Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sequel: Existence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Polly

avatar

Nombre de messages : 334
Age : 30
Localisation : Lorient
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Sequel: Existence   Mer 2 Aoû - 20:42

Auteur : Polly
Genre : Séquel
Time-Line : Existence/Existence - Saison 8 - Episode 21.
Disclaimers : Cette fanfiction est réalisée à but non lucratif, simplement dans un but divertissant, je n'en retire aucune source pécuniaire. Les personnages de Fox Mulder et de Dana Scully ne m'appartiennent en aucun cas, ils sont la propriété de Chris Carter, de 1013 Production et de la 20th Century Fox.
Résumé : Description de l’arrivée de Mulder au chevet de Scully, juste après son accouchement, dans la cabane de Democrat Hot Springs.
Feedbacks : AndreaParCoeur@hotmail.fr





_________________________

Existence
_________________________


Personne ne lui répond, il a beau réclamer, observer autour de lui, il ne voit Scully nulle part. Et puis Reyes apparaît, les traits tirés, mais elle ne semble pas paniquée.

« Comment va-t-elle ? » s’empresse-t-il de demander, les regard continuant à vagabonder.

« Elle est à l’intérieur. » le rassure-t-elle avant de continuer. « Elle a besoin d’aller à l’hôpital. » l’informe-t-elle néanmoins, craignant que les lieux ne soient pas les plus commodes pour un accouchement.

Il ne tarde pas plus longtemps et se réfugie dans la vieille demeure, partiellement éclairée par des bougies. Il reste muet en l’apercevant, le spectacle qui s’offre à lui le laisse ébahi. Elle est là, blottie au fond de ce qui ressemble à un lit, enserrant dans ses bras un précieux fardeau. A son tour elle le voit et un magnifique sourire éclair son visage humide de sueur.

Mulder s’approche lentement, comme s’il violait un lieu sacré, et elle lui tend la main. Il la rejoint alors, s’accroupit à ses côtés et remarque la pâleur de sa peau. Plongeant son regard dans le sien, il peut y percevoir les efforts dont elle dû faire preuve, ainsi que la peur qu’elle a éprouvée.


« Scully… » Murmure-t-il, tellement désolé de ne pas avoir été là pour elle, pour lui transmettre sa force dans cette difficile épreuve. « Est-ce que ça va aller ? » S’inquiète-t-il, la voyant terriblement éreintée.

« Tu es là maintenant. » Soupire-t-elle dans son oreille en appuyant la tête contre son épaule.

Il caresse ses cheveux, écartant ceux qui collent encore à son front. Ses yeux se posent alors sur l’enfant endormi, affaissé paisiblement contre le ventre de sa mère. Un être infiniment petit mais qui a déjà la capacité d’éveiller tant d’amour. Il le voit à peine, partiellement recouvert par un drap. Le bras de Scully le soutien de manière protectrice et avec un instinct particulièrement prononcé. Cette vision faire sourire Mulder, ils sont si beaux tous les deux, même à bout de force, même couverts de sueur et de sangs… Ce sont les deux personnes les plus belles qu’il ne lui a jamais été donné de contempler.

« Mulder, il faut aller à l’hôpital. » lui rappelle Reyes, debout dans l’encadrement de la porte.

Il tourne alors la tête vers Scully, comme pour lui demander sa permission. Un faible sourire le rassure et il s’avance pour lui prendre le bébé. Malgré une légère résistance, elle lui abandonne son petit miracle, non sans regret. Il se lève en le serrant contre lui et cède ce poids de plume à Reyes qui l’accueille bras ouverts.

Il fait ensuite demi-tour et s’agenouilla auprès de Scully, passant le bout de ses doigts sur sa main afin qu’elle lève les yeux vers lui. S’assurant de son assentiment, il se penche vers elle et se redresse en la portant. Les bras de la jeune femme s’accroche immédiatement à sa nuque et son front se cache dans le creux de son coup. Comme par réflexe, il dépose un baiser à la racine de ses cheveux, dissimulant ainsi son inquiétude. En effet, il est angoissé à l’idée qu’elle fasse une hémorragie ou une autre quelconque réaction. Il s’autorise un soupir de soulagement en réalisant qu’elle n’a pas de fièvre trop importante. Il s’en voulait tant de ne pas voir été présent…

La tenant contre lui de toutes ses forces, il court presque pour rejoindre l’hélicoptère qui l’a déposé un peu plus tôt. Reyes monte à l’avant, protégeant l’enfant et se retourner pour être sûre qu’il n’a pas besoin d’aide.

Montant à l’arrière, Mulder s’apprête à déposer Scully mais celle-ci ne semble pas d’accord pour relâcher son étreinte. Alors il s’assit tout de même, la gardant blottie contre lui, assise sur ses genoux. Il ne peut s’empêcher d’embrasser une nouvelle fois son front, juste au cas où. Il sourit désormais, sachant qu’il se ment à lui-même. Scully va bien, leur enfant aussi.
Leur enfant… Rien qu’à cette pensée, il est empli d’une étrange sensation de bien-être, de… bonheur.

Le trajet se déroule à merveille et il se retrouve rapidement dans une pièce où des soins sont administrés à Scully et au bébé.


« Vous allez devoir nous laisser Monsieur, s’il vous plaît. » lui réclame le médecin, annotant quelques informations sur un dossier.

« Mulder… » l’appelle Scully, tendant de nouveau sa main jusqu’à ce qu’il s’en empare. « Ne me laisse pas, s’il te plaît… Reste… » le prie-t-elle, emmêlant ses doigts aux siens.

« Shuut… » la calme-t-il, caressant ses cheveux. « Docteur, s’il vous plaît… » plaide-t-il en lançant un regard suppliant au médecin qui s’approche.

« Compte tenu des circonstances, je crois que je peux faire une exception. » cède-t-il finalement, enfilant des gants de latex.

« Est-ce que tu peux… » demande Scully en indiquant le bébé à Mulder.

A l’écart, une infirmière est en train de laver l’enfant avant de vérifier qu’il va bien. Comprenant la requête de sa collègue, Mulder les rejoint et observe la jeune femme qui mesure le bébé. Il la regarde appliquer une petite attache à la base de son cordon ombilical puis s’emparer d’une paire de ciseau. Ceux-ci sont courts et très arrondis, elle les lui tend sans prévenir.

« Allez-y, coupez juste ici. » Lui dit-elle en désignant le dessus de l’attache.

« Pardon ? » S’excuse Mulder, craignant de ne pas comprendre.

« Vous êtes bien le père non ? » Questionne-t-elle en lui mettant les ciseaux dans la main.

Ce n’est plus qu’une question rhétorique car il se retrouve en train de couper le petit morceau de chair, s’inquiétant de mal faire les choses. L’infirmière semble approuver et il laisser échapper le souffle qu’il a retenu jusque là. Elle l’enveloppe ensuite dans un lange et le cale dans ses bras, parfaitement taillés pour accueillir la petite taille de l’enfant. Celui-ci est très calme, il paraît à son aise et en très bonne santé. Mulder ne se sent pas tout à fait sûr de lui avec ce bonhomme entre les mains, son corps est si fragile et si minuscule en comparaison au sien.

Par réflexe, il se tourne vers Scully à qui les soins ont été donnés et avance jusqu’à elle pour lui confier son bébé. Serrant contre elle son enfant, elle le gratifie d’un sourire apaisé et enfin soulagé.


« Nous allons la monter à sa chambre et la garder deux jours, juste histoire de lui faire quelques examens supplémentaires et de voir qu’elle n’a rien. » Lui explique le médecin en ouvrant la porte aux infirmiers qui poussent le lit contenant Scully et son bébé, puis il continue en remarquant le regard inquiet de Mulder. « Ne vous faites pas de souci, elle m’a l’air en très bonne santé, je n’ai rien détecté de spécial. Votre famille va parfaitement bien. »

Mulder lui serre la main, rassuré de son diagnostic et à la fois déstabilisé par le terme qu’il vient d’employer. « Sa Famille », les mots résonnent à plusieurs reprises dans son esprit avant qu’il ne secoue la tête et ne court pour rattraper… Sa Famille.

***


Il ouvre la porte pour que Scully et son enfant entrent dans l’appartement, puis il pose son sac près du sofa. La jeune femme s’assit dans celui-ci en tapote à côté d’elle pour qu’il les rejoigne. Il ne se fait donc pas prié et les contemple longuement tous les deux. Ils sont bien là, sains et saufs, enfin chez eux.

« Scully je… »

« Mulder, rentre chez toi, vas te reposer. Tu en as fait assez pour nous pendant deux jours, tu ne crois pas ? » L’interrompt Scully en posant sa main libre sur son genou.

Il esquisse un sourire embarrassé. Il a passé tout son temps à leur chevet à l’hôpital pendant ces 48 heures, ne les quittant que pour aller aux toilettes, et encore, après s’être retenu très longtemps. Peut-être s’est-il montré un peu trop encombrant ?

« Tu as raison, appelle-moi si… »

Comprenant qu’elle sait déjà ce qu’il veut lui dire, il se lève maladroitement, leur adressant un dernier coup d’œil avant de les laisser. Il a tellement peur de les perdre désormais, il tient tant à eux, à ce qu’ils représentent pour lui. Jamais il n’a éprouvé ces sentiments auparavant, l’envie de protéger ces personnes envers et contre tout, jusqu’à en donner sa propre vie. Il ne veut plus les laisser seuls ne serait-ce qu’une seconde, mais il doit respecter Scully, sa vie, son besoin d’espace. Où en sont-ils de leur vie, leur partenariat, leur relation ? Il secoue la tête, se résolvant à rentrer chez lui. Il reviendra dans moins d’une heure et laisserait son sac dans son coffre. Il s’assurerait que leur relation a bel et bien évolué mais ne brusquerait en aucun cas Scully. Satisfait de ses projets, il laisse l’appartement avec un sourire dessiné sur les lèvres. « Sa famille… »

FIN

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pauline.de.vries.free.fr
 
Sequel: Existence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MUGIWARA'S BASTERDS PRODUCTION PRESENTS : D.SEQUEL
» Piranha 3DD (The Sequel)
» SEQUEL P
» Une Suite à Predators
» [Disney Channel Original Movie] Les Sorciers de Waverly Place - Le Film 2 (201?)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: PoLLy-
Sauter vers: