Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Infiltration

Aller en bas 
AuteurMessage
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Infiltration   Mar 1 Aoû - 19:10

*************************************************************

Infiltration



- Merci et à ce soir.

Mulder finit son explication et les divers Agents s’éparpillèrent et évacuèrent la salle de réunion. Un brouhaha ce fit entendre. De l’angoisse, de l’incertitude et du stress émanaient de la pièce. Mulder discutait avec le Directeur Adjoint Skinner quand il interpella sa partenaire qui s’apprêtait à sortir.

- Scully attend moi !

Elle ne s’arrêta pas et continua son chemin, traversant le couloir gris qui menait jusqu‘à l‘ascenseur. Il comprit qu’elle était énervée. Sa chevelure rousse, qui balançait au rythme de ses pas, ce corps menu, d’un mètre cinquante sept qui avançait à une allure rapide la trahissait. Il monta dans l’ascenseur de justesse.

- Enfin mais …
- Ne me demande pas ce qu’il ce passe Mulder, tu le sais très bien.
- Ecoute Scully …


L’ascenseur les déposa au sous sol. Sans un regard vers son collègue, elle se dirigea vers le bureau qu’elle ouvrit. Mulder, sur ses talons, continua son explication.

- Scully arrête de me faire la tête ! Tu sais bien que ce n’est pas contre toi ni par plaisir !
- C’est toi le chef de cette enquête et …
- Justement ! Je ne pourrais pas être sur le terrain et je n’aime pas ça ! Mais c’est la seule solution pour le coincer. Maintenant pour ce qui est de Stanley, je te l’ai affecté en tant que coéquipier parce que j’ai besoin d’une équipe solide et c’est notre meilleur Agent dans le domaine de l’infiltration. Et toi tu es la personne en qui j’ai une totale confiance et qui sait garder son sang froid dans ce genre de situation où tout peux brusquement virer au n’importe quoi.
- Je sais.
- Tu devrais rentrer te préparer et te reposer. On passe à l’action dans quatre heures.
- Ok. A toute à l’heure.


Scully sorti du bureau. Elle avait confiance en lui et savait au fond d’elle même qu’il avait raison. Ils se faisaient une confiance réciproque aveuglante. Dans le couloir sinistre, elle se retourna à la voix de Mulder, appuyé à l’entrebâillement de la porte.

- Je sais que ça se passe mal avec Stanley et je ne serais pas dans la même pièce que vous mais je ne le quitterais jamais du regard …

Elle sourit brièvement et d’un regard lui dit merci.

- … Et toi non plus.

Un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres et il disparu dans son bureau avant que Scully ne puisse dire un mot. Se sentant un peu mieux, elle prit la direction de son appartement. Elle repensait à cette enquête. Enquête difficile. Avant de faire équipe avec elle, Mulder avait arrêté le plus grand dealer de la cote Est, Gary. Il venait d’être relâché et avait aussitôt recommencé son trafic. Avec l’aide d’un indic, Mulder et Scully l’avait localisé et attendait le moment propice pour l’attraper. Ne pouvant pas être sur le terrain de peur d’être reconnu, Mulder s’était vu confier les commandes de l’opération. Voilà pourquoi il lui avait assigné un nouveau partenaire. L’Agent Stanley. Certes, un des meilleurs Agents du bureau de Washington, mais avec Scully le courant ne passait pas … ou plus. Avant d’être affectée aux Affaires Non Classées, Dana avait travaillait quelques temps avec lui. Collaboration qui c’était bien passée mais, qui vers la fin, c’était dégradée. Sortant de temps à autres, boire un verre ou dîner après le travail, des sentiments dans le cœur du jeune homme c’étaient formés. En lui avouant ceci, Stanley n’avait réussit qu’à éloigner Scully de lui. N’acceptant pas cette défaite, il l’avait prise à part et lui avait juré qu’un jour elle serait à lui. Depuis, Dana l’évitait. Mais quand ils se croisaient, d’un simple regard, il la déstabilisait. Elle n’était pas facilement vulnérable mais lui, dégageait quelque chose de malsain, d’angoissant qu’elle n’arrivait pas à définir. Un soir, il y a un an environ, alors que Scully sortait du bureau de Skinner, elle le croisa, seul. Il lui répéta ces menaces au creux de l’oreille, serrant son poing violemment et jouant de l’autre main, avec les boutons de son chemisier. Aux bruits des portes de l’ascenseur, il s’éloigna. Mulder fit son apparition et, à la vue du trouble de sa coéquipière, demanda si tout allait bien. Elle ne répondit rien mais après avoir insisté plusieurs fois, Scully lui relata les faits.

- Mais pour qui il se prend ? Je vais aller le …
- Mulder laisse tomber.
- Mais Scully ! C’est du harcèlement …
- C’est à moi de régler le problème et reste en dehors de tout ça !
- Ca fait plus de six ans et il continue …
- Mulder … S’il te plait … Il n’en vaut pas la peine …
- Mais toi si !


Scully l’avait regardé d’un œil interrogateur et troublé mais il c’était vite repris.

- Ok n’en parlons plus.

Et ils avaient disparus, chacun prenant la route de leur appartement respectif.


Dana sorti de ses pensées, et après s’être reposée et préparée, se mit en route vers le point de rendez vous avec une pointe d’anxiété. Elle n’avait rien avalé et un mauvais pressentiment grandissait en elle. Des caméras et des micros seront présents mais rien ne valait la présence de son partenaire pour se sentir vraiment en sécurité.

Vêtu d’une veste en cuire, d’un pull noir à col roulé et d’un jean, Mulder donnait ses dernières instructions à son équipe. Tout le monde fut prêt à l’heure. Il observait du coin de l’œil l’Agent Stanley. Vêtu d’un costard gris avec une chemise blanche, il dégageait de la sympathie. Mais ce n’étais qu’illusion. Un micro dissimulé dans le nœud de sa cravate noire et une oreillette microscopique permettait de rester en contact avec le dirigeant de l’opération. La porte s’ouvrit et tous les regards se posèrent sur l’Agent Scully. Flattée, elle senti néanmoins le rouge lui monter aux joues. Sentant la gène de celle ci, Skinner prit la parole.

- Messieurs, concentrez vous sur ce que l’Agent Mulder a à vous dire.

Scully se dirigea vers un employé pour s’équiper . Elle resta attentive aux dires de son partenaire dont elle croisa le regard. Un regard qu’elle n’avait vu que trop peu et qu’elle ne définissait pas.

Mulder prit une profonde inspiration pour se re-concentrer. Il fit court et en cinq minutes tout était dit. Il demanda à son équipe de prendre place à leur poste. Il s’orientât vers Scully.

- Tu es … Epoustouflante.

Elle ne répondit que par un sourire mi-gênée, mi-provoquant et tourna les talons pour rejoindre son « mari ».

- Scully ?
- Oui ?
- Fait attention à toi.
- …


Il la regarda s’éloigner. Vêtue d’une robe noire qui tombait sur ces pieds. Sans manches à col roulé, elle laissait apparaître un dos nu. Ses cheveux roux tombaient à la base de son cou, légèrement ondulés. Il n’avait jamais remarqué à quelle point elle pouvait être élégante. Certes sa collègue portait des tailleurs cintrés, jupes ou pantalons et était toujours présentable. Mais ce soir, il la voyait comme femme, tout simplement. Il prit place dans la pièce qu’il s’était vu attribué. Equipée de télés surveillance et de micros, il s’exécuta aux tests de contrôle. Grâce à ce matériel avancé, il pouvait parler collectivement ou individuellement aux divers employés. Skinner accompagné de trois autres Agents Fédéraux, s’installèrent aux cotés de Mulder. Il donna l’ordre de n’entrer en contact avec lui qu’en cas d’urgences.

Dans la salle de réunion, une dame d’une cinquantaine d’années s’approcha du couple fictif et leur adressa la parole :

- On est au jus d’Orange Madame et Monsieur Rickson ?
- Ma femme est enceinte.


Scully jeta un regard étonné vers son coéquipier et se reprit.

- Euh … Oui et Jerry a décidé de suivre le même régime que moi durant mes neuf mois de grossesse.
- Des félicitations s’imposent ! Vous en êtes à combien ?
- Trois mois. Répondit Stanley.
- Vous avez d’autres enfants ?
- Oui deux filles ! Emily et Melissa … Elles sont adorables mais ont le caractère de leur mère. Si c’est une fille se sera Samatha et un garçon Jonathan. Mais nous devons en rediscuter, n’est ce pas mon amour ?


Abasourdie par ce qu’elle venait d’entendre, Scully ne put répondre qu’en fuyant vers les toilettes.

- Ah les premiers mois ne sont jamais facile !

Un sourire de satisfaction se dessina sur son visage et parti discuter avec d’autres invités. La vengeance était prise. Mais il prit un réel plaisir à penser à la suite de la soirée.

- Mais à quoi joue t-il ? Demanda Skinner à Mulder qui ne lui répondait pas.
- Scully ? Scully tu m’entends ?

Il la voyait sur son écran. Appuyée sur le rebord du lavabo, elle se passa de l’eau fraîche sur le visage pâle. Comment savait il tout ceci ? Pourquoi cherchait il à lui faire mal. Elle se massa les tempes pour fuir l’étau qui semblait transpercer son crane.

- Scully ne te laisse pas avoir. Il ne cherche que ça, que tu cèdes. Je sais que c’est le sujet qui te touche le plus mais je sais aussi que tu es forte et que ce n’est pas un crétin qui te mettras à terre. Pense à l’enquête et après je t’autorise à en faire ce que tu veux.
- Se passerait il quelque chose dont je ne serais pas au courant ?
Intervint Skinner excédé.
- Non Monsieur … J’y retourne.

Elle se remaquilla brièvement. Elle aurait payé cher pour avoir Mulder comme mari ce soir. Il aurait sûrement profité et plaisanter mais tout ce serais bien passé. D’habitude son regard sur elle la réconfortait, un simple coup d’œil et elle reprenait de l’assurance. Aujourd’hui ces yeux ne croisèrent que la caméra de surveillance mais elle senti sa force se mêler à la sienne. Elle réapparut dans la salle, croisant quelques collègues à leur poste, qui n’avaient rien suivi de l’incident. Elle se dirigeât vers son préposé mari qui discutait et riait avec d’autres.

- Excuses moi, chéri.
- Oh … tu te sens mieux ?
- Oui.
- Nous parlions des rencontres. Et je leur ai dit comment je t’avais enlevé des bras de ton ancien petit ami qui croyait à un autre monde, qui clamait corps et âmes des choses absurdes et qui avait un prénom stupide, celui d’un animal …


Une voix grave résonna dans son oreille et lui fît l’effet d’une décharge électrique.

- Scully reste calme …

Scully reprit la parole, sourire aux lèvres.

- Et oui personne n’est parfait … Tu danses ?

Il accepta volontiers l’invitation. En silence ils s’avancèrent vers le centre de la salle ou d’autre convives valsaient. Les bras de Scully s’agrippèrent au cou de son équipier. Lui qui détecta une lueur méconnaissable dans les yeux claire de celle qui lui accordait un slow. Il l’interrogea du regard et la vit s’approcher doucement, posant ses lèvres délicatement sur les siennes. Trop heureux, il ne chercha pas à comprendre pourquoi ce retournement de situation. Il profita de l’instant présent. Mais ce rêve, de quelques secondes seulement, s’écroula rapidement quand il senti les ongles s’enfonçaient violemment sous le col de sa chemise. Cette fois ci elle prit le dessus et lui mordit cruellement la langue avant de se détacher de lui. Une expression de satisfaction se dessina sur son visage puis se dirigeât vers le buffet, discutant avec d’autres femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*LuciOle*

avatar

Nombre de messages : 160
Age : 34
Localisation : Chez Les Ch'ti Mi !
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Infiltration   Mar 1 Aoû - 19:11

Quelques minutes s’écoulèrent quand Mulder annonça que Gary venait d’enter dans la salle.

- Il est vêtu d’un pull vert sous une veste noir et d’un jeans noir. Il se dirige vers le buffet. Scully c’est à toi de jouer. Les autres restez sur vos gardes.

Elle s’approcha de lui d’un pas assuré. Il était à peine plus grand qu’elle. Une regard sombre mais une allure élégante.

- Bonjour, je vous ai contacté il y a quelques jours …
- Pas ici … Suivez moi …


Ils entrèrent dans les toilettes. Il ouvrit toutes les portes et vérifia que personne ne s’y trouvait. Il inspecta les recoins de la pièce à la recherche de caméras mais n’en trouva pas.

- Que fait une jeune femme si ravissante avec un si gros mago ?
- J’aimerais ne pas trop traîner. Pour votre intérêt comme pour le mien.
- Oh femme de caractère … J’aime ça ! Tenez. Vous avez même le droit de la goûter.


Chose qui n’était pas prévu. Si elle refusait il se douterait de quelque chose. Il lui tendit une dose. Elle humidifia son doigt et le trempa dans la substance blanche qu’elle mis sous sa lèvre supérieur. Elle fit signe qu’elle acceptait. L’échange allait se faire et Mulder demanda à tous les Agents de se tenir prêt. Il la vit attraper, d’un geste gracieux, la liasse de billet dissimuler sous sa robe, attaché au niveau de sa cuisse, et la donner à celui qui se trouvait en face d’elle. Elle prit le sac.

- Très bonne cachette. J’espère refaire affaire avec vous bientôt.

Tout en disant ceci il s’approcha d’elle et voulu l’embrasser quand il vit débarquer cinq Agents, armes au poings.

- Lâchez la ! Reculez vous et les mains en l’air !!
- Salope ! Tu me le paieras !!


Malgré sa petite taille face à l’équipe du FBI, il réussit à fuir et s’élança vers la sortie. Ils partirent tous à sa poursuite. Mulder sortit au même moment et bloqua la porte de la salle où tout le monde avait le regard fixé sur ce qui ce passait.

- Agent Mulder ! J’aurais du vous tuer dès le premier jour de ma sortie ! La prochaine fois je ne te loupe …
- Vu ton casier, le magot ce soir, les plaintes, les menaces et les gestes déplacés sur un Agents du Bureau Fédéral, ne compte pas sur une prochaine fois.


Il lui énonça ses droits comme dans toutes procédures et l’installa dans la voiture après l’avoir menotté. Mais au moment ou Gary s’était échappé des toilettes, Stanley s’était précipité sur Scully.

- Je l’aurais tué s’il t’avais touché !
- Et si tu t’approches c’est moi qui te tue … Lâche moi … Espèce de sal …


Il la bloqua sur le rebord du lavabo et lui murmura des menaces tout en appuyant sa main sur la bouche de Scully. Il parcourait le corps de la jeune femme de sa main libre. Elle ne pouvais bouger. Bloqué contre lui, elle ne trouva pas d’autre échappatoire que d’entrer dans son jeu. Elle l’embrassa, une nouvelle fois. Surpris et sur ses gardes il recula que de quelques centimètres, gardant les bras de Dana en otage.

- Ne joue pas ce petit jeu avec moi espèce de garce.

Elle en profita pour lui assener un coup sur la partie la plus sensible du corps masculin. Il tomba sur les genoux et elle prit la fuite. Elle croisa Mulder mais ne s’arrêta pas malgré les appels de celui ci. Accompagné de Skinner, il se précipita dans les toilettes. Ils découvrirent l’Agent à terre, gémissant de douleur. Du sang coulé de sa lèvre inférieur.

- Qu’est ce que tu lui a fait ?? … Répoooond !!!!

Mulder était prêt à l’achever de ses mains mais Skinner le retint ! L’enquête étant terminée, il demanda à ses hommes de sortir. Une fois tous dehors, il leur donna rendez vous le lendemain matin, à huit heure pour un débriefing et une explication du comportement de quelques personnes. Mulder, lui, essayait de joindre son amie mais il ne cessait de tomber sur son répondeur. Il croisa Stanley qui entrait dans sa voiture et le menaça du regard. Mulder prit la direction de Goergetown. Il devait la voir. S’assurer que tout allait bien. Une fois arrivé il toqua à la porte. Une seconde fois. A la troisième il voulut entrer mais elle s’était enfermée.

- Scully c’est moi … Tu es là ?

La porte s’ouvrit, laissant apparaître la jeune femme, pied nu, cheveux humide, pantalon de lin beige, un pull cintré noir col V et une brosse à dents à la bouche. Il entra la dévisageant une fois de plus. Un frisson le parcoura. Elle reparti en silence dans la salle de bain et lui resta debout. Quelques minutes plus tard, elle réapparut, lui toujours à la même place.

- Tu attends le printemps ?
- Oh … euh … Je passais voir si tu allais bien.
- Oui ça va.
- Scully ne me dit pas ça. Tu es barricadée chez toi, tu es partie en courant sans un au revoir, tu es pâle et …
- Et ?
- Et tu n’es plus en tenue de soirée.
Dit il en souriant avec son air de petit garçon.
- Tu as faim ? Soif ?
- Je veux bien un café.


Elle prépara en silence et resta dans la cuisine le temps que le café passe. Mulder la connaissait si bien qu’il ôta sa veste et s’installa dans le salon sans insister. Elle parlerait quand elle en aurait envie. Quelques minutes passèrent et elle arriva dans le salon, un plateau en main. Elle s’installa sur le canapé à coté de lui, remontant ses genoux contre elle.

- Au fait, Skinner nous attend demain à 8H pour une réunion.
- D’accord … Je sens la mise à pied.
- Il ne va rien te dire …
- Mulder je t’en pris. C’était un règlement de compte de gamin. J’ai perdu mes moyens lors d’une enquête.
- Tu n’a qu’a lui expliquer. Après tout c’est lui qui t’as provoqué.
- On verra demain.


Ils discutèrent une bonne partie de la soirée. Travail et autre. Le téléphone sonna à plusieurs reprises mais personne ne répondait à l’autre bout du fil. Elle était persuadée que c’était lui et débrancha le téléphone. Mulder lui assura qu’il vérifierait ses appels depuis le bureau, demain à la première heure.

- Arrête de boire tant d’eau, tu vas finir par te noyer de l’intérieur. Fit il remarquer avec un sourire moqueur.
- …
- Quoi ? Scully parle moi …
- J’ai le goût de sang dans la bouche depuis tout à l’heure. Et le fait de l’avoir … Embrassé me dégoûte.


Toujours assis côte à côte, Mulder lui releva le menton de son index et posa ses lèvres sur les siennes. Une simple baiser. Il se redressa et lui dit avec son sourire malicieux:

- Juste pour que tu n’es pas mauvais souvenir de ton dernier baiser.

Elle souri et leurs regards s’accrochèrent longuement. Elle finit par détourner le sien et lui regarda l’heure. 3h36.

- Je te laisse te reposer. Journée épuisante et demain réunion harassante en préparation.
- Je n’ai pas sommeil.
- Ca va aller ?
- Je … J’ai peur qu’il débarque …


Un bruit la fit sursauter. Une branche venait de se cogner à sa fenêtre de salon. Elle se retourna reprenant sa respiration.

- Tu veux que je reste ?
- Je ne veux pas t’obli …
- Aller au dodo Miss Scully !


Il referma la porte derrière lui et s’installa sur le canapé. Il enleva ses chaussures et chaussettes, sa veste et son pull. Il ferma les yeux mais ne s’endormit pas. Les minutes défilaient et il entendait son amie remuer dans l’autre pièce. Elle ne dormait pas non plus. Tout ce bousculait. Cette soirée. Cette tenue qui n’avait pas laissé Mulder indifférent. Ce baiser qu’elle avait tant rêvé. Elle se leva et se dirigea vers la cuisine sans un bruit. Elle revint, verre en main, et le regarda quand elle croisa ses yeux foncés.

- Tu devrais porter des robes plus souvent.
- Bien sur … Pour traquer les monstres ou serial killer rien ne vaut des talons aiguilles et une robe du soir haute couture.
Se moqua t-elle.
- Tu sais avec un décolleté, ils seront tous à tes pieds.
- J’aimerai savoir une chose.
- Oui ?
- Pourquoi j’attire toujours les psychopathes ?
- Tu fait un travail à hauts risques … Et c’est normal qu’ils aient tous une attirance pour toi. Je ne connais pas une autre femme au bureau aussi jolie que toi.


Il se mit à genoux sur le canapé pour être à la hauteur de Scully qui se tenait debout au bout de celui ci. Seule la lueur de la rue éclairer le salon. Une tension c’était crée entre eux. Une nouvelle sensation ce formait. Celle du bien-être. Rien en pouvait les atteindre. Il se risqua à briser le silence.

- J’ai oublié de te féliciter pour ce que tu lui a fait subir.
- J’espère avoir été efficace.
- Crois moi sur parole, tu as fait fort.


Elle sourit et s’approcha de lui pour lui déposer un baiser sur la joue et le remercia une nouvelle fois d’être la, de veiller sur elle, de lui faire confiance. Il lui attrapa le bras alors qu’elle repartait et la fit pivoter dans sa direction. S’il ne tentait pas quelque chose ce soir, il n’aurait plus le courage de le faire. Elle lui sourit et remonta un sourcil en guise d’interrogation. Elle savait où il voulait en venir. Toutes ses éternelles questions cesseraient elles ce soir ? Si elle refusait, elle n’aurais plus l’occasion de lui montrer ce qu’elle ressentait au fond d’elle même. Il l’embrassa comme la première fois et comme la première fois ils se séparèrent. Après un long regard entendu, elle lui prit la main et se dirigèrent vers la chambre. Ils apprirent à ce connaître, dans la plus grande intimité.

Mulder regarda l’heure. 6h19. Soit deux heures qu’ils n’étaient plus des amis. Leurs vies avaient prit un tout autre tournant. Celui des âmes sœurs. Celui du bonheur. Il se leva avec regret sans bruit et se rhabilla tout en la regardant.

- Mmmh … C’est dans tes habitudes de partir sans dire au revoir ?
- Oui … Mais aujourd’hui je n’ai pas à te dire au revoir puisqu’on se revoit dans une heure et demi.


Il l’embrassa et ne put résister à un dernier câlin.

- Bon aller … S’ils nous voient arriver ensemble dans la même tenue qu’hier soir, la réunion risque d’être bien plus corsée ! Ca va aller ?
- Oui … Ne t’en fait pas je suis armée et en pleine forme, même si je n’ai dormi que … 20 minutes !!?



Scully rejoignis Mulder dans la salle d’attente du bureau de Skinner. Convoqués avant la réunion, Skinner leur ouvrirent. Le sourire ne les avaient pas quittés. Ils entrèrent et s’installèrent à leurs places habituelles.

- Bonjour. J’aimerais avoir un éclaircissement sur ce qui c’est passé hier, Agent Scully ?
- Vous l’avez très bien vu Monsieur.
- Agent Scully refusez vous de m’en dire plus ?
- L’Agent Stanley a juste voulu se rendre intéressent. Il a réussi. Il n’y a rien d’autre à ajouter.
- Il m’a remis une lettre demandant une mutation. Si quelque chose vous êtes arrivée informez moi pour qu’il puisse ne pas recommencez avec d’autres.
- Il me harcèle depuis quelques années. Il m’a téléphoné plusieurs fois hier soir sur mon téléphone personnel. J’en ai la confirmation.
- Merci. Il lu les documents. Il se trouve que vous n’êtes pas la seule victime. Un dossier de plainte est en cours. Souhaitez vous ajouter la votre ?
- Je …
Elle prit une profonde inspiration et répondit positivement.
- Très bien. Je vous rejoins dans un instant à la réunion.

Alors que les deux Agents s’apprêtaient à sortir, Skinner les rappela.

- Agents, j’espère que vous connaissez le règlement sur le bout des doigts ?

Sans se regarder mais tout en se posant des questions, ils répondirent ensemble :

- Bien sur Monsieur.
- Alors effacez moi se sourire béat et retenez que je prend des risques a vous couvrir régulièrement. Alors n’allez pas mettre votre carrière en péril et la mienne par la même occasion. J’attend vos rapports.
- Un rapport Monsieur ?
- Sur l’enquête Agent Mulder !!


Une fois sortit, Scully se moqua de Mulder. Il avait posé cette question si sérieusement que même Skinner avait légèrement sourit. Ils se dirigèrent vers la salle de réunion, heureux et serein quant à leur avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Infiltration
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» réparation infiltration extérieure bas du mur
» [JEU] SPY MOUSE : Jeu de réflexion/infiltration [Payant]
» Grappes de proxy Nécrons
» Armées expérimentales - Elfes Sylvains
» Martin BISAILLON (Canada/Québec)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: *Luciole*-
Sauter vers: