Les fanfics de la Gillian Community

Fanfics sur Xfiles
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 #16 - Tomorrow At Dawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Timmy

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 31
Localisation : Dijon (France)
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: #16 - Tomorrow At Dawn   Mer 6 Sep - 22:49

Tomorrow At Dawn


Auteur : Spooky_Timmy
Date d’écriture : Du 03 septembre 2006 au …
Résumé : A venir ...
Mots clés : MSR / Solitude / Enfance / Education / Maladie / Crainte
Notes : Merci spécial à Helo, mon tit chou, qui m'a convaincu de poster cette fic alors que je ne le voulais pas et qui m'a fait pleurer en me laissant un commentaire dessus !! Elle est pour toi mon tit chou I love you



- Bien, nous pouvons donc déclarer l’affaire #101307 officiellement fermée. Vous avez du bon travail sur ce dossier agent Mulder et Scully. Vous pouvez disposer.
- Monsieur, j’aimerai profiter de la fin de cette enquête pour vous demander mon congé maternité …


Chose que Skinner accepta volontiers, son agent avait déjà trop mis sa santé ainsi que celle de son bébé en danger. Mulder avait toujours été à ses côtés pour l’épauler et lui éviter le plus de désagrément et même si le reste du Bureau avait encore des doutes sur la paternité de Mulder, ce n’était plus le cas de Skinner qui se demandait juste comment cela avait pu ne pas arriver avant.

Cela faisait déjà 4 mois que Scully et Mulder avait emménagé ensemble dans l’appartement de celui-ci, cependant Dana n’avait jamais rendu le sien et c’est là qu’elle continuait de recevoir son courrier afin de ne pas éveiller les soupçons du F.B.I.

Pendant le congé de Scully, Mulder avait continué de veiller de son mieux sur elle et son bien être tout en poursuivant son travail aux affaires non-classées sous le regard de plus en plus curieux de ses ‘collègues’.

Un certain vendredi 25 septembre 2004, il avait tout lâché au milieu d’une enquête sur le terrain après un simple et très court coup de téléphone.

Après 9h de travail, Scully mis finalement au monde une merveilleuse petite fille de 52 cm et pesant 3,52 kg que Mulder et Scully décidèrent d’un commun accord de prénommer Dawn.

Alors que Scully était toujours à l’hôpital suite à son accouchement, Mulder avait décidé de prendre lui aussi un congé pour s’occuper de ses femmes ce qui d’abord surpris tout le monde au Bureau mais qui en fin de compte, connaissant son attachement pour sa partenaire ne les étonna pas plus longtemps.

Mulder partageait son temps libre entre la clinique et l’aménagement d’une nursery pour leur fille. Leur fille ! Elle était devenue sa plus grande fierté ! La petite avec ses grands yeux bleus et ses cheveux châtain clair et faisait la joie de ses parents, elle était devenue leur seul sujet de conversation. Scully et Mulder semblaient être passés ainsi de couple clandestin au stade des parents les plus heureux du monde. En apparence surtout puisque Dana s’enfonçait de plus en plus dans sa dépression post-natale. Ses relations avec Mulder étaient de plus en plus tendues, lui mettait ça sur le coup de la fatigue jusqu’à ce que son attitude commence à réellement inquiéter ce nouveau père de famille : Scully était de plus en plus fatiguée et ne parvenait plus à trouver la patience auprès de sa fille, ce qui faisait qu’elle n’arrivait plus à la clamer, ni même la nourrir… Ce fut donc Mulder qui essaya de son mieux de s’en charger afin de la soulager mais se sentant inutile et incapable d’aider la propre chair de sa chair, Scully plongea plus profond encore dans cette maladie qui faisait autant de mal à elle qu’à ses proches.

******

Un beau matin, alors que Dawn venait de se réveiller pour le biberon de 7h, Mulder ne vit pas Scully dans le lit et pensa qu’elle avait dû se lever pour s’occuper de leur enfant et resta donc au lit à somnoler. Les pleures continuant, il décida de finalement se lever, il jeta un rapide coup d’œil à Dawn qui était en larmes seule dans sa petite chambre rose. Il la pris dans ses bras et chercha Scully :


- Dana ?! … Elle est où ta maman ma chérie ?

Après avoir fait le tour de l’appartement silencieux, Mulder pris son téléphone ainsi que le biberon tiède de Dawn et alors qu’il commençait à le lui tendre, confortablement assis sur le canapé de cuir, quelque chose retint son attention. Il n’était pas du genre maniaque, loin de là même mais ce bloc n’était pas du tout en place. Tout en maintenant fermement sa fille contre lui, il se pencha pour l’attraper et découvrit que plusieurs pages avaient été utilisées par Scully. Son étreinte autour de sa fille se resserra au fur et à mesure qu’il parcourait cette lettre d’adieu que leur avait laissé Dana.
Elle y expliquait qu’elle s’en voulait réellement de les laisser mais qu’il lui fallait prendre du recul, qu’elle n’arrivait pas à sortir la tête de ce torrent d’émotions dans lequel elle avait eu honte d’avouer avoir plongé. Elle avait profité de la nuit et du sommeil de Mulder pour fuir ne laissant rien d’autre que ce petit mot griffonné à la va-vite sur un coin de table.

Il n’en revenait pas ! Elle les avait abandonné ! Il aurait voulu se morfondre, se laisser aller mais les gazouillements de Dawn lui en empêchèrent et le retenait à la vie. Il n’arrivait pas à comprendre la réaction de démesurée de Scully.

Il attendit d’avoir recouché sa fille pour essayer de la joindre sur son téléphone portable mais au bout d’une sonnerie entendit le message d’annonce traditionnel qui annonçait que le numéro n’était plus en service. Il essaya ensuite chez Margaret Scully mais ce fut Bill qui décrocha le combiné :


- Si Dana vous a quitté, c’est qu’elle avait ses raisons. Personnellement, je pense qu’elle aurait du le faire dès le début de votre collaboration, ça nous aurait évité bien des misères !
- La raison ne vous regarde pas et ce qui m’inquiète c’est qu’elle a tout quitté n’emportant que le strict nécessaire me laissant même la charge de Dawn.
- D’accord, on passera la chercher dans l’après-midi.


Il raccrocha ne laissant pas le temps à Mulder de répliquer. Que devait-il faire ? Pour le bien de Dawn, elle serait sûrement mieux avec des personnes connaissant les besoins d’un enfant et puis si Scully refaisait surface, elle se tournerait peut-être d’abord vers sa famille de sang.

Il n’y pensa pas plus longtemps, et appela Skinner qui lui apprit que Scully lui avait faxé sa lettre de démission, il y a quelques minutes seulement.

Ne pouvant se déplacer dans Washington comme il l’aurait souhaité à cause de la présence de ce nourrisson qui occupait une grande part de sa préoccupation naissante, Mulder décida de faire appel aux bandits solitaires pour l’aider dans ses recherches.


Vers 17h00, on frappa à la porte. Pensant immédiatement à ses trois amis, Mulder ouvrit et tomba nez à nez avec Bill.

- Je n’ai pas de temps à perdre où est ma nièce ?

Il bouscula Mulder pour pénétrer dans l’appartement à la recherche de Dawn.

- Je vous prierai de bien vouloir parler moins fort, elle dort !
- Où se trouve sa chambre ?
- Elle est là-bas prêt de la notre mais vous n’irez pas !
- De la vôtre ? Mais mon pauvre Mulder, il n’y a plus de ‘vous’
- Qu’en savez-vous ?
- J’en sais qu’elle est enfin partie …
- Et qui vous dit qu’elle ne va pas revenir, elle a laissé notre fille !

Dawn se mit à pleurer et Mulder alla la chercher pendant que Bill mine de rien fouillait dans ses affaires et tomba sur la dernière des 5 pages que Dana avait adressée à Mulder, la fin attira son attention :
« J’espère que tu me comprends et que tu pardonneras mon attitude égoïste. Je vous aime plus que ma propre vie, je pars donc avant de gâcher la votre. »
Il ne pu en lire d’avantage que Mulder revenait avec Dawn.


Dernière édition par Timmy le Dim 23 Nov - 20:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehouseofdavid.bbconcept.net
Timmy

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 31
Localisation : Dijon (France)
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: #16 - Tomorrow At Dawn   Ven 8 Sep - 11:52

Il ne pu en lire d’avantage que Mulder revenait avec Dawn.

- Donnez-la moi !
- Que tout soit bien clair entre nous … vous pouvez la tenir parce qu’il s’agit de votre nièce mais en aucun cas vous ne repartirez avec elle. Aux yeux de la lois, je suis son père et je ne laisserai quiconque me priver de ce qui est mon droit et mon devoir.


Bill était bouche bée face à la prise de position de Mulder :

- Dawn est autant une Scully qu’une Mulder donc jamais je ne m’opposerai à ce qu’elle passe du temps avec vous mais elle quittera jamais cet appartement sans moi !
- Je ne vous laisserai pas vous en sortir de la sorte, vous êtes un danger pour tout le monde !
- Vous allez faire quoi ? J’ai reconnu Dawn le jour de sa naissance !


Enervé, Bill tourna les talons et laissa Mulder seul avec sa fille. Mulder se pencha vers sa fille et lui dit d’une voix qu’il voulait convaincue :

- On va très bien s’en sortir tous les deux. Papa sera toujours là pour toi !

Une larme perla sur son visage, il en voulait tant à Scully : comment avait-elle pu les laisser ainsi ? Il s’en voulait : comment avait-il pu ne pas remarquer la détresse dans laquelle elle se trouvait plus tôt ? Son attention se porta sur le sourire que lui offrait Dawn et qui lui fit penser à autre chose. Sa décision était prise, il allait se battre avec et pour elle.

Et ce fut ce qu’il fit : il commença d’abord pas contacter la crèche du F.B.I. pour savoir si dans dix jours, à la fin de son congé, ils pourraient accueillir Dawn et à sa grande surprise ce fut le cas. Il commanda également par internet plusieurs ouvrages sur l’éducation des enfants qu’il dévora lors des promenades journalières au parc. Tous les jours, il emmenait sa fille avec lui et même lorsqu’il faisait son jogging, elle l’accompagnait. Il était l’un des seuls pères à courir en poussant une poussette mais étant toujours passé pour un marginal, cela ne le dérangeait pas.

Tous les jours, il se rendait au F.B.I. avec sa fille, la poussette et le sac de sa fille à l’épaule. Les rumeurs et messes basses allaient bon train sur son passage mais il avait d’autres problèmes autrement plus importants. Certains jours alors qu’il devait rester au sous-sol, il gardait Dawn avec lui et l’installait dans un coin du bureau au calme.

Mulder vivait ainsi l’éducation de sa fille, il ne sortait jamais sans elle. Plus elle grandissait et plus il voyait en elle Scully : ses yeux, ses fossettes et même ce petit grain de beauté au dessus de la lèvre qui faisait partie de son charme.

Tous les quinze jours, il l’emmenait rendre visite à sa grand-mère maternelle et même lorsqu’il lui arrivait de tomber sur Bill, tout se passait en règle générale plutôt bien. Il perpétua cette tradition même quand Margaret décéda alors que Dawn n’avait que 10 ans et même si Bill se montrait toujours aussi froid envers Mulder, il continuait de la faire pour l’équilibre de sa fille.

*****

Mulder était maintenant père d’une magnifique adolescente de 15 ans. Dawn avait toujours été une excellente élève surtout en sciences ce qui faisait sourire son père, sa ressemblance avec sa mère n’était pas que physique. Elle connaissait tout de sa mère, son père ne lui avait rien caché à son sujet et dès qu’il en avait l’occasion, il parlait d’elle. Leur relation était fusionnelle, ils se sentaient très proche l’un de l’autre.

La porte d’entrée se fit entendre, Mulder ne dit rien et quand Dawn arriva dans le salon, elle su qu’elle allait devoir écouter les remontrances de son père :


- Dawn, tu as vu l’heure qu’il est ?

Elle baissa les yeux :

- Tu sais qu’il suffit d’un coup de fil pour que je me fasse moins de soucis et en plus c’est la troisième fois cette semaine. Et pour couronner le tout ton prof de math m’a appelé pour me demander pourquoi tes notes étaient en baisse… Qu’est-ce qu’il se passe ?
- Je ne sais pas trop, je …


Elle ne pu finir sa phrase qu’elle fut prise d’un vertige et du se retenir au chambranle de la porte. Mulder se précipita vers elle et la souleva du sol, la portant jusqu’à sa chambre :

- Dawn ? Chérie ?
- C’est rien papa !
- Comment ça ce n’est rien ?
- Ca m’arrive parfois mais ça passe aussitôt …
- Ca t’arrive souvent ? Pourquoi ne m’en as-tu jamais parlé ?
- C’est seulement la cinquième fois que ça m’arrive !
- Seulement !!! Tu aurais du m’en parler ! C’était la cause de tes retards cette semaine et de tes notes qui s’effondrent de jours en jours ?
- Pourtant j’étudie tu sais, je fais tout ce que je peux mais il me faut …


Des larmes de fatigues coulaient sur les joues de Dawn.

- Chut ! Repose-toi chérie ! Je te prépare à manger !


Le cœur de Mulder battait la chamade, sa petite fille chérie était malade pour la première fois. Il lui apporta un bol de potage que Maggie lui avait appris à cuisiner.

Dawn s’était endormie, il déposa le plateau sur la table de chevet entre les cadres comportant les photos de ses amis et celui de sa famille. Inquiet, il se sentait impuissant. Il la regardait dormir. De longues et profondes inspirations. Cela le rassurait. Elle semblait avoir chaud, il voulu lui prendre la température du revers de la main mais il du d’abord déplacer derrière son oreille des mèches auburn qui s’étaient collées sur son front couverts de taches de rousseur. C’est alors que le sang qui parcourait le grand corps de Mulder se glaça, il lâcha même un petit cri qui réveilla Dawn qui commença aussitôt à paniquer, voyant l’expression d’horreur qui se dessinait sur le visage de son père :


- Papa ! Qu’est-ce qu’il y a ?
- D-Dawn, tu saignes souvent du nez ?


Elle se porta la main au visage afin d’en essuyer les goûtes qui perlaient.

- Tu peux te lever ma puce ? J’approche la voiture et je te conduits à la Pitié !
- Tu y vas un peu fort la pa…


Alors qu’elle se levait, ses jambes fléchirent à nouveau.

A suivre ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehouseofdavid.bbconcept.net
Timmy

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 31
Localisation : Dijon (France)
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: #16 - Tomorrow At Dawn   Lun 11 Sep - 22:37

******

Dawn se réveilla 4 heures plus tard, la nuit était bien tombée dehors et l’obscurité régnait dans sa chambre. Tout ce qu’elle voyait c’était la lumière produite par tout le matériel médical auquel elle était reliée. Elle ne percevait rien d’autre, à part la sensation d’avoir quelque chose dans la main, chose qu’elle ne tarda pas à reconnaître comme étant la main protectrice de son père. Elle la lui serra :


- Dawn, ma chérie ! Ne t’inquiète pas ! Je reste là !


Ces mots suffirent pour la rassurer et elle retomba aussitôt dans les bras de Morphée. Des larmes plein le visage, les yeux rougis, Mulder passa quand à lui, probablement la plus difficile des nuits qu’il avait pas passée depuis des années. Il avait l’impression que l’histoire se répétait, que le sort s’acharnait contre lui.

Il se revoyait attendre, inutile, que Scully passe des examens encore et encore. Faisant des pieds et des mains pour trouver l’antidote miracle mais cette fois, il ne savait pas où chercher ni par où commencer. Il se sentait totalement dépassé par les évènements. Il fallait encore attendre. Attendre d’avoir les résultats des premières analyses. Attendre de faire une nouvelle batterie de tests. Attendre de voir comment Dawn réagirait devant ce traitement de cheval que venait de lui administrer le médecin. Mais toute cette attente lui semblait interminable et l’insupportait. Il voulait être fixé une fois pour toute. Il aurait tant voulu que sa fille ai la plus belle des vies mais en dehors de ça il ne pouvait lui en offrir qu’une sans sa mère qui les laissé et où elle souffrait d’un mal que Mulder redoutait vraiment plus que tout.

C’est lors de la première visite du Dr Doering que Mulder eu l’impression de recevoir un coup de poignard dans le cœur : l’importante carence de fer, les fréquentes hémorragies ainsi que le nombre anormalement haut de plaquettes dans le sang de Dawn faisaient malheureusement penser à une leucémie à un stade encore peu avancé. C’était la seule ‘bonne’ nouvelle de la journée. Mulder qui se tenait debout près du lit de sa fille tout en lui maintenant la main eu comme un moment d’absence, deux pas en arrière, ses genoux fléchirent lorsqu’ils heurtèrent la chaise sur laquelle il avait passé toute la nuit.

Il était là, totalement impassible, le regard dans le vide. Il avait l’impression de flotter, cette annonce avait eu pour effet de l’anesthésier. Il avait le sentiment d’avoir été abandonné et de se retrouver seul au monde. A cet instant, il en voulait plus que jamais à Scully. Le regard intense et inquiet de Dawn le sortit de sa rêverie, le médecin avait été appelé en urgences et avait du les laisser.

Mulder prit place sur le lit aux côtés de sa fille et l’enveloppa de ses grands bras :


- Je suis là ma belle ! On va tout faire pour que ça devienne très vite une histoire ancienne !
- Je le sais !


Ils restèrent ainsi quelques minutes :

- Papa ?

Il la regarda droit dans les yeux. Leur relation était fondée sur l’honnêteté et cette fois encore, malgré les circonstances, elle savait qu’il ne lui mentirait pas.

- Comment as-tu su ?
- J’ai vu les mêmes symptômes chez ta mère et …


Elle détourna la tête, elle n’avait pas besoin d’en entendre plus, elle connaissait déjà toute l’histoire.

Le médecin revint accompagné d’une infirmière apparemment prénommée Héloïse à en croire le badge qu’elle portait sur sa blouse blanche. Alors que le médecin annonçait les traitements possibles, la jeune femme sortait aiguilles et seringues. Dawn comprit évidement qu’elle devait passer par là et tendit son avant bras à l’infirmière.

Mulder se porta immédiatement volontaire pour être donneur de moelle osseuse, l’infirmière préleva donc un peu de son sang et lui posa quelques questions mais très vite, ils réalisèrent qu’il était malheureusement pas compatible.


- Probablement que ta maman sera compatible alors ! C’est souvent l’un des deux parents qui l’est …
- Comment fait-on quand on n’a aucun donneur compatible car moi je n’ai pas de maman !


Cette réplique peu habituelle de sa fille brisa le cœur de Mulder. Il la connaissait assez bien pour deviner qu’elle lui en voulait !

- Et bien dans ce cas, on teste les autres membres de la famille : en premier lieu les frères et sœurs, ensuite les grands-parents…

Le visage de Dawn devint blême, le Dr Doering se tourna vers Mulder afin d’essayer de comprendre :

- Dawn est fille unique et ses grands-parents sont tous les quatre décédés !

Le médecin expliqua qu’il pouvait aussi tester les oncles maternelles qui c’étaient évidemment portés volontaires mais ont aussitôt été reconnus incompatibles également.
Alors que l’infirmière en finissait avec les soins à apporter ç Dawn, Mulder et les médecins sortirent dans le couloir afin de pouvoir se parler plus facilement et de laisser Dawn se reposer :


- Vous n’avez aucun moyen de contacter la mère ? Car vous savez on peut mettre Dawn sur liste d’attente mais il y a bien des personnes avant elle dessus et plus on s’y prend tôt, plus on aura de chances de rémission …
- Mettez-la sur cette liste, de mon côté, je vais essayer de la retrouver !


******

Mulder ne savait pas par où commencer pour retrouver Scully. Avait-elle changé d’identité ? D’apparence ? D’état ? Il ne savait rien hormis qu’elle n’avait jamais redonné signe de vie.

Alors qu’il faisait ses recherches aux archives du F.B.I. et que Dawn subissait les contres coups de l’attaque des rayons de la chimiothérapie sur son corps, les Lone Gunmen avaient été chargé de trouver la liste ainsi que les noms des donneurs de moelle osseuse.


- Mulder !
- Oui, c’est nous ! On a ce que tu nous as demandé et quelque chose qui pourrait t’intéresser …
- Quoi ?
- Passe, on n’a pas vérifié que la ligne était sécurisée …
- Ok, d’ici une bonne heure les gars, je passe d’abord voir Dawn !
- Embrasse-la pour nous !


Au lieu de rester une heure auprès de sa fille, Mulder y resta près de trois heures à contempler le mouvement de ce ventre qui montait et descendait régulièrement et qui semblait l’apaiser. Héloïse avait administré de fortes doses de calmant ce qui aida Dawn à s’endormir et relaxait Mulder qui n’en pouvait déjà plus de voir son petit bébé souffrir de la sorte.

Dépité, la chemise qui dépassait de sa veste, la tête lourde, les cernes qui creusaient son visage, Mulder donnait ses dernières ressources dans ses recherches et en énergies positives mais le reste du temps, il n’était plus que l’ombre de lui-même, un véritable zombi.

Ses trois amis ne l’avaient jamais lâché, au contraire, ils avaient toujours répondu présents dans les bons comme dans les mauvais moments.


- Qu’avez-vous trouvé les gars ?
- Regarde plutôt ça !


Mulder était avachi sur le canapé des trois comparses, la tête entre les mains. Byers tendit à Mulder la liste des donneurs qui devait rester anonyme. Les yeux de Mulder bloquèrent immédiatement sur le troisième nom inscrit dans l’état de l’Illinois, à Chicago pour être précis.

Les trois bandits, fières de leur trouvaille, souriaient à pleines dents.


- Oh mon dieu !

Ce fut les seules paroles que Mulder laissa échapper avant de reprendre quelques minutes plus tard, le regard toujours perdu sur ce nom.

- Vous … vous avez ses coordonnées ?
- Bien sur ! Tu nous prends pour qui ?


Frohique griffonna en vitesse sur un petit bout de papier une adresse qu’il donna à Mulder. Son regard en disait plus long que les mots qu’il aurait pu sortir dans son état et ses amis le virent :

- Allé file ! Nous on doit rendre visite à notre étoile !
- Les gars …
- T’inquiète, on ne lui dira rien ! Après tout c’est toi le père ! C’est ton travail mon vieux !


******

Après s’être lavé et changé, Mulder avait sauté dans le premier avion pour Chicago. Il se trouvait devant la porte d’une maison donnant sur le lac Michigan. Son cœur battait la chamade. Il avait respecté jusqu’à ce jour sa volonté mais aujourd’hui il devait aller contre celle-ci ! Il le fallait !

Une voiture passa dans ce très calme lotissement, il la regarda passer comme pour y chercher une bonne vague de courage et quand il se retourna pour enfin appuyer sur la sonnette, il se trouva nez à nez avec une femme aux longs cheveux blonds, portant de fines lunettes de vue carrées. Il était tellement près d’elle qu’il eu l’impression de reconnaître son parfum.

Tous deux firent un pas en arrière. Ils se regardèrent de la tête aux pieds. Il eut du mal à en croire ses yeux, c’était bien elle qui se tenait là en face de lui. Il se sentit soudainement gêné en présence de cette femme qui lui avait tant de mal. Mais il n’était pas là pour ressasser le passer, c’était le présent qui comptait et la vie de sa fille par-dessus tout.

Il reprit son souffle lorsqu’elle engagea la conversation :


- Mulder !!??!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehouseofdavid.bbconcept.net
Timmy

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 31
Localisation : Dijon (France)
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: #16 - Tomorrow At Dawn   Dim 24 Sep - 1:55

- Dana !
- Comment …
- Byers, Frohique et Langly !
- Evidemment !
- Dana, je respecte ton choix d’être partie, même s’il m’a fallu du temps mais si j’ai tout fait pour te retrouver aujourd’hui, ce n’est pas pour moi. J’ai absolument besoin de toi, de ton aide !


Elle regardait à terre, honteuse de ce qu’elle avait fait, ne pouvant donner aucune raison qui pourrait excuser son attitude égoïste qu’elle regrettait tant. Tout en traçant des ronds du bout du pied, elle enchaîna :

- Comment va Dawn ? Elle a grandi !
- Oui, en 15 ans … elle a grandi !
- Tu as une photo ?
- Dana !
- Oui, excuse-moi !
- Dana, les Lone Gunmen ont trouvé une liste indiquant les donneurs de moelle …
- Je n’aurai jamais cru qu’ils rechercheraient jusque là !


L’attitude de Scully commençait sérieusement à énerver Mulder. Elle se montrait tant détachée que ça ne faisait qu’accentuer la rage qui bouillonnait au fond de lui.

- Apparemment, il est clair que tu ne voulais pas qu’on te retrouve, tu as ta petite vie tranquille et je le respecte mais comme je te l’ai dit, je ne serai pas venu si ça n’avait pas été important …

Le regard sérieux de Mulder, rempli de peine inquiéta Scully qui en signe de compassion posa sa main sur son avant-bras. Il se défit de son emprise brusquement.

- Bon, je ne vais pas y aller par trente-six chemins car Dawn va m’attendre…
- Elle est ici avec toi !?!
- Non, à Washington ! Dana, on aurait besoin que tu nous fasses un don de moelle osseuse !


Dana ne percuta pas tout de suite. Mulder tournait déjà les talons.

- Je ne te supplierai pas ! Je te laisse à ta nouvelle vie ! Ma fille m’attend !

Il regrettait déjà ce qu’il venait de dire. Bien sûr qu’il la supplierait, il s’agissait de la vie de sa fille qui était en jeu.

Avoir revu Scully l’avait plus qu’il ne l’aurait cru. Elle était toujours aussi belle. Toujours aussi attirante. Bien sur avec le temps, elle avait changé mais n’avait pas affecté plus que ça. Au contraire, ça avait ajouté à son charme.

L’avoir revu n’avait qu’accentué la rancœur qu’il ressentait pour elle au fond de son être. Elle semblait avoir parfaitement refait sa vie : un bon métier, une grande propriété, une belle maison. Elle devait certainement ne plus être célibataire depuis longtemps. Non, il ne lui en voulait pas de l’avoir laissé lui, il lui en voulait d’avoir laissé leur fille sans nouvelle.

******

Mulder était auprès de sa fille. Cette semaine s’annonçait lourde en traitement pour Dawn. Il avait pris sa semaine de repos pour pouvoir la supporter de son mieux.

Dawn lisait un nouvel opus de la collection des Harry Potter pendant que son père feuilletait de manière distraite le Washington Post. Quand il leva les yeux, il vit à sa grande surprise cette silhouette qu’il ne s’attendait pas à voir, qu’il ne s’attendait plus à voir. Là ! Elle se tenait devant la porte close à les regarder agir par la petite fenêtre de sécurité.

Mulder posa sa lecture sur la petite table blanche qui se trouvait à côté de lui et voulu prévenir Dawn qu’il allait se dégourdir les jambes quelques instants mais quand il se tourna vers, il constata qu’elle s’était endormie sur son livre qu’il lui retira le plus délicatement possible, la recouvra de son drap. Les médicamentations l’affaiblissaient beaucoup. Il déposa un tendre baiser sur son front après avoir repousser une mèche rebelle derrière son oreille arborant contre l’avis des médecins les boucles d’oreille que sa grand-mère lui avait offertes lors de leur dernier Noël ensemble. Il sortit.


- Scully !?!?
- Comment va-t-elle ?
- Elle se bat ! Que fais-tu là ?
- Tu me crois sans cœur au point de la laisser se battre avec cette maladie sans apporter l’aider que tu m’as demandé, cette aide qui serai des plus précieuse. Si j’ai bien compris pour que tu aies besoin de don de moelle, c’est que tu n’as trouvé personne d’autre de compatible et …


Mulder cru qu’il allait défaillir, cette réponse tant attendue arriva enfin. Ne contrôlant plus son bonheur, il laissa éclater sa en joie en enlaçant vivement Scully.

Un bruit de porte se fit entendre. Une jolie brune en sortit. Scully se redressa aussitôt et réajusta sa veste de tailleur. Mulder se retourna :


- Ma puce, tu devrais te reposer tu sais !
- Ton portable sonnait et … j’avais envie de me dégourdir les jambes …


Elle regarda un instant, fixement, la femme qui accompagnait son père :

- J’ai besoin de prendre l’air !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehouseofdavid.bbconcept.net
Timmy

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 31
Localisation : Dijon (France)
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: #16 - Tomorrow At Dawn   Lun 2 Oct - 1:07

Elle partit à grandes enjambées mais eut soudainement l’impression que tout autour d’elle tournait. Elle se retint lourdement au mur. Mulder accouru vers elle.

- DAWN ! Chérie ! Je te ramène à ta chambre !

Il la prit dans ses bras et la reconduisit à son lit sous le regard inquiet, impuissant et désemparé de Scully.

Mulder fit appeler Héloïse afin qu’elle prenne les constantes de Dawn et laissa Scully assister aux soins avant d’annoncer qu’elle était la personne qui ferait le don de moelle pour Dawn.

Dawn ne s’était pas encore réveillée. L’infirmière avait annoncé à Mulder que la leucémie progressait dans son organisme et qu’ils avaient donc pris la décision d’intensifier le traitement.

Quand elle se réveilla et tourna la tête elle vit son père, tenant son visage entre ses mains, les larmes marquant son inquiétude ayant sillonnées comme des tranchées sur ses joues accentuait la douleur, la peine et la rage qu’il pouvait ressentir.

Elle savait que quelque chose venait de se passer mais ne savait pas encore quoi :


- Papa !

Il leva la tête en sa direction. Elle capta son regard et sonda son père. Alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole, Héloïse fit son entrée dans la chambre stérile qu’habitait désormais Dawn.

- Dawn, on va te faire des compléments d’analyse…
- D’accord ! Je croyais que tout avait déjà été fait !
- Oui mais pour cette fois c’est pour la greffe !
- J’ai un donneur ? mais je croyais que ce serait Mission Impossible !
- Sans ton père ça l’aurait été !


Soudain, elle réalisa la réaction étrange de Mulder depuis quelques temps déjà mais elle en compris enfin le sens et la jeune femme blonde qu’il enlaçait dans le couloir lui revint à l’esprit.

- Il est hors de question que je la vois !

Une telle détermination régnait chez sa fille que Mulder en eu la chair de poule et pu que détourner son attention d’elle. Gêné d’avoir eu à lui cacher la vérité, qu’il avait en effet retrouver sa mère.

Alors qu’Héloïse préparait Dawn à la greffe, Mulder sortit dans les couloirs de l’hôpital et tomba sur Scully en train de faire son don dans la chambre voisine à celle de leur fille. Pris entre deux feux, il retourna auprès de sa fille pour la soutenir de son mieux.

******

Le don avait été très douloureux pour Dawn et avait affaiblit autant le père que la fille. Cet homme d’habitude si fort se trouva entièrement dépassé par les évènements, déstabilisé.

Le personnel hospitalier l’avait obligé à rentrer chez lui pour qu’il se repose en lui interdisant l’accès à la chambre de Dawn avant lundi. Ce qui lui faisait deux très longues journées à se ronger les sangs.

La porte de l’ascenseur s’ouvrit et machinalement, il se dirigea vers la porte indiquant le numéro 42. La tête rentrée dans les épaules, de profondes rides dessinées sur son visage, il était dans ses pensées, les mêmes depuis que le destin leur avait jouer ce mauvais tour : « est-ce que Dawn va bien ? »

Depuis le malaise de Dawn et la procédure de greffe qui avait suivie, il n’avait plus repensé à Scully jusqu’à ce qu’il lui trébuche dessus. Oui, c’était bien elle, là, assise, l’attendant assise contre la porte de l’appartement qu’ils avaient partagé il y a des années de ça déjà.


- Scully ?!? Que fais-tu là ?! Je pensais que tu étais rentrée à Chicago !
- Je peux rentrer !


Mulder vérifia sa montre mais réalisa que cette manie de planifier les choses venait de Dawn, il gérait tout en fonction d’elle. Mais comme elle n’était pas là, il avait tout son temps. Il ne l’aurait jamais cru mais ce temps libre sans sa fille lui faisait l’effet d’un énorme vide.

Il ouvrit sa porte et la laissa pénétrer la première. Ce qu’elle vit l’étonna : ce n’était plus du tout le même appartement que celui qu’elle avait laissé il y a de cela 15 ans et c’était encore plus loin de ressembler à la garçonnière de Mulder à l’époque où ils n’étaient que de simples collègues.
L’appartement sentait bon le propre, quelques aménagements et un peu de peinture claire avaient apporté une agréable luminosité.

Scully se sentit soudainement emprise d’un étrange sentiment, elle doutait terriblement : avait-elle le droit d’être là ?! Mulder revint dans le salon avec des sodas frais et alors qu’il les déposa sur la table le téléphone retentit, il dit à Scully de faire comme chez elle et partit décrocher dans sa chambre à coucher.

Curieuse et surprise, son invité se leva et avança dans l’appartement en direction de la pièce aménagée par ses soins il y a 15 ans pour Dawn. Lentement et timidement, elle s’aventura à l’intérieur. Sa fille semblait avoir une vraie vie d’adolescente parfaitement équilibrée. De nombreuses photos d’amis trônaient sur ses murs et meubles.

Le regard de Scully s’attarda sur les photos de famille. Dawn avait tout un cadre de liège recouvert de clichés d’elle et son père jouant, rigolant, lisant et même une d’eux deux endormis dans les bras l’un de l’autre.

Elle avait manqué tant de choses en plaquant tout comme elle l’avait fait.

Au téléphone, Mulder avait du expliquer à Lizzy l’état de santé de Dawn et lui demander de bien vouloir continuer de lui prendre ses cours afin qu’elle n’ai pas trop de difficultés à rattraper son retard.


Il chercha Scully et quand il vit la porte de sa fille entrouverte. Il avança jusqu’au chambranle et la vit regardant le grande photo de Scully positionnée dans un cadre de verre juste à côté du tableau montrant le père et la fille ensemble.

- J’ai toujours fait en fonction qu’elle te connaisse et qu’elle ne t’oublie pas !

Elle sursauta, surprise, elle ne l’avait pas entendu pénétrer dans la chambre.
Ne la voyant plus bouger, il plaça doucement une main sur son épaule. Elle se retourna, des larmes dans les yeux. Elle ouvrit la bouche mais aucun son en dehors d’un sanglot n’accompagna le mouvement de ses lèvres qui lui soufflait un ‘merci’ plein de reconnaissance. Du revers de la main, elle essuya les gouttes qui perlaient sur son visage.


- Pourquoi ?
- J’ai toujours entretenu le rêve que tu reviendrais vers nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehouseofdavid.bbconcept.net
Timmy

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 31
Localisation : Dijon (France)
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: #16 - Tomorrow At Dawn   Mer 1 Nov - 14:27

Un frisson parcouru toute son échine et se prolongea dans le cou de Dana. Elle se frotta le bas de la joue à l’aide de son épaule droite, manifestement mal à l’aise. Ses bars encerclèrent sa poitrine comme pour se réchauffer, se remettre de cette déclaration à laquelle elle ne s’attendait absolument pas et qu’elle n’avait jamais espéré entendre un jour.
Il mis la main sur son épaule, avança, se pencha en avant et attrapa un livre de Mark Levy qui trônait sur le bureau :


- Dawn me l’a réclamé, elle aime en tirer des citations pour sa correspondance !

Bien que Mulder face avec Scully comme si elle faisait partie intégrante de la famille, elle se sentait tout de même de trop. Il lui sourit et l’invita à quitter l’univers privé de sa fille, son intimité. Scully pris une profonde inspiration :

- Mulder ! Comment vous vous en sortez tous les deux ?
- De la même façon que tu dois t’en sortir avec ta famille !


Elle le regarda, essayant de savoir s’il plaisantait une fois de plus mais réalisa très vite qu’il était le plus sérieux du monde.

- Je n’ai pas refais ma vie ! Comment aurais-je pu vous quitter si lâchement et me reconstruire une existence ?! Je me sens assez mal pour ce que j’ai fait pour oser refaire ma vie comme si de rien était. … Mulder, je m’en veux tellement ! Mon comportement est entièrement inexcusable et je me demande encore comment cela se fait-il que tu daignes encore m’adresser la parole !
- Tout simplement pour les deux cadeaux que tu m’as offert !!! Tout d’abord ton amour puis une descendance. Et même si tu m’as repris le premier, je ne pourrai jamais t’en vouloir car Dawn … Elle est tout pour moi !
- Pour moi aussi Mulder !


Il ne savait pas comment interpréter les dires de Scully. Il ne l’avait pas vu depuis tellement longtemps qu’il avait du mal à savoir ce qu’elle pensait et même s’il mourait d’envie de le savoir, il préféra ne pas revenir de suite sur ce sujet épineux.

- Tu es descendue à quel hôtel ?
- Le motel Morphies !
- Annule ta réservation ! Je dois partir deux jours à New York avertir un … un ami, je te laisse l’appartement !
- Mais ?
- J’insiste de plus Lizzy doit passer apporter des cours pour Dawn et je ne sais pas si je serai rentré à temps pour l’accueillir !


Elle acquiesça

- Je vais préparer la chambre et préparer quelques affaires

Il changea rapidement la literie, se prépara un sac dans lequel il mis en premier lieu la photo de sa fille. Il ressortit ses affaires en bandoulière. Il lui expliqua une ou deux consignes qui régnaient dorénavant en ce lieu, lui demanda de porter le livre ainsi que les cours que Lizzy apporterait, de les déposer à l’hôpital où Héloïse les remettrait à Dawn. Il lui laisse les clés de l’appartement ainsi que celles de la ford mondéo qui était garée juste devant l’immeuble. Il la regarda un instant avant de se diriger vers la porte d’entrée. Ils échangèrent un long regard comme au temps de leur partenariat : tout se disait par les yeux. Alors qu’il se trouvait sur le pas de porte, il se pencha très lentement et déposa un tendre baiser sur les lèvres de Scully. Un baiser à la fois inquiet, pudique et passionné. Il la regarda une dernière fois, pris son sac et parti avant de disparaître dans l’ascenseur.

Scully passa toute la journée seule dans cet appartement qui lui était devenu totalement étranger. Plusieurs fois le téléphone retenti, jamais elle n’avait osé répondre ! Le répondeur s’était déclanché 6 fois laissant entendre la voix de deux amis de Dawn, de trois femmes qu’elle ne connaissait pas et d’un homme. A chaque début de sonnerie, elle se précipitait, posait son oreille sur la machine et écoutait Mulder et Dawn qui avait enregistré un message des plus joyeux.


******

On frappa à la porte ce qui sortit Scully de son sommeil. Chancelante, se frottant les yeux, elle se dirigea vers là d’où venait le bruit, vêtue simplement de son pyjama de soie couleur violet foncé. En même temps qu’elle porta une main à la bouche pour masquer un bâillement, elle ouvrit la porte et tomba nez à nez avec une adolescente d’une quinzaine d’années qui recula d’un pas ou deux afin de vérifier le numéro de l’appartement.


- Tu es Lizzy, c’est bien ça ? Je suis Dana Scully et …
- Oh mon dieu ! Vous êtes la mère de Dawn ! Remarquez vous lui ressemblez tant que je veux bien vous croire. Je n’ai pas le temps de rester car je suis déjà en retard pour aller en cours. Voici les cours de Didown et voici une lettre de … enfin une lettre à lui remettre ! Bonne journée !


Scully n’eut le temps de dire rien d’autre qu’elle se retrouva avec cours et lettres en main alors que Lizzy était déjà retournée auprès de ses amis pour se rendre au lycée. Elle fut intriguée. Elle jeta un coup d’œil rapide aux cours avant de sourire en réalisant que sa fille était dans l’option scientifique de son école. Son attention se porta ensuite sur le courrier de ‘Didown’, il y avait deux lettres en fait. Sur la première, une plume apparemment masculine avait simplement écrit « Dawn MULDER ». La seconde portait juste le nom de l’expéditeur : « Matt Scully ». Cela lui fit chaud au cœur de savoir que Mulder avait laissé Dawn en contact avec sa famille maternelle mais par la même occasion, elle réalisa qu’elle ne savait plus rien d’eux.

Scully posa soigneusement les lettres et les cours de Dawn sur la table de la cuisine et alla à la salle de bain prendre une bonne douche tiède pour finir de se réveiller et enlever toutes les traces de tension que son corps avait pu accumuler ces derniers jours.

Alors qu’elle avait laissé une odeur de jasmin après son passage à la salle de bain, elle était maintenant, vêtue d’une simple serviette éponge, dans la chambre de Mulder à choisir sa tenue. Elle opta pour une paire de jeans de couleur bleu noir et un chemisier blanc. Elle se maquilla rapidement et quitta l’appartement numéro 42.

Elle prit la voiture de Mulder et se dirigea à l’hôpital où se trouvait Dawn. Elle se présenta à l’accueil.


- Madame ? Je peux vous aider ?
- Je suis venue déposer du courrier pour …


Elle secoua la tête comme pour effacer ce qu’elle venait de dire. N’écoutant plus que son instinct, elle reprit :

- Je viens voir Dawn Mulder !
- Bien sûr ! Attendez ! Oui, elle à la chambre 407 ! C’est au 4ème étage !


D’un pas mal assuré, elle se dirigea devant la fameuse porte. Elle hésitait : devait-elle rentrer ? Affronter ses démons ? Elle ne savait que faire. Une infirmière sortit de la chambre convoitée et la voyant attendre, lui tint la porte. Un signe ? Depuis quand croyait-elle aux signes ? Pas le temps d’y réfléchir d’avantage qu’elle se trouvait devant Dawn. Mal à l’aise, elle bafouilla un bonjour :

- Bonjour !
- Mul … Ton papa m’a demandé de t’apporter tes cours !
- C’est vous qui avec pris sa voiture ? Je l’ai entendue !
- Tu as l’oreille fine !
- Merci, mon père m’a aidé à l’affiner. Où est-il ?
- Euh, il a du partit pour New York
- Ah non ! Il y est allé seul ? Byers l’a accompagné ? ‘Tain ! Mais pourquoi ?


Dawn semblait énervée et surtout anxieuse. Les actes de son père ne lui étaient pas inconnus, elle le connaissait trop bien pour ça.

- Vous n’auriez pas pu l’en empêcher ?!
- Moi ?!
- Oui, vous ! C’est bien vous qu’il serrait dans ses bras l’autre jour ! Vous savez, je suis malade mais pas dupe !


Scully n’en revenait pas de la personnalisé aiguisée de sa fille, elle ressemblait tant à Mulder, un caractère très affirmé, ne se laissant pas marcher dessus … Elle posa les affaires de Dawn, coupable de ne pas avoir empêché Mulder de partir.

- Matt pense que Mulder et Bill savent où vous êtes ! Il dit qu’il se fait du souci pour vous ! Il a de la chance, lui au moins il a connu sa tante !

Des larmes pleins les yeux, elle la regard. Dawn avait pris ses affaires et dit cette phrase qui avait décroché un flot incessant chez Scully.

- Papa vous recherche depuis toujours ! Il avait finalement décidé d’accepter votre décision, réalisant qu’on n’était pas si mal tous les deux … mais il a fallu que je tombe malade et qu’il doive absolument vous retrouver !
- Je suis terriblement désolée, Dawn !
- Ne le soyez pas, papa est le meilleur père dont j’aurai pu rêver et malgré les menaces incessantes de Bill, il a toujours tenu à s’occuper de moi, me laissant à mamie quand elle le voulait et restait avec nous lorsque Bill était là aussi.


Scully était subjuguée.

- Pourquoi je vous dis ça ? Pour vous remercier de m’avoir donné un père aussi génial !

Le téléphone de Dawn sonna, elle décrocha :

- Bonjour papa … bien merci …oui, je me repose, de toute façon j’ai que ça à faire non ? Sauf la nuit … tu verrais les nuits étoilées qu’on a ici, le ciel est tout simplement magnifique ! Oui, j’ai bien eu mes cours (elle regarda Scully) … Papa ? Pourquoi tu ne m’as pas dit … mmm … tu reviens quand ? … Super ! Je dois sortir le 20 normalement ! … Oui … promis ! Je t’aime papa ! A demain ! Bisous … d’accord … Bye

Rêvassant par la fenêtre, Scully semblait être à mille lieues de cette chambre d’hôpital.

- Dana, papa te remercie et me dit de te dire qu’il rentre demain matin …

Le fait d’avoir eu des nouvelles de Mulder semblait avoir apaisé Dawn.

- Dawn, puis-je te demander comment tu vas ? Ce que disent les médecins ?!
- Bien sur ! La greffe semble avoir marché, je vais pouvoir rentrer à la maison rapidement et revenir ici de temps en temps pour des examens de contrôle ! Merci de m’avoir aidé !
- Ne me remercie pas !
- Vous allez pouvoir rentrer chez vous maintenant !


Le répit pour Scully ne fut que de courte durée, le tutoiement avait de nouveau laissé place au vouvoiement froid, plein de rancune et d’amertume.

- Je suis vraiment désolée !
- Encore heureux mais sachez bien que bien que mon père ai toujours tout fait pour que je vous connaisse, vous ne représentez absolument rien pour moi, à part bien sûr la personne qui par pitié m’a fait don de sa moelle.


Scully ne parvenait à articuler aucun mot et une fois que ses pensées furent de nouveau assemblées et organisées, aucun son ne sorti de sa bouche. Les larmes parcouraient d’abord une à une puis dans un flot incessant les sillons que le manque de sommeil avait pu creuser sur son visage pale. Quand elle pris son courage à deux mains pour enfin relever la tête en direction de sa ‘fille’, elle la vit en pleine lecture et compris aussitôt qu’elle était de trop.

Scully rentra chez Mulder dans un calme absolu. Elle se dirigea instantanément dans la salle de bain, essuya mes larmes qui avaient coulé et réajusta son maquillage.
Alors qu’elle finissait son sac dans la chambre de Mulder, les yeux encore luisant après avoir laissé une note à l’intention du père de sa fille dans la cuisine, ce dernier arriva et n’entendant aucun bruit se dirigea directement dans cette pièce et tomba sur le mot :
« Dawn a eu ses cours et courriers, elle sort bientôt aux dires des médecins. Moi je repars, désolée mais il aurait été sûrement préférable que je ne refasse jamais surface. Bisous. DS »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehouseofdavid.bbconcept.net
Helo

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Localisation : Namur
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: #16 - Tomorrow At Dawn   Sam 4 Nov - 21:16

Ne comprenant pas sa réaction et se disant que c’était sûrement pour la même raison que celle qui l’avait fait partir il y a 15 ans, il accepta cette décision et alla vider son sac dans sa chambre. Ce qu’il y vit lui brisa le cœur : elle était là, assise sur le bord du lit se tenant le visage dans les mains, des sanglots venant régulièrement agiter ses épaules.
Lentement, il se dirigea vers elle, s’accroupi à son niveau et attendit. Délicatement, il posa sa main sur son genou afin de lui signifier son affection. Portant son attention sur cette main, elle ne pu s’en défaire. Après 5 bonnes minutes passées dans cette position, elle se redressa et s’élança dans ses bras.

Dans un geste d’une infime tendresse, il releva son menton et la força à le regarder droit dans les yeux. Ses paupières étaient telles un simple voile cachant toute sa détresse. Il pouvait y dévorer son âme comme on feuillette un livre. En ce moment précis, elle lui appartenait.
Rien n’aurait pu briser cette alchimie parfaite qui unit deux êtres. Ces deux personnes là étaient complètement ravagées par la tragédie qui les avait frappé de plein fouet. Elle, elle s’en voulait. Lui, il s’en voulait. Ils possédaient chacun leurs propres raisons. Mais elles étaient similaires en un point : L’amour les commandait. Le visage de Scully était complètement dévasté par les larmes
Il approcha lentement son visage du sien. Quand ses lèvres frôlèrent les siennes, des gouttes d’eau coulèrent jusqu’à leurs bouches et tombèrent.

Leurs lèvres s’étaient unies et ne se séparaient que pour des lapses de temps très court afin de reprendre leur souffle. Il savait pertinemment que ce n’était pas forcément une bonne idée mais il n’arrivait plus à se contrôler, tout son corps réagissait déjà aux signaux de détresse envoyés par Scully. Il ne tarda à prolonger ce baiser en y ajoutant les mains et allongeant tendrement la jeune femme sur le dos, celle-ci se laissa faire ce qui ne fut pas pour déplaire à Mulder.
Il ouvrit un instant les yeux, cessant un court moment cette étreinte. Elle était allongée à côté de lui, l’embrassant à la base de son cou. Que pouvait-elle bien penser ? Qu’éprouvait-elle pour lui ? Lui, il s’avait pas trop où il en était mais savait ce que lui dictait son corps qui commençait à réagir de plus en plus fermement face au désir montant.

Elle remonta ses mains le long de son corps et les fit glisser sur son torse. Elle joua avec ses doigts, explorant telle ou telle zone depuis trop longtemps ignorée. Le corps de son amant se souleva dans un geste brusque. Il posa sa main sur la sienne et la stoppa net. Il la fixa de nouveau droit dans les yeux. Ceux-ci parlaient pour lui. Il ne tiendrait plus longtemps à se petit jeu.
Il attrapa son bras et, d’un geste rapide, la plaqua sur le dos. Leurs vêtements se retrouvèrent à terre. Leurs bouches se trouvèrent. Leurs mains se découvrirent. Le temps s’arrêta soudainement. Il chercha à capter son regard mais ses pupilles étaient floues. Elle était à des années lumières de la chambre. Elle était dans un monde où la jouissance était seul maître et seule loi. Il n’hésita pas une seule seconde et ce qui devait arriver, arriva : Il la pénétra. Leurs corps exultèrent de plaisir. Leurs enveloppes charnelles et leurs esprits ne formaient plus qu’un. Ils atteignirent le firmament. Le Graal lui-même ne pouvait ressembler à cela.
Les minutes se succédèrent pour former des heures. Ils avaient perdu toute notion de durée. Au bout d’un long moment, leurs muscles se relâchèrent, leurs corps s’assoupirent. Ils s’endormirent. Combien de temps étaient-ils rester là à s’observer ? Nul ne le savait. Seuls eux possédaient la clé de la délectation qu’on ressent durant ces instants uniques.
Quand il se réveilla, le réveil indiquait 8heures. Il cligna quelques fois des paupières, comme pour vérifier que tout cela était bien réel. Son bras était posé sur le sein gauche de Scully. Elle dormait profondément. Une seule larme perlait au coin de son œil. A l’aide de son pouce, il effaça celle-ci. En prenant le soin de ne pas la réveiller, il se leva et se dirigea vers la cuisine. Il se retourna une dernière fois et le contempla.
Dans la cuisine, Mulder fouillait dans ses placards, que lui restait-il pour préparer un petit déjeuner digne de ce nom ? Depuis la maladie de Dawn et son départ de l’appartement son régime alimentaire avait énormément changé, il était presque redevenu le Mulder qu’il était avant qu’il n’ait toutes ses responsabilités et ses exemples à montrer. Il trouva finalement des œufs qu’il prépara, les arrosant de sirop d’érable et servis deux grands verres de jus de fruits. Il prépara le tout et déposa ce délicieux petit déjeuner sur la table de la cuisine, sur deux des quatre places cote à cote. Alors qu’il acheva d’installer la table quand il sentit un regard timide suivit d’une tendre main se poser lui. Il se retourna et la vit vêtue de sa chemise qu’il portait hier encore et qu’elle avait du ramasser à terre avant de sortir de la chambre. Il lui fit un grand sourire qui paru la relaxer sans pour autant la faire se sentir totalement à son aise dans le sanctuaire qu’un père avait dressé pour élever sa fille. Il ne résista pas plus longtemps à la prendre dans ses bras.
Ils restèrent ainsi, sentant l’odeur corporelle de leur autre. Après quelques instants d’une tendre complicité qui semblait enfin retrouvée, ils se séparèrent pour passer à table. Mulder se trouvait à la droite de Scully, ne lui ayant pas lâché la main, il la lui caressait de son pouce. Elle ne mangeait pas. Elle le regardait sans parvenir à réaliser ce qu’elle était en train de vivre. Qui devait-elle remercier pour ce si doux présent ? Lentement, Mulder se pencha vers elle, elle se pencha à son tour vers lui et ils restèrent un moment front contre front, les yeux fermés. Ce besoin comme inévitable de sentir la présence de l’autre au plus proche, ce besoin de le toucher afin de s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’un simple rêve. La main de Mulder lâcha celle de Scully pour venir se faufiler sur la joue de Scully, il lui releva le visage et déposa un très tendre baiser rempli de reconnaissance. Tendre moment très rapidement interrompu par la porte d’entrée qui venait de s’ouvrir et l’entrée inattendue de Dawn qui surpris son père en compagnie d’une femme et pas n’importe qu’elle femme. Pourquoi elle ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-s-up-doc.skyrock.com/
Timmy

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 31
Localisation : Dijon (France)
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: #16 - Tomorrow At Dawn   Lun 11 Déc - 21:38

- Dawn, chérie !


Mulder se leva rapidement, oubliant presque la présence de Scully et alla embrasser sa fille qui le rejeta aussitôt :


- Je vois que ça ne t’a pas pris trop de temps ?!
- Dawn, tu sais que tu parles à ton père là ?
- Excuse-moi mais j’aurai pensé que tu serais de mon côté ! Enfin, ce que je veux dire, on a jamais eu besoin d’elle papa !


Scully se sentait de plus en plus mal à l’aise ce que comprenait tout à fait Mulder mais il devait régler avant tout cette affaire avec sa fille. Elle restait malgré tout sa priorité numéro une.


Il alla vers la chambre de Dawn, laissa glisser ses doigts sur la poignée et hésitant avant de la tourner.


- Dawn, il faut qu’on se parle ! J’ai besoin de toi ! Savoir comment tu vies et ressens la situation !
- Mulder … euh papa … c’est que … je n’arrive pas à lui donner ma confiance, elle est une étrange pour moi, rien de plus, rien de moi.
- Chérie, tu sais très bien que ma vie, c’est toi ! N’est-ce pas ? Si tu ne veux pas d’elle dans ta vie, elle ne le sera pas dans la notre.
- Je ne peux pas te faire ça ! Je n’en ai pas le droit !


La seule réponse que Mulder pu lui donner fut un câlin exprimant tout l’amour qu’il ressentait pour elle.


- Tu lui ressembles tant tout en étant différente !

- Dawn, je ne veux que ton bonheur !
- Et tu me la déjà donné !


Quand il sortit de sa chambre pour la laisser y reprendre ses marques, il ne trouva trace de Scully hormis deux petites notes qu’elle avait laissée à leur attention : chacun une !

Celle adressée à Mulder le remerciait de lui avoir donné une seconde chance et de laisser la primeur à leur enfant. Alors que celle adressée à Dawn lui donnait ses coordonnées ainsi que les raisons de son départ et le fait qu’elle ne voulait pas s’immiscer entre le père et la fille vue qu’apparemment elle n’avait rien à faire dans leurs vies.


Entendant deux bruits de portes bien distinctes, Dawn sortit de sa chambre et ne vit pas son père dans le salon et comprit en voyant le mot que sa « mère » était parti, les laissant seuls et que son père venait de s’enfermer dans sa chambre afin de lui cacher ses émotions.



Devant la porte de l’immeuble, Scully s’apprêtait à monter dans le taxi qu’elle attendait depuis déjà quelques minutes. Quand elle le vit, elle s’avança en sa direction. Elle mit ses sacs dans le coffre et ouvrit la portière quand une voix cria :


- Attttttttttttttends !


Scully se retourna et tomba nez à nez avec Dawn qui essayait désespérément de reprendre son souffle. Le traitement et la course qu’elle venait de faire dans les escaliers n’allaient apparemment pas de pair.


- Ne pars pas à cause de moi ! Papa a besoin de toi et si ta présence peut le rendre heureux alors je m’y ferai et peut-être qu’on pourra essayer de construire quelque chose toutes les deux !


Les yeux embués de larmes, Scully essayait de capter le regard de sa fille qui le remarqua et lui répondit en la serrant fort dans ses bras. Prêtes à un nouveau départ.


FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thehouseofdavid.bbconcept.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: #16 - Tomorrow At Dawn   

Revenir en haut Aller en bas
 
#16 - Tomorrow At Dawn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dawn of Sorrow : Piano
» Tales Of Symphonia : Dawn Of The New World
» Zombie (Dawn of the Dead)
» Dawn of war et autre préview
» Machinima - Dawn of War - Le Dernier Ordre d'Idaeus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les fanfics de la Gillian Community :: Les fanfics :: Timmy-
Sauter vers: