Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sequel: Biogenesis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Polly

avatar

Nombre de messages : 334
Age : 30
Localisation : Lorient
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Sequel: Biogenesis   Mar 1 Aoû - 20:45

Auteur : Polly
Genre : Sequel
Time-Line : Biogenesis - Biogenese (Saison 6 - Episode 22)
Disclaimers : Cette fanfiction est réalisée à but non lucratif, simplement dans un but divertissant, je n'en retire aucune source pécuniaire. Les personnages de Fox Mulder et de Dana Scully ne m'appartiennent en aucun cas, ils sont la propriété de Chris Carter, de 1013 Production et de la 20th Century Fox.
Situation : Vers la fin de l'épisode, Scully se trouve au Nouveau Mexique pendant que Diana se déshabille pour rejoindre Mulder dans sa chambre... Scène étrange et inexpliquée... Je suis partie du fait que la voir en soutif a dû faire "péter un câble" à Mulder (lol). Scully est loin, Skinner lui demande de revenir pour Mulder qui est mal en point et à l'hôpital. Quand elle arrive, elle le voit sur des écrans de contrôle et le médecin ne veut pas qu'ils leur rendent de visite.
Feedbacks : AndreaParCoeur@hotmail.fr





_________________

Biogenesis
_________________


« Non Diana… » Souffla Mulder en expirant avec souffrance.

La femme s’approcha tout de même, ignorant ses protestations, laissant tomber son débardeur sur le sol.
L’agent, mal en point, s’était réfugié sous les couvertures, espérant faire taire le grésillement intempestif qui résonnait dans ses oreilles.
Mais quoi qu’il fît, ce son désagréable était toujours aussi présent, impossible de l’atténuer.
Comme si ce n’était pas suffisant, Diana comptait profiter de l’occasion et de sa faiblesse physique.
Elle s’assit à côté de lui sur le lit, abaissant les draps pour caresser son torse secoué de spasmes.
Il sursauta au contact de leur peau, l’effet était électrique mais contraire à celui qui se produisait lorsqu’il s’agissait de Scully.
Par ailleurs, un phénomène étrange survint durant leur échange. Alors que les pensées qu’il entendait étaient jusque là indistinctes, tout devint soudainement plus clair. Il parvint à saisir les réflexions intérieures de Diana…

*Tu as toujours été mon pion favori… Mon objet, malléable à souhait… Et aujourd’hui, rien n’a changé…*

C’en fut trop pour Mulder et son esprit perdit brutalement pied, des milliers de pensées s’insinuant dans les moindres recoins de son âme. Tout lui échappa, lui glissa entre les doigts, et il repoussa violement la femme qui le manipulait depuis trop longtemps pour se soutenir la tête en hurlant de douleur.

Cette dernière, surprise par sa vive réaction, faillit tomber à terre sous son geste de rejet. Blessée dans son égo, elle se résolut à appeler Skinner afin de le conduire ensuite à l’hôpital.

***

Scully suivi son supérieur hiérarchique et Diana Fowley à l’extérieur de la pièce où se trouvaient les écrans de contrôle. Elle venait de voir Mulder comme elle ne l’avait jamais vu, il semblait avoir perdu la tête. Mais au fond, elle ne savait que croire, Mulder, son collègue, son ami, lui qui discernait si bien la folie de la raison… Cela ne pouvait pas lui arriver, d’autant plus qu’il avait crié son nom. Ces deux syllabes par lesquelles il la désignait, sortant de sa gorge comme un appel au secours, un appel à la confiance qu’ils avaient établie entre eux.

« Tout ça remonte à quand ? » Questionna Diana d’un ton qui se voulait professionnel.

« Quand on a commencé cette enquête, quand Skinner nous l’a confiée… » Répond Scully, sachant qu’elle doit coopérer mais gardant tout de même des cartes en main.

« De quoi s’agit-il ? » S’enquit la grande brune, hautaine.

« D’un enquête sur un meurtre. » Réplique la jeune agent, pas prête à se laisser démonter par qui que ce soit.

« De qui ? » Insiste Diana, trop curieuse au goût de Scully.

« Cette affaire n’a rien à voir avec ce qui lui arrive. » Affirma Skinner, bien sûr de lui.

« L’agent Scully dit que si. Vous savez que j’ai travaillé autrefois sur les affaires non classées, alors si je peux vous aider. »

Un nœud se forme dans l’estomac de Scully, cette femme était dotée d’un toupet incroyable. Comment pouvait-elle revendiquer le droit à leur faire part de son aide ? Elle se servait de Mulder comme d’une marionnette et prétendait vouloir la soutenir dans son investigation… Balivernes.

« Cette fois il s’agit d’une imposture, l’agent Scully en a la preuve formelle. L’authentification a été faite par une autorité éminente. » Assure Skinner, tout à coup bien au courant de la chose, ce qui intrigue particulièrement Scully qui se retourne vers lui.

« Je ne vous ai pas envoyé ce rapport… » Lui fait-elle remarquer, soupçonnant une implication plus ou moins douteuse de Skinner dans l’affaire.

« Quoi qu’il en soit, cette affaire sera bientôt classée. » Ajoute-t-il afin de clore au plus vite la discussion.

« Pas temps que l’agent Mulder sera dans cet état. » S’oppose Diana alors que Scully la fixe de nouveau. « Si vous en savez plus, pourquoi ne le dîtes-vous pas ? » Interroge-t-elle Scully avec méfiance.

« Pourquoi étiez-vous chez lui hier ? » La prend de court Scully, espérant la déstabiliser quelque peu, se doutant que sa présence chez son collègue n’était pas tout à fait innocente.

« Il m’a appelée, je l’ai trouvé dans une cage d’escaliers, il pouvait à peine marcher. Il a dit que la seule qui pouvait le croire, c’était moi, à propos d’un artefact. » L’informa-elle passivement, mettant dans ses mots toute sa force de persuasion, ce qui n’eut aucun effet sur Scully.

La jeune femme resta bouche-bée, comme si Mulder lui avait parlé de cette tablette, tout ceci n’était que sornette. Son seul but était d’atteindre Mulder et ce qu’il savait, désormais, elle n’essayait que de tirer les vers du nez à Scully.

« Vous mentez. » Lui rétorqua l’agent, pas dupe une seule seconde.

« Scully. » L’arrêta Skinner, attrapant son bras.

Il était à mettre dans le mec sac, lui aussi la menait en bateau. Tous deux en savaient bien plus que ce qu’ils laissaient entendre et ils étaient bien décidés à en apprendre davantage grâce à Scully. Jamais elle ne trahirait Mulder et jamais elle ne leur donnerait la possibilité de le détruire davantage.

Scully leur tourna le dos et au détour du premier couloir, elle s’assit sur une chaise destinée aux proches des patients de l’hôpital. Elle devait partir en Afrique pour éclaircir toute cette histoire, pour prouver à Mulder que tout ce qui faisait leur monde n’était pas de provenance extraterrestre comme il s’était escrimé à vouloir l’en convaincre.

Scully était rongée de remords, dévorée par le sentiment d’avoir, quelque part, abandonné son ami. La dernière fois qu’ils s’étaient parlés, elle s’était emportée contre lui, parce qu’il osait croire et qu’elle ne pouvait se résoudre à l’imiter.

Elle essuya la larme qui coulait sur la joue, apercevant Skinner et Diana qui quittaient les lieux. Il fallait qu’elle voie Mulder avant de partir, pour lui dire de continuer à lui faire confiance et pour lui promettre de découvrir le mal qui s’emparait peu à peu de lui.

Prenant une profonde inspiration pour se redonner force et courage, elle se rendit au bureau du médecin qui lui avait parlé quelques instants auparavant.

« Docteur, puis-je vous parler un moment ? » Questionna-t-elle en serrant les dents pour ne pas craquer, pas tout de suite.

« Que puis-je pour vous Mlle… » Répondit-il en retirant ses lunettes et s’approchant d’elle gentiment.

« Agent Scully, ou Docteur… Scully. » Rectifia-t-elle en lui montrant son badge et sa carte. « S’il vous plaît, je dois absolument voir l’agent Mulder… » Le supplia-t-elle presque.

« Agent Scully, je vous l’ai déjà dit, il a un comportement imprévisible et violent. Je ne veux pas prendre le risque qu’il vous blesse. » La prévint-il en inclinant la tête, se donnant ainsi un air plus compréhensif, compatissant.

« Je vous en prie, il doit savoir que je suis là… Il m’a réclamée, je ne resterai qu’un instant et s’il réagit mal, je partirai. » s’engagea-t-elle, retenant de toutes ses forces les larmes qui menaçaient de naître aux creux de ses yeux.

« C’est d’accord, mais ne dîtes à personne que je vous ai autorisée ou je pourrais avoir des problèmes. » L’enjoignit le médecin en attrapant un passe sur son bureau.

« Ne vous inquiétez pas, nous sommes deux dans ce cas. » Murmura Scully si faiblement, qu’il l’entendit à peine.

Il esquissa un sourire qui se voulait réconfortant et d’un bras dans son dos, conduisit Scully jusqu’à la petite chambre capitonnée.

Par le petit hublot, elle l’aperçut taper contre les murs et faire de grands gestes dans le vide. Son cœur se contracta à cette vision déchirante. Le docteur ouvrit la porte et lui laissa un petit interstice pour se faufiler dans la pièce sans un bruit.

Mulder continua à se mouvoir dans cette bulle invisible qui l’entourait, combattant des ennemis invisibles aux yeux de Scully. Celle-ci s’approcha doucement, ne voulant pas l’effrayer et brusquement il s’arrêta de bouger. Comme s’il s’était rendu compte de sa présence uniquement à cette seconde, il tourna la tête dans sa direction et riva son regard sur celui de sa collègue. Plongeant ses yeux dans les siens, Scully crut qu’elle allait s’effondrer.

Elle y perçut tant d’émotions, tant de peine, de désespoir, de souffrance, de peur… Toute une palette parfaitement indescriptible sans risquer d’y perdre la raison ou toute envie de vivre plus longtemps.

Dans une lenteur imperceptible, elle avança vers lui et posa sa main sur sa joue rugueuse. Ses paupières s’abaissèrent, dissimulant cet océan de douleur et donnant à Scully le courage de le prendre dans ses bras. Ils tombèrent à genoux, lui le visage enfoui dans ses doux cheveux, elle le menton appuyé sur son épaule, laissant aller ses larmes.

« J’ai si mal Scully… » Chuchota-t-il sans son oreille, arrachant un énième sanglot à son amie.

Scully le serra plus fort contre elle, caressant son dos d’une main et sa nuque de l’autre. Comment pourrait-elle l’abandonner ici, seul, pour partir à la recherche d’un hypothétique remède à l’autre bout du monde ?

Ils s’assirent sur le sol dur et froid et elle appuya son dos contre le mur. Mulder, lui, posa sa tête sur les cuisses de Scully et ils gardèrent le silence durant un long moment.

« Mulder, il faut que tu te battes… Je trouverai le moyen de te guérir, je te le jure… » Promit-elle en passant ses doigts dans ses cheveux.

« Il n’y a que toi qui le peux… » Marmonna-t-il, luttant contre ses voix qui s’insinuaient encore et encore.

Il avait passé des heures à souffrir et la simple arrivée de Scully avait un tant soit peu calmé la douleur. Il savourait cet instant partagé avec elle, rassurante, présente uniquement pour lui.

« Je suis désolée d’avoir été si loin quand ça t’est arrivé… J’aurai tellement voulu être là… » Souffla-t-elle en laissant échapper ses larmes qui s’échouèrent sur le visage de Mulder.

Celui-ci, sentant le liquide salé sur sa peau, avait levé les yeux vers elle. Il prit ses mains pour les encercler des siennes, sans rompre une seule seconde leur contact visuel.

« Je le sais… Il n’y a qu’en toi que j’ai confiance, qu’importe ce que fera Diana, je me méfie d’elle mais jamais je ne douterai de tes paroles. » Lui jura-t-il solennellement, déposant un baiser dans sa paume.

Scully sourit faiblement, abaissant la tête pour embrasser les lèvres closes de Mulder. Il allait répondre à son geste d’amour lorsque la situation devint intolérable pour son esprit.

« Vas-t-en Scully ! » Hurla-t-il en se ruant dans l’angle opposé de la pièce, se recroquevillant pour cacher son visage dans ses mains et ses genoux.

« Mulder… » Le supplia Scully en se levant pour le rejoindre.

Il se redressa, tendant ses bras devant lui pour la repousser. Scully s’immobilisa, ne sachant pas comment réagir. Etait-ce parce qu’elle lui avait montré ce qui se cachait réellement au fond de son cœur depuis leur première entrevue ?

« Vas-t-en Scully ! Je ne veux pas te faire de mal alors PARS ! » Vociféra-t-il, les mains pressées sur les tempes et le visage grimaçant sous le supplice que lui infligeaient ses voix intérieures.

Ravalant difficilement sa salive, Scully fit comme il lui demandait, le laissant seul dans la prison créée par son propre corps. Elle jeta un dernier coup d’œil inquiet par le hublot et emprunta le couloir qui menait à la sortie, sans même prendre la peine de faire disparaître les larmes qui ravageaient son visage. En rejoignant l’Afrique, elle faisait ce que Mulder attendait d’elle et suivait les commandements de son cœur. Elle le sauverait, quoi qu’il lui en coûte… Quoi qu’il leur en coûte…

The End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pauline.de.vries.free.fr
 
Sequel: Biogenesis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MUGIWARA'S BASTERDS PRODUCTION PRESENTS : D.SEQUEL
» Piranha 3DD (The Sequel)
» SEQUEL P
» Une Suite à Predators
» [Disney Channel Original Movie] Les Sorciers de Waverly Place - Le Film 2 (201?)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: PoLLy-
Sauter vers: