Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Confusion [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Mary*

avatar

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Confusion [en cours]   Jeu 14 Oct - 14:13

Titre : Confusion
Auteur : Mary Fiévé
Date : 14 octobre 2010 - ...
Avertissement : PG-13/R
Catégorie : AU

Résumé : Lisa, 14 ans, est retrouvée en pleine nuit marchant sur le bord d'une route isolée...
Disclamer : Mulder et Scully ne sont pas à moi, je ne fait que les empreinter pour leur faire faire des bêtises


Confusion



Un clair de Lune, la plaine argentée, le ciel étoilé, une nuit tranquille bercée par la brise estivale…un peu de fraicheur salvatrice en cette fin de mois de juillet… Marcher, sans se retourner, le regard vissé à l’horizon… Marcher pour s’éloigner, fuir sans hésiter… Le tissu de son T-shirt était déchiré au niveau de l’épaule droite, agrandissant le col arrondit, laissant apparaitre un peu plus la naissance de sa poitrine juvénile… La peau de sa joue était écorchée, rougie par l’impact violent subit… Des larmes de peur aux coins des yeux… Ses cheveux rattachés en un chignon fait rapidement, retenu par un simple élastique… Le creux de ses coudes était noirci par des bleus, vestiges des aiguilles qui lui avaient meurtri les veines…
Au loin des phares percèrent la nuit profonde, la lumière jaune éclaira sa peau sèche, son corps déshydraté, amaigrit, un corps qui avait souffert du manque dans l’enfance, un corps frêle, petit, que seul la volonté de son esprit avait encore la force de mouvoir au-delà de l’épuisement… La voiture s’approchait a vive allure, elle tressailli, ses poings se crispèrent, ses ongles pourtant courts écorchèrent ses paumes, ses muscles se contractèrent, prêts à réagir, prêts à fuir, l’adrénaline commença à l’anesthésier, préparant son organisme à fournir un effort au dessus de ses possibilités… Elle vit la lumière des phares diminuer d’un cran, elle entendit le régime du moteur baisser, elle se laissa éblouir un instant, comme hypnotisée. La vitre côté passager se baissa, la jeune femme au volant se pencha vers elle, en silence elles se contemplèrent, toutes deux impassibles, puis la porte s’ouvrit sous l’action de la conductrice… Elle emprisonna le cadre métallique de ses doigts fins, se laissa glisser dans l’habitacle sans savoir pourquoi elle avait confiance en cette inconnue, puis la portière claqua, et la voiture démarra, reprenant sa vitesse, laissant à sa tranquillité la lande silencieuse…
La jeune femme lui adressa un sourire rassurant, posant une main sur son épaule pour s’assurer qu’elle ne la craignait pas, puis passa le bras derrière le siège pour attraper un plaid. Elle le lui déposa sur les genoux :

-Tu as l’air frigorifié…elle jeta un regard à la jeune fille prostrée dans son fauteuil…couvres toi au moins, les nuits d’été sont fraiches ici tu sais !

Ces quelques mots prononcés avec douceur tombèrent dans le silence, la jeune femme reporta son attention sur la route, il restait une demi heure avant d’atteindre sa destination.
Sa lèvre inférieure prisonnière de ses dents pour en empêcher les tremblements, la jeune fille avait longtemps gardé les yeux baissés avant de se risquer à la contemplation de cette inconnue venue à son secours. Elle examinait son visage avec une curiosité non dissimulée que la conductrice se gardait bien de remarquer. Ainsi elle distinguait de discrètes taches de rousseur claire-semées sur le nez, les pommettes et le front de celle qui se concentrait sur la route. Ses boucles rousses étaient mi-longues, maintenues relevées d’une manière négligée par quelques épingles positionnées au hasard. Les quelques fois où leurs yeux s’étaient croisés elle avait remarqué cette couleur translucide, fascinante par sa pureté, qui lui donnait un regard profond et expressif, la pénombre lui interdisait de déterminer s’il s’agissait d’un vert émeraude ou d’un bleu océan. La jeune femme portait un ruban noir, ajusté autour du cou, auquel était fixé une pierre transparente ressemblant à du cristal. Elle continua son inspection, détaillant une blouse couleur lavande, près du corps, au léger décolleté ourlé de dentelle. Les manches étaient mi-longues, recouvrant les coudes elles laissaient apparaitre la peau blanche des avant-bras. Ses yeux se posèrent sur l’un des poignets ainsi découvert autour du quel était enroulée une chaine en or. Son attention fut attiré par le fait qu’elle faisait trois tours, elle en déduisit que cette chaine avait du être un collier. A l’une des boucles qui enfermaient le poignet fin était attaché un pendentif, une croix en or elle aussi, très fine, de petite taille…
Les mains de la jeune fille se décrispèrent, puis elle se décida à déplier le plaid qui était toujours posé sur ses genoux, elle s’en couvrit, cessant de refouler les frissons qui la secouaient malgré la température estivale.

-Je…moi c’est Lisa…Merci… ses yeux fixaient l’extérieur par la vitre contre laquelle elle avait appuyé son front.

Elle quitta la route des yeux quelques instants pour regarder la jeune fille qui semblait s’abandonner à la confiance, prête à se laisser emporter par le sommeil.

-Je m’appelle Mélissa…on arrive dans un quart d’heure, on va s’occuper de toi d’accord…ferme les yeux si tu veux…

Lisa eut un sourire faible dans la pénombre, sans se retourner elle ferma les yeux, en proie à la fatigue son esprit se laissa embrumer par le sommeil alors qu’une question continuait de la torturer…Pourquoi faire confiance à cette femme ? Après tout ce qu’on lui avait fait subir, pourquoi faire confiance à la première inconnue qu’elle croisait ? Peut-être parce que justement, c’était une inconnue…tout ceux qu’elle avait connu avaient brisé sa confiance…une personne qu’elle n’avait jamais vu ne pouvait pas faire ça…du moins c’est la prière silencieuse que son esprit formula avant de sombrer pour les quelques minutes de tranquillité que la route qu’il restait à parcourir lui offrait.

*****
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Mary*

avatar

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Confusion [en cours]   Jeu 14 Oct - 21:41

Lisa sorti de sa somnolence, secouée par la route devenue irrégulière. Le regard encore flou, elle distingua les contours capricieux d’un mur en pierres locales. Les phares balayèrent un jardin entretenu, dans lequel s’épanouissaient de grands arbres dont la taille des troncs laissait présager des années d’Histoire dont ils avaient pu être les témoins silencieux. Les pneus firent crisser les fins cailloux blancs qui couvraient l’allée que le temps avait abimée en la creusant de trous plus ou moins profonds. La voiture tourna une dernière fois et s’immobilisa devant une demeure typiquement irlandaise qui n’avait rien à envier aux manoirs anciens qui se dressaient fièrement dans les pleines vertes à quelques kilomètres de là.
Mélissa sorti de la voiture et alla faire résonner une cloche de bronze fixée à la droite d’une lourde porte en bois massif…Elle se retourna et constata que Lisa n’avait pas bougé…elle semblait pétrifiée par ce lieu peu commun…Elle s’approcha de la voiture et ouvrit la portière :

-Tu peux descendre…nous allons passer la nuit ici…
-Où sommes-nous ?
-Cette maison appartient à ma famille…Ma sœur est médecin, elle est ici, si elle a le moindre doute pour toi, nous te conduirons à l’hôpital ! D’accord ?

Lisa ne répondit rien, elle baissa les yeux, honteuse de se montrer si hésitante face à tant de bienveillance…mais aussi terrifiée à l’idée d’être de nouveau enfermée, le ventre lacéré par la peur de faire confiance à cette femme qui ne faisait que lui tendre la main pour qu’elle sorte de cette voiture, pétrifiée par la pensée que peut être, on allait encore se servir de son corps, de ses veines, pour expérimenter des substances dont elle sentait encore la brulure au creux de ses coudes meurtris…Elle inspira l’air frais de la nuit à plein poumons, puis le laissa s’échapper lentement entre ses lèvres. Elle ferma les yeux quelques secondes puis…ses paupières se soulevèrent d’un coup, comme réveillée en sursaut, elle fixa Mélissa droit au centre de ses pupilles dilatées par la pénombre, elle sonda ses iris avec une détermination effrayante, scrutant chaque irrégularité dans le vert émeraude de ce regard franc qu’elle lui offrait. Mélissa ne détourna pas le regard, la laissant faire, affichant un visage aussi sérieux que réconfortant, elle avança la main vers celle de la jeune fille, saisissant ses doigts glacés, elle attira Lisa à elle… Rassurée par la transparence sans bornes dont avait fait preuve Mélissa, Lisa se laissa glisser hors de l’habitacle, se retrouvant debout sur ses jambes faibles, elle vacilla laissant juste le temps à sa conscience de sentir deux paires de bras l’encercler et soulever son corps de jeune adolescente avant qu’il ne s’écroule au sol, sans vie…

*****


Une odeur de Thé…elle entrouvrit les paupières, laissant la lumière du jour s’infiltrer et agresser ses pupilles engourdies par cette léthargie qui l’avait emportée en sortant de cette voiture…Elle parcouru la pièce avec lenteur, une chambre, elle était dans une chambre, un lit…depuis quand n’avait-elle pas été simplement allongée dans un vrai lit…Le matelas moelleux, la couverture en plumes, lui offrait un cocon de confort, de chaleur et de douceur qu’elle n’avait pas ressenti depuis…depuis…quel âge avait-elle…14 ans…la dernière fois, elle avait 8 ans…6 ans, oui 6 ans qu’elle n’avait pas vu un vrai lit…elle écarquilla les yeux choquée par la découverte qu’elle venait de faire en réfléchissant simplement sur des chiffres…Son regard se posa sur un rock-in-chair dont le mouvement régulier avait quelque chose d’apaisant…Assise dedans, une femme, une tasse fumante à la main, le regard fixé sur la fenêtre…Ce n’était pas Mélissa, mais Lisa remarqua une ressemblance troublante…Les mêmes cheveux roux, à ceci près qu’ils étaient ordonnés en une queue de cheval parfaite…Les mêmes taches de rousseurs venaient colorer le teint pâle de ce visage fin…La même profondeur dans le regard, sauf que cette jeune femme là avait les iris d’un bleu translucide…Et autour du cou, Lisa nota la présence d’une fine chaine d’or, retenant prisonnière une croix dont l’éclat doré illuminait la peau blanche que le chemisier pourpre laissait entrevoir…
Lisa poussa un soupir. Etrangement, la présence de cette femme ne l’inquiétait pas, elle s’était méfiée de Mélissa malgré tout, mais là, elle avait simplement envie de rester dans cette pièce, dans ce lit et surtout, que cette femme reste là, à contempler le ciel à travers le voilage des rideaux…surtout qu’elle ne parte pas, surtout qu’elle ne se tourne pas vers elle non plus…simplement rester là, présente…Lisa se retourna dans le lit, adoptant la position du chien de fusil, ne lâchant pas du regard la silhouette au balancement régulier…
Lorsqu’elle l’entendit bouger, elle tourna son attention vers elle quelques instants, pour s’assurer qu’elle allait bien, que son réveil était normal…Elle croisa son regard, y resta fixé le temps d’une contemplation mutuelle, puis elle laissa ses yeux parcourir la pièce, et retourner à l’observation de la Nature immobile…
Lisa laissa courir ses yeux jusque sur sa table de nuit. Elle y vit une carafe pleine d’eau, un verre à demi rempli, et… Elle se crispa, se recroquevilla sur elle-même, emprisonna les draps de l’étreinte puissante de ses doigts, ferma les yeux, espérant chasser des larmes de peurs… Ne pas pleurer… Les larmes étaient toujours synonymes de coups… Ses paupières se soulevèrent avec peine, fixant de nouveau l’objet de son stress… Des cachets, des cachets posés près du verre… Elle fixa de nouveau la femme qui s’était levée en la voyant se crisper dans le lit… Elle s’était approché, le regard empli d’inquiétude, une main avançant vers Lisa dans l’espoir qu’un contact pourrait la calmer… Lisa capta ce regard inquiet, une inquiétude qu’elle ne connaissait pas, une inquiétude qui la rassura presque, sentant toujours au fond d’elle ce bien-être que la présence de cette femme lui procurait… Alors d’une voix tremblante elle osa demander tout en désignant les cachets d’un geste faible :

-Vous voulez que je les prenne ? N’est-ce pas ?
-Est-ce que tu as mal quelque part ?
-Mes bras…le creux de mes coudes…
-J’ai vu les ecchymoses… La jeune femme lui sourit, et passa sa main sur la joue de Lisa, repoussant une mèche de ses cheveux dorés… Il y a deux cachets, si tu as mal tu peux en prendre un, si la douleur est vraiment trop présente tu peux prendre les deux tout de suite…ce sont des antalgiques, c’est contre la douleur !

Lisa ne répondit rien, elle prit la main de celle qui se tenait à son chevet, la gardant plaquée sur sa joue, laissant sa chaleur lui pénétrer la peau, et l’âme…Un léger sourire étira ses lèvres gercées… L’inconnue le lui rendit, exerçant un mouvement régulier de son pouce pour lui caresser la joue sous l’emprise de sa main glacée…

-Je vais en prendre un alors… Mais… vous êtes sure que ça ne me fera pas de mal ?
-Non Lisa, ça ne fait pas mal… Et tu peux me tutoyer… Je m’appelle Dana, je suis la sœur de Mélissa, et je suis médecin… Demain je vais t’emmener dans ma clinique si tu es d’accord… Il faut qu’on sache ce qu’il t’est arrivé…
-Non, pas de tests, NON !!!

Lisa s’était retournée, rompant le contact établie avec Dana, son corps se contracta sous le poids de l’angoisse, ses genoux remontèrent sur sa poitrine, elle serra les dents, sa respiration s’accéléra, ses lèvres tremblèrent, ses yeux la brulèrent sous l’assaut des larmes salées…

-Alors finalement c’est ça…c’est pour ça que vous vous êtes occupé de moi cette nuit ? Vous avez besoin de moi pour faire des tests n’est-ce pas ? Vous venez de le dire, vous avez un laboratoire à votre clinique n’est ce pas ?

Lisa s’était levée, elle s’était postée devant la porte les poings serrés, prête à prendre la fuite si la réponse ne lui convenait pas… Sa voix était devenue sourde, grave, habitée d’une assurance qui étonna son interlocutrice… C’était la première fois que Lisa montrait de l’agressivité dans son attitude, oubliant la crainte elle semblait habitée par la simple rage de vivre, et de s’en sortir, à n’importe quel prix…

-Non Lisa ! Dana s’éloigna du lit, se mettant face à l’adolescente tout en gardant une distance rassurante pour la jeune fille… Les seuls tests que je souhaite te faire passer sont destinés à déterminer si tu vas bien !
-Eux aussi ils disaient ça !

Le regard de Lisa s’était durci, elle avait grondé ces quelques mots à travers ses dents serrées, la mâchoire crispée par la colère de s’être laissée amenée ici, par le sentiment de trahison qu’elle ressentait encore une fois face à ces adultes qui ne vivaient que pour leur « médecine ».

-Lisa…Dana avait à peine soufflé le prénom de la jeune fille, elle franchit les quelques mètres qui les séparaient et planta son regard droit et franc dans les yeux perturbés de l’adolescente…Lisa…si je t’explique ce qu’il va se passer, est-ce que tu vas m’écouter attentivement ?

L’adolescente fit un pas en arrière, croisant les bras devant-elle, s’éloignant un peu plus de Dana, lui signifiant ainsi qu’elle restait sur ses gardes…

-Qu’est ce qu’il y à expliquer ? Lança-t-elle, amère…
-Les différents tests que je voudrais que tu passes, si tu es d’accord, et à quoi ils servent, pour que tu comprennes pourquoi on les fait…et ensuite il faudra que tu répondes à des questions, tu comprends, il est important qu’on sache ce qu’il t’est arrivé Lisa ! Pourquoi est ce que Melissa t’as retrouvée en pleine campagne la nuit ? Tu as fugué ?

Lisa s’était crispée à l’évocation de son passé, ses mains glacées par l’angoisse étaient venues froisser le tissu du pyjama qu’elle portait, elle ferma les yeux le temps de calmer sa respiration…

-Je…non je n’ai pas fugué non…son regard se perdit sur les motifs colorés du tapis de laine…j’ai simplement survécu…souffla-t-elle enfin…

*****
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Mary*

avatar

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Confusion [en cours]   Lun 18 Oct - 22:22

Lisa tremblait…elle transpirait, son corps animé par des secousses incontrôlables la faisait souffrir à la limite du supportable…ses plaintes s’échappaient en un gémissement sourd entre ses dents qui s’entrechoquaient…Elle regardait Dana qui la serrait contre elle, entendant à peine les instructions que cette femme donnait aux infirmières qui s’afféraient autour d’elles…

-Lisa, Lisa est ce que tu entends ce que je dis ?

Le regard de la jeune femme était inquiet, elle passa une main sur le front humide de l’adolescente, dégageant les quelques mèches blondes collées à la peau. Lisa cligna des yeux lentement, ne lâchant pas le regard de Dana pour lui signifier que oui, elle entendait, mais elle ne pouvait pas parler…

-Très bien…très bien…Lisa tu fais une crise de manque ! On va t’injecter un produit pour calmer la crise d’accord ?

Lisa s’affola, tentant de se dégager de l’étreinte de Dana…une injection, non pas encore des aiguilles, pas encore des drogues…des produits dans ses veines…encore…non…

-Calme toi…calme toi…Dana resserra son emprise autour du corps frêle de la jeune fille…on va te faire une piqûre dans l’épaule d’accord…ne t’inquiète pas, on ne laissera pas l’aiguille, c’est simplement pour que tu puisses te reposer quelques temps, le temps qu’on trouve comment te soulager…

Le regard paniqué de Lisa eut l’effet d’un étau se resserrant sur la gorge de la jeune femme qui prenait soin d’elle, elle sentait bien que l’idée de subir une injection la terrifiait, mais elle ne connaissait pas de solution plus rapide pour la soulager…Elle avait besoin de temps pour comprendre l’histoire de cette enfant sortie de nulle part la nuit dernière…
Une faible pression sur l’épaule, puis une chaleur au même endroit mais plus profondément dans la chair…ça y est, ils étaient en train de lui injecter le produit…Lisa rendit les armes, des larmes coulèrent silencieusement le long de ses joues…ça recommençait…elle n’avait rien fait pour se protéger, elle avait eu confiance en ces deux sœurs…pourquoi…son regard embué se perdit au fond des yeux de Dana, et dans un dernier instant de « lucidité » elle envoya un ultime message…déception…Si seulement elle pouvait comprendre que la douleur physique n’était plus sa hantise depuis des années…elle avait appris à endurer les mutilations, la souffrance…serrer les dents et ne rien dire avait été son échappatoire…oui la douleur n’était rien pour elle, la seule chose qui pouvait vider son regard de tout espoir était la perte de confiance…et à cet instant, le regard de Lisa devint terne…lointain…vide…
Dana se mordit la lèvre…qu’avait-elle bien pu subir pour réagir ainsi…lentement, au fur et à mesure que les muscles de Lisa se détendaient, elle desserra son étreinte, allongeant la jeune fille dans son lit d’hôpital elle se laissa tomber dans le fauteuil à côté d’elle, plaçant la petite main glacée dans la sienne…elle la veillerait quelques minutes, pour s’assurer qu’elle avait bien trouvé le sommeil…elle retournerai ensuite à ses recherches…cette enfant était droguée, elle venait de faire une crise de manque…il fallait mettre en place une thérapie, un traitement…il fallait la sortir de là…mais avant tout…il fallait découvrir qui elle était…d’où elle venait…il fallait tout simplement découvrir son Histoire.

Tête baissée, elle parcourait ces couloirs qu’elle connaissait par cœur, plongée dans l’inspection des moindres détails du dossier médical qu’elle avait sous les yeux, Dana tentait d’apprendre le maximum de chose sur la petite Lisa…Les analyses sanguines ne révélaient rien, à part une légère anémie, normale si l’on tenait compte de son état, sa dentition était parfaite, aucune fracture, récente ou ancienne…seules les ecchymoses au creux de ses coudes laissaient témoigner d’injections à répétition, et cette éraflure sur la joue, probablement s’était-elle cognée en fuyant…Mais pourquoi avait-elle fuit ? Et cette crise de manque ? Aucune trace de produit chimique ou étranger à l’organisme n’avait été détectée dans ses examens…
Le bipper attaché à sa ceinture la sorti de ses réflexions en émettant un léger son aigüe et répétitif…elle baissa les yeux sur le petit écran… « Accueil »… Elle soupira, s’arrêta un instant puis fit demi-tour en direction de l’ascenseur, elle devait rejoindre le rez-de-chaussée…

-Docteur Scully ! Votre rendez-vous vous attend dans votre bureau !
-Merci Alice !... Dana Scully adressa un regard rapide à sa secrétaire avant d’ajouter… Prévenez-moi dès que Lisa se réveille, même si je suis toujours en rendez-vous ! Elle est prioritaire…
-Très bien !

Elle referma le dossier de Lisa alors qu’il lui restait quelques pas à franchir pour atteindre la porte de son bureau. Un homme l’attendait, face à la baie vitrée qui donnait de plein pied sur la lande battue par les vents…A une centaine de mètres de là, l’herbe verte laissait place à la roche brute qui se jetait dans le vide, sur les flancs de la falaise à la merci des assauts répétés de l’océan. Impitoyable, sans aucun repos, l’eau salée rongeait la pierre saison après saison, année après année…siècle après siècle…laissant une trace éternelle du temps qui passe, obligeant ainsi l’Homme à admettre sa petitesse face aux forces incontrôlées de la Nature. Elle entra en silence et engagea la conversation une fois la porte refermée, sans aucune autre forme de procès…

-Qu’est-ce qu’un thérapeute de votre pointure vient-faire au beau milieu de nulle part ?
-…Qu’est-il passé par la tête d’une femme de votre talent pour venir enterrer votre clinique si loin du monde ?... L’homme lui fit enfin face…
-Mes patients ont besoin de calme…elle leva les yeux sur lui, détaillant son allure élégante dans son costume, elle s’arrêta en accrochant son regard vert et profond…de calme…et de se retirer du monde…souffla-t-elle.
-J’ai besoin de calme…et de me retirer du monde !

Ils se défièrent quelques instants en silence, s’observant, se détaillant l’un l’autre…Elle avait besoin d’un nouveau thérapeute…il avait besoin de changer d’air et proposait ses services…il était reconnu pour son travail sans faille…elle tenait sa clinique dans les plus réputées d’Europe…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Mary*

avatar

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Confusion [en cours]   Sam 23 Oct - 14:26

-Pourquoi choisir ma clinique ?… je veux dire, il y a des tas de cliniques réputées, et éloignées de tout comme la mienne… vous venez de Seattle, jusqu’en Irlande il y a quelques kilomètres…
-Curiosité pour un nouveau pays !

L’homme fit quelques pas, longeant la baie vitrée, son regard toujours plus attiré vers ce lointain interminable que semblait offrir l’horizon marin…Elle l’observa en silence, le laissant évoluer dans la pièce à sa guise. Il gardait un bras le long du corps, l’autre appuyée à sa taille, relevant ainsi le pan de sa veste, laissant apparaitre une chemise blanche, au tissu impeccablement lisse. Sa cravate, aux couleurs sombres et discrètes était parfaitement nouée, ajustant le col rigide contre son cou à la peau mat. Elle détailla son visage pour terminer son investigation discrète, remarquant sa mâchoire forte, ses joues rasées de près, ses lèvres charnues, son front volontaire, et son regard…il tenait obstinément son regard prisonnier des ambrins qui battaient la falaise…un regard lointain, profond, habité par l’absence, la douleur, mais un regard étincelant d’intelligence et d’espièglerie… Il arrêta enfin son errance, se postant face à la vitre, tournant le dos à son interlocutrice il finit par briser le silence.

-Vous allez m’observer encore combien de temps avant de vous décider à me parler ?
-…le silence lui répondit, elle le quitta des yeux, se mordant la lèvre, elle se dirigea à son bureau afin de récupérer le dossier de ce thérapeute qui devait vraisemblablement devenir son collègue pour les années à venir.
-Vous devriez apprendre à sourire…
-Monsieur Mulder…
-Mulder…simplement Mulder…
-…Mulder…elle fit un sourire crispé, fixant les yeux sur son dossier…Mulder, donc…vous avez exercé à Seattle ces deux dernières années après avoir quitté le FBI pour qui vous étiez profiler…
-Oui…
-En dehors de votre curiosité ? Pourquoi ma clinique vous intéresse-t-elle ?
-La difficulté de vos patients…
-Ai-je le droit d’attendre de vous plus d’une phrase à la fois ?
-Votre clinique est dans les plus réputées d’Europe pour avoir des résultats particulièrement exceptionnels en ce qui concerne le sevrage des dépendances aux drogues en tout genre, ainsi que le rétablissement psychologique de personnes ayant subit de graves chocs émotionnels dont on ignore la cause…cette dernière partie me concerne n’est-ce pas…travailler avec des patients dont on ne connait pas l’Histoire pour découvrir avec eux d’où ils viennent, c’est cela qui m’intéresse…c’est l’inconnu qui me passionne, et vous n’êtes pas sans savoir que cet inconnu est le propre du travail d’un profiler…
-Vous n’êtes plus profiler !
-Tous les psys le sont un peu, forcément… sinon comment aurai-je pu savoir que vous m’observiez tout à l’heure ? Si ce n’est en vous ayant observé moi-même ?

Il s’était approché d’elle, appuyant ses poings fermés sur le bois massif du bureau, fixant ses yeux au plus profond des iris de la jeune femme dont le regard ne fléchit pas un seul instant face à cette intrusion agressive de son âme…Il se redressa, un sourire satisfait sur le visage, leurs regards ne se quittèrent pas, soumis à un défis silencieux. Elle arqua son sourcil droit qui pris une hauteur majestueuse, prenant un air tout d’abord détaché elle finit par laisser ses lèvres s’étirer discrètement en un sourire à peine visible mais d’autant plus franc…

-Très bien ! Dans ce cas… Je pense qu’il serait d’usage que je vous face visiter votre nouvel espace de jeu…

Pour toute réponse, Mulder se dirigea vers la porte qu’il ouvrit dans l’attente qu’elle le devance dans l’abandon de cette pièce qui fut le lieu de leur première rencontre. Elle passa la porte sans lui adresser un regard, c’est seulement à ce moment qu’il remarqua à quel point elle était petite par rapport à lui. Il ferma les yeux quelques instants, souriant intérieurement à la volonté et à la droiture que cette femme affichait à priori en toutes circonstances. Sortant de sa réflexion il remarqua qu’elle ne l’avait pas attendu, le devançant ainsi de plusieurs mètres dans sa démarche décidée, il ferma la porte rapidement mais discrètement, et la rejoignit en quelques pas.

-Je sais parfaitement que ma clinique n’est pas grande, mais tout de même…évitez de vous perdre !
-Un rez-de-chaussée…ou devrais-je dire un rez-de-jardin, un étage, une trentaine de chambres et tout autant de patients, un parc de plusieurs hectares, clôturé par un mur ancien qui pourrait sans doute être classé…ce ne sont pas les bâtiments qui vont me perdre, mais vos arbres, vos patients, ou bien votre pelouse…peut-être même les ambrins qui arrosent la falaise !

Elle s’arrêta un instant, se retournant afin de saisir son regard…espiègle…malicieux…elle détectait une étincelle qui dansait au fond des iris vert sombre, accompagnée d’un sourire des plus énigmatiques, lui laissant comprendre que cet homme serait certainement au dessus de n’importe quelle règle autant dans son travail, que pour le reste…

-…Rien que ça…un sourire se dessina discrètement sur ses lèvres alors qu’elle reprenait sa marche dans le couloir aux murs couleurs de lin…puisque vous connaissez si bien cette clinique, pourquoi devrais-je vous la faire visiter ?
-Peut être avez-vous des pièces cachées ? Un tunnel sous-terrain qui permet de partir sans être vu ? Je ne sais pas…
-Nous avons également un chien Cerbère à trois têtes qui garde l’entrée principale, mais je l’ai fait remettre dans son enclos pour votre venue !… Le temps que vous vous habituiez à l’atmosphère de notre lieu de travail !

Il stoppa sa marche, la laissant ainsi le dépasser de quelques pas avant qu’elle ne s’arrête pour le regarder…Elle avait donné ces dernières précisions avec un tel aplomb et tel sérieux qu’il en fut surpris…Un rire bref et discret anima le visage de Mulder…elle croisa les bras sur sa poitrine, un léger sourire sur les lèvres…il secoua la tête avant de la rejoindre…

-Dans ce cas, vous me donnerez la liste de ses friandises préférées pour m’éviter un aller simple dans son estomac la prochaine fois que je passerai le portail du domaine !!!

Elle le regarda à peine étonnée tandis qu’ils se dirigeaient vers l’étage afin qu’elle lui présente les patients en état de recevoir quelqu’un dans leur chambre…Il la suivit, respectant le silence pour la fin de leur trajet, heureux de constater que le tempérament de cette femme promettait peut être de solides joutes verbales sur tous les sujets…

*****
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Mary*

avatar

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Confusion [en cours]   Mar 16 Nov - 0:08


Lisa dormait…paisible…les traits endormis de son visage portaient toute l’innocence d’une enfant de son âge…une innocence que l’on perdait de vue dès lors que l’on croisait la profondeur de son regard, découvrant ainsi derrière le faible voile de l’iris une âme adulte, abimée, blessée, vieillie…Dana regardait l’adolescente, son sommeil semblait si tranquille qu’elle avait peine à croire ce qu’elle avait pu déchiffrer dans ce dernier appel silencieux que la jeune fille lui avait lancé avant de sombrer sous l’effet du puissant calmant qui avait investi ses veines quelques heures plus tôt.
La porte de la chambre s’ouvrit doucement…en silence elle s’avança jusqu’à la fenêtre où Dana se tenait adossée. La nouvelle arrivée posa une main calme sur l’avant bras de sa sœur, comme pour apaiser des tourments qu’elle seule pouvait percevoir…Un faible sourire étira les lèvres de Scully.

-Missy…
-Dana…il est 22H…tu devrais rentrer, je vais prendre le relais !
-Je veux être là quand elle se réveillera ! On ne sait pas comment elle va réagir, si elle fait de nouveau une crise avant même d’avoir retrouvé toute sa conscience…
-Hé…Missy resserra doucement ses doigts sur le bras de sa sœur…Vas t’allonger dans ton bureau d’accord ?...
-…
-Deux minutes…
-…Dana interrogea sa sœur d’un regard silencieux…
-Ca me prendra deux minutes de venir te chercher…le visage de Missy s’éclaira d’un sourire…Files !
-D’accord…d’accord…

Dana avait à peine soufflé les mots de son approbation avant de quitter la pièce dans le silence pour rejoindre son bureau… Avec lenteur, comme si les évènements de la journée pesaient sur elle d’un poids indescriptible, elle se laissa tomber sur le canapé qui meublait la pièce, face à la baie vitrée. Le calme et la tranquillité de l’instant firent surgir en elle des souvenirs et des pensées enterrés au fond d’elle depuis longtemps. Le regard perdu sur l’horizon salé elle se laissa aller plusieurs mois en arrière…2 ans… Elle revit le cercueil noir descendre lentement sous terre, emportant avec lui sa vie d’avant le drame… Elle laissa échapper une larme qui glissa le long de sa joue avant d’aller mouiller le tissu du canapé. Elle ferma les yeux comme pour chasser ses souvenirs, elle porta ses doigts à l’anneau d’or blanc qui retenait prisonnier son annulaire gauche, se mordit la lèvre…un dernier soupir…le sommeil l’emporta.

Sa bouche était sèche, l’air lui brulait là gorge, elle fronça les sourcils, gardant les yeux fermés le temps de laisser la brume quitter son esprit…Lisa émit un léger gémissement en se tournant dans son lit, Missy se retourna et la vit bouger lentement comme pour se libérer de la prison des draps. La jeune femme alla à la porte, passa la tête dans le couloir et fit signe à l’infirmière d’avertir le Dr Scully. Aussitôt elle referma la porte et s’approcha de l’adolescente qui venait d’ouvrir les yeux, explorant la pièce plongée dans la pénombre d’un regard absent.

-Lisa…C’est Missy…Elle chuchotait ne voulant pas la brusquer…
-Dana…la voix rappeuse et faible de la jeune fille se perdit dans un soupir.
-Elle arrive !

On avait frappé à la porte de son bureau, l’infirmière l’avait tirée de son sommeil trop léger, habité de cauchemars…Scully se leva d’un bon et sans un mot elle disparue dans le couloir en direction de l’ascenseur. Elle plongea la main dans l’une des poches de sa blouse, récupérant un élastique noir avec lequel elle noua ses cheveux rapidement. L’ascenseur s’ouvrit sur le seul étage de la clinique, plongé dans une pénombre paradoxalement blanche pour respecter la profondeur de la nuit. Sans hésitation elle ouvrit la porte de la chambre de sa nouvelle patiente, elle découvrit sa sœur au chevet de la jeune fille mais nota une certaine distance entre elles…Dana interrogea Missy du regard :

-Elle refuse que je la touche…Lisa leva ses yeux endormis par les calmants sur le visage inquiet de la nouvelle venue…
-Lisa ?

Dana s’approcha du lit, posant une main sur les draps défaits…Lisa se crispa, cherchant imperceptiblement à s’éloigner de cette main sur le point de la toucher…ne plus jamais se laisser toucher par des médecins…ne plus jamais se laisser toucher par des adultes…par personne…

-Lisa…comment tu te sens ?
-…hum…dormir…encore dormir…
-D’accord…souffla-t-elle.

La jeune femme avança la main vers le visage de Lisa qui esquiva son geste, manifestant silencieusement son désir de prendre des distances. La jeune fille planta un regard froid dans les iris bleus de Dana, un regard lointain, glaçant…un regard qui rappela à celle qui le recevait cet instant noir où l’adolescente avait sombré sous l’assaut des calmants quelques heures plus tôt. Les deux sœurs sortirent en silence de la chambre, prenant la direction du parking d’un commun accord.
Devant la voiture, Dana tendit ses clefs à Missy…

-Je…j’ai besoin que tu conduises Missy…
-Ca va ?
-…Missy…
-C’est Lisa ?
-Missy…Dana se mordit la lèvre, les larmes aux yeux…Elle a les mêmes yeux qu’elle tu sais…
-Elle était si petite…c’était il y a deux ans…Lisa a 14 ans, comment tu peux la reconnaitre dans Lisa ?
-Deux ans Missy…Deux ans c’est rien dans ces cas là…

Dana claqua la portière et se mura dans un silence sans appel attendant que sa sœur prenne le volant pour rentrer au Manoir…

*****
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Mary*

avatar

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Confusion [en cours]   Sam 11 Déc - 0:12

Vitesse…Flou…Les phares de l’autre voiture, en face…Elle hurle…la taule qui se froisse…Elle pleure…Elle l’appelle…Personne ne répond…Si jeune…pourquoi ? Les lumières rouges virevoltaient dans l’air, emportant avec elles les dernières secondes de concentration de l’enfant prisonnière de la souffrance…Un homme fit basculer le brancard dans le camion…Blanc…On essayait de lui sauver la vie, elle le savait, elle le sentait, mais…où étaient-ils…Elle avait vu des phares…puis…plus rien…
Un bip…fort, régulier…un ballon qui se gonfle pour se vider dans les poumons d’une enfant…son enfant…la petite fille avait repris conscience après plusieurs jours d’un coma profond…Elle passa les doigts dans ses cheveux d’or…sa toute petite…elle lui avait sourit, pour rassurer son innocence en perdition…tout irait bien maintenant…NON !!
!

-NON !

Elle ouvrit les yeux, se relevant dans son lit, la respiration coupée, les joues creusées de larmes…pourquoi…elle avait réussi à stopper ça il y a quelques mois déjà…pourquoi recommencer à vivre tout ça…maintenant…
Missy entra dans la chambre plongée dans une pénombre inquiétante, elle l’avait entendu crier…comme avant…comme il y a quelques mois…ça recommençait, elle s’en était doutée, quand Dana lui avait demandé de conduire…

-Missy…la voix étouffée par la rage de pleurer…Missy ça revient…je ne veux pas revivre ça…Lisa a la même souffrance dans les yeux…Si je ne sauve pas Lisa je n’y survivrai pas…
-Chuuuut…L’ainée des deux sœurs encercla sa cadette de ses bras…Tu es forte tu y arriveras…Lisa n’a rien à voir avec tout ça…Tu dois sauver Lisa pour Lisa…pas pour la petite…Missy sentait les larmes de sa sœur inonder le tissu de sa chemise…Dana…Tu dois te battre…Je sais que tu peux, tu as réussi à t’en sortir…n’y retourne pas…
-J’ai tant perdu…
-Dana…

Missy s’était glissé auprès de sa sœur, assise contre la tête de lit elle avait recueillit le visage perturbée de sa cadette contre son ventre, laissant aller ses doigts entre les mèches auburn…Les larmes de Dana ne cessaient d’inonder le tissu contre sa peau, laissant échapper cette douleur qu’elle avait réussi à apprivoiser depuis quelques mois…cette douleur qui était née dans le regard d’une enfant, qui avait vécu comme une lame dans son cœur…cette douleur qui s’était transformé il y a deux ans pour disparaitre il y a quelques mois…cette douleur qui était revenue, pour renaitre dans le regard d’une autre enfant…une enfant qu’elle ne connaissait pas cette fois…Lisa.
Au creux de cette nuit sans Lune le docteur Dana Scully redevenait simplement Dana… Dana, la femme fragile… Dana, la petite sœur qui avait besoin du soutien sans jugement de son ainée…

*****

On frappa à la porte…avant même qu’elle n’ait eu le temps de lever les yeux du dossier qu’elle relisait il entrait tel une furie, faisant claquer l’épais panneau de bois pour refermer la pièce et préserver leur conversation.

-C’est un mur !!
-Je vous demande pardon ?? …Scully ne comprenait pas de quel droit il se permettait une telle intrusion.
-Dr Scully, votre petite protégée refuse ne serait-ce que m’adresser un regard, elle se mure dans un silence des plus dangereux pour elle !
-Mr Mulder…
-Mulder !
-Vous n’allez pas recommencer !!
-Très bien !
-Faites l’en sortir !
-Comment ça ?
-Vous êtes l’un des meilleurs, vous vous doutez bien que sans ça vous ne seriez pas là, à articuler un discours injustifié dans mon bureau !
-Continuez…
-Je n’attendais pas votre permission !! Soyez à la hauteur de votre réputation !! Vous savez travailler avec les jeunes ! Faites la sortir de son silence, même pour parler de la météo ça m’est égal !!
-La météo peut-être ! En attendant un seul mot sort de sa bouche…votre prénom !! La balle est dans votre camp !
-Je ne sais pas jouer au tennis !

Dana lança un regard froid dépourvu de toute émotion à son interlocuteur. Un sourire crispé naquit sur les lèvres de Mulder, laissant siffler l’air entre ses dents comme pour exprimer la crainte que les potentielles colères, dont il imaginait la jeune femme capable, pouvaient lui inspirer.

-D’accord…cherchons un moyen de sortir Lisa de son mutisme…Mulder arpentait la pièce de long en large, incapable de rester immobile pendant qu’il cherchait une solution…
-Je ne vois pas ce que je peux faire…Lisa présente un état de manque évident, mais je n’est rien déceler dans son organisme qui puisse justifier cet état…ma seule porte de sortie serait de savoir ce qu’elle a vécu, je me refuse à l’abrutir d’antalgiques puissants !
-Et je me refuse à l’abrutir d’un traitement destiner à calmer son psychisme !
-Dans ce cas…elle va sans aucun doute souffrir…Scully baissa les yeux, sa voix se perdit en un souffle…dans tous les sens du terme, j’en ai peur…
-Au risque de me répéter…c’est vous qu’elle souhaite voir !
-Ce n’est pas ma seule patiente ! Je passerai la voir en fin de journée, en attendant c’est à vous de la mettre en confiance ! Les autres patients de cette clinique sont pris en charge à l’extérieur, Lisa sera votre seule patiente pour le moment, vous avez donc tout le loisir d’user de votre imagination pour ouvrir cette jeune fille à un éventuel dialogue !
-Vous êtes butée !
-Non je suis médecin !
-Oui…mais butée ! Lisa aura besoin de vous !

Scully inspira rapidement le peu d’air que ses poumons supportaient de contenir à cette seconde, elle serra les lèvres, ferma les yeux et soupira lentement…L’intérêt de Lisa, avant tout…

-J’irai la voir…mais ce soir ! Souffla-telle.

Elle prit les quelques dossiers qu’elle examinait avant l’irruption de Mulder et sortit de la pièce sans laisser le temps à celui-ci d’apporter une quelconque objection. Les poings sur les hanches il se retourna vers la baie vitrée, les mâchoires serrées il ne pu s’empêcher de jurer silencieusement contre elle…butée…Un sourire amusé naquit sur ses lèvres…

*****

Douceur, chaleur, lumière agréable…ça contrastait étrangement avec tout ce qu’elle avait connu ces dernières années…Lisa était assise dans le fauteuil de sa chambre, face à la fenêtre, elle se murait dans un silence sans bornes, laissant son regard se perdre dans la lande déserte…déserte…mais plus vivante qu’elle… Son silence était si obstiné qu’il avait décidé de la laisser seule quelques heures… Cet homme…cet ami comme il s’était présenté. Il ne lui ferait aucun mal, il serait là pour l’aider à se souvenir et à échapper à tout ça…Une larme glissa lentement sur la joue blanche de la jeune fille…elle ne voulait qu’on l’aide à se souvenir, tout ce qu’elle souhaitait elle…c’était oublier…parce que justement…elle se souvenait trop bien…

Noir, froid, humide, dur…voilà ce que son esprit laissait imprimé sur ses rétines lorsqu’elle se tournait vers ce passé qu’elle n’avait quitté que deux jours plus tôt…à peine…Souffrance…oui elle avait mal, mal de ce qu’on lui avait fait, mal de ce qu’on lui faisait encore…ses veines avaient brûlées durant des années sous la chaleur lancinante des drogues toujours plus intrusives, toujours plus enivrantes…toujours plus délivrantes finalement, transformant l’instrument de sa souffrance en celui de son salut…ce poison que le sang absorbe, se mélangeant désespérément dans les cellules, imprégnant le cerveau tel une lame aiguisée, habile d’une intelligence imparable…lentement elle avait pris l’habitude de se laisser sombrer dans cet océan de silence et d’absence qui devenait une prison bien plus douce que les murs physiques qui la séparaient d’une réelle liberté…elle avait appris à aimer la prison de son esprit malade de trop de substances, préférant glisser dans les méandres de la folie médicamenteuse plutôt que de laisser surgir la réalité cruelle de sa captivité sans issue…

Lisa ferma les yeux, emprisonnant sa lèvre inférieure de ses dents elle laissa échapper un unique sanglot face au souvenir d’une existence encore bien trop proche pour que les blessures qu’elle avait laissé en elle ne commencent seulement à s’apaiser… Le self-control qu’elle s’était constitué malgré son jeune âge lui fit reprendre une attitude froide et détachée en quelques secondes, se levant sans prêter attention à la fraicheur qui lui imposait un frisson elle s’approcha de la fenêtre, sondant de son regard maintenant pénétrant la scène qui se déroulait sous ses yeux, quelques mètres plus loin sur une des terrasses que le rez-de-jardin comptait…
C’était ElleElle s’occupait d’un patient en fauteuil roulant…ils semblaient se disputer…ils semblaient se connaitre…de sa main Elle effleura le bras de cet homme qui la regardait douloureusement, il la repoussa, gentiment, presqu’avec tendresse…et c’est son regard à Elle qui devint douloureux…
Lisa se détourna de cette scène…troublée…elle ne comprenait pas pourquoi elle s’était tant attaché à cette femme qu’elle n’avait rencontré que depuis deux jours, à peine deux jours, depuis la veille au matin en réalité…Elle avait senti une liaison profonde se créer dès qu’elle avait perçu sa présence en s’éveillant…Alors elle s’était rattachée à cette femme visiblement très troublée de plonger dans son regard mais tout de même présente…oui terriblement présente, comme jamais on ne l’avait été pour elle du plus loin qu’elle s’en souvienne…même si la jeune femme ne lui avait pas encore rendu visite aujourd’hui…mais elle savait…Lisa se souvenait de ce regard glaçant qu’elle lui avait lancé avant de s’endormir la veille, et elle se souvenait surtout que Dana n’avait pas détourné les yeux, elle avait soutenu le regard sans expression que la jeune fille lui envoyait…Elle n’avait pas faibli, comme une promesse silencieuse, comme pour dire qu’elle serait là…Alors Lisa avait laissé tombé ses paupières pour sombrer de nouveau dans un sommeil lourd, emportant au creux d’elle l’image d’un regard adulte mais douloureux d’une jeune femme qui lui promettait ce qu’elle n’avait jamais connu…la sécurité…
Le trouble qui naissait en Lisa à cette pensée la fit bouger irrémédiable…d’un pas raide elle arpenta la pièce, posant un regard presque curieux sur ce qui l’entourait…Un vase, garnit de fleurs séchées…une commode, simple mais assez singulière pour oublier qu’on se trouvait dans une clinique…un cadre de bois brun mettant en valeur le dessin au crayon d’une femme de dos, drapée d’un tissu épais dont le plis découvraient les reins…Lisa sourit…la femme du dessin portait au poignet une chaine, retenant une croix…

*****
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confusion [en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Confusion [en cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En cours: Hotchkiss H35 - RPM 1 / 72.
» Cours sur l'imparfait de l'indicatif
» cours technique femme et milonga art plus tango
» Cours de Broderie d'Art à Marly le Roi (78)
» Formation Professionnelle en cours du soir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: MaryL-
Sauter vers: