Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'abécédaire D'Xfiles

Aller en bas 
AuteurMessage
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: L'abécédaire D'Xfiles   Lun 8 Juin - 19:42

A = Appendicite

Scully arriva précipitamment dans le hall de l’hôpital de Washington. Elle se dirigeât vers l’accueil et demanda la chambre de patient au nom de Fox Mulder.

- Il est sorti du bloc il y a à peine 3 heures. Vous le trouverez dans sa chambre : Point vert, 3ème étage, couloir de droite, chambre 39.

Skinner venait de la rejoindre après avoir garé sa voiture. Ils rentraient tout les deux d’un séminaire à Chicago. Il allait la déposer chez elle quand Frohike l’appela pour lui annoncer la nouvelle. Elle n’entendit que « Mulder est à l’hôpital » et sans réfléchir et sans en écouter le pourquoi, ils prirent la route. Une fois à destination, et renseignements obtenus, ils montèrent dans la chambre. Les trois compères se trouvaient avec lui, à son chevet.

- Que s’est il passé ? Demanda t-elle haletante.
- Ce jeune homme nous a fait l’appendicite. Se moqua Langly.
- Il s’est écroulé comme une mouche pendant notre partie de Poker. Renchérit Frohike.

Alors que Skinner souffla de soulagement, voyant son Agent en meilleure santé qu’il ne le pensait, Scully attrapa le dossier médical.

- Appendicite ? Mulder tu te fous de moi ?!! Tu frôles la péritonite aigue ! Elle tenta de rester calme. Elle venait de faire sept heures de voiture à cause d’une grève à l’aéroport de Chicago. Mais le calme ne dura pas, la mauvaise humeur étant déjà présente. Pourquoi tu n’as pas consulté ?
- J’aime pas les médecins et les hôpitaux.
- Merci … Répondit elle un brun vexée.
- Pas toi … Je … Pensais que ça passerait …
- Et on peut savoir depuis combien de temps tu as des douleurs ? Non parce que vu ton dossier, ça ne date pas d’hier !
- Deux semaines …
- Tu nous as dit deux mois. Répliqua Frohike et Langly en coeur.
- Merci les mecs … Faites moi penser à vous étrangler …

Scully souffla d’exaspération. Un médecin entra dans la pièce et fut étonné de voir autant de monde et demanda à toutes les personnes de sortir. L’heure des visites était terminée. Scully annonça qu’elle était le médecin de « cet inconscient ». Il lui permit alors de rester pour lui faire la morale vu ce qu’il lui avait retiré. Ils se retrouvèrent seuls. Aucun d’eux ni disait mot. Juste des grimaces de douleurs qui s’affichaient sur le visage du patient.

- Ca t’apprendra ! Dit elle les dents serrées.

Il savait qu’elle était en colère. Il tenta de renouer le dialogue après quelques minutes de silence trop pesant.

- C’était bien ce séminaire ?

Elle lui tournait le dos et regardais par la fenêtre, les bras croisés. La nuit tombait peu à peu sur la ville.

- Comme un séminaire du FBI où 90 % des Agents sont de purs machos …
- Heureusement qu’il y en a quand même 10 % de sérieux.
- Les 10 % sont des femmes.
- Ah … Donc tous les autres sont des cons, c’est ça ?
- …
- Elle se retourna. Les traits du visage tirés. La preuve … Regarde toi. Regarde où te mène ta fierté ! Mulder tu te rends compte que tu aurais pu mourir ?!!
- …
- …
- Tu m’as manqué. Dit il timidement.
- J’espère bien. Elle lui sourit, la colère passant doucement.
- Aaaaaargrrr ! Il porta sa main à sa cicatrice.

Elle s’approcha et vérifia sa perfusion.

- Je ne peux rien de donner de plus. Désolée.

Il crispa à nouveau la mâchoire.

- Tu es incorrigible Mulder. Tu aurais pu me le dire … A croire que je ne suis rien pour …
- Scully ne finit pas ta phrase … Ca n’a rien à voir … J’ai pris quelques anti douleurs et après c’était des douleurs supportables … Et je ne voulais pas t’ennuyer avec ça pendant ton séminaire …
- Deux mois !!
- Scully … On peut remettre cette discussion à plus tard ? Aarg … Je sors du bloc, l’anesthésie fait encore son effet … Je suis crevé et je souffre …
- Mon pauvre petit … Fait moi une place. Demanda t-elle en lui faisant signe de se pousser vers la droite.
- Scully depuis quand les médecins dorment avec leurs patients ?
- Tu me fatigues Mulder. Moi aussi je suis crevée, j’ai sept heures de voitures dans les dents, avec Skinner qui plus est. Alors tu me dois bien ça.

Il tourna la tête vers elle et l’embrassa tendrement. Elle posa sa main sur son torse et sa tête sur son épaule.

- Tu n’as pas peur qu’on nous surprenne ?
- Ca n’a pas l’air de te déranger au bureau !

Ils se sourient. Elle n’avait pas tord. Ils s’endormirent dans les bras l’un de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Mer 10 Juin - 22:07

B = Balançoire.

Longue journée. Journée harassante. C’est Scully qui proposa à Mulder d’aller faire un tour avant de regagner leurs appartements respectifs. La nuit venait de tomber. Juin s’installait. Les étoiles brillaient dans un ciel dégagé. La douce chaleur du soleil restait encore palpable dans l’air. Ils marchaient dans ce parc qu’ils ne connaissaient finalement pas malgré leurs nombreux passages devant celui-ci. Des arbres vers et fleuris s’avançaient devant eux comme les maîtres des lieux. L’odeur de l’herbe fraîchement coupée emplissait leurs narines. Quelques réverbères tamisaient la nuit sombre. Un silence apaisant entourait les deux agents. Ils marchèrent quelques minutes encore quand une base de jeux se dessina devant eux. Mulder fût surpris de voir un sourire espiègle se dresser sur les lèvres de son amie. Il la regarda accélérer le pas. Stupéfait, il s’arrêta de marcher quand elle s’assit sur une balançoire. Elle donna quelques coups de jambes pour augmenter la vitesse. Elle ferma les yeux pour profiter de cette sensation de légèreté et de liberté laissant l’air s’immiscer dans ses cheveux et frôler son visage. Mulder ne pût que sourire devant ce tableau, découvrant une autre facette de Dana Scully. Ce côté enfantin qu’il ne lui connaissait pas. C’était lui l’enfant d’habitude, pas elle. Il finit par s’assoire sur la balançoire libre à coté d’elle et dans le sens inverse de Scully pour lui faire face. Leurs regards s’accrochèrent et dans un mouvement de jambe, elle s’immobilisa.

- Tu devrais redevenir une enfant plus souvent … Ca te va bien.
- C’est à force de te côtoyer …

Un sourire. Puis le silence. Ils étaient seuls et avaient l’impression d’être loin de tout. Dans un autre monde. Sans qu’il ne lui demande, elle lui raconta ses souvenirs d’adolescente. Il était tellement rare qu’elle s’ouvre à lui sans retenue, qu’il l’écoutait avec passion. Une voix mélodieuse, nostalgique et rieuse.

- Et qu’as-tu fais ?
- Je l’ai quitté.
- Même pas le droit à un sursit ?
- Il s’est levé et est parti sans chercher à discuter.

Scully baissa la tête. Mulder prit un peu d’élan puis se balança deux fois pour revenir près de Scully. Plus près qu’ils ne l’étaient quelques secondes avant.

- Tu aurais préféré ?
- Je ne sais pas.

Les mains sur les chaînes de la balançoire, il s’approcha jusqu’à ce que leurs visages soient face à face.

- Je n’aurais pas discuté non plus.

Elle haussa les sourcils en signes d’incompréhension. D’une voix suave il lui répondit.

- J’aurais agit.

Les yeux dans les yeux, il posa ses lèvres et l’embrassa délicatement. Il recula légèrement pour l’admirer et en retour, elle lui offrit son plus beau sourire. Ils étaient bien, rien que tout les deux. Ensemble.

- A celui qui va le plus haut !
- C’est pas juste, t’as de plus grandes jambes !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Lun 15 Juin - 23:25

C = Courir

Courir. Loin. Plus. Se surpasser. Suer. Faire le vide. Ne penser à rien. Mulder entamait son troisième tour. Son record était de 52 tours mais aura-t-il le temps ce matin de le battre ? Il n’était que 5 heures 30. Le soleil se levait à peine dans la fraîcheur printanière. Maintenant échauffé, il accéléra sa foulée. Il était seul comme quasiment tout les matins. Son souffle était régulier. La sueur perlait sur son front. Il ferma les yeux, profitant de l’air frais sur son visage. Après une dizaine de tours, une silhouette attira son attention droit devant lui. En quelques enjambées, il arriva à sa hauteur calqua son pas sur le sien.

- C’est la première fois que je vous vois ici mademoiselle. Demanda t-il surpris.
- Vu la journée qui nous attends, et la nuit blanche que j’ai passé, courir et ne penser à rien est la meilleure solution.
- Tu n’as pas l’air surprise de me voir !
- Mulder, je sais que tu fais ton footing ici depuis des années …
- Donc tu me cours après !?
- Tu connais la fondation : Cours toujours ?
- Quel humour partenaire ! J’ai hâte de continuer cette journée avec toi. Il la taquinait. On fait la course ?
- C’est une blague ? Tu feras 2 tours quand je ferai 300 mètres !
- Je te laisse de l’avance.
- Moué …
- Vas y !
- Attends. Elle s’arrêta les mains sur les hanches. Ne fais pas le gentil ! Chacun pour soi. Laisse moi 1 minute d’avance, le premier au poteau de l’autre coté du parc paye le petit déjeuner à l’autre.
- Passe devant, je te suis !

Elle arriva, essoufflée, rouge et en sueur. A 2 minutes elle le battait. Lui attendant sagement la main posée sur le poteau électrique, reprenant son souffle.

- Belle performance.
- Je manque d’endurance c’est horrible …
- Tu cours souvent ?
- Ca dépend des périodes … En même temps tu me fais assez courir la journée !

Elle lui tapa le torse amicalement.

- Bon je rentre me changer, je passe te prendre dans une demi heure trois quart d’heure.
- Avec plaisir, j’en salive d’avance. Où va-t-on ?
- Surprise !
- Scully ?
- Ouép ?
- Si tu as besoin d’entraîner ton endurance, tu sais ou me trouver !
- Mulder avec les journées que nous faisons tu crois que j’ai envie de me lever à 5 heures ?
- Je te proposerais bien une autre solution pour parfaire ton endurance mais …
- Non Mulder, je ne veux même pas connaître la fin de ta phrase !
- Agent Scully qui vous a appris à avoir l’esprit mal tourné ? Je suis choqué !

Elle leva les yeux au ciel et partis dans la direction inverse de son ami. Elle l’entendit crier.

- J’allais te proposer de courir le soir mais si tu as d’autres propositions je t’écoute avec grand plaisir !!

Elle se retourna vers lui, un sourire magnifique aux lèvres. S’il ne se tenait pas au poteau, il serait tombé. Un simple sourire ou un sourire aguicheur ? S’il ne la connaissait pas, il serait entrain de lui demander son numéro de téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Mer 5 Aoû - 21:29

D = Docteur Quinn

Mulder était tranquillement installé dans son canapé, allongé, les yeux rivés sur la télévision. On était vendredi, lui et sa partenaire avaient écopé d’une mise à pied d’une semaine. Ils ne s’étaient vus que très peu, une fois ou deux, mais appelés souvent, très souvent. Scully qui tournait en rond dans son appartement, sortit prendre l’air et arriva instinctivement devant la demeure de son ami. Il lui cria d’entrer, trop fatigué pour se lever. Ou trop absorbé par son programme. Elle entra et s’installa à coté de lui, poussant ses pieds et le forçant à se redresser. Elle ouvrit les yeux à son maximum.

- Mulder je rêve ou tu regardes … Docteur Quinn ??
- J’adore cette série. Dit il hypnotisé par l’image.

Il n’en fallut pas plus à Scully pour se moquer de lui en partant dans un fous rire.

- Elle sait tout faire et en plus elle est sublime !
- Mulder, souffla t-elle exaspérée, il y a un millions de choses impossibles dans cette série.
- Tu viens de le dire c’est une série.
- Je ne te connaissais pas ce côté si niais Mulder, tu passes à l’extrême ! De Spielberg à … Ca !
- Ne sois pas jalouse, tu es aussi bon médecin qu’elle … Et aussi jolie.

Il se tourna vaguement pour lui sourire et reporta vite son attention sur l’écran, de peur de louper le plus important.

- Mais regarde moi ces yeux vairons … Notre communauté n’est pas assez reconnue !

Elle leva les yeux au ciel.

- Bon … Je passais comme ça, je suppose que tu préfères ta Mickaela plutôt que de faire un tour quelque part … Je m’en vais !
- Non attend.

Elle fut surprise de le voir éteindre la télévision si rapidement.

- Je m’habille j’arrive.
- Tu es douché au moins ?
- Oui m’man !

Ils descendirent dans le garage chercher la voiture de Mulder. Il lui ouvrit la porte.

- Je t’aurais bien proposé une promenade sur mon cheval « éclair » mais il est patraque, tu auras donc le tour en calèche !
- Tu es atteint Mulder.
- Et j’aurais bien revêtu ma veste en peau de mouton avec ses franges mais elle est au nettoyage.
- Mulder, si tu me proposes de me déshabiller sous une cascade d’eau je t’étrangle !
- Aaaaaaaaah !!! Jl’e savais, tu connais aussi bien la série que moi !!!!
- Mulder, qui n’a pas été élevé à ça ?!
- Attend attend, je suis sur que tu fantasmais sur Sully ! Sully, Scully !!

Elle rougit et ne répondit pas.

- Scully tu dois me répondre ou je ne démarre pas !
- Sully est trop lisse, tout comme ta Mickaela ! Moi je préférais Hank.
- Hank ? L’alcoolique qui se bat avec tout le monde ?!! Je suis … Surpris !
- L’antipode de mon père et mon frère …
- Ah ben je veux bien le croire !
- Bon on va ou ?
- Observer les bébés loups sur la colline ? Il lui envoya un clin d’œil et démarra la voiture.
- Vraiment atteint …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Dim 9 Aoû - 20:00

E = Entorse

Il voyait bien qu’elle faisait tout pour ne pas se plaindre et refouler la douleur. Elle plissait les yeux pour ne pas laisser s’échapper les larmes qui lui brûlaient les yeux. Sauf qu’une fut plus maligne et perla du coin de l’œil jusqu’au bas de la joue. Elle l’essuya rapidement mais cela n’échappa pas à l’œil de lynx de Mulder. Ils sortirent de la voiture et il la porta jusqu'à chez elle malgré ses revendications. Elle ouvrit l’appartement et Mulder déposa Scully sur la table du salon. Ils rentraient de six heures de planques et en voulant s’élancer à la poursuite d’un suspect, elle trébucha et sa cheville n’attendit pas plus de 2 minutes pour doubler de volume. Une fois sur la table, elle reçu l’ordre de ne pas bouger. Elle retira sa deuxième chaussure et ses bas. Mulder revint avec un verre d’eau fraîche et une poche de glace puis repartit sans un mot en levant l’index, comme pour signifier à un enfant de ne pas bouger. Elle frissonna à la pose des glaçons sur son pied endolori et ferma les yeux quelques secondes. Elle sentit une main prendre délicatement sa cheville droite et la poser sur un genou. Il s’était assis face à elle, crème et bandage à ses côtés. Mulder frotta ses mains entre elles pour chauffer la pommade et reprit la cheville. Il commença un massage. Elle grimaça de douleur. Il le vit et ralentit son mouvement. Il sentait son amie se détendre. Elle l’observa, se concentrant sur ces doigts qui travaillaient méticuleusement sur sa peau. Elle se laissa complètement aller, posant ses mains à plat sur le bois et laissant sa tête partir en arrière. Il s’appliquait avec tant de dextérité. Elle ne lui connaissait pas ce talent et elle était sur qu’il ignorait son statut de virtuose dans ce domaine. Il ne lui massait que la cheville et elle avait l’impression de découvrir ou de redécouvrir de nouvelles sensations. Elle se surprit à imaginer l’effet qu’il lui ferait sur une partie de son corps non douloureuse. Après un temps indéfini pour elle, il luit appliqua une bande protectrice. Mulder prit l’autre cheville dans ses mains et commença un nouveau massage. Il la regarda sourire.

- Je ne voudrais pas créer de jalousie inutile.
- Mmmmmh. Fut sa seule réponse.

Il aimait ça. La voir sourire et détendue. Il aimait chaque contact physique avec elle. Un frôlement, une main sur une épaule, des doigts courant furtivement dans les cheveux. A chaque fois il ressentait une décharge qui parcourait son corps. Et il ne parlait pas des regards et des sourires qu’il chérissait tant. Aujourd’hui il ne voulait pas rompre ce contact. Il avait déjà massé sa cheville douloureuse bien plus que de raison et avait trouvé se subterfuge ridicule pour la toucher encore un petit moment. Scully ne semblait pas offusquée ce qui donnait de l’assurance à Mulder pour continuer. Cinq minutes plus tard, le salon était toujours plongé dans le silence le plus total. Il se leva et fit le tour de la table. Scully n’eu pas le temps de dire ouf que son corps bascula vers l’arrière. Elle voulut protester mais quand elle sentit les doigts confirmés de son ami dans son cou, elle émit un gémissement de contentement. Elle se laissa aller complètement.

- Si un jour on … te vire du bureau, je participe à l’ouverture de ton cabinet …
- Tu seras mon cobaye pour mes innovations …

Son souffle chaud dans son cou la fit frissonner. Elle ouvrit les yeux et ils entrèrent directement en contact avec ceux de Mulder. Ils lurent la même chose : Le désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Lun 10 Aoû - 1:02

F = Fête foraine.

- Mulder il est 3 heures du matin !!!!!!!! C’est hors de question !
- Scully je t’en supplie, de toute façon tu es debout entrain de me crier dessus alors crie moi dessus mais sur la route !
- Pourquoi je devrais encore t’écouter ? Le ton n’était plus à la colère mais à l’exaspération.
- Pour mes jolis yeux.

Un sourire, une boutade et elle tombait dans le piège. A cet instant même elle se demandait si le jour où il lui suppliait de sauter par la fenêtre elle le ferait … Sûrement. Elle secoua la tête de gauche à droite, partit se vêtir d’un jean et d’un pull et claqua la porte de son appartement.

- Mulder c’est quoi cette histoire ? Ou est ce qu’on est ?

Ils venaient d’arriver sur l’immense parking qui accueillait la fête foraine.

- Mulder, si tu voulais faire un tour de manège tu as 4 heures de retard !
- Chut … Murmura t-il.

Elle n’eu pas le temps de lui demander autre chose que le terrain qui était plongé dans le noir s’illumina. Il vit les yeux de son amie s’agrandir de surprise. Mulder attrapa la main de Scully et l’emmena au pied de la grande roue, située à quelques mètres à peine.

- On n’a pas tous les jours 35 ans Agent Scully.

Elle frissonna à son souffle chaud dans son oreille.

- Mulder … Je … C’était il y a trois mois. Dit elle en revenant sur terre.
- Ben oui je sais mais il y a trois mois la foire n’était pas là … S’excusa t-il.

Elle le regarda et rit devant sa moue gênée.

- Tu as soudoyé qui pour …
- Un bon Agent ne dévoile pas ses sources Melle Scully. Maintenant si vous voulez bien vous donner la peine de grimper !

Il lui fit signe de monter dans une nacelle de la grande roue, et lui fit signe qu’il revenait. Elle se souvenait qu’il y a quelque temps, ils avaient tout deux discuter des rêves qu’ils avaient et celui d’avoir la grande roue et une foire pour elle seule en faisait partie. Ses yeux s’embrumèrent à ce souvenir et surtout au fait qu’il s’en souvienne et le réalise. Il revint, main dans le dos.

- Champagne ?
- Mulder tu es fou ! Demain on travaille ! Enfin dans quelques heures !

Il s’installa à ses côtés et fit sauter le bouchon qui s’envola dans les airs.

- Pour ce que Kerch nous donne à faire … Tu resteras assise derrière ton bureau à téléphoner ou à classer des papiers. C’est pas une bouteille qui t’empêchera de réaliser ce magnifique boulot !
- Tait toi tu me déprime ! Donne moi une coupe !

Il s’exécuta et au tchin qui résonna dans le silence de la nuit, la roue prit son envole. Elle se cramponna à Mulder, surprise de l’effet. Elle se retourna cherchant qui pouvait bien être le complice de son ami. Mais personne. Trop facile.

- Tu es cinglé … Murmura t-elle. Sa façon de le remercier.
- Pas avec n’importe qui. Regarde là bas, le QG !
- Il y a des fois ou je rêverais d’en exterminer plus d’un …
- Tu sais maintenant que j’ai tendance à réaliser certaines choses désirées … Ne me tente pas.
- Je t’apporterai des oranges, ne craint rien.
- Penses tu. Tu m’oublieras bien vite … Fait il l’air peiné.
- J’avoue. Elle lui sourit.

Ils finirent la bouteille alors que le cinquième tour se terminait.

- Mulder … Je n’ai rien mangé … J’ai le tournis !
- En réalisant un de tes rêves tu réalises un des miens, si ce n’est pas fabuleux !! Ils posèrent pieds sur la terre ferme.
- Lequel ? Demanda t-elle suspicieuse les mains sur les hanches.
- De voir Dana Scully saoule !
- J’suis pas saoule. Dit elle en se rattrapant de justesse au bras de son ami.

La nuit se terminait, une nouvelle journée commençait. Une barbe a papa pour elle, une pomme d’amour pour lui. Elle s’était moquée, prétextant que c’était pour les fillettes. Il l’avait emmené dans le palais des glaces, elle dans le train fantôme. Ils avaient concouru au stand de tire. Il lui avait volé une peluche, elle lui avait volé un baiser. Ils avaient bu une autre bouteille, les rires et les souvenirs emplissaient le silence. Ils rentrèrent, se changèrent et partirent rejoindre leur bureau. La tête lourde, les yeux cernés mais le cœur léger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Sam 15 Aoû - 12:37

G = Grand-mère

Le téléphone sonna à 8 heures. Elle se retourna dans son lit, un oreiller sur l’oreille. Dimanche. Premier week end de libre depuis des semaines. Des mois ? La sonnerie s’arrêta. La sonnerie reprit. Le fix. Le portable. A quoi jouaient ils ? A celui qui sonnait le plus fort ? Le plus longtemps ? Elle se leva en posant le pied gauche le premier sur le tapis. Signe ? Les yeux encore à moitié fermés, elle se dirigeât à tâtons dans le salon. Elle décrocha et ne prit pas de pincettes. Elle allait le tuer. Et à mains nues. Pas besoin de son arme. Assez de rage en elle pour une quelconque aide.

- Je vais être gentille et te donner un dernier conseil … Cours dès la première seconde où tu croiseras mon chemin !!!!
- Dana …

Elle ouvrit les yeux brusquement.

- Maman ? Que se passe t-il ?
- C’est grand-mère …

Scully se laissa tomber lourdement sur sa chaise. Finalement elle aurait préféré Mulder à l’autre bout du fil. Elle souffla, passa une main dans ses cheveux et sur son visage.

- Je suppose que tu veux que je vienne …
- J’ai besoin de toi …

Elle ne put lui refuser son appel au secours. Margaret éclata en sanglot. Scully raccrocha. Elle composa un numéro.

- Mulder c’est moi.
- Scully tu as vu l’heure ? Se moqua t-il. On est dimanche que diable !

Gagné. Il venait de la faire sourire.


Le cercueil venait d’être mis en terre. Scully s’éloigna, laissant sa mère se recueillir. Ironie du sors, il faisait beau. Trois jours qu’elle vivait chez sa mère pour l’aider dans les différentes paperasses. Une aide psychologique. Scully n’avait jamais été très proche de sa grand-mère, préférant sa grande sœur. Les choses ne s’étaient pas arrangées à la mort de cette dernière. Les accusations avaient fusé. Les reproches aussi. Dana avait tout encaissé, ne laissant rien transparaître. Mais aujourd’hui, elle s’en voulait d’éprouver un certain soulagement. Un poids en moins alors que sa propre mère souffrait. Que fera elle lorsque ce jour arrivera ? Comment réagirait elle ? Qui sera la pour elle ? La question ne se posa plus. Elle sentit une main enroulée son index et son majeur. Elle ferma les yeux brièvement à se contact.

- Tu es venu.
- Je serais toujours là.

Elle se tourna vers lui et se hissa sur les pieds pour l’embrasser.

- J’ai hâte de quitter cet endroit … D’être au chaud dans mon lit … Avec toi …
- Je ferais mon possible pour exaucer tes prières. Il sourit. Comment va-t-elle ?
- Elle encaisse …
- Et toi ?
- Je culpabilise …
- Tu as fait ce que tu devais. Etre la pour ta mère. C’est le plus important. Et ne pense pas à l’avenir.

Il caressa sa joue et essuya une larme. Il la laissa rejoindre sa mère. Ils se verraient dans quelques heures. Chez lui. Chez elle. Peu importe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Dim 23 Aoû - 0:00

H = Hallucinations.

Un hôpital. Un lit. Un regard. Un sourire. Une caresse sur la joue. Une main remontant le long d’une jambe. Une chemise. Un bouton qui saute. Deux. Trois. Quatre. Une chemise à terre. Une main sur son ventre plat. Un autre sourire. Des joues rosées. Un index qui effleure ce nez si particulier. Un baiser. Puis un autre. Une jupe et un pantalon à terre. Deux amants en sueurs. Deux amants endormis dans les bras l’un de l’autre.


- Scully, que fais tu assises dans le fauteuil ? Demanda t-il encore ensommeillé.

Surprise de sa question, elle mit quelques secondes à lui répondre. Où aurait elle put se trouver à part dans ce fauteuil ?

- J’attendais que tu te réveilles … Comment te sens tu ?
- Magnifiquement bien …

Elle se leva et pris ses constantes. Il abordait un sourire … Enjôleur.

- Scully, tu n’étais pas habillée comment ça hier soir. Sourit il malicieux.
- Comment le sais tu ? Je suis passée mais tu dormais si bien … Les analgésiques t’ont fait ronfler et … baver mon cher Mulder.
- Que … Quoi ? Tu … n’es pas restée ? Tu n’as pas dormis ici ?

Elle fronça les sourcils face à la mine déconfite de son ami.

- Mulder que se passe t-il ?
- Je … Rien.

Il se renfrogna dans son lit, le visage fermé. Il se dégageât brutalement quand Scully passa sa main sur son front. Il transpirait. Il avait chaud. Agressivement, il lui demanda :

- Bon je sors quand ?
- Quand ta fièvre arrêtera de faire le yoyo.

Il l’avait vexé. Mais il ne pouvait faire autrement. Il avait tout halluciné. Il avait pourtant tout ressentit. Ses caresses. Ses baisers. Toutes les sensations qu’on pouvait ressentir dans ses moments de douceur. Elle allait partir. L’expression de son visage qu’elle abordait lui fit mal au cœur. Il la rattrapa par le bras de justesse.

- Excuse moi … J’ai l’impression … Tu es sur que la perf est bien dosée ?
- Tu as des effets secondaires ?
- Je … Pense.
- Vomissements ? Constipations ?
- Euh non de ce coté la tout va bien. Les hallucinations en font parties ?
- Euh oui mais sur du plus ou moins long terme, là ça ne fait qu’une semaine …
- Tu sais bien que je ne fais rien comme tout le monde. Il lui sourit et envoya un clin d’œil.
- Je vais voir le médecin. Repose toi. Et de quoi as-tu halluciné ?
- Je te l’ai dit, je pensais t’avoir vu hier. Ca m’a semblé … Tellement réel …

Son regard se perdit dans les yeux bleus de son amie. Elle y lut de la … Gêne. De la honte ? Du … Désir ? Non la c’est elle qui hallucinait. Elle secoua faiblement la tête et quitta la chambre d’un patient perdu dans ses faux souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Mar 25 Aoû - 23:49

I = Imprévu

- Et maintenant on fait quoi ?
- On attend.
- « Nous vous prions de nous excuser pour cet imprévu bla bla blaaa » Pfff, je t’enfoutrais des imprévus moi ! … Pffff.
- Arrête de souffler.
- Je fais ce que j’peux Scully.
- Okay mais en silence s’il te plait.

Excédé il se leva et fit les 100 pas. Fallait que ça tombe aujourd’hui. Une tempête de neige coinçant les avions sur le tarmac. La grande horloge indiquait 19 heures. Deux heures déjà qu’ils se trouvaient là. Scully sortit une revue médicale et se mit à lire. Une demi heure plus tard, elle observa intriguée, ou consternée, Mulder jouer avec une petite fille à la marelle. Elle l’avait dessiné à l’aide d’une craie. Scully leva les yeux au ciel.

- Tu ne peux pas rester en place ?
- Non. Tu m’angoisses à lire autant.
- Et toi à bouger sans arrêt.
- Merci l’ambiance, moi qui pensais passer quelques jours agréables …
- Parle pour toi ! Rien d’agréable pour moi que de chercher les martiens !
- J’tai pas demandé de me suivre …
- Pas le choix. Le mot partenaire te dirait il quelque chose ?
- Vaguement … Ou vas-tu ?
- Au toilettes ! Répondit elle excédée.

Une heure venait de passer, elle ne revenait toujours pas. Il s’était assoupi et n’avait pas vu le temps s’écouler. Il tenta d’entrer dans les toilettes mais se fit rembarrer par la trentaine de femmes qui s’y trouvait. Il tenta de l’appeler mais elle ne répondait pas. Il fit 3 fois le tour de l’aéroport mais ne l’y trouva pas. Son front commençait à s’humidifier. Mais où diable était elle passer ? « Scully ça fait quelques mois qu’aucun de nous deux ne sait fait ni enlever ni blesser … Ne brise pas se record … » Une illumination soudaine et il se retrouva dehors, la où le monde se faisait rare. Il la vit de dos, la tête relevée vers le ciel. La neige tombait à gros flocon et elle, elle restait à l’admirer. Et lui admirer son amie. Il s’approcha rapidement. Elle était abritée par le bâtiment qui s’élevait légèrement au dessus d’elle. Puis elle sentit des bras s’enrouler autours de ces épaules. Son souffle chaud dans son cou contrasta avec le froid extérieur ce qui la fit frissonner.

- Tu m’as fait peur ...
- Peur ?
- Ca fait longtemps qu’il ne nous est rien arrivé …

Elle resserra ses bras à l’aide des siens.

- Excuse moi …
- Tu devrais plutôt t’excuser aux femmes qui ont faillit me sauter dessus dans les toilettes quand je te cherchais !

Elle se retourna vers lui, lui offrant son plus beau sourire. Il posa ses mains sur ses joues et l’embrassa. Mulder regarda ensuite le ciel noir et demanda à son amie :

- A ce rythme là … On est pas prêt de partir. J’aurais bien quelque chose en tête mais je ne sais pas si ma partenaire sera d’accord …
- Mulder quand je te dis « pas au travail » ça signifie « pas dans le bureau » … Un air coquin sur le visage.
- Ah … Il observa les alentours. Ca ne ressemble pas à notre bureau … Donc … Vient.

Il la prit par la main et partirent à la recherche de l’endroit le plus tranquille de l’aéroport.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Sam 10 Oct - 18:16

J = Jacuzzi

Mulder et Scully participaient à la soirée annuelle que le FBI organisait. D’habitude absents, la réjouissance de ce rendre à ce rendez vous était loin d’être présente chez les deux partenaires. Ils avaient réussi une mission à hauts risques, ils se devaient d’être présent. D’être regardé comme des martiens. Et c’était le cas de le dire. Scully observait elle aussi la foule. Elle découvrait de nouveaux visages. Depuis quand travaillaient ils ici ? Et cette femme qui riait niaisement aux blagues pas drôles des autres ? Les grands directeurs avaient loués un hôtel chic à Washington. La salle de réception était immense, les plafonds ornés de moulures dorées. On lui proposa une coupe qu’elle prit volontiers.

- Ne crois pas qu’avec l’alcool, le temps passera plus vite.

Elle sourit à la réflexion de son partenaire. Ils trinquèrent. Personne ne faisait attention à eux depuis quelques temps. Depuis que Mulder avait fait son discours. Une blonde vint l’alpaguer ce qui agaça Scully. Elle prit la liberté, avec sa coupe de champagne, de faire le tour du propriétaire. Un hôtel somptueux. Scandaleux pensa t-elle. Dépenser une somme astronomique pour entendre des hypocrites proférer leurs histoires de gouvernements alors que l’argent pourrait être utile ailleurs. Elle poussa une porte puis une autre et se retrouva … Au paradis. Elle observa la pièce. Des palmiers se dressaient devant elle. Un jacuzzi mourrait à ses pieds.

- On fait le mur ?

N’ayant entendu l’entrée de son partenaire, elle sursauta et glissa, l’entraînant dans sa chute.

- La je ne te dis pas bravo … Quoique … Dit il en sentant les bulles dans son dos lui procurer de drôles de sensations.
- Mulder tu es vraiment … Son visage passa de l’énervement à l’exaspération et à la déception. Mon champagne …

Mulder éclata de rire devant la mine déconfite de son amie. Il retira se veste, ses chaussures, ses chaussettes …

- Mais Mulder qu’est ce que tu fais ?
- Ben quoi ? Autant en profiter un minimum ! Fait pareil tu verras c’est beaucoup plus confortable !
- Mais je ne vais pas me déshabiller …
- Scully je …
- Non ne dis pas que tu m’as déjà vu avec moins de vêtements que se soir … Je le sais déjà !
- Alors, aurais-tu besoin d’un coup de main ? Dit-il en s’approchant dangereusement d’elle.
- Non je suis une grande fille !

Elle retira à son tour veste, chaussures, jupe et chemise. L’alcool faisait son effet, la chaleur émise par l’eau qui remuait aussi. Scully éclata de rire quand Mulder glissa. Elle s’approcha de lui voyant la grimace sur son visage.

- Mon gros orteil est invalide ! Agrr …

Il s’agrippa, le dos contre le bord et Scully lui prit le pied. Il se demanda si elle était consciente de se qu’elle faisait et surtout la façon dont elle le faisait. Après une petite inspection de l’orteil endommagé, elle sentit les jambes de Mulder s’enrouler autour de sa taille. De plus en plus près, leur souffle ne faisait plus qu’un. Après un baiser passionné, ils furent interrompus par une femme de ménage.

- Mais … Que faites vous ici ?
- On travaille.

Ils avaient répondu à l’unisson, dans un sérieux absolu. Et reprirent la ou ils s’étaient arrêtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Dim 18 Oct - 17:46

K = Karaoké

Allongé sur le dos en reprenant sa respiration lentement, il fixait le mur blanc de son appartement. Il remonta la couette sur lui et le corps de sa compagne. Compagne qui jouait au piano sur son torse, et qui abordait un sourire satisfait.

- J’aimerai bien savoir ce que tu as pris juste avant, ça m’intéresse !
- Rien. Je ne suis pas encore en âge de prendre des substances pour être à la hauteur. Le raillât-elle.

Il se retourna vivement vers elle.

- Tu me traites de vieux là ou j’ai rêvé ?
Un regard suggestif de la part de Scully, et Mulder ne lui laissa pas le temps de respirer. Apres un nouveau corps à corps, Mulder se leva et revint quelques secondes plus tard avec un verre d’eau. Elle admirait tellement son amant qu’elle ne l’entendit pas.

- Scully je sais que je suis magnifique mais m’écouter me ferait également plaisir.

Elle lui sourit à pleine dent et s’excusa. Il se tenait debout, appuyait contre le chambranle de la porte de la chambre.

- Je disais donc, que fais tu samedi soir ?
- Oula laisse moi le soin de préparer ma réponse … Je ne fais rien et je ne partirai pas loin de chez moi à la chasse à je ne sais quelle chose.
- Super ! Moi non plus ! Je te propose donc …
- Dois je avoir peur ? Elle remonta la couverture jusque son visage pour le cacher à moitié.
- C’est l’anniversaire de Frohike et comme tu le sais il n’a pas énormément d’amis …
- 3 …
- Voila et je suis sur que ta présence lui ferais plaisir.
- Bien. Et qu’avez-vous prévu ?
- Il a toujours eu envie de …
- Mulder je t’arrête tout de suite, si c’est une boite de strep tease ou je ne sais quoi d’autre de dégradant ne compte pas sur moi.
- Parce que tu crois qu’il n’y a jamais mis les pieds ? Scully voyons tu es bien naïve. Se moqua t-il.
- Je reprends donc. Il a toujours eu envie d’aller faire un karaoké mais jamais il n’a osé. Pour ses 40 ans c’est l’occasion.

Scully partit en fous rire incontrôlé mais s’arrêta subitement les yeux grands ouverts et se redressant dans le lit.

- Tu ne me demandes pas de chanter j’espère ?

Et là c’est Mulder qui s’esclaffa.

- Dieu merci non. En aucun cas je ne partagerai pas ses instants si … Spéciaux.

Ils arrivèrent dans le bar choisi pour l’occasion et observèrent la réaction du principal intéressé. Un enfant de 4 ans devant le sapin de Noël. Scully était surprise de voir à quel point à cet âge la on pouvait encore s’émerveiller. Elle l’invita à danser en lui tendant la main. Surpris et sans un mot il accepta.

- Merci d’être venu et merci pour la danse.
- C’est un plaisir. Elle lui donna un baiser sur la joue. Bon anniversaire.

Ils discutaient et écoutaient les gens chanter. Les Lone Gumen étaient déjà passés, chantant un tube des Rolling Stones. Mais Scully fut étonnée d’entendre la voix de son partenaire dans le micro. Elle reconnu aussitôt la chanson et ne put qu’être émue. Sa voix douce et chaude chantonnait timidement Beyond The Sea de Sinatra. Il ne la quitta pas du regard et une fois terminé elle s’approcha de lui et resta dans ses bras un long moment. Elle déposa un baiser dans son cou et s’imprégna de son odeur avant de lui souffler un merci et de se diriger vers la table. Ils furent stupéfaits devant le tableau qui se dessinait devant eux. Frohike pris la parole.

- Merci à vous deux. Vous venez de m’offrir le plus beau cadeau d’anniversaire : 1000 $ pour avoir parié sur le fait que vous soyez ensemble ! Venez que je vous embrasse !

Ils les étreignirent encore sous l’effet de la surprise et Frohike glissa à l’oreille de Scully :

- S’il vous brise le cœur je serais toujours là pour vous consoler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Dim 18 Oct - 21:40

L = Lune

Ca faisait une heure que Mulder faisait les 100 pas dans le bureau pendant que Scully se concentrait sur les rapports à compléter. Enfin essayait. Il rangeait et dérangeait ses affaires, ouvrait et fermait les tiroirs métalliques.

- Mulder, STOP !!!
- Il sursauta au cri de son amie. J’ai besoin de bouger, Scully !
- Oui mais là c’est trop ! Qu’est ce qui t’arrive ?
- J’en sais rien, je me suis levé énervé.
- La pleine lune Mulder ? Demanda t-elle d’un air moqueur.
- Ah ah c’est drôle ! C’est bien un truc de gonz …
- Quoi ?
- Tu savais que c’était ce soir ?
- Tu crois que se genre de chose m’intéresse peut être ? Dit elle en levant les yeux au ciel.
- Je t’ai déjà dit que tu n’étais pas une fille comme les autres Scully ?
- Aucun souvenir mais je ne sais même pas comment le prendre !

Mais il ne répondit pas et se remit à marcher en lisant des papiers.

- Okay Mulder, la pleine lune c’est une chose mais la tu m’inquiètes.
- Attends que je me transforme en loup garou et la tu pourras avoir peur … et moi aussi. Répondit-il en se grattant le visage d’un air grave.
- Mulder je ne suis peut être pas comme les autres FEMMES mais je n’ai pas 5 ans !
- C’était pour détendre l’atmosphère !
- Mais elle est détendue ! C’est toi qui a un problème alors soit tu en parles soit tu te concentre sur ses foutus dossiers !

La journée passa difficilement pour Scully qui devait supporter tout ce remue-ménage. Mulder n’avait cessé de bouger, tout en bougonnant. Mais la nuit tombée, elle lui intima de rentrer chez lui.

- Mais il n’est que 16h !
- Bon laisse moi terminer quelque chose, assis toi et ne bouge pas !

Quelques minutes plus tard elle ferma le dernier dossier, prit sa veste, tendit celle de Mulder et lui intima de sortir. Sous le regard menaçant et fatigué de Scully, il s’exécuta sans broncher.

- Mulder !!!

Une voiture manqua de l’écraser alors qu’il traversait la rue.

- Mon dieu mais qu’est ce que j’ai fait pour supporter ça ! Se dit-elle pour elle-même. Un vrai gamin !!! Lui cria Scully.

Penaud, il ne dit plus rien.

- Je te raccompagne, tu serais capable d’emboutir tout la ville dans ton état. Quoique … J’ai une meilleure idée, suis moi.

Elle arrêta la voiture le long du trottoir. Malgré l’hiver, les températures restaient supportables. Néanmoins Scully sortie la couverture du coffre, acheta deux cafés brulant et prit la direction du parc, tout cela sous l’œil interrogatif de Mulder. Une fois l’endroit trouvé, elle déplia la couverture et invita son partenaire à prendre place. Il s’assit et pris le café chaud entre ses mains. Elle s’allongea et il fit de même. Elle lui désigna la lune. Il sourit.

- Alors que se passe t-il ? Demanda t-elle doucement. Tu n’as pas fait de footing ce matin … Son ton sonnait plus comme une affirmation que comme une question.
- Comment le sais-tu ? Il tourna la tête vers elle.
- Quand tu ne cours pas tu es plus tendu, plus énervé. Mais pas à ce point quand même.
- La pleine lune Docteur Scully.

Elle sourit et l’observa. Leurs regards ne se détachèrent pas.

- Tu me le dirais si quelque chose n’allait pas n’est ce pas ?
- Tu sais très bien que oui. Tout va bien, juste un mauvais réveil.
- Bien. Elle contempla à nouveau la lune qui éclairait le parc d’une lueur tamisée.
- Désolé pour aujourd’hui …
- Chuuut … Profite de ce calme. Ferme les yeux. Ne laisse pas ton esprit te mener là ou tu ne veux pas, ferme les portes et dirige toi là ou tu as envie d’être.

Il ne l’entendit pas se lever et se mettre derrière lui, s’agenouillait et lui masser les tempes. Il gémit de contentement.

- Ne pense pas au froid qui t’entoure, ne pense pas aux personnes qui ne le mérite pas, ne pense pas aux choses qui te blesse, pense à des choses, des endroits, des personnes que tu aimes. Fait le vide.

Apres de longues minutes de silence et de massage, elle se leva et fit quelques pas. Elle resta debout, dos à lui et observa les alentours. Le paysage. Cette lune et ses étoiles. Elle ne l’entendit pas approcher et sentit une couverture se poser surs ses épaules. Elle se retourna et il maintint la couverture devant elle, les mains jointes.

- Ca va mieux ? Demanda Scully d’une voix apaisante.
- Je … crois que la pleine lune me fait faire des choses … surprenantes.

Elle n’eu pas le temps de lui sourire que des lèvres chaudes se posèrent sur les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Lun 19 Oct - 20:32

M = Métro.

Mardi en pleine après midi. L’hiver était à son maximum. Mulder et Scully venaient d’interroger un témoin chez lui. Quand ils sortirent, l’épaisseur de la neige avait augmentait de quelques centimètres et ce n’était pas prêt de s’arrêter. En poussant un soupir à l’unisson, ils grimpèrent dans la voiture. Mais arriver au bout de la rue, ils furent prit dans l’embouteillage du siècle. Scully grelottait, ce qui n’avait pas échappé à son ami. Les sirènes des pompiers sonnaient sans répit. En une demi heure ils n’avaient pas bougé. Mulder avait même coupé le contact quelques temps. Sans comprendre comment, il réussit à se garer devant un arrêt de bus. Avec son sigle il ne risquait rien.

- Mulder qu’est ce que tu fais ?
- On n’a pas bougé d’un poil en trois quart d’heure, on est à l’autre bout de Washington alors soit on passe 4 voir 5 heures ici et encore je suis optimiste, soit on prend le métro et en un quart d’heure tu es chez toi, au chaud.
- Chez moi ? Tu rigoles, on est loin d’avoir fini !!
- Scully ne discutes pas. Tu as froid, tu trembles, t’es blanche, tu transpires. Pas besoin d’avoir fait médecine pour savoir que tu couves quelque chose.
- Ca va je t’assure. Higels avait mis son chauffage à plein régime. Il faut juste le temps que mon corps se réhabitue au froid.
- Ne me sors pas ta science. J’ai dit : On ne discute pas !

Elle lui obéit, de toute façon si elle ne le faisait pas, il emploierait les grands moyens. Mais elle n’avait aucune envie de sortir de la voiture. Aucune envie mais surtout aucune force. A peine sorti, elle se rattrapa à son bras. Sa tête tournait. Quelques mètres plus loin et ils attendaient le métro. Blindé. Une voix paniquée résonna dans les oreilles de Mulder.

- Mulder ?!
- Ca va aller. Pense à dans un quart d’heure.
- Ok.

Il l’attrapa par la main et grimpèrent dans le wagon. De sa main droite, Mulder s’agrippa à la barre métallique qui se trouvait en hauteur. Sa main gauche se trouvait plaquée dans le dos de sa collègue, la ramenant à lui, contre son torse. Il pouvait sentir la moiteur de son dos malgré sa veste épaisse.

- Reste avec moi, susurra t-il au creux de son oreille.

Il sentait qu’elle allait lâcher prise. La fatigue pour une fois allait prendre le dessus sur son moral d’acier. Elle se concentrait sur le rythme régulier que prenait le cœur de Mulder quand soudainement le métro freina de toutes ses forces jusqu’à l’arrêt total, entraînant des cris de surprises et des râlements.

« Suite à un accident de voyageurs survenu sur la voie à quelques stations devant nous, le trafic sera interrompu quelques temps. Il n’y a aucun lieu de paniquer, je vous demanderai de rester calme pour que l’attente se fasse dans les meilleures conditions. Merci de ne pas tenter d’ouvrir les portes et de descendre sur la voie. »

Il n’en fallut pas plus à Scully pour perdre connaissance. Mulder la retenu comme il put et un jeune homme lui laissa le strapontin pour y faire assoire Scully. Il lui tapota la joue, lui retira sa veste. Il demanda de l’eau. Une vielle dame lui en donna. Il pestait contre lui-même, contre se temps, contre l’imbécile de voyageur qui avait du se jeter sur les railles. Ils n’étaient qu’à une station de chez elle. Il faillit forcer les portes mais se retint devant l’état de son amie. Elle reprit connaissance mais sa tête tournait toujours plus fort. Un marteau piqueur s’y logé sûrement. Mulder lui aspergea un peu d’eau sur le visage et lui demanda de se concentrer sur son regard, tout en lui massant les mains. Puis elle ferma les yeux pour tenter de penser à autre chose qu’a se calvaire.

- Un quart d’heure n’est ce pas. Ce n’était qu’un murmure mais elle le fit sourire.
- Tu me connais, je ne fais jamais ce que je dis.
- Tu me le paieras.

Le trafic repris son court au bout d’une demi heure. Scully avait chaud puis froid. Elle ne contrôlait plus ses frissons. Mulder l’aida à sortir. Il la porta jusqu’à son appartement. Une fois arrivé, il la coucha, la dévêtis, laissant ses sous vêtements et la couvrit de ses couvertures. Il s’apprêta à sortir quand un nouveau murmure se fit entendre.

- Ca aussi tu me le paieras.
- Scully si je ne m’abuse tu m’a déjà déshabillé. Disons qu’on est quitte.

Souriant, il lui déposa un baiser sur le front et sortit de la pièce sans pour autant sortir de l’appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Dim 25 Oct - 22:37

N = Neige.

Mulder avait demandé à Scully de l’attendre devant chez elle et de s’habiller chaudement. « Tu m’étonnes » avait elle pensé. Dehors la neige tombait sans faire de pause depuis la nuit précédente. Elle regarda l’heure, il était 20 heures, il lui avait annoncé qu’un cadavre l’attendait sagement à la morgue de Quantico. Il passait la chercher pour qu’elle ne sorte pas sa voiture. Elle avait soufflé, fortement, mais n’avait encore une fois pu lui dire non. Elle sortit quand il la bipa. Mais elle ne vit pas sa voiture. Elle le chercha et allait l’appeler quand elle reçu quelque chose de violent dans le dos. Elle se retourna, le regard mauvais et bien évidement aperçu le seul et l’unique responsable. Il abordait un sourire fier de lui. Il s’arma d’une nouvelle boule de neige et sans lui laisser le temps de répliquer lui lança.

- Bien joué les après ski Scully !
- Mulder mais qu’est ce que … Et mon cadavre ? Les mains sur les hanches, arquant un sourcil.
- Il est bien au chaud dans son tiroir. Enfin au chaud, on se comprend ! Par contre lui peut attendre demain.
- Comment ça lui ?
- Moi je voulais pas attendre demain pour faire ça.

Il lui balança une nouvelle boule de neige, la troisième en même pas deux minutes.

- Mulder ne sous estime pas mon talent pour ce genre d’activité.

Et sans comprendre, il reçut de la neige en pleine tête. Quand il la retira, il ne trouva plus sa coéquipière.

- Scully ?
- Oui ? Il se retourna et rebelote, encore touché en plein visage.
- Ne joue pas à la plus maligne avec moi !

Il lui couru après, lui mis de la neige dans le cou et s’éloigna pour s’armer à nouveau. Mais il sentit un poids s’écraser sur son dos, le faisant perdre l’équilibre dans toute cette neige blanche. Il était maintenant à plat ventre. Encore battu.

- Agent Mulder, ne vous à ton jamais appris à ne pas tourner le dos à vos adversaires ?

Il frissonna, se demandant si c’était le froid où la voix suave de son amie dans son oreille. Elle se releva mais pas assez vite. Il l’attrapa par la cheville et elle tomba de tout son poids sur le dos. Elle ferma les yeux quelques secondes ayant le souffle coupé. Ses doigts glacée attrapèrent de la neige et l’envoya droit devant elle. Mais elle l’entendit rire, comme jamais elle ne l’avait entendu auparavant. Elle l’observa, sourire aux lèvres.

- C’était nulle cette tentative Agent Scully ! Tu m’as loupé d’au moins 3 mètres ! Il va falloir faire un stage de tire !

Elle plissa les yeux et se releva aussi vite que possible avec une nouvelle arme en main. La bataille repris de plus belle. Les quelques personnes qui passaient par la les observaient avec amusement. Plus d’une demi heure d’acharnement, ils se serrent la main en signe de fin de match.

- Monte, je vais faire du café.
- Volontiers.

Il la suivit dans son appartement. Ils retirèrent leurs chaussures sur le pas de la porte. Mulder retira son manteau pendant que Scully se dirigeait vers sa chambre. Elle revint quelques secondes plus tard avec une serviette, un pantalon de jogging et un sweat-shirt.

- C’était à mon père, je pense que ça t’ira.
- Merci.

Il se changea rapidement et partis préparer le café pendant qu’elle se changeait à la salle de bain. Elle revint avec une bassine d’eau tiède parfumée qu’elle déposa face au canapé. Ils prient place sur ce dernier, café sur la table basse, couverture sur eux.

- Plonge tes pieds, tu te réchaufferas plus vite.
- Bien doc’ !
- Merci Mulder pour cette soirée.
- Tout le plaisir était pour moi, partenaire.

Elle alluma la télé et « Potins de femmes » commençait à peine. Ils se regardèrent, se sourirent et regardèrent le film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Ven 13 Nov - 22:22

O = Orage

Un motel miteux au milieu de nulle part. Une enquête qui n’aboutissait pas. Un orage qui faisait rage. Les volets claquaient. Le vulgaire néon de l’enseigne clignotait jusqu’au moment où l’électricité rendit l’âme. Seul les éclaires illuminaient les environs. Même avec la couverture sur les yeux, Scully les percevaient. Un énorme bruit, un cri et Mulder arriva dans la chambre de son amie. Il regarda par la fenêtre.

- Juste un arbre qui s’est effondré.
- Juste ??!!! Mais bientôt le toit va nous tomber dessus !

Il perçu un ton paniquée dans la voix de Scully et s’approcha à tâtons. Une fois près du lit, il demanda doucement.

- Scully ça va ?
- Oui …

Un grondement impressionnant résonna et il comprit que ca n’allait pas aussi bien qu’elle le prétendait.

- Ben alors on a peur des orages ? Se moqua gentiment Mulder.
- Non je n’ai pas peur … Avoue juste qu’il est rude et puis on n’est pas en sécurité ici …
- Très bien alors je te laisse. Il fit mine de partir.
- NON ! Enfin je veux dire … Tu peux rester.
- Bien. Je peux … Me joindre à toi ?

Elle se poussa légèrement, il s’installa à ses côtés.

- Alors si tu m’expliquais ce qui t’angoisse dans ce phénomène naturel ?
- On était en vacance, dans un chalet en bois. Il y en avait plusieurs du même style à côté du notre. Et un soir un orage aussi violent que celui-ci … Un éclair est passé à quelques mètres de notre chalet et finalement c’est abattu sur celui du voisin. J’tais petite mais je me souviens de ce feu gigantesque. On a du évacuer les lieux. Charlie était bébé. Je n’oublierais jamais. Le chalet n’était pas vide. Une famille … Ca aurait pu être nous …

Un nouveau rugissement naturel. Scully s’agrippa aux couvertures. Elle sentit un bras l’agripper et la ramener près de lui. Les battement de son cœur se calmèrent instantanément et se calèrent au rythme de ceux de son ami.

- C’est une malheureuse circonstance, tu n’y es pour rien. Ca aurait pu mais ça n’est pas le cas …
- Je sais … Et depuis, chaque orage, j’y repense et je revois les images … Et pendant des années, Mélissa et Moi on se réfugiait dans le lit des parents en attendant que ça passe …

Elle se tut. Se remémorant les souvenirs. La tempête extérieure ne se calmait pas. Dans un murmure, en lui caressant tendrement es cheveux, il lui dit :

- Maintenant c’est moi qui suis là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Ven 20 Nov - 23:55

P = Poteau

Ils marchaient dans la rue, Mulder expliquant sa théorie en faisant de grands gestes. Evidemment ce qui devait arriver arriva. Droit devant. Il ne l’avait pas vu. Trop occuper à parler d’une vie ailleurs … Ou à dévorer sa partenaire des yeux … Ou les deux. Le connaissant il pouvait faire les deux et être tout aussi passionné par l’un ou l’autre ! Le bruit entre le crane de Mulder et son nouvel ami, le poteau résonna jusqu'au bout de la rue. Le rire de Scully aussi. Elle n’arrêtait pas. Elle ne pouvait pas. Mulder lui se frottait le front et sourit devant l’air amusé de son amie mais pas longtemps. Il s’accroupit …

- Mulder … Mulder …

Evidemment personne dans la rue pour lui donner un coup de main. Elle sortit son portable tout en continuant de lui donner des tapes sur le visage. Elle composa le 911 mais il reprit connaissance. Elle raccrocha immédiatement et se concentra sur l’homme allongé à ses cotés. Elle retira sa veste et la mis sous sa tête.

- Hey !
- Oua … Je ne sais pas si c’est le bruit du choc ou ton rire qui résonne dans mon crane … Mais … Aie …
- Je suis désolée … Elle blêmit encore plus.
- Je plaisante … Il tenta de se relever.
- Doucement. Attends encore un peu. J’étais sur le point d’appeler une ambulance !
- Je me suis juste cognée Scully.
- Oui avec perte de connaissance de 6 minutes ! Elle l’aida à se relever. Il s’appuya sur le dit poteau. Regarde moi et suit mon doigt. Okay. Je ne t’emmène pas aux Urgences mais je te raccompagne chez toi.
- Une envie de jouer au Docteur ?
- Ravie de voir que ton sens de l’humour est bien encré la dedans ! Elle lui désigna le crane et le frôla à peine.
- Aie …

Elle l’aida à marcher et ils regagnèrent l’appartement de Mulder tranquillement. Epuisé il se laissa tomber dans le canapé. Elle lui tendit deux aspirines qu’il avala sans rechigner.

- Il faut que tu restes tranquille quelques heures. Je vais rester là, c’est plus sur. Mulder efface ce sourire, l’exercice physique n’est pas conseillé pendant au moins une semaine !
- C’est de la torture !
- Va t’allonger, ne vas pas te coincer le dos en plus de la tête.
- Tant que rien d’autre ne se coince …
- Mulder ! AU LIT !
- Oui m’an ! Tu devrais t’allonger aussi, on ne sait jamais, si mon cœur se coince …
- T’inquiète pas va ! Vu comme tu ronfles, si ton cœur lâche je le saurais de suite.
- Jamais tu ne m’as reproché ça avant.
- L’occasion ne s’était pas présentée. Elle lui fit un clin d’œil, l’aida à s’allongé, le couvrit de sa couverture et d’un ton ironique lui parla. Ca va mon chéri, tu es bien installé ?
- Oooh oui mon amour !!! Répondit-il sur le même ton. Je me demande même si je ne vais pas reproduire ce genre de chose plus souvent !
- C’est ça ! On verra plus tard quand tu auras vu ton bleu envahir la moitié de ton visage, séducteur que tu es, tu ne l’envisageras plus ! Maintenant repose toi un peu … Elle déposa un baiser sur son front et passa une main dans ses cheveux.
- Je ne suis séducteur que pour toi … Et il sombra dans un sommeil lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Lun 7 Juin - 18:08

Q = Quarantaine

Scully venait de pratiquer une autopsie. Mulder venait lui parler de l’enquête. Elle marqua un temps d’arrêt. Le diagnostique venait de tomber. Mulder attendait. Devant le regard apeuré de Scully, il l’a questionna.

- Scully ? Il posa sa main sur son épaule.
- C’est … Elle se recula brusquement. Le … C’est le virus Ebola.

Mulder resta figé, le regard sur le corps. Il vit Scully retirer ses gants énergiquement et se reculer jusqu’au fond de la pièce, l’entraînant avec elle. Elle appela Skinner qui leur envoya une équipe scientifique pour la mise en place de leur quarantaine.

- 15 jours … Répéta Mulder, pensif.
- Le temps de voir si le virus se développe en nous …

Ils allaient être dirigé vers une chambre stérile en début de soirée, en attendant, ils devaient prendre leur mal en patience. Le corps avait été évacué, la pièce où ils se trouvaient avait été scellée. Ils ne parlaient pas. Au bout d’une heure, Mulder prit un papier et un stylo et se mit à écrire.

- Qu’est ce que tu fais ?
- Une liste de chose que j’aimerais avoir pendant ma détention.

Elle regarda par dessus son épaule.

- Un stylo. Du papier. Une télé, étonnant. Elle leva les yeux au ciel. Plan 9 ? Mulder tu ne l’as pas assez vu ?!
- Je risque de faire une crise de manque.
- Des bonbons. Des … Préservatifs ?!!! Mulder tu crois que …

Elle fut interrompue par un médecin qui venait leur faire une prise de sang et les conduire plus tôt que prévu dans leur chambre. Ils découvrirent la pièce carrée de 15 m2 avec deux lit, une petite table et une porte donnant sur une salle de douche et des wc. Scully et Mulder se regardèrent, dépités. Elle lui désigna les caméras de surveillance avec un air moqueur et .. Affligée.

- Vous vous croyez dans un jeux de télé réalité ? S’énerva Mulder.
- C’est pour votre sécurité.
- Sécurité ? Vous croyez qu’il va nous arriver quelque chose ici ? Un meurtre ? un enlèvement ?
- Vous vous êtes exposés à un virus mortel, nous devons vous surveiller. Pas de discussions possibles.
- Comme si on l’avait fait exprès !
- Mulder laisse tomber …

Elle s’assit sur le rebord du lit, pensive.

- Même dans la salle de bain !!

La cabine de douche était opaque et un paravent cachait les toilettes. Ils s’observèrent.
Quinze jours ... Quinze jours avec elle ... Quinze jours avec lui ... Comment allaient-ils se contenir ? Ils n'avaient qu'une envie, se sauter dessus. Mais la peur prit vite place sur le désir. Il s’approcha d’elle et entoura ses épaules.

- Tu avais des gants, une tenue stérile … Il n’y a aucune raison de paniquer.

Elle se laissa aller contre lui et ferma les yeux.

Mulder avait demandé des sucettes et autres cochonneries à grignoter. Scully ne pouvait se défaire du va et viens que faisait la sucette dans la bouche de Mulder. Il prenait un malin plaisir à la provoquer. Hypnotisée par ses lèvres, elle n’allait jamais tenir 15 jours sans le toucher, sans l’embrasser, sans sentir sa peau nue contre la sienne. Ses 15 jours allaient être les plus durs à vivre. Mais il était là. Avec elle. Ils étaient encore ensemble dans une aventure aussi incroyable que pénible. Encore de nouveaux souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Mar 8 Juin - 20:33

R = Rock

Scully lui avait demandé, gêné, s’il pouvait être son cavalier pour le mariage d’une de ses cousines. Il avait accepté avec plaisir.

- Ton frère ne risque pas de me refaire le portrait ?
- Il est en déplacement, ne t’inquiète pas.

Ils arrivèrent dans l’immense propriété des mariés. Scully présenta Mulder à sa famille et n’avait pas pensé que cette rencontre émoustillerait toute la famille Scully. Sa mère lui fit comprendre qu’elle avait bien fait et qu’il était temps. Elle n’osa la contredire, les joues écarlates et n’osait regarder son ami. Mulder lui prit la main, déposa un baiser sur la joue et se plia au jeux du gendre idéal. Il salua tout le monde, sans se forcer. Surtout avec sa partenaire.

- Et bien. Quel est ce magnifique morceau que tu nous as ramené ?
- Tu ne viens pas de dire oui pour l’éternité il y a à peine une heure ? Ironisa Scully.
- Ca ne m’empêche pas d’avoir une vue impeccable.

Elles se sourirent. L’une franchement. L’autre timidement.

La soirée se passait bien. Scully et Mulder discutaient entre eux et avec d’autres. Il écoutait les histoires de famille avec grand intérêt. Puis la mariée lui demanda de lui accorder un rock. Chose qu’il accepta de suite. Quelques minutes plus tard, toutes les femmes, plus ou moins jeunes mais surtout les célibataires, sollicitaient Mulder pour danser avec lui. Une nouvelle facette que découvrait Scully ce soir.

- Mon dieu Dana, dit moi qu’il a un frère.
- J’ai peur de te décevoir …
- Ma fille a l’unique exemplaire ! Faites attention à vos fesses, je vous ai à l’œil.

Maggy envoya un clin d’œil à sa fille. Elle venait de rembarrer la croqueuse d’homme de la famille.

Voyant le regard de son amie sur lui et ces femmes autours, il déclina les invitations et traversa la piste de danse pour l’inviter. Elle et pas une autre. Elle lui fit de gros yeux mais il n’y prêta pas attention. Ils se retrouvaient sur la piste à danser un rock sur Elvis Presley. Scully secoua la tête d’amusement et suivi les pas de Mulder. Une chanson plus douce prit la suite, et instinctivement elle se blottit contre lui.

- Tu m’avais caché ce talent.
- S’il n’y avait que celui là …

Elle le regarda, intrigué. Leurs regards ne se lâchaient plus. Quelques secondes plus tard et il caressa ses lèvres des siennes, laissant les autres bouche bée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   Sam 10 Juil - 17:47

S = Soleil.

Son téléphone vint perturber son repos bénéfique. Elle décrocha dans un gémissement non plaisant.

- Mmmh …
- Scully c’est moi …
- Etonnant, le coupa t-elle.
- Ou es tu ?
- Mulder qu’est ce que tu veux ? Je ne peux pas être chez moi tranquille pour une fois ?
- C'est-à-dire que je suis devant chez toi et tu ne réponds pas.
- C’est pas vrais … Mulder si c’est pour m’emmener je ne sais où, oublie !
- Je … Bon week end Scully.
- Il allait raccrocher quand elle l’appela. Mulder !! Curiosité piquée au vif. Que se passe t-il ?
- J’ai juste ramené un film et des bières … Mais tu as l’air occupé …
- Quoi comme film ?
- Apparences avec Pfeiffer et Redford.
- Jamais tu ne décroches du fantastique n’est ce pas ? Dit elle amusée.
- Ben … Je t’intéresserai moins !
- Tu as gagné. Mais si tu me rejoins la où je suis, une fois la porte passée je ne veux rien entendre. Juste le silence. Pas d’histoire de boulot. Rien. Sinon je te vire. Okay ?
- Je pense que je peux y arriver. Tu m’intrigues !! Elle s’amusait de son coté enfantin.
- Met toi dos à ma porte.
- Oui.
- A droite il y a une fenêtre.
- Ouép.
- Prends l’escalier de service et grimpe jusqu’au toit. Et ne tombe pas !

Elle raccrocha avant qu’il ne puisse répliquer et éteignit son téléphone. Quelques minutes plus tard elle l’entendit arriver. Il l’observa, ébahit. Short court, débardeur, pieds nus, lunettes de soleil et bières à ses cotés. Elle était à semi allongée dans un transat, face au soleil. L’été était chaud et elle profitait du soleil qui pénétrait sa peau, même à 18 heures. Elle lui fit signe de s’assoir à ses côté sur le fauteuil libre et de se service dans la glacière. Il mourrait d’envie de lui poser des questions sur son passe temps mais se souvint de sa menace et se ravisa. Il l’imita et ferma les yeux sous ses lunettes de soleil et se laissa bercer par la douceur de ce moment. Il ne prenait jamais le temps de le faire, surement par impression de perdre son temps, mais avec sa partenaire à ses côtés, il se sentait bien. Hors du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'abécédaire D'Xfiles   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'abécédaire D'Xfiles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'abeille et le Yucca Gloriosa (Acrostiche Abécédaire)
» Abécédaire de ma douce plume
» Abécédaire de l'absurde !
» Abécédaire acrostiche composé de 26 alexandrins.
» Abécédaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: *Luciole*-
Sauter vers: