Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La prochaine fois [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: La prochaine fois [Terminée]   Mar 1 Aoû - 22:29

La prochaine fois



Chère Amy,
Je te regarde aujourd’hui et tu n’as pas changée. Tu es là et tu souffres. Et moi je suis à tes côtés comme toujours, mais pour la première fois je ressens le temps comme un obstacle. Je suis devenu impuissant face à la vie Amy, cette vie que J’ai tant aimé. Si tu pouvais savoir comme ton sourire avait fait renaître en moi les étincelles du bonheur. Comme tes mains me donnaient la chaleur d’un mois de Juillet. Comme tes lèvres étaient douces.
Maintenant, tu es sur ton lit de mort mon amour. Ce n’est pas ma main dans la tienne. Mais la sienne. Les cinq doigts de cet homme que tu détestes tant sont entremêlés aux tiens. Ton père est accosté contre la porte, tenant ton frère dans ses bras. Marianne essuie ton front brûlant perlé de gouttes de sueur. En d’autres circonstances j’aurais peut être trouvé ce tableau étrangement beau. Mais là Je suis enfermé dans cette pièce et je vais mourir. Mais ne t’inquiète pas c’est mieux ainsi. Je ne crains pas ma mort. Rappelles toi la promesse que je t’ai fait ma chérie. C’était notre secret. Ca le sera toujours.
Je crois qu’un sentiment comme l’amour est capable de traverser les siècles. Nous nous retrouverons, pas dans cette vie, mais dans la prochaine.
A ton réveil, tu ne me retrouveras pas, ils auront tout fait disparaître. Il ne te restera que cette lettre que Marianne t’aura remise.
Surtout n’oublie jamais les trois mots que j’aimais te murmurer au creux de l’oreille pendant ton sommeil. Je t’aime.
Je dois te laisser sur ces mots Amy.
Merci pour ces moments de bonheur trop court partagés. Six mois avec toi ont un certain goût d’éternité.

Ton Ryan.


*********************************************************


Une image. Puis une autre image. Et encore une autre défilait sur le rétro-projecteur du sous sol du FBI.
-Mulder … Je ne vois vraiment pas où tu veux en venir. Elle laissa passer un temps de pause. Ni en quoi cette affaire nous concerne…
-Scully … Scully ! Ne me dis pas que tu ne vois vraiment rien ?
Sa voix était remplie d’ironie. Cela faisait 7 ans qu’ils jouaient à ce petit jeu. Lui exposait sa théorie et elle le contre-disait, preuves scientifiques a l’appui.
- D’accord Mulder. Qu’est-ce que Je devrais voir ?
Sourire aux lèvres, il appuya sur le bouton de la télécommande. Une autre image apparut. Horrible. Révulsante. Dégoûtante. Un cadavre humain. Une jeune femme. Vingt-cinq ans à peine.
Aucune parole ne fut prononcée durant plusieurs secondes. Ils respectèrent en silence la souffrance qu’avait du endurer cette femme. Cette photo avait quelque chose d’étrangement … familier. Mulder remarqua le trouble de Scully.

- Elle m’a donné la même impression.
- Mais … Mais enfin Mulder qui est-ce ?
- Emily Johnson, 24 ans, elle étudiait la médecine a Quantico.
- Cause de la mort ?
- Ca c’est ton boulot Scully ! Le docteur Shepard t’attend.
- Très bien. Je te téléphone dès que Je sais.
- Pendant ce temps, Je vais interroger son mari.
Mulder attrapa leurs manteaux et tendis le sien a Scully. Il referma machinalement la porte des x files. Il posa affectueusement sa main sur le dos de Scully, comme pour lui montrer qu’il était toujours là pour elle.


Arrivée à Quantico, Scully demanda à voir le docteur Shepard. La secrétaire l’informa qu’elle était déjà à la morgue et qu’elle l’attendait depuis plus d’une heure. Elle insista sur ces derniers mots. Scully se dépêcha, elle n’aimait pas faire mauvaise impression. Surtout quand il s’agissait de son travail. Après avoir descendu trois étages et traversé une dizaine de couloirs, elle arriva enfin devant la porte de la morgue. Elle poussa celle-ci et se trouva devant le docteur Kate Shepard, jeune médecin légiste.

- Bonjour, Je suis l’agent spécial Dana Scully. Je suis là pour pratiquer l’autopsie.
- Enchantée, moi c’est Kate. Vous avez besoin de quelque chose ?
- Non-merci c’est gentil.
- Appelez-moi au besoin.
Scully se muni de son équipement et sorti le corps du tiroir. Elle alluma le magnétophone et commença à parler :
« Emily Johnson. 24 ans. Etudiante en médecine. Présence de différents hématomes aux poignets et aux chevilles. Elle a du être ligotée à l’aide de cordes. Apparemment elle n’aurait pas été violée. Je commence l’examen complet. »



Pendant ce temps, Mulder se garait devant la maison de Geoffrey Johnson, le mari d’Emily. Il sonna trois fois a la porte. Personne. Il inspecta les environs de la maison et ne vit rien de suspect. Soudain, il entendit une voiture se parquer sur le trottoir. C’était Geoffrey. Il vint à sa rencontre.
- Bonjour monsieur Johnson, Je suis l’agent spécial Fox Mulder du FBI. J’aimerais vous poser quelques questions.
- Je n’ai pas beaucoup de temps a vous accorder.
- Juste quelques questions. Son ton se voulait insistant.
- Allons à l’intérieur alors.
Johnson invita Mulder à s’asseoir sur le canapé. - Très bien monsieur Mulder. Que voulez-vous savoir ?
- On a retrouvé votre femme morte dans son lit, est-ce bien exacte ?
- Oui, Je travaillais hier soir et quand je suis rentré ce matin, elle était allongée, inerte.
- Savez-vous où elle était hier soir ?
- Non … Non. Normalement elle devait rester a la maison … Seule.
- Qu’est-ce qui vous fait croire qu’elle n’était pas seule ?
- Je … Je ne sais pas. Je ne comprends pas pour tout vous avouez. Ces derniers temps, elle était devenue plus distante. Elle avait constamment l’air ailleurs. Ca fait tellement longtemps que je ne l’ai plus touchée vous savez…
- Vous croyez qu’elle voyait quelqu’un d’autre ?
- C’est possible. Pourtant Je pensais avoir fait un beau mariage. Je pensais qu’elle était heureuse.
- Je suis sur qu’elle était. Merci pour tout monsieur Johnson. Si vous vous rappelez de quoique ce soit, appelez moi.
Il lui tendit sa carte de visite du FBI.
- Au revoir agent Mulder.

Aussitôt qu’il eut quitté le domicile d’Emily et Geoffrey, Il appela Scully. Elle décrocha a la deuxième sonnerie.
- Scully.
- Scully, C’est moi. Tu as les résultats de l’autopsie ?
- Oui je viens de la terminer. Elle était atteinte d’une maladie incurable Mulder, et elle le savait.
- Laquelle ?
- Son cancer était en stade terminal.
- Et les causes de la mort ?
- Mulder …
- Je sais ou tu veux en venir Scully, Mais elle ne s’est pas suicidée ! Comment tu expliques les traces sur ces poignets et ses chevilles ?
- Juste avant de mourir, elle a eu des rapports sexuels Mulder c’est tout.
- Avec qui ? Parce que son mari m’a dit qu’il ne l’avait plus touché depuis très longtemps.
- Je ne sais pas alors. Je peux lancer une recherche ADN mais il me faut un suspect pour pouvoir comparé.
- Le problème c’est que je n’en ai aucune idée. On n’a rien sur elle Scully. On peut aller faire un tour là où elle étudiait peut être ?
- Mulder le problème c’est que ce n’est plus une affaire. Elle est classée.
- Mais c’est stupide on a même arrêter le meurtrier !
- Fais pas l’entêter Mulder ! Il n’y pas d’assassin vu qu’il n’y a même pas eu meurtre !
- Scully combien de fois je me suis trompé depuis qu’on travaille ensemble ?
- Tu vas pas me ressortir cette phrase là Mulder ! Il faut bien une première à tout.
- Fais-moi confiance. Je te demande juste 48 heures avant de remettre ton rapport…
- Tu as 24 heures Mulder. Et ne me fais pas changer d’avis !
- Merci, tu ne le regretteras pas ..

Mais elle avait déjà raccroché. Il sourit à l’idée qu’il arriverait toujours a la convaincre.
Il décida de se rendre à l’université de Quantico pour interroger les proches d’Emily.
La seule personne vraiment intéressante qu’il rencontra là-bas fut Lara, la meilleure amie de la victime. Il avait déjà sonné deux fois a la porte quand une jeune femme brune vint lui ouvrir. Elle eut l’air surprise en le voyant.

- Oh mon dieu ! Ryan ?! [/color]


Dernière édition par le Dim 13 Aoû - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   Mar 1 Aoû - 22:29

Il décida de se rendre à l’université de Quantico pour interroger les proches d’Emily.
La seule personne vraiment intéressante qu’il rencontra là-bas fut Lara, la meilleure amie de la victime. Il avait déjà sonné deux fois a la porte quand une jeune femme brune vint lui ouvrir. Elle eut l’air surprise en le voyant.

- Oh mon dieu ! Ryan ?
- Non excusez-moi mademoiselle, je m’appelle Fox Mulder, J’appartiens au FBI.
- Non c’est pas possible ! Vous lui ressemblez tant vous savez… Avec quelques années de moins. Désolé, Je ne sais pas comment j’ai pu croire que vous étiez lui.
Elle s’assit et se pris la tète entre ses mains. Signe d’incompréhension. Mulder s’installa à ses côtés et posa délicatement se main sur son épaule. Elle se mit a sangloter. Mulder commença réellement a se sentir de trop. Néanmoins c’était son travail. Il imagina que cette femme avait déjà du beaucoup souffrir dans la vie. Il ne voulu pas trop la brusquer. Ce fut elle qui entama la conversation.
- Vous croyez aux « impressions de déjà-vu » agent Mulder ?
- Il ne faut pas me poser ce genre de questions. Je suis prêt a croire en tout.
- Je fais un travail sur les vies antérieurs pour le compte d’en éditeur.
- Et en quoi consiste votre travail ?
- Je crois que les âmes ne meurent jamais. Elles sont prisonnières du temps. Et quand elles en ont l’occasion, elles prennent possession de l’un de nos corps. C’est la seule chose qui nous rend humain agent Mulder. Vous voyez où je veux en venir ?
Elle se servit une tasse de café et en proposa une a son invité. Il refusa. Elle poursuivit son récit.
- L’amour. Ce sont nos âmes qui tombent amoureuses. L’amour subsiste toujours. Je crois que deux personnes qui se sont aimées forts, deux âmes sœurs diront certains, savent se retrouver même dans la mort.
- Comment comptez-vous prouvez ça ?
- Je ne parle pas prouvez quoique ce soit agent Mulder.
- Vous écrivez un roman ?
- Non. J’ai des faits bien-sûr mais ce ne sont toujours que des suppositions. Je ne peux affirmer de telles choses. Me croira qui voudra.
- Sur quoi vous basez-vous pour confirmer vos dires ?
- Je vous en ai déjà trop dit Agent Mulder. Vous étiez venu me parler d’Emily ?
- Oui. J’avais quelques questions a son sujet. Comment était-elle dans la vie ? Nous ne savons vraiment rien sur elle.
- Elle était plutôt du genre à toujours faire passer les autres avant elle. Elle voulait tellement le bonheur de tout le monde, qu’elle en oubliait presque de vivre.
- Elle était au courant de son cancer ?
- Oui et elle acceptait très bien sa mort vous savez. Elle disait que dieu la rappelait à ses côtés mais qu’il ne fallait pas s’inquiéter, elle ne craignait rien.
- Vous dites qu’elle s’occupait beaucoup des autres, mais que faisait-elle ?
- Quand elle n’étudiait pas ses cours et quand elle ne devait pas s’occuper de sa maison. Elle travaillait pour le compte d’une famille. Mais personne ne le savait à part moi.
- Elle était comme une jeune fille au pair vous voulez dire ?
- Oui. La femme était malade et elle s’occupait d’elle et de la maison.
- De quelle famille s’agit-il ?
- Les Dogard. Ils habitent un peu plus haut.
- Merci. Et vous savez s’ils avaient des raisons de lui faire du mal ?
- Non. Bien-sûr que non. Tout le monde aimait Emily agent Mulder !
- Oui j’ai cru comprendre. Tenez ma carte. Juste au cas ou. Au revoir Lara.
- A très bientôt agent Mulder. Plus vite que vous ne le croyez... Mais elle prononça ces mots tellement bas que Mulder ne les entendit pas.

Mulder passa à son bureau pour chercher l’adresse des Dogard. Il fut d’étonné de ne pas y trouver Scully. Elle qui travaillait tout le temps. Enfin Elle était sûrement rentrée, après tout elle avait le droit d’avoir une vie, elle … Il alluma son ordinateur et imprima les renseignements dont il avait besoin.

Il roulait depuis plus d’une heure quand il aperçut un domaine. Ce bâtiment paraissait lugubre. Il donnait la chair de poule a Mulder. Comment ces gens pouvaient-ils habiter là dedans ? Une énorme grille faisait le tour de la propriété. Elle était recouverte de rouille. En d’autres circonstances, Mulder aurait sûrement emmené Scully chasser les fantômes ici.
Dehors, il pleuvait à cordes. Les stations de météo avaient probablement déconseillé aux gens de mettre les nez à l’extérieur. Il ouvrit sa portière et courut vers la porte d’entrée. Il sonna. A sa grande surprise, On vint lui ouvrir a la première sonnerie.

- Bonjour, Je suis l’agent Mulder, Du FBI. Je peux entrer ?
Il fallait crier pour se faire entendre. La pluie tapait contre les vitres. L’homme le fit entrer.
- Je peux savoir ce que le FBI me veut ?
- Nous enquêtons sur la mort d’Emily Johnson. Je crois qu’elle travaillait pour vous non ?
- Elle … Elle est morte ?
- Oui, hier soir
- Et comment est elle morte ?
- On ne sait pas encore.
Mensonge.
- Je peux faire quelque chose pour vous aider ?
- Elle travaillait pour vous ?
- Oui. Enfin surtout pour mon père. Il l’avait engager pour qu’elle s’occupe de ma femme mourante. Elle était si gentille avec elle.
- Vous ne savez pas si quelqu’un avait des raisons de lui en vouloir ?
- Non. Tout le monde l’aimait.
Mensonge.
- Vous l’avez vue quand pour la dernière fois ?
- Hier. Elle était là toute la journée. Elle est partie vers 18heures, comme tous les jours.
- Et où allait-elle après ?
- Chez elle je crois. Elle était mariée vous savez. Et elle étudiait la médecine. Parfois je la voyais réciter ses cours ici. Une fois, elle a même réanimé ma femme, elle lui a sauvé la vie. Elle était vouée à un avenir très prometteur.
- Je ne comprends pas… Son mari était avocat. Elle ne manquait de rien et n’avait pas besoin d’argent. Alors pourquoi travaillait-elle ici ?
- Je me suis toujours posé cette question. Je ne sais pas. C’était comme si quelque chose l’attirait ici. Elle voulait être engagée, coûte que coûte.
- Merci pour votre aide monsieur Dogard.
Il se serrèrent la main.

Une fois qu’il fut dans sa voiture il regarda l’heure. 2H09. Il décida de se rendre chez la seule personne qui l’écouterait. Une fois de plus, il allait la déranger. Il s’en voulut d’avance.

2h09. Scully se demanda où pouvait bien être Mulder à cet instant précis. Il fallait toujours qu’il mette son nez là il ne devrait pas. Et à chaque fois, elle le couvrait. Bien sûr, ça, ça ne lui posait aucun problème, mais elle s’inquiétait énormément pour lui. Elle n’en dormait plus de la nuit. Elle venait enfin de trouver le sommeil, quand elle entendit quelqu’un toquer à la porte. Elle se leva et mit son peignoir. Lorsque qu’elle vit Mulder sur la seuil de sa porte, complètement trempé, ça ne l’étonna pas.

- Mulder, Il est 3heures du matin. Elle s’appuya contre la porte. Elle était exténuée de sa journée de travail.
- Dis-moi Scully, Tu crois en l’amour éternel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   Mar 1 Aoû - 22:30

2h09. Scully se demanda où pouvait bien être Mulder à cet instant précis. Il fallait toujours qu’il mette son nez là il ne devrait pas. Et à chaque fois, elle le couvrait. Bien sûr, ça, ça ne lui posait aucun problème, mais elle s’inquiétait énormément pour lui. Elle n’en dormait plus de la nuit. Elle venait enfin de trouver le sommeil, quand elle entendit quelqu’un toquer à la porte. Elle se leva et mit son peignoir. Lorsque qu’elle vit Mulder sur la seuil de sa porte, complètement trempé, elle ne fut pas surprise.
- Mulder, Il est 3heures du matin. Elle s’appuya contre la porte. Elle était exténuée de sa journée de travail.
- Dis-moi Scully, Tu crois en l’amour éternel ?
- Je te demande pardon Mulder ?!
- Réponds à ma question s’il te plait Scully. J’ai besoin de savoir.
- Pourquoi ?
- Je ne sais pas. Pourquoi pas ? On n’a jamais abordé ce sujet toi et moi.
- C’est en rapport avec Emily et son mari ?
- Non pas exactement.
- Mulder en temps normal, j’aurais aimé continuer à te poser des questions et tu m’aurais mené sur la bonne voix mais là je suis vraiment fatiguée.
- J’ai parlé à la meilleure amie d’Emily et elle a une théorie plutôt … intéressante là dessus.
- C’est vraiment nécessaire d’en parler en plein milieu de la nuit Mulder ?
- Je n’avais personne d’autre à qui en parler.
Elle allait craquer. S’ils jouaient le jeu de la franchise, elle allait finir par craquer. Jamais ils ne s’étaient aventurés sur ce terrain. Trop dangereux.
Il la regarda droit dans les yeux.

- Aurais-je le droit d’emmener l’agent Scully boire un café ?
- Mulder …
- Je sais bien que tu penses que c’est un suicide Scully ! Mais j’aimerais au moins pouvoir te faire part de ma théorie.
Elle céda.
- Je m’habille.
Il sourit.
- Merci Sculy…
- Reste pas là Mulder. T’es trempé. Tu peux m’attendre dans la cuisine.
Il entra dans la cuisine. Il se retourna en entendant la voix de Scully. Elle était accostée à l’embarrure de la porte de sa chambre.
- Si tu étais vraiment venu uniquement pour me parler de l’enquête, tu aurais attendu 5heures de plus et tu l’aurais fait au FBI Mulder.
Contente de sa phrase, elle laissa Mulder seul cogiter la dessus. Lui, n’en revenait pas. Qu’avait-elle voulut lui dire par-là ? Il commençait sérieusement à se demander quelles étaient ses motivations. Scully occupait une place si importante dans sa vie. Quand il ne travaillait pas, il passait le plus clair de son temps en se compagnie. Mais d’un autre côté, il tenait à leur amitié plus que tout au monde. Il pourrait mourir pour elle. Il se dit qu’un jour ils seraient bien obligés de voir la vérité en face. Ce sont les pas de Scully qui le tira de sa rêverie.
- Alors on va où Mulder ?
- Au café au coin de ta rue. Je ne serai pas long.
Elle attrapa ses clés et sa veste et ferma la porte a double tour.
Quand ils arrivèrent au café, la pluie venait de laisser place à une accalmie. Ils s’assirent sur une table au fond. Discrets comme toujours.

- Alors Mulder. Je t’écoute.
- Je crois que Emily savait quelque chose. Et que c’est pour ça qu’on la tuée.
- Et que savait-elle d’après toi Mulder ?
- Elle était la meilleure amie de Lara, qui écrivait un livre sur les vies antérieures, je crois qu’elle l’aidait à rassembler des preuves.
- Des preuves de quoi ?
- Des preuves que … L’amour ne meurt jamais. Que si deux êtres s’aiment assez fort, ils se retrouveront dans leur prochaine vie. Ce sont nos âmes qui tombent amoureuses, hors si on l’en croit Lara, les âmes sont prisonnières du temps.
- Mulder ne me dis pas que tu es sérieux ? C’est … complètement stupide !
- Allé Scully je veux bien comprendre que tu ne crois pas aux fantômes ou aux papillons géants mais à l’amour …
- D’accord, admettons que tu dises vrai. Emily essayerait de prouver ce que Lara dit. Mais comment ?
- Je crois que tout est lié à la famille Dogard. Elle y travaillait. Quand j’y suis allé, j’ai ressenti une drôle d’impression. Comme si je connaissais déjà ce lieu.
- On devrait peut être y retourner.
Son visage s’illumina. Durant ce moment plus rien d’autre n’existait. Elle avait envie de prendre des risques.
- Scully tu sais qu’on risque gros ?
- Je paie ou tu paies ?

Pendant ce temps, sur le trottoir d’en face, un gobelet a la main, un homme observait deux personnes discuter.
Un cliché. Deux clichés. Trois clichés.
Sur le premier on pouvait observer un homme et une femme assis face à face dans un café. Elle avait posé ces mains sur celui de son ami. Ses cheveux roux étaient magnifique. Lui, il lui offrait un sourire. Mais ce qui avait l’avait le plus frappé c’était leur regard. La manière dont ils se regardaient. Il les avait reconnu tout de suite. C’était eux.
Il pris un marqueur qu’il avait posé sur le siège arrière et griffonna quelques mots dessus.
Il sortit son téléphone de sa poche et composa rapidement un numéro.

- Lara c’est moi. J’ai ta preuve.

Le soleil venait de se lever sur Washington quand Mulder et Scully arrivèrent chez les Dogard. Ils garèrent la voiture sur un chemin abandonné pour ne pas se faire repérer. Le brouillard recouvrait entièrement la propriété. On aurait dit qu’ils se trouvaient face à une usine désaffectée. Ils n’y voyaient rien. Mulder prit Scully par la main et s’aventura le premier. Le chemin était parsemé de cailloux et de mauvaises herbes. Il trébucha à plusieurs reprises, mais a chaque fois, elle était là pour le rattraper. Une dizaine de minutes plus tard, ils purent enfin observer le domaine de plus près. Ils se trouvaient face à la grille d’entrer. Scully était a bout de souffle. Elle lâcha la main de son ami et s’accroupi pour reprendre son souffle. Mulder, lui, était déjà en train de chercher un moyen d’escalader la grille. Elle mesurait plus de dix mètres de haut et était d’un métal entièrement rongé par la rouille.
- Tu n’as qu’à me faire la courte échelle Mulder.
Il se retourna et la vit. A bout de souffle mais toujours aussi déterminée.
- Scully, je ne veux pas te laisser y aller la première. Imagine que je ne sache pas te rejoindre après, tu serais seule. Je ne veux surtout pas prendre ce risque.
- Je suis une grande fille maintenant tu sais Mulder !
Il n’eut pas le temps du lui répondre qu’elle était déjà postée devant la grille prête à escalader.
Ce fut après de nombreuses cascades désastreuses que Mulder et Scully se retrouvèrent de l’autre côté de la barrière. Ils venaient d’entrer par effraction chez leurs principaux suspects. Ils risquaient gros. Mais pour l’instant, ils ne pensaient pas aux conséquences. Il fallait agir vite. Mulder sortit une épingle à sûreté de sa poche, et avec une étonnante habilité, crocheta la serrure. Ils montèrent à l’étage sans faire de bruit. Les Dogard étaient partit tôt ce matin, mais on ne savait jamais, il fallait tout de même rester prudent. Ils poussèrent la porte d’une chambre, sûrement celle du fils Dogard. La porte grinça puis s’ouvrit. Ils en restèrent bouche bée. Ils étaient déjà venus ici ! Ils en étaient certains. Scully s’avança vers la table de nuit et l’effleura du bout des doigts. Elle frissonna. Mulder se posta juste derrière elle. Elle pris sa main dans la sienne…
Une impression de vertige. Une lumière vive. Puis enfin elle parvint à distinguer des voix.

- Non arrête Ryan, on va se faire pendre…
La phrase fut étouffée par des rires répétés.
- Mon amour, Je t’aime.
- Huuum mais tu sais bien que moi aussi. Mais ce n’est pas une raison pour que tu te fasses viré !
Ils s’embrassèrent.

Scully ne comprenait rien. D’où venait ses voix ?
Tout d’un coup, les images apparurent. D’abord confuses et imprécises puis de plus en plus net.

Cet homme, ce Ryan c’était Mulder ! Mais avait qui était-il ? Quand elle pu enfin distinguer le visage de la femme, elle ne compris plus rien. Ce n’était pas possible !
Un bruit sourd. Elle était de nouveau dans cette chambre. Elle lâcha la main de Mulder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   Mar 1 Aoû - 22:30

Un bruit sourd. Elle était de nouveau dans cette chambre. Elle lâcha la main de Mulder.


Il cherchait désespérément à capter son regard. Où étaient passés ses yeux bleu azur ? Il posa sa main sur son menton pour lui relever la tête.
-Scully ? Scully tu m’entends ?
Mais elle était déjà loin. L’inquiétude pris possession de lui. Il décida de l’allongée sur le lit. Il lui enleva ses chaussures et déposa la couverture sur sa partenaire. Tous ces gestes se faisait en douceur. Comme s’il avait peur de l’abîmer. Apres de longues minutes d’attente, il la sentit revenir a la surface de la terre. Elle avait l’air à des années lumières d’ici.
- Mon dieu Mulder ! Que s’est-il passé ?
Elle s’était brusquement soulevée pour arriver à la hauteur de Mulder, assis sur le lit.
Il resta silencieux.

- Que s’est-il passé dans cette chambre ?
Elle avait haussé le ton.
- Scully, bon sang calme toi !
Sa respiration était redevenue normale. Moins saccadée.
- Tu l’as vu ?
Elle chercha désespérément une réponse dans l’attitude de Mulder. Il l’avait vu.
- Je peux savoir pourquoi tu ne me dis rien ?
- Je … Je l’ai vu.
Ce fut ses seules paroles.
Scully se leva précipitamment. La porte claqua à son passage. Les escaliers craquèrent. Leur discrétion venait de s’évanouir. Mulder mit quelques secondes à réaliser que Scully était seule, impuissante, dehors. Il dévala à son tour les marches et claqua la porte d’entrée. Il l’aperçut enfin. Assise devant la grille. Des gouttes de pluie ruisselaient sur ses joues. Ce qui l’empêcha de distinguer ses larmes des gouttelettes d’eau. Il s’approcha lentement d’elle. Il hésita puis s’assit à ses côtés. Il posa la paume de sa main sur son épaule. Elle eut un temps de recul. Il déposa ensuite un baiser sur son front. Elle contesta. Elle ne voulait en aucun cas se montrer faible. D’ailleurs être faible qu’était-ce ? Elle n’en savait rien. Jamais elle ne s’abandonnait. Il ne mit pas longtemps a la maîtriser. Il la prit par la taille de manière à ce qu’elle s’appuie tout contre lui. Non seulement elle se laissa faire, mais elle posa sa tête contre son torse. Mulder caressait les cheveux de Scully. Ce simple geste l’apaisait.

- Je ne comprends pas Mulder.
- Moi non plus. Tu … Nous étions dans cette chambre à la recherche d’éventuels preuves quand tout d’un coup tout s’est évaporer pour laisser place à un autre espace temps.
- Un autre espace temps ?
- Tu l’as bien vu. Ces deux personne s’étaient … nous.
- Non, je veux bien avouer que la ressemblance était frappante mais de là a dire que c’est nous … Puis Tu as entendu son nom. Il s’appelait Ryan.
- La première fois que Lara m’a vu elle m’a appelé Ryan.
- Je ne vois pas où tu veux en venir… Tu ne penses tout de même pas qu’on s’est connu dans une autre vie ?
- T’as vu, tu lis dans mes pensées.
Elle se redressa. Ils étaient maintenant face à face. Scully était toujours bouleversée par ce qu’elle venait de vivre. Après tout, ça n’était pas tous les jours qu’une femme de science avait une vision. Une vision. Elle ne pouvait même pas concevoir que ça existait. Alors en avoir une !
- On devrait peut être aller refaire un tour chez cette Lara.
- Je crois qu’on est passé à côté de quelque chose. Tu n’as vraiment rien trouvé d’intéressant durant l’autopsie ?
- Je devrais pratiquer l’autopsie une deuxième fois d’après toi?
Il s’approcha d’elle. Murmura au creux de son oreille.
- T’as vu Scully, Tu me connais mieux que quiconque.
Il se dégagea de leur étreinte et se leva. Scully resta sur place. Elle ne concevait pas ce que venait de lui dire Mulder. Elle entendit sa voix au loin.
- Tu viens ?
- J’arrive .

Pendant le trajet personne ne parla. Ils ne surent pas si c’était par peur ou par honte. Cette enquête était devenue trop personnel au goût de Scully. Pourtant ils n’avaient plus le choix. Maintenant c’était trop tard pour faire demi-tour.

Le bâtiment était désert a cette heure. Ils descendirent a la morgue. Scully sortit le cadavre et commença a l’examiné. Mulder, lui, resta à l’écart. Il savait combien Scully tenait à ne pas être dérangée pendant qu’elle travaillait. Soudain, son sourcil se fronça. Mulder compris tout de suite que quelque chose n’allait pas. Il s’approcha.

- Qu’est-ce qu’il y a ?
- Regarde Mulder …
Emily était couchée sur le dos. Scully, à l’aide de son scalpel, venait de lui enlevée une couche de peau.
- Son dos était recouvert par d’une substance Mulder. Ca n’était pas sa peau que nous voyions. Attends que je l’enlève…
Elle tira d’un coup sec et tout s’arracha. Sur sa peau on pouvait lire « Find Mulder and Scully ».
- Oh mon dieu !
- Mais qu’est-ce que ça veut dire ?
- Je ne sais pas … mais apparemment cette affaire nous concerne plus que l’on aurait pu le penser.
- C’était quoi ça ?
Il désigna les morceaux à terre.
- Je ne sais pas. Regarde ici, il y a des traces de cicatrices. A mon avis quelqu’un a voulu cacher le fait qu’elle s’était faite mutilée. Parce qu’elle n’aurait jamais pu se faire ça elle-même.
- Je sais … J’ai l’impression qu’on passe à côté de quelque chose !
- En tout cas maintenant, il y a eu meurtre. Je vais donner mon rapport à Skinner aux premières heures ce matin.
- Il est déjà 7h30 !
- Je n’ai pas vu le temps passer...
- C’est ça quand on s’amuse Scully !
La porte de la morgue se referma derrière Mulder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   Mer 2 Aoû - 21:46

La porte de la morgue se referma derrière Mulder.

- Mulder attends ! Tu vas où ?
- Voir Skinner. C’est enquête est déjà allée trop loin.
- Tu comptes faire quoi après ?
- Je veux une commission rogatoire pour perquisitionner chez Lara.
- Mais on n’a rien contre elle je te signale !
- Non pas encore. Mais J’espère bien trouver quelque chose d’intéressant chez elle.
- Skinner ne te la donnera jamais !
Mulder l’attira à part. Ses lèvres ne se trouvaient plus qu’à quelques centimètres des siennes. Son regard glissa lentement vers sa main. Il agrippa son bras.
- Elle m’a appelé Ryan ! Tu n’as pas envie de savoir ce qui nous arrive ?
- Si, bien sûr que si… mais ça ne nous empêche pas de rester réaliste… Et d’utiliser des moyens un peu plus … légaux.
- Tu sais bien que j’ai raison. Tout est lié à cette Lara. Ca se pourrait même que ça soit elle qui ait commis ce meurtre.
- Quel serait son mobile ?
- Je ne sais pas… C’est justement ce que j’aimerais découvrir. Je ne comprends pas pourquoi … nous.
Une sonnerie les fit sursauter.
Elle relâcha son bras et sortit son portable de son sac.

- Scully.
- Agent Scully. Ici le directeur adjoint Skinner. L’agent Mulder est avec vous ?
- Oui. Nous sommes à la morgue.
- A la morgue ? Pour faire quoi ?
- Je viens de finir l’autopsie d’Emily Johnson. Et elle a bien été assassinée, monsieur.
- Vous avez un suspect ?
Elle chercha une réponse dans l’expression de Mulder. Hésita puis se décida enfin.
- Oui. La meilleure amie d’Emily : Lara.
- Et qu’avez-vous pour la suspecter ?
- Justement. Nous ne sommes pas encore sûr. Mais nous avons absolument besoin d’une commission rogatoire pour pouvoir perquisitionner.
- Agent Scully … Sans preuves je ne peux pas en obtenir une, vous le savez.
- Combien de fois on s’est trompée depuis qu’on collabore Mulder et moi ?
Mulder jeta un œil interrogatif à Scully. Elle venait de réutiliser sa phrase. Cette pensée fit tout de même naître un sourire sur son visage.
Elle entendit Skinner pester contre lui-même. Puis il leur donna son approbation. Scully raccrocha, fière d’avoir obtenu ce qu’elle désirait.

- On y va Mulder ?
- Très bien … Chef !
Elle feignit de le taper. Ils rigolèrent. Pendant un court instant ils avaient retrouvé leur tranquillité habituel.
A 9heures précises, Skinner leur avait faxé le bout de papier disant qu’ils avaient le droit de fouiller la maison de Lara Roberts.
A 10heures ils arrivaient devant le domicile de leur suspect.




Il frappèrent cinq coups a la porte. Personne. Mulder fit signe à ces hommes d’enfoncer la porte. Mulder et Scully pénètrèrent les premiers, talonnés par des agents du FBI.
Toutes les lumières étaient éteintes, ce qui donnait une impression lugubre a cette maison. Dans le vestibule, les meubles étaient tous d’une couleur sobre et uniforme. On aurait dit que la propriétaire de cette maison n’avait voulu qu’aucun sentiment ne sorte ou ne rentre ici. Elle devait vivre comme dans toutes ces films. Rien n’était permis. Rien qui sorte de l’ordinaire. On était comme tout le monde ou on était rien. Ce qui en soi était contradictoire, car être comme tout le monde, finalement n’était-ce pas être rien ? Cette femme, sans le savoir, était devenu tout ce qu’elle redoutait. Cette pensée fit frémir Scully. La cuisine, la salon et la salle manger étaient identiques. Tout était exactement similaire et symétrique. Mulder jeta un regard furtif à sa partenaire. Un clignement de paupières lui fit comprendre qu’elle tenait le coup.
Après deux heures de travail acharné, ils avaient fouillé le bas et tout l’étage. Mulder se risqua à descendre à la cave. Il sentait que quelque chose n’allait pas. Scully, intriguée, l’accompagna. Une fois toutes les marches descendues il tâta le mur à la recherche d’un interrupteur. Tout s’éclaira. Ils n’en crurent pas leurs yeux. Lara avait transformé sa cave en laboratoire de photographie. Elle y développait ses photos. Ils firent deux pas en avant et se trouvèrent juste devant son plan de travail. Des dizaines. Des centaines de photos. Sur toutes, sans aucune exception, on pouvait voir Mulder et Scully. Sous l’effet de la colère, Scully en arracha une. On les voyait, elle et Mulder, assise sur une botte de terre, devant la propriété des Dogard. Elle pleurait et Mulder la réconfortait. Ce simple cliché représentait à lui tout seul leurs sept années de partenariat. Elle lâcha le négatif et il alla se perdre en dessous de l’escalier. Scully sentit les larmes rouler le long de ses joues. De quel droit cette femme s’infiltrait-elle dans la vie des gens ? De quel droit …
En ce moment même, elle était complètement perdue. Elle était effrayé. Jusqu’où pouvait-on aller par perversion ? Car pour elle, il n’y avait plus de doutes possible, cette personne était une psychopathe. Mulder, qui n’avait pas perdu une seconde de la scène, vint lentement murmurer au creux de l’oreille de son amie que tout serait très bientôt fini.

- Je te le promets Scully…
Délicatement, il entrelaça ses doigts à ceux de Scully.
Une impression de vertige. Une lumière vive. La confusion totale. Comme la première fois elle put clairement distinguer les voix après quelques minutes.

- Ma chérie, je ne comprends pas ! Pourquoi doit-on toujours se cacher ?
- Tu le sais bien Ryan ! Si mon père venait à le découvrir tu sais très bien qu’il nous tuerait !
- Tu trouves vraiment que c’est une vie ça ? On est constamment en train de se cacher ! Ca fait 4 mois que ma vie a pris un sens grâce à toi, et toi … toi on dirait que ça te va très bien de vivre comme ça.
- Mais comment tu peux me dire une chose pareille ? Tu sais très bien que si ça ne dépendait que de moi on vivrait déjà ensemble. Ryan, Je suis aussi malheureuse que toi quand tu es loin de moi. Et je trouve ça injuste qu’on ait pas le droit d’être ensemble…
Elle se blottit contre lui. Il déposa un baiser sur ses cheveux. Ils essayaient désespérément d’être heureux. Une larme roula le long de sa joue. Elle la fit aussitôt disparaître. Leurs regards se croisèrent et ils s’embrassèrent. Ce fut le premier d’une longue lignée de baisers. Il l’attira contre lui. Elle enroula ses jambes autour de sa taille. Il la fit basculer sur le lit. Ils s’embrassèrent encore et encore durant toute la nuit. Ils se prouvèrent que leur amour était magique. Cette nuit était leur nuit. On pouvait peut être les empêcher de montrer leur amour aux autres. Mais personne ne pourrait jamais les empêcher de se prouver leur amour, loin des autres.


Une déchirure. Un cri. Un bruit.
Elle desserra sa main de celle de Mulder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   Ven 4 Aoû - 1:47

Une déchirure. Un cri. Un bruit.
Elle desserra sa main de celle de Mulder.


- Mulder, quelle heure est-il ?
Il jeta un rapide coup d’œil à sa montre.
- Il est passé 21heures. Ca fait presque douze heures que nous sommes ici …
- Mais … Que s’est-il passé ?
- La prochaine fois qu’on fait l’amour, préviens moi, que je sois plus présent !
- Je te demande pardon Mulder ?
- Tu l’as vécu tout comme moi je présume ?
- De un Mulder je n’ai rien « vécu ». Je veux bien avouer avoir « vu » mais rien de plus.
- Scully… J’y crois pas.
- Mulder tu crois en tout. Il y a pas plus naïf que toi !
- Moi naïf ? Tu plaisantes j’espère…
- J’ai vraiment l’air de rire? Je viens de passer dix heures à faire un espèce de rêve et maintenant je me réveille ici dans cette cave !
- Un rêve Scully ? Tu dois être au courant que les rêves ne sont rien d’autres que nos désirs et nos pulsions refoulées …
- Un mot de plus et je t’enferme dans ce sous-sol !
Il lui tourna le dos. Il valait mieux ne pas la contrarier dans ce genre de situation. Elle aimait prendre les choses en main. Elle aimait garder le contrôle. Toujours se montrer forte.
Il faisait les cents pas. Il détestait tourner en rond. Son regard s’accrocha à un tableau accroché au mur. Dessus était peint une jeune femme avec un homme. On les voyait couché sur un lit. Ils souriaient. Ce qui dérangeaient Mulder ce n’était pas tant la peinture en elle-même mais bien le cadre. Il était légèrement incliné. Quelqu’un l’avait déplacé. C’est avec une Scully attentive mais amusée qu’il bougea la toile. Elle était grande et lourde. Il la posa au sol et remarqua qu’il y avait un renfoncement dans le mur. Une pierre était posée devant pour cacher le trou. Il la déplaça et quand il vit l’objet, il s’arrêta net.

- Scully, viens voir !
- Qu’est-ce qu’il y a encore ?
- Regarde.
Il lui montra le couteau. Il était tâché de sang. Le sang était encore relativement récent. Il n’avait pas encore séché. Mulder sortit un sac plastique et le glissa dedans. Il le tendit à Scully. Elle l’examina.
- Ca pourrait être l’arme du crime d’après toi ?
- Je crois. Le sang doit être la depuis 48heures, pas plus. Hors Emily a été tuée il y a moins de 48heures. Donc ça colle.
- On a l’arme du crime, mais toujours pas de mobile.
- J’appelle Skinner pour lui dire de lancer un avis de recherche.
Une heure plus tard, un avis de recherche au nom de Lara Roberts était diffusé partout. Dans les journaux télévisés. Dans la presse écrire. Sur les panneaux publiques.
- Allé viens Scully. Je crois qu’on a passé assez de temps ici. Je te ramène chez toi.
- Merci.
Pendant le trajet, personne ne parla. Le silence occupa toute la place. Ils réfléchissaient chacun de leur côté. Ils ne l’avoueraient jamais mais cette nuit avait été une des plus belles qu’ils avaient vécu. Ils avaient pu ressentir chaque émotion. Frissonner à chaque geste. Sentir l’amour. Leur amour. Leur amour ? Cette idée résonna dans leur esprit.
Ils arrivèrent devant l’immeuble de Scully. Elle remercia Mulder, défit sa ceinture et sortit. La fenêtre était restée ouverte. Mulder en profitant pour crier

- On ne pourra pas éternellement faire semblant Scully !
Elle se stoppa net. Avait-elle bien entendu ? Le temps qu’elle se retourne il avait déjà fait demi-tour et embarqué sur la route principale.
Une fois arrivée à son appartement, Elle enleva ses chaussures, posa sa veste au porte manteau. Enleva ses vêtements trempés et entra dans la douche. Elle en ressortit une heure plus tard. Elle avait pris une longue douche. Le martèlement de l’eau sur sa peau avait calmé le trop plein de tensions accumulées ces derniers jours. Elle se prépara une tisane et s’installa dans son fauteuil. Elle songea à ces derniers jours. Ils avaient été riche en émotions. Trop riche. Mulder et elle s’était rapprochés. Trop rapprochés. Elle avait peur du tournant que prenait les choses. Ils venaient a peine de se quitter et pourtant elle pensait déjà a lui. Elle ne cessait jamais de penser a lui. Cet homme qui était son partenaire. Son ami. Son complice. Son amant ? Ce mot l’avait à peine effleurée. Et pourtant. Et pourtant … C’était devenu une obsession. Une quête. Leur quête de la vérité. Mais certains soirs, elle se disait que cette vérité était peut être tout autre. Et beaucoup plus proche d’eux qu’ils ne le pensaient. Ces pensées étaient confuses ce soir. Non seulement cette enquête était compliquée, mais en plus elle mettait leurs sentiments a jour. Et si cette femme était parvenue à découvrir ce qui se cachait au plus profond d'eux? Elle redoutait que ses sentiments soient mis a nus pourtant c’était ce qu’elle désirait le plus au monde…
Elle mit une couverture sur elle et alluma la télévision. Les images la bercèrent et le sommeil l’emporta rapidement.
Mulder rentra chez lui. Il se déshabilla et se changea. Il alluma la télévision et s’affala directement sur son canapé. Il s’endormit aussitôt.
1h17.
Il sentit une odeur étrangement familière. Il l’avait tout de suite reconnue. C’était son parfum.
Il ouvrit les paupières. Il entendit la télévision.
« En ce 09 Novembre, nous fêtons les dix ans de la chute du mur de Berlin. Nous avons ici avec nous, une homme qui a assisté a cet évènement … » Mais les mots étaient déjà loin. Il sentait que le temps était en train de s’évaporer lentement tout autour de lui …
1h17.
Elle sentit comme une caresse sur son bras. Elle savait qu’il était là. Elle ouvrit les yeux. Elle perçut des sons, au loin.
« En ce 09 Novembre, nous fêtons les dix ans de la chute du mur de Berlin. Nous avons ici avec nous, une homme qui a assisté a cet évènement … » Mais elle n’appartenait déjà plus à cette espace temps …


- Tu es sûre que c’est une bonne idée de venir ici ?
Ils marchaient, main dans la main. Elle était vêtue d’une petite jupe bleu a volant et lui d’un bermuda avec un t-shirt bleu marine. Ils respiraient le bonheur. Ils dégageaient la joie de vivre tout autour d’eux.
- Oui, ne t’inquiète pas mon amour, Marc est en voyage d’affaire en Hongrie. Il ne revient pas avant la semaine prochaine.
- Mais imagine que quelqu’un nous croise et qu’il nous reco…
Mais elle ne lui laissa pas le temps d’achever sa phrase. Elle l’embrassa pour le faire taire.
Tout d’un coup, ils entendirent un bruit sourd. Une bruit lointain, percutant. Ils levèrent les yeux. Ce qu’ils étaient en train de voir était impensable. Inimaginable. Une statue. Cette statue se balançait dans les airs. Cela faisait plus de vingt ans qu’ils rêvaient de ce moment. Il était devenu réalité. C’était fini. Tout était fini pour de bon. Cela faisait déjà quelques temps que tout était terminé, mais l’abolition de cette statue était leur symbole de liberté. Etre libre.
Lénine venait définitivement de quitter leur pays.
Ils sourirent. Ils souriaient toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   Ven 4 Aoû - 22:08

Il se réveilla en sursaut. Son front était humide. Il avait chaud. Venait-il d’avoir une autre vision ? Ou avait-il tout simplement rêvé ? C’était la première fois que ça lui arrivait sans Scully. Néanmoins, tout lui avait semblé si réel. Si mystérieux. Si magique. Ces moments il les avait vécu. Plus aucun doute n’était permis. Seulement Scully … Et la théorie de cette femme. Cela impliquerait que lui et Scully seraient des …âmes sœurs. Au fond de lui, il espérait tellement que ça soit vrai. Ces deux derniers jours avaient été les plus beaux qu’il lui ait été donné de vivre. A la télévision, le documentaire sur le 09 Novembre 1989 continuait. Ils enchaînaient témoignages sur témoignages. Les uns toujours plus poignant que les autres. Les images fusaient dans son esprit. Il se souvenait avoir vécu ces moments avec Scully. Si elle avait fait le même rêve, il n’y avait plus aucune place pour le hasard. Ils s’étaient connus dans une autre vie. Même plus, ils s’étaient aimés dans une autre vie. Ils avaient demeuré ensemble pendant la guerre froide. Ils étaient enfants de parents communistes. Ils aspiraient à la liberté. Ils ne voulaient pas d’un monde où le communisme serait seul maître. Ils rêvaient de pouvoir visiter le monde. Mulder se demanda s’ils en avaient eu l’occasion. C’est vrai après tout, il ne connaissait absolument pas l’histoire de ces deux personnes. Son histoire. Leur histoire. Il décrocha son téléphone et composa le numéro de Scully. L’horloge affichait 3h30.

Un éclat. Une exhortation.
C’était sa voix qu’elle entendait. C’était elle qui venait de crier. Elle avait fait un cauchemar éveillé. Une autre vision ? Elle s’était vue avec Mulder durant la chute du mur de Berlin. Ca lui avait semblé si réaliste. Démesurément réaliste. Parfaitement réaliste. Les images s’étaient mêlées avec une harmonie parfaite au monde réel. Quel monde réel ? Notre espace temps ou cet autre espace temps ? Elle était complètement perturbée et dépassée par les évènements. Le réveil indiquait 3h30. Elle frôla du bout des doigts le combiné de son téléphone. Son esprit vagabonda à nouveau vers cet homme. Vers cet hypothétique appel qu’il lui passerait. Dans un sursaut d’espoir ou de coïncidences, son portable sonna. Le numéro de son ami s’affichait sur l’écran.

- Mulder ?
Il laissa passer un court instant avant de répondre. Le fait d’entendre sa voix le calmait et l’apaisait déjà.
- Oui … Je … Je voulais juste savoir comment tu allais et si …
- Si je l’avais vu ?
- Scully, je ne sais plus quoi penser.
- Moi non plus. J’ai peur Mulder.
Avait-il bien compris ? Il ne répondit rien. Il préférait l’écouter.
- Mais que nous arrive-t-il ?
- Un phénomène paranormal.
- Tu voudrais dire qu’on est témoin d’une autre époque ?
- Pas seulement témoin. Je veux dire que, toi et moi, nous étions déjà ensemble à ce moment de l’histoire.
- « Déjà ensemble » ?
- Joue pas sur les mots Scully. Tu vois très bien ce que je veux dire.
- Non pas vraiment. Je ne crois pas a cette histoire d’âmes sœurs qui traversent le temps.
- Tu disais qu’il fallait le croire pour le voir. Mais quand tu le vois, tu es incapable de le croire. Tu as peur et je le comprends mais n’écarte aucunes possibilités.
- Et que doit-on faire ? J’ai peur de dormir maintenant. J’ai peur de fermer les yeux. Peur de me retrouver dans cette autre … monde. J’ai constamment peur Mulder.
- On va retrouver Lara. Elle va tout nous raconter. J’ai autant besoin que toi de comprendre. J’ai peur de me retrouver seul maintenant. Mais je crois que pour le moment la meilleure chose à faire est d’essayer de dormir un peu, malgré tout.
- On se voit demain matin au bureau alors.
- Bonne nuit Scully.
- Bonne nuit Mulder.
Ils restèrent encore un instant accrochés à l’appareil. L’ébauche d’un sourire se dessina sur leurs visages. Le repos les gagna rapidement.
Elle arriva à 8heures précises au FBI. Elle descendit directement aux bureau des affaires non-classées. Quand elle le vit assis a son bureau, ça ne l’étonna pas le moins du monde.

- Je croyais qu’on avait décidé d’essayer de dormir un peu Mulder …
Il releva la tête. Elle se trouvait juste devant lui. A quelques centimètres de son bureau.
- Mais j’ai dormis… Une demi heure je crois. Puis je suis venu ici pour réfléchir à tout ça.
Elle se rapprocha. Posa sa main sur son épaule. Ses moindres gestes se faisaient au ralenti. Il colla lentement sa tête contre son ventre. Elle était debout et lui était assis. Cette scène aurait pu être un tableau. Une magnifique peinture représentant deux amants torturés par leur amour inavoué. Une sonnerie de téléphone vint faire de l’ombre a cette représentation. Elle se détacha a regrets et décrocha. C’était le directeur adjoint Skinner.
- Agent Scully, J’aimerais vous voir toute de suite dans mon bureau avec l’agent Mulder.
- Que se passe-t-il ?
- On a retrouvé Lara Roberts. Elle est dans mon bureau et elle ne parlera qu’à vous et à personne d’autre.
- Très bien. Nous montons.
Elle déposa l’appareil et s’adressa a Mulder.
- Lara est dans son bureau. Elle veut nous parler.
Deux minutes plus tard, Skinner les faisait entrer dans son bureau. Lara était là. Menottée et assise devant le bureau du directeur adjoint.
- Où l’avait vous trouvée ?
- Agent Mulder. Veillez vous asseoir.
- Je ne m’asseirai pas avant qu’on me dise de quoi il s’agit !
- Elle s’est livrée d’elle même à la police en prétendant vouloir vous parler. Alors maintenant asseyiez-vous et écoutez ce qu’elle a à vous dire. A vous ainsi qu’à l’agent Scully.
Il s’exécutèrent. Mulder entama le premier.
- Alors pourquoi avoir tuer Emily ? Elle n’était pas votre meilleure amie ?
- Je vois que vous êtes toujours aussi impulsif mon cher Ryan.
Il serra les dents. Signe d’énervement. Il s’approcha d’elle.
- Au risque de me répéter, Je ne m’appelle pas Ryan !
- Vous ne vous appelez plus Ryan en effet. Pardonnez mon erreur.
- Pourquoi ? Pourquoi tout ça ?
- Parce que vous devez payer pour ce que vous avez fait.
Scully qui était restée silencieuse jusqu’à présent intervint.
- Et qu’avons nous fait ?
Lara se retourna et détailla Scully de haut en bas.
- Vous avez été égoïste, bien sûr.
- Egoïste en faisant quoi au juste, mademoiselle Roberts ?
- En vous aimant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   Mer 9 Aoû - 12:48

Pour la première fois depuis le début de cet interrogatoire, Skinner ne comprenait plus. Il les interrompit.
- Je suis vraiment le seul à ne pas comprendre ?
Mulder et Scully firent semblant de ne pas l’avoir entendu. Mulder perdit patience.
- En nous aimant ? Je ne comprends pas désolé.
- Oh mais si vous comprenez. Vous comprenez même trop bien.
- Que devrait-on comprendre ?
Scully s’était rapprochée d’elle en disant cette phrase. Elle avait pris le soin de délecter chaque syllabe.
- Oserais-tu affirmer que tu n’as pas eu ces visions ?
- Je …
Mais elle ne sut quoi répondre. Devait-elle mentir ? Ou dévoiler la vérité. Cette vérité qu’elle ne comprenait absolument pas. Cette vérité inconcevable. Cette vérité impérissable. Cette évidence. Ce sentiment refoulé. Il ne s’agissait plus d’une simple enquête mais d’eux. Ce eux que personne ne connaissait. Ce eux qu’ils ignoraient depuis près de sept ans. Le temps des mensonges était à présent résolu. Elle prit une profonde inspiration.
- J’aimerais sincèrement comprendre Lara.
- Et tu veux comprendre quoi ? Que ça va faire 15 ans que Je suis prisonnière du temps. Que je recherche la vengeance. Que je veux rendre justice. Tu as détruit ma vie Amy, et maintenant c’est moi qui paie a ta place. Tu trouves ça normal toi ?
- Et en quoi a-t-elle détruit votre vie ?
Mulder intervint.
- Elle a eu tout ce qu’elle voulait. Elle était belle. Belle à tomber. Nos parents la chérissait plus que tout au monde. Son mari l’aimait et était doté d’une immuable richesse. Elle était heureuse. Mais non, ça ne lui suffisait pas il a fallut qu’elle me prenne la seule chose a laquelle je tenais réellement. Ryan. Le destin a voulu que tu l’aimes elle. Elle. Toujours elle. Tout le monde aimait la belle et merveilleuse Amy.
- En quoi tout ça me concerne moi ? Je ne m’appelle Amy à ce que je sache.
- Vous ne comprenez toujours pas ? Je vous croyais plus intelligents que ça. Vous êtes Amy et Ryan. Ma sœur et l’homme que j’aimais. Ma sœur qui trompait son mari avec cet homme, mon homme. Et comme si cela ne suffisait pas, après votre mort, après ma propre mort, j’ai survécu. Pendant toutes ces années je cherchais le moyen de mourir. Pourquoi rêvez-vous tous d’immortalité ? Vous ne pouvez même plus apprécier les plaisirs. Comment jouir de la vie quand on sait pertinemment que celle-ci ne finira jamais ? On n’aime pas une chose qui dure. On ne sait pas en profiter. Vous prenez gout a la vie parce que vous savez qu’elle ne sera pas éternel. Que tout a une fin. Mais moi je rêve de cette fin. Cela fait plus de quinze ans que vous vous réincarné et à chaque fois je vous retrouve. Vous ne ferez pas exception a
- ma règle. Je vais vous tuez.
Aucun éclat de voix ne se fit entendre du côté de Mulder et Scully. Skinner se décida à briser ce silence plus que pensant.
- On va vous arrêter. Non seulement parce que vous venez d’avouer le meurtre d’Emily mais aussi parce que vous venez de menacer ouvertement deux agents fédéraux de meurtres.
- Vous ne m’empêcherez jamais d’accomplir ma mission. Alors arrêtez moi si ça vous chante.
L’arrestation se fit en silence. Encore ce silence. Toujours ce silence. Il devenait de trop.
Une fois qu’ils furent seuls, Skinner vint près de Mulder et Scully.

- Si vous le souhaitez je peux mettre en œuvre une protection rapprochée pour …
- Non ça ira je vous remercie. Je crois qu’on va rentrer.
- Vous avez compris quelque chose à son récit ?
- Je crois que cette femme est folle monsieur. Mais je crois aussi qu’elle est persuadée de son récit. Comme beaucoup de psychopathes d’ailleurs. C’est préscisement ce qui les rend dangereux.
- Ne vous inquiétez pas elle passe la nuit en prison. Rentrez maintenant, je vous donne votre journée.
- Merci monsieur. A demain.
Ils sortirent du bureau du directeur adjoint et rejoignirent leur voiture.
- Mulder, tu viens chez moi ?
Elle avait prononcé cette phrase tellement bas qu’elle en était a peine audible. Seulement Mulder l’avait entendue. Il sourit et pris les clés.
- Seulement si tu conduis.
Arrivée à son appartement, Scully ne sentit pas très bien. Elle se dirigea vers la cuisine et se servit une cuillère du sirop que le pharmacien lui avait prescrit
Ils s’installèrent sur le canapé, une bière a la main. Scully zappait de chaîne en chaîne. Il n’y avait rien. Elle perdait son sang froid. Elle s’énervait sur cette télécommande.

- Pourquoi tout ça nous arrive à nous ? On a fait quelque chose de mal ?
- Scully … Bien sûr que non. Elle est folle.
- Arrête Mulder. Je sais très bien que tu la crois.
- Disons que j’ai le tort d’être très naïve comme une personne a eu la gentillesse de me le faire comprendre.
- Ca n’est pas ce que je voulais dire. Enfin si tu l’es c’est certain.
Elle hésita. Elle redoutait la tournure qu’allait prendre cette discussion.
- Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ?
- Je … Je ne sais pas.
Les larmes coulèrent. Elles roulèrent d’abord silencieusement le long de leurs visages puis se firent de plus en plus abondantes. Mulder la prit dans ses bras. Il l’allongea délicatement contre son corps. Sa main caressa ses cheveux puis descendit sur ses lèvres. Geste qui trahit son envie. Elle se retourna. Elle lui faisait désormais face. Leurs yeux se captèrent. Ils s’attiraient tel deux aimants. Drôle de jeux de mots en somme. Aimants. Amants. Une seule lettre de différence. Sa main se glissa dans la sienne. Leurs doigts s’entrelacèrent. Dans une harmonie parfaite, leurs lèvres se frôlèrent. Ce baiser dura à peine quelques secondes. Pourtant des frissons parcouraient déjà leurs corps entiers. Ils se questionnèrent du regard. Il sourit le premier. Elle l’imita.
- Rien ne peux nous atteindre Scully. Pas tant que nous sommes ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   Ven 11 Aoû - 19:45

Ils passèrent la journée et la nuit là. Coucher sur le fauteuil. Tête contre tête. Main dans la main. Respiration a l’unisson. Pensées en harmonie. Première nuit de sommeil reposant depuis longtemps.
Au petit matin, ils s’éveillèrent. Mulder prépara le petit déjeuner pour Scully. Ils mangèrent dans le calme le plus absolu. Aucune parole ne se glissait dans ce moment d’amour atypique. Aucune parole ne désirait gâcher cet instant magique. Tout cela semblait si parfait. Trop parfait. Une douleur s’infiltra entre ces deux amants. Une sorte de punition.

- Mulder j’ai mal. Je ressens comme une douleur dans la poitrine. Mon cœur … C’est mon cœur …
Elle tomba. Il s’agenouilla devant elle.
- Scully ! Scully réponds moi !
Mais elle ne captait déjà plus aucune vibration de notre monde. Il courut vers le téléphone, renversant la table a son passage, et appela les urgences. Les ambulanciers embarquèrent la jeune femme dix minutes plus tard. Quand le véhicule se rangea devant le Memorial Hospital, le pendule publique indiquait 7.43. Les médecins s’occupèrent immédiatement de Scully. Mulder les suivait, arpentant les couloirs de cet hôpital qu’il connaissait par cœur. Il était venu ici tant de fois. Trop de fois. Leurs vies n’étaient que souffrances et pertes. Ils avaient perdus tous ceux qu’ils aimaient. Il ne supportait pas la disparition de cette personne dont il était éperdument amoureux.
Une heure. Deux heures. Trois heures… Les heures se succédèrent sans que personne ne remarque la présence de cet homme en détresse. Cet endroit lui paraissait tellement froid et impersonnel. Les personnes ici, arrivaient complètement désespérée, et en sortaient encore plus affublés de douleurs et d’incompréhensions.
Un docteur vint a sa rencontre.

- Bonjour je suis le docteur Crow. C’est moi qui me suis occupée de votre amie.
Mulder se leva d’un bond. Son cœur battait beaucoup trop rapidement. La peur prenait beaucoup trop de place dans son cœur.
- Comment va-t-elle ?
- Elle est dans le coma … Je suis désolé.
- Quoi ? Mais que lui est-il arrivé ?
- Elle a ingéré du cyanure. Trop faible dose pour la tuer. Mais assez forte pour la faire s’évanouir. Son processus d’oxydation a été perturber, ce qui a provoqué des troubles cardiaques, puis l’évanouissement et enfin … la mort. Je ne sais pas combien il lui reste. Je suis vraiment désolé monsieur Mulder.
Il ne sut quoi répondre. Avait-il bien entendu ? La femme qu’il aimait allait mourir. Ce mot résonna dans sa tête. Qui voulait sa mort ? Lara ? Si c’était elle qui l’avait empoisonnée, il allait la tuer.
- Je veux la voir.
- Je vais voir ce que je peux faire. Mais il faut attendre que les médecins aient fini avec elle et qu’on la monte aux soins intensifs.
- Merci …
Et l’urgentiste s’éloigna. Laissant une fois de plus Mulder en détresse. Seul. Effroyablement seul. Il déposa sa tête entre ses mains. Une larme coula. Une seule larme au nom de leur amour …

Il sortit du bâtiment en courant. Il fallait absolument qu’il voit Lara. Si il existait une solution pour déjouer la mort de Scully, il l’aurait. Il se le promit.
Une demi-heure plus tard, il arriva à la prison. Encore un lieu qu’il détestait par dessus tout. Ce n’est que sur présentation de son badge qu’on le laissa entrer dans la cellule de Lara Roberts.

- Comment avez-vous fait?
La colère pouvait se lire son visage et dans l’intonation de sa voix. La lourde porte venait de se refermer derrière lui. Le laissant seul avec la présumé assassin de Scully.
- Pourquoi avoir empoisonné Scully ?
- Je ne pensais que ça sera si rapide …
Il l’empoigna et la colla contre mur.
- Je vous jure que si elle meurt, je vous tue ! Alors je vous conseille de bien réfléchir avant d’agir.
- Je vois que votre amour n’a pas diminué avec le temps.
- Il existe un remède ? Je ne me répéterai pas.
- Le remède aurait été que tu m’aimes Ryan. Seulement tu en as été incapable alors maintenant c’est trop tard. Je suis désolé.
Il la relâcha. La fixa droit dans les yeux. Demanda au gardien de lui ouvrir la porte. Il se retourna une dernière fois.
- Vous êtes vraiment abominable.
Le sas claqua puis ce fut le silence. Ce silence dura toujours.

Quand Mulder revint a l’hôpital, Scully avait été montée aux soins intensifs. Il demanda le numéro de chambre a une infirmière et prit l’ascenseur. Il traversa le long couloir calme. Il aperçut Margaret, Bill et Skinner sortir de la chambre. Il se cacha. Il ne se sentait pas capable d’affronter une nouvelle fois Bill. Son moral ne tiendrait pas. Pourtant il devait se montrer fort. Pour Scully. Pour eux. Dès qu’ils disparurent de son champ de vision, il entra dans la pièce. La scène qui s’offrait a lui, lui déchira le cœur. Elle était là, couchée sur le lit, reliée a des dizaines d’appareils. Ses paupières étaient closes. Ses membres étaient inertes. Sa poitrine se soulevait dans un mouvement régulier. Il s’approcha d’elle et captura sa main dans la sienne. Il entremêla ses doigts aux siens. Il posa sa tête sur son ventre et ferma les yeux.
Il avait trouvé le moyen de sauver Scully. Sa décision était prise. Plus rien ne le ferait changé d’avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   Sam 12 Aoû - 21:13

Comment expliquer l’inexplicable ? Comment l’amour qui l’unissait à cette femme pouvait-il traverser le temps ? Comment ? Aucune réponse n’existait. Du moins pas sans l’avoir vécu. Sept ans. Les sept plus belles années de son existence. Pourquoi maintenant ? Pourquoi les souvenirs remontaient-ils a la surface a ce instant précis de leur vie ? Leur destinée était d’être ensemble. Envers et contre tout. Tant qu’ils demeuraient eux, ils ne risquaient absolument rien. Même pas la folie de cette femme qui visait a les séparer. Sa décision était mûrement réfléchie. C’était son choix. Leur choix. Car que serait sa vie sans elle ? La réponse se trouvait en un seul mot. Une syllabe. Quatre lettres. Rien.
Il vérifia que la porte était bien verrouillée. Il dégaina son arme. S’agenouilla devant le lit. Embrassa une dernière fois Scully. Lui murmura avec délicatesse et délectation trois mots.

- Je t’aime.
Il se releva et s’allongea à ces côtés. Il captura a nouveau sa main. Sa tête collée contre la sienne.
Ce tableau était doté d’une beauté remarquable. Deux amants qui s’aimaient passionnément. Deux amants que rien n’effaceraient. Même pas le temps.
Il prit le soin de lui prononcer une dernière frase. Admirer la beauté de cette femme dernière fois. Sourire une dernière fois. Vivre une dernière fois.

- On se retrouvera. Pas dans cette vie, mais la prochaine fois
Une détonation. Un tir. Un coup. Puis plus rien. Le vide. Juste le temps d’un nouveau voyage. D’une nouvelle vie. D’une nouvelle histoire.

Le lendemain matin, on retrouva deux corps. Un suicide et un meurtre. Mulder et Scully. Deux âmes sœurs.



« Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n'en
former plus qu'une. Elles dépendent alors à jamais l'une de
l'autre. Elles sont indissociables et n'auront de cesse de se
retrouver, de vie en vie. Si au cours d'une de ces
existences terrestres une moitié venait à se dissocier de
l'autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes
s'éteindraient aussitôt. L'une ne peut continuer son voyage
sans l'autre…"




Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La prochaine fois [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La prochaine fois [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La prochaine fois • Marc Levy
» [Levy, Marc] La prochaine fois
» LA PROCHAINE FOIS de Marc Levy
» la prochaine fois c'est chez moi
» La prochaine fois j'enlève le bas.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: Hélo-
Sauter vers: