Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les scènes manquantes de Brand X (Défi 03)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chrissaez

avatar

Nombre de messages : 19
Age : 28
Localisation : MARSEILLE
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Les scènes manquantes de Brand X (Défi 03)   Jeu 12 Avr - 18:34

Mardi 03 Avril
8 :59 AM

Skinner les avait appelés vers 8 heures et quelques ce matin-là. Scully venait à peine d’arriver ; Mulder, lui, était déjà en train de feuilleter des rapports d’incidents ayant eu lieu dans tout le continent à la recherche de celui qui deviendrait le prochain X-Files. Et il avait du travail car différencier le récit qui mériterait son attention de ceux qui n’étaient que de simples articles à sensations était fastidieux. Skinner leur avait demandé de se rendre immédiatement à une adresse : un meurtre apparemment. A peine quelques minutes plus tard, ils étaient dans la voiture.

- Que t’a dit Skinner exactement ?

- Pas grand-chose en fait… Il m’a juste dit qu’il devait veiller sur un témoin qui devait témoigner dans un procès et que celui-ci était décédé durant la nuit.

Il s’arrêta quelques secondes avant de dire :

- Il avait l’air perturbé d’ailleurs.

- Tu m’étonnes… Mauvaise publicité pour le FBI si la nouvelle s’ébruite. Ils devaient assurer sa protection et il est mort à quelques mètres d’eux sans que personne ne s’en aperçoive.

- C’est sur…

Surprise par son manque d’entrain, elle jeta un coup d’œil en sa direction. Mulder faisait mine de se concentrer sur sa conduite. Scully le connaissait bien. Elle savait que derrière ce regard, se cachait quelque chose... Quelque chose clochait, quelque chose n’allait pas. Elle le regarda à peine une seconde car elle ne voulait surtout pas qu’il s’en aperçoive. Tout devait être comme d’habitude. Les choses devaient reprendre leur cours habituel.
Elle se souvenait pourtant de la première fois qu’ils s’étaient retrouvés confronté à cette situation. C’était il y a quelques semaines et ils avaient réussi à retrouver des rapports normaux. Mais depuis ce fameux samedi soir, c’était tendu. Certes, cela ne faisait que deux jours mais la journée de la veille avait été particulièrement étrange. Ils avaient eu des réunions avec d’autres services une bonne partie de la journée et les quelques moments où ils auraient pu discuter, ce qu’ils avaient l’habitude de faire, s’étaient déroulés dans le silence le plus total. A peine osaient-ils se regarder. Pourtant samedi, lorsqu’elle avait vu Daniel, et qu’elle lui avait dit au revoir pour de bon, tout était devenu clair, limpide. Elle savait ce qu’elle voulait. Mais une fois la journée passée, tous les doutes qu’elle avait étaient revenu au galop. Vous savez, c’est comme lorsque vous prenez une décision après avoir douté pendant des mois… Tout devient clair l’espace d’un instant. C’est comme si le temps s’arrêtait. Vous savez ce que vous avez à faire. Vous le faites en vous disant que vous faites ce qu’il faut mais une fois fait, tous les doutes reviennent s’immiscer en vous comme un boomerang. Mais en deux fois plus fort.
Scully sortit de ses pensées quand elle vit que Mulder venait de se garer devant la scène de crime. Elle prit discrètement une grande inspiration et chassa toutes ses pensées dans un coin de son esprit pour pouvoir se concentrer ce qui lui changerait les idées et lui permettrait d’arrêter de ressasser. Oui, c’est ca. Elle devait penser à autre chose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrissaez

avatar

Nombre de messages : 19
Age : 28
Localisation : MARSEILLE
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Re: Les scènes manquantes de Brand X (Défi 03)   Jeu 12 Avr - 18:36

Mardi 03 avril
6:04 PM

- Bien… On peut faire ça. Mais n’écartez pas l’hypothèse d’un homicide. Ça reste quand même plus plausible pour l’instant.

Sur ce, Skinner quitta la morgue laissant les deux agents seuls avec le corps. Leurs regards se croisèrent.

- Je te ramène chez toi ?

- Oui. Je dois juste finir de refermer le corps et après ça, je suis prête.

Elle ne perdit pas de temps et prit du fil à suture qui était rangé dans un des tiroirs qui se situait derrière elle. Mulder la suivait du regard. Il savait qu’ils allaient devoir parler. Il ne pouvait plus attendre comme ça dans le doute. D’habitude, il arrivait parfaitement à lire en elle. Mais là, il avait du mal. Il était incapable de dire pourquoi il ne le pouvait pas. Etait-ce parce qu’elle dissimulait ses émotions ? Où était-ce parce qu’il avait peur de la réponse qu’il pourrait y trouver ? Dimanche matin, quand il avait ouvert l’œil, et qu’il avait réalisé ce qu’il s’était passé la veille, il s’était senti serein. Mais cela ne dura malheureusement pas longtemps… Il ne mit qu’une seconde à constater qu’elle n’était plus là. Il l’avait cherché du regard dans la chambre, il avait vu que ses affaires n’étaient plus éparpillées sur le sol avec les siennes. Il s’était risqué à l’appeler en espérant qu’ elle serait encore dans l’appartement mais il n’avait eu que le silence pour seule réponse. Il avait donc commencé sa journée comme il en avait l’habitude. Il était allé courir avant de rentrer prendre une douche et de passer le reste de la journée devant la télé. Tout au long de cette journée, il avait gardé son téléphone près de lui, se disant qu’elle finirait bien par lui passer un coup de fil. Mais le téléphone ne sonna pas une seule fois. Au début, il ne s’était pas inquiété, il était persuadé qu’elle était rentrée chez elle et qu’elle ne voulait pas le réveiller mais les heures passant, il se demandé si elle n’était pas en train de regretter ce qu’il s’était passé. Et la façon dont elle avait agi hier n’était pas pour le rassurer. Elle se comportait comme si rien ne s’était passé. Et ça commençait à le rendre dingue.

- Je te laisse finir, je t’attends dehors.

- D’accord, je n’en ai pas pour longtemps.

Il avait enfin réussi à accrocher son regard. Ils se regardèrent quelques secondes et Mulder quitta la pièce après un air entendu. Scully ne savait pas quoi penser. Elle était perdue. Différentes émotions passaient en elle sans avoir le temps de s’installer de façon durable et certaine. Elle s’était sentie soulagée au moment même où il avait lâché son regard pour la laisser seule finir son travail. Et ce sentiment la culpabilisait et l’énervait au plus haut point. Quand allait-elle enfin accepter de se laisser aller et de profiter de la vie sans se poser de questions ? Décidément, cette peur de s’engager et de faire confiance était à la limite du pathologique ! Elle eut rapidement fini les points de suture, elle recouvrit le corps d’un drap blanc et partit se changer.

Mardi 03 avril
6:21 PM

Mulder n’avait pas eu à attendre longtemps. Pourtant il avait le sentiment que le temps passait au ralenti. Ce qui le fit sourire car il n’avait pas l’habitude d’éprouver ce sentiment. Un mélange de stress et d’impatience… Lui, qui était toujours ailleurs, dans son monde, ne s’était jamais réellement soucié de ce que ressentaient les gens. Mais quand il s’agissait d’elle, tout était différent. Il se souciait de ce que elle, elle pensait. Elle était devenue assez rapidement la personne sans qui il ne pouvait pas vivre. D’abord en tant qu’amie, ce qu’on appelle assez communément une meilleure amie d’ailleurs, et sans qu’il s’en rende compte, elle était devenu bien plus que ça.

- …N’oubliez pas de vous occuper du corps. Je l’ai laissé sur la table d’autopsie, il ne manque plus qu’à le remettre à sa place. Et je vous ai laissé les prélèvements à envoyer au laboratoire sur la paillasse.

- Bien sûr, aucun souci. Bonne soirée.

- Vous aussi.

La porte s’ouvrit, et Scully apparu rapidement.

- C’est bon, on peut y aller.

Ils se dirigèrent vers la voiture et comme d’habitude, c’est Mulder qui s’installa côté conducteur. Même si ça avait eu beau l’agacer par le passé, désormais, elle avait laissé tomber. Elle ne cherchait même plus à comprendre pourquoi les hommes voulaient toujours conduire. Ca la dépassait complètement. Alors elle le laissait faire. Au moins pendant ce temps-là, elle pouvait se reposer. Et c’est ce qu’elle fit une fois encore. Le voyage se déroulait en silence. Ils savaient qu’ils devraient parler mais ils savaient aussi que ce n’était pas le bon moment. Scully avait posé sa tête au niveau de la vitre et fermait les yeux par moments. Puis elle releva la tête quand Mulder ralentit la voiture et se gara devant son immeuble. Elle se tourna vers lui sans le regarder dans les yeux. Elle fuyait son regard.

- Bon et bien… A demain.

Elle était en train de mettre sa main sur la poignet de la porte quand celle de Mulder la retint. Elle posa son regard sur son bras gauche, là où Mulder avait posé sa main puis releva doucement ses yeux vers ceux de son partenaire.

- Arrête de faire ça…

Il la suppliait. Elle le voyait bien. Et même si ce qu’elle s’apprêtait à dire lui paraissait idiot, elle ne put s’empêcher de poser la question…

- De quoi tu parles ?

- Tu sais très bien de quoi je parle.

Elle vit dans ses yeux un soupçon d’agacement devant son comportement. Elle ne pouvait pas lui en vouloir. Elle-même ne se comprenait pas. Mais elle ne savait pas quoi lui dire. Elle ne pouvait pas s’empêcher de faire marche arrière comme à chaque fois.

- Désolée…

Ses yeux bleus étaient en train de se voiler, signe qu’elle ne maitrisait plus la situation. Et il savait qu’elle détestait ne pas maitriser la situation. Il vit dans ses yeux qu’elle était sincère, qu’elle était vraiment désolée mais quoi qu’il en soit, il en avait marre de cette éternelle fuite en avant. Il pensait que les sentiments de sa collègue avaient également évolué depuis quelques mois, plusieurs indices lui avaient mis la puce à l’oreille et ils avaient passé une nuit ensemble. Deux fois. C’était la preuve que ses sentiments étaient réciproques alors il ne comprenait pas son comportement. Mais au moment où elle détourna son regard pour descendre de la voiture, il réalisa que peut-être il s’était trompé, que ces deux nuits ne représentaient peut-être pas autant pour elle que pour lui.
Après avoir fermé les yeux quelques secondes, il la vit disparaitre dans le hall de son immeuble. Il savait que ça ne servait plus à rien d’insister alors il remit le contact et démarra, le vert de ses yeux commençant à s’embrumer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrissaez

avatar

Nombre de messages : 19
Age : 28
Localisation : MARSEILLE
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Re: Les scènes manquantes de Brand X (Défi 03)   Sam 14 Avr - 15:48

Mardi 03 avril
6:57 PM

Elle galérait depuis quelques secondes déjà à mettre ses clefs dans la serrure de son appartement. Elle fut obligée d’essuyer les larmes qui coulaient depuis qu’elle était sortie de la voiture afin d’y parvenir. Elle rentra chez elle, ferma la porte et s’appuya dos contre celle-ci. Elle ferma les yeux et se laissa glisser par terre. Elle se trouvait ridicule et à juste titre. Que devait-il penser ? Il n’avait vraiment pas de chance. Il était tombé sur la femme la plus compliquée de la terre. Elle ne put réprimer un petit rire nerveux. Elle savait que le problème venait d’elle et de son manque total de confiance en elle en matière de relation amoureuse. Elle avait peur de ce que cette nouvelle relation pourrait amener. Elle n’avait jamais cru aux relations qui duraient. Pour les autres, peut-être mais elle, elle ne s’en était jamais sentie capable. Elle avait toujours eu du mal à faire confiance et elle détestait se sentir dépendante de quelqu’un. Et elle ne voulait pas que la relation qu’elle entretenait avec Mulder se termine de la façon dont s’étaient terminés toutes les autres. Et elle était persuadée que c’est comme cela qu’elle finirait, comme d’habitude. Elle avait peur de trop souffrir, peur de ne jamais s’en remettre. Elle préférait perdre un ami qu’un homme qu’elle aimait. Cette pensée l’interpella et elle ouvra les yeux : Mulder n’était-il pas déjà l’homme qu’elle aimait ? C’était de plus en plus ridicule… Depuis qu’elle avait commencé à s’avouer les sentiments qu’elle développait envers Mulder, elle savait que c’était trop tard. Elle avait essayé de se maitriser et de combattre ses sentiments pendant longtemps puis elle avait été obligée d’admettre que ses efforts étaient vains. Elle ne pouvait pas empêcher son cœur de prendre le dessus sur sa raison. La raison avait souvent gagné par le passé mais désormais, elle n’était plus suffisamment forte comparée à l’amour qui s’était immiscé en elle sans qu’elle ne s’en aperçoive. Elle rendait les armes et s’avouait vaincue. Mais malgré tout, cela ne la rendait pas triste. Au contraire… C’était l’occasion d’écouter enfin son cœur, il lui suffisait juste d’arrêter d’avoir peur. Mais sur ce point, elle savait qu’elle ne réussirait pas toute seule. Lui seul pourrait l’aider… A condition qu’il en ait envie, bien évidemment. Tout lui prouvait qu’il n’attendait que ça, la façon dont il s’était comporté avec elle, durant leurs moments d’intimité comme dans ceux qui les suivent, mais son éternel manque de confiance en elle vis-à-vis des relations à autrui ne disparaissait pas. Elle avait lu dans ses yeux à quel point il tenait à elle, à quel point il l’aimait, dans ces moments-là, rien ne pouvait laisser supposer qu’il en soit autrement. Mais comment pouvait-elle être sure de ce qu’elle y voyait ? Elle avait trop peur de réaliser qu’elle ne voyait en réalité que le propre reflet de ses sentiments… Elle se releva et se dirigea vers la salle de bain, elle avait besoin de se détendre sous une bonne douche bien chaude.

Mardi 03 avril
8:41 PM

Mulder était allongé sur son canapé et regardait la télévision. En tout cas, il essayait car il n’y avait pas grand-chose d’intéressant, comme d’habitude. Il se contentait de zapper d’une chaine à l’autre. Il était dans la même position depuis qu’il était arrivé chez lui un peu plus tôt. Il n’avait pas mangé, il n’avait pas faim, rien ne voudrait passer, il était trop « déprimé » pour ça. Beaucoup de gens avaient tendance à « se réfugier dans la bouffe » quand ils se retrouvaient confrontés à des contrariétés. Lui, c’était le contraire, il ne pouvait plus rien avalé. Il essayait un maximum de se concentrer sur leur affaire afin de déterminer ce qui reliait les coléoptères du tabac et la mort de cet homme ; Comment ces bêtes pouvaient-elle être à l’origine de ce décès ? Mais, rien n’y faisait, il avait du mal à se concentrer, il était absent, déconnecté….Il ne pouvait s’empêcher de ne penser qu’à une seule chose : Scully. Il avait peur de la perdre. Il ne pouvait pas imaginer comment leur relation évoluerait s’il se trouvait que ses sentiments à elle n’avaient pas dépassé le stade de l’amitié. Comment pourrait-il continuer à travailler ensemble dans ces conditions ? Serait-il capable de continuer à la côtoyer tous les jours en sachant ça ? Oui, certainement. Il ferait comme il avait toujours fait. Garder ses sentiments pour lui dans l’unique but de la garder près de lui. Mais si elle décidait de s’éloigner, il ne pourrait pas le supporter. Pendant une fraction de secondes, il ne put s’empêcher de regretter ce qu’il s’était passé entre eux lors de ces moments-là. Mais ce sentiment ne dura pas longtemps. Il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir heureux. En tout cas, c’est comme ça qu’il imaginait ce que signifiait le mot « heureux ». C’est comme ça qu’il pensait s’en rappeler dans les souvenirs de son enfance… Quand tout allait encore bien. Avant que le destin ne s’acharne contre lui. Puis progressivement une lumière s’est éclairée. C’était le jour où elle avait été mutée aux affaires non classées et qu’il s’était aperçu que son but n’était pas de l’espionner mais qu’elle était, tout comme lui, à la recherche de la vérité. Une vérité qu’elle ne plaçait peut-être pas dans le paranormal mais qu’elle cherchait quelle qu’elle soit. Et même lorsqu’elle se sentait ébranlée dans ses propres convictions, elle la cherchait toujours. Désormais, cette lumière ne le quittait plus et il n’était pas prêt à y renoncer. Il en avait besoin. Mais il la connaissait et savait qu’il ne pouvait rien faire à l’encontre de ce qu’elle désirait. Et c’est précisément cela qui le terrifiait le plus.
Trois coups à la porte se firent entendre. Ils étaient tellement discrets qu’il n’était pas sûr que ceux-ci fussent destinés à son appartement. Mais, il ne put s’empêcher d’espérer que ce soit elle. Alors, malgré la petite voix dans sa tête qui lui disait que ce ne pouvait pas être elle, au vu de ce qui s’était passé plus tôt dans la soirée, il éteignit la télévision et se leva. Il s’approcha doucement de la porte avant de regarder dans son judas. C’était elle. Elle avait la tête baissé, ce n’était apparemment pas une décision facile pour elle de venir, mais le fait qu’elle soit venue était tout ce qui comptait. Doucement, il ouvrit la porte et se retrouva face à elle. Elle leva la tête pour accrocher son regard quelques instants. Il se décala pour la laisser entrer, ce qu’elle fit naturellement. Ses pas n’étaient pas vraiment assurés, sa démarche était hésitante mais elle s’avança jusqu’au canapé. Mulder la rejoignit après avoir fermé la porte. Il la contourna et vint s’assoir sur son canapé, ce qui amena Scully à faire de même. Ils s’étaient assis de façon à se faire face. Scully garda son regard baissé pendant quelques secondes, le temps pour elle de rassembler ses idées et de se donner du courage. Puis, elle leva son regard vers lui. Et rapidement, elle lui redit les mêmes mots que dans la voiture mais cette fois-ci, ils avaient un tout autre sens.

- Je suis désolée…

Et il avait bien compris. Ses yeux le lui disaient, ils étaient remplis de remords. Elle était désolée d’avoir fuie. Mais elle avait besoin de verbaliser ces mots.

- Je n’aurai pas dû partir comme ça tout à l’heure. C’était juste… plus facile.

Enfin, elle commençait à se confier. Mulder savait, à ce moment-là, que cette soirée serait sans doute celle où ils définiraient enfin ce qu’ils étaient. Amis ou amants. Amis ou amoureux. Il devait au maximum la faire parler. Comprendre ce qu’elle ressentait ; Ce qui l’avait poussé à agir de la sorte.

- Pourquoi ?
- J’ai eu peur.

Enfin, elle avait lâché ces mots, ceux qu’elle n’avait jamais avoué à quiconque, et ceux qu’elle ne se serait jamais vu prononcé un jour.

- Peur de quoi ?

Elle baissa les yeux, elle était peut-être prête à avouer sa faiblesse, mais ça devenait plus compliqué pour elle de l’assumer complètement. Elle se contentait de lui jeter des coups d’œil furtifs alors qu’elle disait ces paroles :

- J’ai peur de ce qui pourrait arriver si on s’aventure sur cette voie. Je ne veux pas te perdre.

Il fut soulagé. Elle venait de confirmer qu’elle avait exactement les mêmes doutes que lui. Encore une fois, ils étaient sur la même longueur d’onde. Elle releva les yeux vers lui. Il y vit ce qu’il espérait tant y voir. Il lui remit une mèche de ses cheveux derrière son oreille, ce qui eut le réflexe de la faire fermer les yeux. Avec de simples gestes, ils exprimaient tout ce qu’ils ressentaient l’un pour l’autre. Mulder s’approcha d’elle et mit ses mains sur ses joues de façon à l’obliger à le regarder. Elle s’exécuta, ravie de voir que les choses s’arrangeaient.

- Tu n’as pas à avoir peur.

Leurs regards communiquaient, les mots n’étaient plus nécessaires. Tout avait été dit, tout avait été compris. Elle lui sourit avant de passer ses bras autour de son cou et de le serrer contre elle. Elle se sentait soulagée. Ses doutes ne disparaitraient pas du jour au lendemain mais elle voulait y croire. Il déposa un baiser dans le cou de sa partenaire, heureux de pouvoir enfin partager ce genre de moments sans gêne et sans peur que tout ne soit gâché. Désormais, ils pourraient avancer tous les deux à leur rythme. Ils se séparèrent et Mulder ne put s’empêcher de mettre une main sur sa joue.

- Tu restes ici ce soir ? Je suis sûre qu’il doit y avoir un navet à la télé.

Son sourire était la réponse qu’il espérait. Et si là tout de suite, il devait mettre un mot sur ce qu’il ressentait, il dirait clairement qu’il était heureux.

La suite de leur soirée se déroula comme tant d’autres. Ils regardaient un film, qui celui-ci était particulièrement médiocre, mais ils en profitaient pour faire leurs commentaires. Ils en profitaient aussi pour se lancer des regards complices de temps à autre pour se rappeler que même si leur relation semblait identique à celle du passé, elle était néanmoins différente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrissaez

avatar

Nombre de messages : 19
Age : 28
Localisation : MARSEILLE
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Re: Les scènes manquantes de Brand X (Défi 03)   Lun 23 Avr - 1:00

Mercredi 04 avril
4:47 AM

Ils s’étaient couchés quelques heures plus tôt. Il devait être aux alentours de minuit et demi lorsque Scully s’était endormie. Mulder avait tenu à rester éveillé un peu plus longtemps pour la regarder s’endormir mais il ne put en profiter longtemps, ses yeux s’étant vite fermés. La soirée qu’ils venaient de passer était une des plus belle à leurs yeux. Pourtant, elle était toute simple. Ils n’avaient pas fait grand-chose, ils étaient juste restés là, sur le canapé, côte à côte, à critiquer un film. Après avoir fait plusieurs chaines, ils étaient tombés d’accord sur une comédie américaine qui passait en deuxième partie de soirée. Ils avaient passé plus de temps à rire de la connerie des blagues que des blagues elles-mêmes. De temps à autre, il lui replaçait une mèche derrière son oreille. C’était un geste qu’il adorait faire. Il ne se l’était permit que dans de rares situations durant sept ans, alors maintenant que les choses avançaient entre eux, il se rattrapait. Ce geste était suivie quasiment instantanément de la même réaction de la part de Scully : elle souriait, baissait légèrement la tête ainsi que son regard, avant de tourner la tête vers lui. La voir sourire était quelque chose qu’il voyait de plus en plus souvent depuis quelques temps, c’était quelque chose à laquelle il commençait à s’habituer. Il se demandait même comment il avait pu vivre sans pendant si longtemps. Puis le sommeil avait commencé à pointer le bout de son nez. A peine le générique de fin défilait sur l’écran que Scully émit un bâillement ce qui le fit sourire. Il s’approcha d’elle, il lui déposa un baiser sur la tempe et murmura :

- On devrait aller dormir.
- Qu’est-ce qui te fait croire que j’ai sommeil ?

Elle ne put s’empêcher de se moquer de sa perspicacité, accompagnée d’un petit sourire à la fin de sa phrase. Elle se sentait bien et dans ces moments-là, elle était d’humeur taquine. Elle regardait toujours devant elle, les yeux mi-clos mais elle pouvait sentir le souffle de Mulder sur sa joue, sa main sur sa nuque. Tout était parfait. Leur complicité semblait résister à ce nouveau chemin de vie qu’ils empruntaient.

- Si tu veux, on peut regarder encore un film. Il en passe certainement de très intéressants à cette heure-là.

Cette fois-ci, son sourire se fit plus franc.

- En fait, tu as raison, je ne dirai pas non à une bonne nuit de sommeil, mais ne te gènes pas pour moi surtout.

Elle se leva en émettant un petit rire et disparu dans la chambre. Mulder se leva à son tour et se dirigea vers sa cuisine.

- Je peux te piquer un tee-shirt ?

Question totalement rhétorique, mais néanmoins nécessaire quand on a un minimum d’éducation pensa Scully. Etrange aussi. C’est vrai, la question lui parut bizarre au moment-même où elle se l’entendit prononcer. Elle eut une étrange sensation, tout était nouveau. Cette situation, elle l’avait déjà plus ou moins connu mais le fait que ce soit à Mulder qu’elle pose cette question était justement étrange.

- Premier tiroir à gauche.

Pendant que Scully se changeait, il se servit un verre d’eau. Ses pensées étaient confuses. Il avait du mal à aligner deux pensées cohérentes. Entre la fatigue et tous ces changements, son cerveau avait du mal à suivre. Mais il voulait par-dessus tout arrêter de se poser trop de questions. Elle était là avec lui et c’était tout ce qui comptait. Le seul fait qu’elle soit venue lui confier ses doutes était plus qu’il ne voulait l’espérer.
Quand Mulder pénétra dans sa chambre, Scully était déjà allongée, elle était sur le côté face à la porte les yeux fermés et déjà sous les draps. Elle l’entendit se diriger vers la salle de bain alors elle savoura cet instant. Tout était peuplé d’évènements nouveaux et malgré sa fatigue, elle essaya de les mémoriser au maximum. Elle se rendit compte qu’elle était en train de s’endormir quand il s’allongea.

- Finalement tu ne regardes pas ton film ?

Elle sourit puis ouvrit les yeux. Mulder était tout près d’elle et lui souriait, heureux de la voir si détendue.

- Je préfère être avec toi.

Elle posa sa main sur son cou et se rapprocha de lui de façon à ce que sa tête repose juste en dessous de la sienne. Elle sombra rapidement et malgré son envie de profiter au maximum de ce moment, il s’endormit rapidement.
C’est la sonnerie stridente du téléphone qui les sortit du sommeil alors que le soleil ne s’était même pas levé. Après avoir émis un petit râlement, Mulder rapprocha son bras de la table de nuit pour décrocher.

- Mulder ?

Scully profita de ce moment pour ouvrir les yeux. Mulder avait repris sa position initiale. Seul le téléphone qu’il avait à l’oreille différait. Elle était allongée sur le côté près de lui, proche, sans pour autant être collé à lui. Ses yeux descendirent sur sa main droite qui étaient enlacée à la sienne, seul contact physique entre eux deux. Même s’ils avaient décidé de s’aventurer sur cette voie, il leur fallait du temps. Il lui fallait du temps. Scully ne changerait jamais et avait besoin d’un temps d’adaptation. Le changement n’avait jamais été quelque chose d’évident pour elle. Alors même si elle le voulait, elle ne pourrait pas arrêter de se poser des questions du jour au lendemain. Seul son nom la sortit de son demi-sommeil.

- … J’appelle l’agent Scully pour la mettre au courant et on arrive.

Mulder raccrocha et reposa son téléphone sur sa table de nuit.

- Où doit-on aller ?
- Il y a eu un nouveau meurtre. Mêmes circonstances.

Scully leva légèrement la tête pour apercevoir le réveil qui affichait 4h53.

- Et ça ne pouvait pas attendre les horaires de bureau normales ?
- Tu sais ce que c’est, toi ? Des horaires de bureau normales ?

Elle sourit à cette remarque mais elle restait partagée entre deux sensations. La première était un sentiment de bien-être car elle se trouvait là où elle voulait se trouver depuis près d’un an déjà mais le second était dû à de l’énervement. Elle n’avait pas beaucoup dormi et se faire réveiller avant 5 heures du matin à cause d’un cadavre ne lui faisait pas particulièrement plaisir. Et c’est ce sentiment qui prédominait. La journée ne commençait pas aussi bien qu’elle aurait pu l’espérer.
Après un bâillement, elle commença à se redresser.

- Bon, je me dépêche de rentrer chez moi. Histoire de prendre une douche et de me changer.

Elle se leva, récupéra ses affaires de la veille et alla s’enfermer dans la salle de bain se changer. Mulder en avait profité pour fermer les yeux de nouveau. Lui, il était plutôt partagé entre de l’agacement et sa curiosité habituelle pour ce genre d’enquêtes. Il aimait les enquêtes qui sortaient de l’ordinaire et sa curiosité pour celle-ci commençait à devenir plus en plus forte.
Scully sortit de la salle de bain fin prête, Mulder se redressa à son tour et s’assit au bord du lit. Il passait sa main dans ses cheveux comme si ce geste allait le tirer définitivement de son sommeil et le reconnecter à la réalité.

- Je passe te prendre dans une petite heure ?
- OK, à tout à l’heure.

Peu après, Mulder entendit la porte de son appartement se refermer. Il décida de se lever et disparut dans la salle de bain. Seule une bonne douche finirait par le réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les scènes manquantes de Brand X (Défi 03)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les scènes manquantes de Brand X (Défi 03)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Pavoni Blue Brand - VeroBar VRS & VRV
» Les 3 légions manquantes, le trone d'or et animosité entre dieux.
» Chaines "manquantes" dans l'offre Naxoo
» Chaînes manquantes
» chaines manquantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: Chrissaez-
Sauter vers: