de bon. Je ne veux plus fuir. » William arriva comme une bourrasque, emportant tout sur son passage.
« Papaaa »
« Il t’attend depuis longtemps. »
« Seulement lui ? » Elle détourna le regard.
« A ton avis ? »

C’est William qui s’occupait de faire visiter la maison. Ils arrivèrent à sa chambre et Scully ne voulait rater sa pour rien au monde. Mulder entra et resta immobile.
« Je tiens à dire pour ma défense que je ne l’ai incité à quoique se soit. »
« Mais … Je … Et … Tu le laisse faire ? »
« Tu crois que j’ai la force de lui refuser ? »
Ils se souriaient. Mulder inspecta la pièce dans les moindres recoins. Des posters du dessin animé : les zinzins de l’espaces, des jouets de garçons adapté pour son âge, des figurines de soucoupe volante et …
« Une peluche d’E.T? Ne Me dis pas qu’il a vu le film ? »
Scully éclata de rire.
« Mais non. Je lui ai dit de choisir un jouet et il m’a ramené sa … Il n’a pas voulu daigner le remettre en place. Il a le don de me faire céder en faisant des crises. Je ne sais pas si tu vois le genre …» Dit elle d’un ton ironique.

Après avoir nourrit son fils, Mulder le coucha pour la première fois, accompagné de Dana. Il la regardait faire. Depuis toujours il était convaincue qu’elle serait une bonne mère. Il en avait la preuve. Il l’écouta chanter une berceuse avec un sourire lui rappelant des souvenirs.
« William was a bulforg was a good friend of mine,I never understood a single word he said, But I helped him a-drink his wine, And he always had some mighty fine wine Singin'... , Joy to the world, All the boys and girls now, Joy to the fishes in the deep blue sea, Joy to you and me.» Il s’endormit de suite. Laissant la porte entre ouverte, il se dirigeât dans le salon. Mulder posa son regard sur la collection de VHS du fameux dessin animé. Comment pouvait il aimer les mêmes choses, avoir le même caractère n’ayant jamais été à ses cotés. Il sentit les larmes lui monter et détourna sa tête discrètement. Dana ne paraissait pas vouloir rester en place. Elle mit de la musique et repartit dans la cuisine, puis disparut. Quelques minutes passèrent sans que l’un parle. Juste Norah Jones berçait l’ambiance lourd qui transparaissait.
« Come away with me in the night,
Come away with me
And i will write you a song ... »

Elle refit apparition, deux verres et une bouteille devin à la main. Elle s’était changé et s’assit sur le canapé de cuir, à ses cotés. Légèrement maquillée, vêtue d’une fine robe noire, pied nu elle aurait du en faire tomber plus d’un.
« Tu es … Resplendissante. Ne me dis pas que personne ne t’as couru après ? »
« Disons que j’ai couru plus vite qu’eux. »

Il affichait un sourire, ravi de cette réponse. Il s’approcha d’elle lentement. Sa main au contact de sa joue, repoussant une mèche de cheveux roux, provoquai en eux un courant électrique jamais connu à ce jour, même quelques années auparavant... Elle se laissa embrasser comme au premier jour mais s’écarta assez rapidement.
« Je … Sa fait si longtemps que … »
« Tu n’as vraiment pas pensé à refaire ta vie ? »

Elle se leva rapidement, choquée des paroles de son ami.
« Pour qui me prends tu ? Tu crois que c’est facile pour moi d’élever un gamin, seule, qui ressemble tellement à son père ? »
« Scully ne te braque pas, excuse moi, je … je suis maladroit. »
« Sa va … Je suis épuisée … A bout … »
Une larme roulait sur son visage mais avant d’atteindre le vide, Mulder l’essuya de son pouce.
« Il te mène la vie si dur que sa ? »
Ils se rassirent et elle lui expliqua ses deux ans passé sans lui.
« J’ai effectivement rencontré des hommes mais rien de sérieux. Je ne pouvais pas … Je ne voulais pas. Et William ne m’a pas vraiment aidé. Il le percevait quand je me sentais bien avec quelqu’un. Il m’empêchait de dormir, me faisait des crises partout où on se rendait. Le pédiatre m’as dit qu’il avait besoin d’un home à la maison … de son père. A part ma Mère, Joyce, Monica, John et Moi il ne fait confiance à personne. Même pas à Bill … » Ils souriaient. Lui était touché de ce qu’il découvrait sur son fils. Elle continua. « Son premier mot a été papa et depuis il ne fait que te chercher partout, la où il ne faut pas. Il observe les gens, les dévisages. Comment veux tu que j’essaye de t’oublier avec ton clone à la maison ? » Elle souriait toujours mais les larmes de Mulder coulaient sans retenue.
« Je suis désolé … »
« Mulder c’est un choix que nous avons fait tout les deux et pour de bonnes raisons, ne culpabilise pas. Je sais que sa a été bien plus dur de ton coté. J’ai passé des moments inoubliables avec lui, le voir marcher, l’entendre m’appeler, l’entendre rire … J’ai tout sur vidéos … Je ne voulais pas que tu rattes sa. Et la vie ne fait que commencer pour lui, pour nous. »

C’est dans ce silence que Céline Dion choisi de fredonner une chanson. Une chanson qui semblait retracer leur vie..
“Through the wind and the rain, through the smoke and the fire
When the fear rises up, when the wave's ever higher
I will lay down my heart, my body, my soul
I will hold on all night and never let go
Ev'ry second I live, that's the promise I make
Baby, that's what I'll give, if that's what it takes”


Elle s’approcha de lui pour y déposer sa tête sur son épaule. Un silence connu d’eux prit place. Un silence de bien être. Après quelques minutes elle le regarda dans les yeux. Ceux qu’elle connaissait si bien. Ceux qui lui avait tant manqué.
« A quoi tu penses ? »
« A rien … »
« Mulder, pas à moi. »
« Je … Tes craintes … Je les partages. Contrairement à ce que tu pourrais penser, je n’ai pas touché une femme depuis que j’ai quitté celle de ma vie, il y a deux ans et demi … »
Il fut interrompu par les lèvres de Scully posées sur les siennes. Le début d’une longue nuit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Retrouvaille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retrouvaille d'une vieille vidéo
» Une retrouvaille sympathique
» Retrouvaille entre frère et soeur
» Retrouvaille
» Retrouvaille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: *Luciole*-
Sauter vers: